François Hollande assume !

Le passe-droit de François Hollande susceptible d’animer les débats entre son positionnement social-démocrate revendiqué et celui d’un socio-libéral souhaité et envié par l’opposition et les marchés financiers n’est pas anodin, encore moins dénué d’intérêt puisqu’il risque de faire grincer des dents bon nombre de ceux qui refuseraient de s’y accorder craignant qu’ils n’auraient plus qu’à redouter de se soumettre à certaines obligations qui risqueraient ne ne plus leur laisser les mains libres comme par le passé…

Si l’Ump et Mr Copé en tête, s’improvisant un podium immédiatement après l’intervention de François Hollande, doutent, quoi qu’il puisse être fait, du programme économique du Président c’est qu’ils doivent en connaître un rayon sur l’évasion fiscale et les possibilités de ne pas mettre en marche les mesures envisagées. Si dès lors qu’ils affirment avec virulence que « François Hollande n’y arrivera pas », toujours enclins à décourager les bonnes volontés, c’est que forcément certains éléments du puzzle, certaines pièces maîtresses nécessaires à l’équilibrage financier exposé par François Hollande ne lui seront pas rendues accessibles… Là où François Hollande essaye de faire de la politique appliquée, son opposition se cantonne à l’expérience de sa propre politique spéculative qui était tout juste bonne à enfoncer l’Europe dans la crise. Mais où donc alors la politique socialiste trouverait-elle l’argent nécessaire au développement de ses chantiers et pourtant avancé comme indisponible là où la précédente politique de l’Ump l’a si bien laissé s’évaporer ou mieux planqué ? !… La contagion de l’optimisme d’un François Hollande serait-elle vouée à n’avoir que des visées limitées qu’à ne redonner espoir au Gouvernement ou parviendra-t-elle à susciter l’engouement de tout un pays face à l’excessive droite qui lui fait obstacle, devenue bien arrogante et méprisante dès qu’elle n’a plus le pouvoir ! Dépenses publiques, taxes, impôts, multiplication des bénéfices particuliers ponctionnés sur la réduction de la masse salariale collective, elle connaît !… Il n’y a qu’à voir leurs bureaux, leurs écoles privées et la richissime puissance qu’ils s’imaginent avoir pu acquérir de par leur choix politique affiché pendant cinq ans de sarkozysme et affirmé par l’accroissement d’orientations propices à faire redouter un climat tendance droites réunies en une seule par sa même extrême, en dépit des prétentions d’un Jean-Louis Borloo se disant prêt à soutenir un pacte de responsabilité dont il faut craindre que là ne serait qu’épouvantail d’approche sous lequel se dissimule toute une stratégie propice à pouvoir encore mieux leur planter un couteau dans le dos le moment venu pour enfoncer les prochains bilans dans une rhétorique de politique tacticienne négative, s’excusant au passage de leur manque d’implication dans les initiatives participatives pour inconvenances ! Ils feraient ainsi preuve d’une belle incompétence à ne pas prendre part au redressement de la France !     

___________________________

Publicités