Un discours (économique) à jeter dans les eaux du Yang-Tsé-Kiang (DSK) !

Si pour surprenante que puisse paraître l’intervention de DSK dans un forum économique chinois, elle n’en soulève pas moins une série de questions au-dessus desquelles Strauss – Kahn semble faire cavalier seul, décidé à rompre avec le patriotisme économique en tentant un coup d’État économique mondial pour revenir à ce qui est censé être son métier. Alors qu’il faudrait se serrer les coudes, il piétine les efforts des Sommets européens… Singe faisant la grimace qui regarde les crises se succéder, il casse le moral de tout le monde et trouble les décisions engagées. Au souhait de la catastrophe y verrait-il son égo rejaillir à défaut de solutions puisque le peu d’extraits dont on dispose font craindre une pauvreté de l’argumentaire effrayante…

 

Il en aura fait des kilomètres Dominique Strauss – Kahn pour retrouver sa vie publique comme le souligne Libération sur le trop court extrait vidéo proposé sur le site* pour nous annoncer la globalité d’un discours qui ressemble en sa synthèse plus à un oracle illuminati qu’à un spécialiste en économie. « Un radeau prêt à sombrer » qui « semble ne plus être assez résistant » pour nous révéler que les taux d’intérêts sont en chute libre jusque chez le plus petit des épargnants alors que l’inflation galopante poursuis sa chevauchée folle, on le savait déjà… Quant à son radeau je ne vois pas de quel exil il revient sur la scène médiatique officielle comme si il était parti méditer dans la jungle avec les ours et… un radeau ? Alors fourrer son nez dans un forum économique qui plus est, en Chine, à une heure où il s’agirait de sauver un continent (réduit à un radeau) et redonner la confiance aux investissements sur les marchés étrangers et bien non, Mr Strauss – Kahn vient de tout foutre par terre par un scepticisme populaire mais certainement pas professionnel. À tort de tout remettre en cause dans les travaux de l’Union européenne il risque d’en faire sombrer l’économie tout entière par son activisme perso de l’autre côté du globe… Dépréciation des travaux effectués qui mériterait une mise à pied immédiate et une perte des droits civiques avant qu’il ne se considère comme étant devenu indispensable car n’importe quel clown Auguste aurait put dire à un colloque économique en Chine que la situation en Europe est devenue catastrophique, que le bateau prend l’eau, qu’on rame dans le désert et qu’on sera bientôt obliger d’arrêter de ramer parce qu’on attaque la falaise ! Bien entendu il a eu tout le temps de contempler cela de loin pendant ces six mois d’enfer et de solitude mais aller en Chine en montrant du doigt l’économie franco-allemande c’est donner le feu-vert aux marchés sino-européens pour s’engouffrer dans le redressement ou leur donner la possibilité de nous bouffer tout cru… Jusque là, ça irait… Mais si c’était avec de la monnaie de singe ou dévaluée qu’ils estimeront en droit de rendre lorsque les prises d’intérêts seront demandées ? Un peu à l’image du chef de l’État qui proposait de vendre des centrales nucléaires avec des prêts sur 20 ans ou 30 et si on croyait à de la stabilité financière ou à l’ouverture de marchés juteux c’était aussi peut-être fortement se tromper sur la valeur réelle des unités économiques de chaque pays. Tout au moins en a-t-il était ainsi pour la Chine qui finalement choisi un autre fournisseur pour ses centrales nucléaires, un peu effrayée de se voire quémander une anticipation sur les remboursements… Qu’a-t-il fait au FMI d’autre que de prendre la tranche financière provenant d’Europe contribuant pour sa part également à en creuser le déficit pour que reste inscrit l’aspect homogène du Fond Monétaire International dont certains membres des « 27 » contestent l’appartenance ? Complètement hors piste son harakiri économique… Il aurait mieux fait de rejoindre le groupe de travail Merkel-Sarkozy au lieu de profaner les équilibres et d’oser mettre en doute, si ce n’est pour déstabiliser, la fiabilité de l’économie européenne… Si ça, c’est pas un enfant qu’il lui fait dans le dos au Président français, en tout cas cela y ressemble et prouve, ô combien, avec indécence que DSK est capable du pire, de tout et de n’importe quoi pour se refaire un audit mondial. Quitte à brader, en des appels désespérés, les pénibles efforts que l’économie européenne se doit de réaliser pour ne pas sombrer. Ce scepticisme destructeur ne semble trouver de solutions ni dans son discours qui pour l’heure attise les angoisses, ni dans l’attente hypothétique de l’arrivée de son socialisme d’origine à la Présidence de la République française pour rééquilibrer les restes, en remplacement, alors que rien ne nous dit que d’ici là, tout ne se sera pas effondré. Son discours de la peur économique en Europe va encore plus loin pour déprécier les investisseurs et fragiliser la confiance, déjà mise à rude épreuve, des partenaires économiques intercontinentaux… Ce n’est pas, contrairement à ce qu’on pourrait considérer au départ, pour proposer des solutions qu’il aurait encore en réserve sinon ça ferait longtemps qu’ils les aurait proposées pour se rendre utile à son pays mais pour fragiliser les fondations existantes pour qu’en ses débris il puisse se trouver bouée de sauvetage à laquelle se raccrocher !

 

………………………..

*http://www.liberation.fr/politiques/01012378513-dsk-est-de-sortie-a-pekin

Publicités