Un petit peu de « bilan » à Gauche…

On s’aperçoit avec insistance et de quelle manière durant la pré-campagne présidentielle qui correspondrait parfaitement à un inter-quinquennat, le Parti Socialiste gouvernemental défend le travail parlementaire effectué face aux futilités et aux esprits tordus sur les bancs Droitiers qui profitent même de l’occasion pour faire passer la facture de Nicolas Sarkozy dans la poche de celle de François Hollande. Attitude facile – tant le pays France éprouve de difficultés à s’extirper de la « crise » – mais limitée par leur science politique qui les rapproche entre Droite (extrême) et Centre (dur) au point de les réunir et de les animer en une seule par sa même extrême.

Presque à peu près sûr, au passage, que le circonspect François Hollande ait pu récupérer, durant son quinquennat, l’intégralité du téléphone économique portable de Paul Bismuth, à l’époque, au service de Nicolas Sarkozy… Par contre le « Paul Bismuth » de Giscard 1974 doit certainement toujours s’évaporer en évasion fiscale quelque part entre le vatican et les banques étrangères liées au panarabisme nationaliste d’extrême-droite…

Si le bilan se déroule correctement actuellement dans l’Hémicycle, à l’honneur des efforts socialistes, c’est certainement dû en partie à l’heureuse victoire de Benoît Hamon à la Primaire ; là où le bas blesse, malheureusement c’est toujours sur la première nuit de Cécile Duflot avec François Hollande. Alors qu’il était question de la création historique du 1er groupe parlementaire de travail à l’Assemblée tout droit sorti des urnes en 4 + 2 + 8, Cécile Duflot s’est vue claquée la  porte sous prétexte qu’elle voulait embaucher des gauchistes et que l’existence de ce groupe parlementaire écologiste devait impérativement comporter que des écologistes uniquement ou alors avec un petit peu plus de socialistes dedans… Mais au nom de quel Droit régalien, un parti, certes majoritaire, se permettrait-il de décider du sort des formations politiques sorties quantitativement des urnes – qui sont quand même 400 000 voix NPA et 200 000 voix Lutte Ouvrière – non seulement capables, mais au devoir également,  d’accompagner les écologistes d’EELV dans la constitution et l’élaboration de ce groupe parlementaire en question pour pouvoir travailler au Parlement… Comment qualifier une telle négation concernant la démocratie sortie fraichement des urnes et les désirs des socialistes, alors derrière Hollande, Ayrault, puis Valls, autrement que par le déni de démocratie ?… Irrémédiablement devrait venir à l’esprit et aux consciences de la Gauche, la facture impayée de 4+2 postes d’assistants parlementaires refusés lors de cette terrible nuit de tractations qui a bien faillit tourner au cauchemar, même pour Cécile Duflot, rappelant quand même au passage l’oubli des plus de quinze ans d’études, d’analyses et de travaux sur les paradis fiscaux, le blanchiment mafieux bancaire lié à l’évasion fiscale mené sous la conduite d’Eva Joly, intégrant dans les équipes de travail, aussi bien des écologistes d’EELV que des membres du NPA ou de la répartition des Lutte Ouvrière… Assemblage historique et judicieux qui mérite mieux qu’un simple résumé traduit par ce « Combat contre la Finance », tant vanté par le futur Chef de l’Etat dans son discours du Bourget, pourtant reconnu d’une certaine qualité jusque dans la presse internationale mais complètement illégitime du point de vue démocratique ou alors il devrait, quand il l’utilise, rappeler brièvement l’historique de ce Combat tel qu’Eva Joly le rappelait… à se demander aussi du coup si les socialistes savent lire correctement et démocratiquement un résultat qui sort des urnes le soir d’une élection ?

Concrétiser la prolongation de ces 15 ans de travaux émergés des urnes par l’additionnel 4+2+8 proposé par Cécile Duflot dans un premier temps, puis refusé par les Socialistes, reviendrait à exiger le remboursement, au taux de base d’un attaché ministériel ou gouvernemental de ces 6 postes reniés et dénigrés… Cela nous donne donc pour les 4 NPA jetés à la poubelle, dès le départ de la première nuit présidentielle de Cécile Duflot avec François Hollande : 4 salaires d’assistants parlementaires à disons 2500€ de moyenne que multiplient les douze mois annuels par les 5 ans du quinquennat de l’équipe Hollande !… Ce qui devrait faire un chèque de lancement de campagne avec les parrainages qui tardent à tomber dans la boîte mail de Philippe Poutou de 600 000€ facturés au Parti Socialiste pour déni de démocratie, manipulation sur Cécile Duflot et irrespect du résultat sorti directement des urnes… Idem pour la Lutte Ouvrière, 2 postes à 2500€ mensuels multipliés par 12 mois annuels que multiplient les 5 années du Quinquennat où devaient rester présentes les 200 000 voix des urnes de cette formation politique invitée à rejoindre la constitution du groupe parlementaire écologiste à l’Assemblée ; 300 000€ du Parti Socialiste, adjoints aux signatures qui manquent encore en parrainages à Nathalie Arthaud pour lancer sa candidature autour de ce pôle tri-dimensionnel élaboré par Eva Joly avec eux il y a plus d’une quinzaine d’années…

Ce simple calcul permettrait de restituer les inter-dynamies fonctionnelles qui sont les seules usuelles actuellement pour renforcer la Démocratie à gauche. Accroitre la fraternité entre plusieurs formations politiques de la Gauche comme a réussi à le faire Eva Joly, ne signifiera pas demain, que des portes-paroles se couchent pour Benoît Hamon mais qu’une addition effective et visible sur la Table du vote du premier tour puisse s’enclencher pour rétablir cet équilibre démocratique usurpé et gâché par cette nuit de tractations pour la création historique d’un nouveau groupe parlementaire, dès 2012.

Alors entre 2012 et 2017, le tremplin est clair, net et précis en ce qui devrait concerner une unité additionnelle relative alors au maintient du Front de Gauche qui continuera de se regrouper autour des trois forces politiques (EELV, NPA et Lutte Ouvrière) pour s’additionner au potentiel des voix de la gauche socialiste de Benoît Hamon… Aucun des quatre portes-paroles de ces quatre formations politiques ne doit s’allonger et disparaître pour un empereur qui deviendrait aussi seul qu’un Jean-Marc Ayrault qui se rend seul à Moscou !… C’est par l’addition et non le phagocytage ou la conversion en Mélenchon du Parti de Gauche que la Gauche peut gagner et gagne Monsieur Benoît Hamon !… Bien entendu, rien n’empêche le porte parole Mélenchon du « Le Parti de Gauche de la France Insoumise », transformé en « mouvement » pour la circonstance présidentielle, à venir s’additionner dans le Front de gauche, ce qui serait préférable aux exigences démocratiques, contraires à l’image du cavalier seul qu’il se taille sur toutes ces années depuis qu’il joue le tribun populiste d’une secte enragée, épaulé par le PCF qui n’a que très rarement partagé les subventions de Pékin avec leurs Camarades des Lutte Ouvrière et des NPA… D’autant plus que Jean-Luc Mélenchon n’a toujours pas annoncé qu’il possédait le nombre de parrainages nécessaires quémandés pour participer aux Présidentielles…

Le premier tour de la Présidentielle2017 correspondrait alors à une primaire pour le Front de Gauche effectif et efficace tel qu’il se décrit sur les 15 ans décrits plus haut par Eva Joly elle-même lors d’une de ses dernières interviews télévisuelles…

#CombatContreLaFinance

#investitureHamon #primairePS #BilanPS

#partisocialiste #Politique #EELV #francoisHollande #Cambadelis #BenoitHamon #montebourg #BenoitHamon2017 #deputesFdG #JLM2017 #JLMHologramme

#politique #Presidentielle2017 #Gouvernement #QAG #DirectAN

ps

Publicités

Possible futur au présent…

La candidature à la Présidentielle de 2017 revenant à Benoît Hamon, inespérée il y a peu, redonne aux Socialistes un regain de vitalité, une nouvelle dynamique à laquelle il ne faudra pas mésestimer l’aménagement d’un flanc centriste et ne pas oublier les anciens partenaires des socialistes que sont les écologistes et les communistes, ce qui passe par l’intégration au bilanPS de la question de la première nuit de la victoire de François Hollande où se constitue pour la première fois de l’histoire aussi, un groupe parlementaire écologiste de travail à l’Assemblée, loin des urnes !…

La candidature de Benoit Hamon enclenchera certainement la phase transitoire du socialisme qui passe par la lutte contre le dérèglement climatique, l’écologie économique et sociale, le partage des richesses, la consolidation de la croissance… la politique du « possible » !

L’avenir, non plus « désirable » ou souhaitable, de la Gauche ne se matérialisera que par la poursuite d’une linéarité historique qui passe par l’ambivalence entre un flanc-centriste, actuellement mené par un néo-giscardien « en marche » et le socle des plus anciens partenaires des Socialistes, les Ecologistes (EELV) et les Communistes (NPA+LutteOuvrière) ; le PCF n’étant là que pour toucher les subventions de Pékin ou se jeter dans la manche de Mélenchon !

Sans aller jusqu’à parler de « renaissance » mais c’est quand même une belle victoire pour la jeunesse et les militants socialistes comme le Parti Socialiste en a connu d’autres… Comme celle de 1981 qui laisse quoi à la Démocratie ?… Une forme de dictature directionnelle de 7,5 millions de Socialistes derrière Mitterrand avec/contre 4,5 millions de Communistes chez Georges Marchais ?… Les chiffres parlent d’eux-mêmes sans même développer le fait que pas même Lecanuet ou Brice Lalonde n’obtinrent le nombre de postes correspondant à leurs centaines de milliers de voix d’électeurs sorties des urnes pour constituer leur cabinet Ministériel ; lacune à laquelle remédiera sans doute Benoît Hamon (!)

Contrairement aux hypothèses médiatiques qui verraient d’autres ténors s’effacer pour Benoit Hamon, ce qui reviendrait à en faire un candidat solitaire, c’est par l’addition avec d’autres portes-paroles, clairement présents sur la Table du vote que Jadot, Poutou et Arthaud trouveront leur place dans la victoire de Hamon pour battre les droites et le centre au 1er tour, tout en gardant leur droit de réserve pour le second… Pourquoi ces 3 noms immédiatement mentionnés aux côté de Benoit Hamon ?… Sans remonter jusqu’aux plus de 15 ans où débutèrent – mais il faut quand même y revenir – les travaux, les analyses et l’étude sur les paradis fiscaux, le blanchiment bancaire mafieux lié à l’évasion fiscale ; grâce aux groupes de travail constitués par Eva Joly auxquels participèrent des EELV accompagnés de NPA et de Lutte Ouvrière pour donner naissance au « Combat contre la Finance »… Ce « combat » est à poursuivre… Eva Joly a également rappelé que ce « Combat contre la Finance » n’est pas à François Hollande, ni au Parti Socialiste mais qu’il découle de la synergie de ces trois formations politiques, peut-être injustement étiquetées de « communistes » mais quand même présentes toutes les trois dans les urnes des Présidentielles 2012 en 800 000 écolos, 400 000 NPA et 200 000 LutteOuvrière ; ce qui donne bien 14 postes ministériels et gouvernementaux prêts à construire le groupe écologiste parlementaire adéquat… C’est leurre que d’oublier Cécile Duflot proposant cette équation additionnelle aux socialistes, aux premières heures de la première nuit de la victoire de François Hollande mais celui-ci en a rejeté la logique incontestable, pourtant sortie des urnes par rapport au minimum de linéarité historique qu’on est en droit d’attendre d’une formation socialiste, toujours désireuse de se différencier des droites mais qui parfois impose des règles similaires à celles des fonctionnement de partis droitiers…

Ensuite pourquoi Benoît Hamon ?… Peut-être aussi pour marquer nos différences avec la protubérante règle de l’aile droite du PS – appellation médiatique quasi mensongère – car il s’agirait plus d’un « versant centriste » que d’une aile « fasciste-socialiste » ou alors, ils n’ont pas entièrement entendu, dans l’Hémicycle, la manière majestueuse et respectable des interventions avec lesquelles, Manuel Valls répondaient à ses provocateurs et détracteurs !

https://fr.news.yahoo.com/hamon-porté-bons-sondages-futur-devient-possible-175304112.html

François Fillon est-il centriste ? Voire meilleur centriste qu’Emmanuel Macron ?

Quasiment !… Pas loin de se valoir tous les deux à y regarder du plus près qu’on puisse y voir du côté centriste avant que n’arrive Macron, c’est-à-dire du monde giscardien où Macron essaye de finir sa carrière ailleurs qu’en Afrique !… Encore que Macron n’a pas encore 15 comptes bancaires différents dans la même banque mais peut-être qu’il y pense, qu’il y songe intérieurement et sérieusement comme Fillon l’a fait ?

Voilà toute la différence entre un versant centriste, taillé par un François Fillon sur mesure et au rythme de ses meetings où il ne cesse de scander sa victoire à la Primaire de la Droite et du Centre, parlant de ses (ces) électeurs de la Droite et du Centre qui l’ont choisis ; de celui d’une voûte socialiste, aménagé par raison économique et non sous des motifs d’enrichissement personnel, caractérisé par une aile qui n’a vraiment rien à voir avec une « aile droite du PS ». Qu’on ne parle plus alors ensuite d’aile droite du PS ou alors ceux qui le prétendent n’ont pas entendu Manuel Valls répliquer, très à gauche, aux droites, ce qu’il pensait de leur politique totalitaire dans les micros ministériels de l’Assemblée Nationale !

Si Macron espère siphonner des voix sur Fillon qui prétend être centriste mais qui ne l’est pas réellement, est-ce vraiment un bon signe pour lui ou est-ce plutôt parce qu’il n’a pas encore de programme, qu’il n’en est qu’à la gestation mais que s’inspirer de Fillon n’est sans doute pas la bonne opération ?

ps4