La question du coût de l’armement pour aider à lutter contre daesh…

Curieuse et quelque peu illogique propension que prend le ‪‎conflit‬ des Kurdes en armes contre le daesh et ses gangs jihadistes…

mirage10

Déjà au départ, on s’étonnait que la CoalitionInternationale‬ ne réponde pas entièrement ou pas tout à fait comme il le leur était demandé – à savoir de fournir en artillerie et en matériel blindés les zones menacées au « moindre coût » en fournitures de matériel militaires -, préférant déployer l’aviation de la meilleure ‪‎technologie‬ estimée à des budgets colossaux et exorbitants… Contrôler du ciel tout en pilotant du sol les opérations… Non seulement cette demande initiale – d’absolument privilégier des équipements d’artilleries et de blindés au profit d’appuis plus extérieurs – n’a pas vraiment été respectée mais en plus maintenant s’y surajoute l’envoie de troupes étrangères (ce coût humain engagé ne leur est pourtant pas demandé) confirme Londres aujourd’hui… La France aussi aurait, toujours au conditionnel, aussi des vues éloignées en ce qui concerne ses propositions d’aide…

http://www.rojbas.org/2014/12/14/londres-enverra-des-troupes-dans-le-kurdistan-irakien/

http://www.rojbas.org/2014/12/14/la-france-pourrait-envoyer-des-troupes-en-irak-pour-une-mission-de-formation/

Comment donc faire comprendre alors à ces puissances occidentales hyper-militarisées qu’en stratégie militaire elles resteront toujours les armées les plus grotesques que la terre n’ait jamais portée… À preuve du contraire la bonne dizaine d’avions de chasse exposée par l’Armée de l’Air française avec très peu de vols effectifs (les doigts d’une main suffiraient à les compter) si ce n’était pour faire « salon militaire » et en profiter pour lourder 126 coucous aux Indes au passage… Le faible coût des opérations n’est apparemment pas le but recherché et on sentirait quasiment la stratégie militaire dévier vers des formes de rentabilité… Les frappes aériennes qui nécessitent des sommes excessives pour pas grand chose n’équivalent en rien la capacité à riposter plus efficacement encore sur le sol, directement en face du daesh, avec du matériel adéquat à l’artillerie lourde déployée par les jihadistes… La résolution du conflit qui menace la survie des Kurdes de Syrie‬ ne pourra pas passer par le développement du marché de l’armement entre grandes puissances et encore moins des rivalités avec le daesh et l’armée turque qui cherchent à s’approprier les territoires irakiens et syriens, sorte d’éclaireurs pour grandes puissances en veilleuse, impatients de voir jusqu’où la Turquie‬ se cassera les dents.

15 décembre :

Probables manifestations en ce début de semaine en Turquie suite aux arrestations des représentants politiques des partis démocratiques représentatifs des 10% des suffrages qui vit l’auto-proclamation présidentielle du Président Erdogan… mais au-delà… chez-nous, en Europe, il faudrait convaincre les décideurs à passer à des déploiements plus raisonnables de ce qu’ils appellent la question financière… pour la France, par exemple, il est stupide d’envoyer 18 avions maintenant disponibles sur place qui n’ont effectué qu’une poignée de missions comme si l’état-major de l’Armée de l’Air française croyait qu’il s’agissait de se rendre à une foire internationale du marché de l’armement… encore plus étonnant que dans la foulée se négocie le contrat de vente de 126 coucous pour les Indes au passage… mais ne polémiquons pas et restons-en au stade des recommandations qui consisterait à passer à des aides à moindre coût car de l’artillerie lourde et quelques blindés reviennent bien moins cher que multiplier des frappes aériennes qui ne servent pas à grand chose… temporaires et trop sporadiques puisque les effectifs du gang jihadiste se régénèrent plus vite que ne décollent ces mêmes avions de chasse… kérozène et armada logistique nécessaires au fonctionnent des avions de chasse n’équivalent en rien, économiquement à des simples batteries anti-chars au sol… en modifiant cette aide matérielle telle qu’elle fut avancée jusqu’à présent, la défense de Kobanê pourrait encore gagner en efficacité..

En résumé toutes ces décennies où les Kurdes de Turquie ont été persécutés, malmenés dans leur culture, interdits de parler leur langue… considérés comme des « dangereux », ils n’ont pourtant fait que se défendre contre les dangers des agressions extérieures… en s’organisant et en restant soudés, ils sont parvenus à perdurer en Irak, sur le point d’y arriver en Syrie alors qu’en Turquie, la paix ne demande qu’à s’installer si le respect du cessez-le-feu illimité était définitivement adopté… contrairement à cette logique, Erdogan multiplie les bavures et dévie de ces objectifs en procédant à des arrestations arbitraires… non pas seulement en s’attaquant aux médias mais en s’en prenant directement à des représentants de ces partis politiques démocratiques qui sont l’affirmation de la citoyenneté kurde… même pas foutu d’établir dans sa cervelle une graduation des peines à l’encontre de ses 10000 détenus politiques… tous ne sont pas généraux chez Öcalan et un distributeur de tracts ou un poseur d’affiches en faveur du développement de la politique kurde n’équivalent en rien à des bombes posées par le passé dont Erdogan se fout bien qu’elle lui re pètent à la gueule !

PaixAuMoyenOrient‬ ProcessusDePaix‬
‪‎SEYFO1915‬ ‪‎Kobanê2014‬

Publicités

‪‬‎Öcalan‬ soumis aux impasses démocratiques de nos républiques…

Les Kurdes‬ de Turquie‬ et le parti politique du PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan) demandent la mise en place d’un cessez-le-feu illimité pour que puisse enfin s’engager la résolution du processus de paix et Erdogan ne pense qu’à instituer l’enseignement du turc ancien dans les écoles… (? ? ?)
C’est qu’avec le temps, le fourbe d’Ankara serait capable de faire croire qu’en fait la langue Kurde c’est ça, le « turc ancien » comme il avait réussi à faire croire lors d’un cessez-le-feu annoncé… je crains qu’‪‎Erdogan‬ ne parvienne jamais à dépasser le stade de la fourberie… comme à l’époque de ce CessezLeFeu‬ où il faisait croire à la société que le ‪‎PKK‬ demandait le cessez-le-feu parce qu’il était vaincu, battu, qu’il avait peur et qu’il reculait ? ? ?… méfiance et vigilance /

Qu’on se réfère au Pkk‬ ou à Abdullah Öcalan dans les médias, interviews, posts ou coms alors qu’on sait très bien qu’ils n’existent pas pour mieux maintenir les Kurdes sous des statuts militaires pour mieux les réprimer reste compréhensible dans la vision occidentale du colonialisme, voire celle de la conquête inhumaine et sanguinaire lancée par ce gang jihadiste qu’est le daesh sur des territoires leur appartenant (Irak‬‪‎Syrie‬). Et c’est bien cette répression qu’‪‎Erdogan‬ n’arrive toujours pas à abandonner, refusant de rendre le statut de ‪‎politologue‬ au(-x) leader(-s) du parti politique kurde pour pouvoir profiter de son filtre frontalier au poste de Kobanê et procéder à des arrestations quand ce ne sont pas des assassinats qu’il prémédite ; résolument campé avec son armé, procédant à des mouvements sur une zone élargie autour de ‪‎Kobanê‬ regroupant l’ensemble des trois cantons du Rojava‬ avec ‪‎Afrin‬ à l’Ouest, ‪‎Cezire‬ à l’Est… Empêchant catégoriquement les compatriotes d’arme kurdos-turcs de passer la frontière imaginaire entre la ‪‎Turquie‬ et Kobanê et allant même jusqu’à favoriser des passages de jihadistes provenant de Turquie arriver dans le Rojava pour poursuivre les assauts ; Erdogan refuse toujours toute reconnaissance historique aux Kurdes mais qui là, cette fois, ne relève plus de la Turquie mais de la Syrie en ce qui devrait concerner la territorialité‬ administrative de cette zone de peuplement kurde… Loufoque stratégie‬ puisqu’à la fois Erdogan utilise l’histoire commune de son territoire‬ avec celle des Kurdes pour la projeter dans le Rojava et poursuivre sa logique exterminatrice pouvant ensuite songer à bénéficier avec l’usure d’une appropriation militaire sur ce secteur… Mais ce n’est pas étonnant à se souvenir d’un cessez-le-feu où Erdogan faisait croire à la société turco-kurde et kurdo-turc que le PKK reculait, qu’il cherche l’armistice parce qu’il avait peur, qu’ils étaient enfin vaincus et s’estimaient battus (? !)… Mais en réalité, ce n’est même pas d’une Armistice dont la société kurde fait l’objet dans le raisonnement d’Erdogan mais d’une capitulation totale (?)… Une manière d’inverser les torts, transformant presque l’histoire des Kurdes de Turquie et du PKK en agresseur et celle de la politique Turque actuelle comme libératrice (!) Ce qui est d’une tromperie absolue puisque le PKK n’a jamais été à l’aune des agressions et qu’il n’a fait que défendre des populations kurdes qui se sont retrouvées agressées, chaque fois par des exactions dans des petits villages isolés, un peu comme celles agressées aujourd’hui par les jihadistes tout le long de la frontière syrienne… Le PKK n’est intervenu que lorsque les droits fondamentaux des individus appartenant à des minorités persécutées depuis longtemps étaient bafoués et même pas au nom d’une prétendue organisation – terroriste ou pas puisque la question ne devrait pas même pas se poser puisqu’ils se revendiquent d’autre chose – mais en tant que simple projet politique‬, ‪‎démocratique‬ et ‪‎pacifique‬ construit autour de bases égalitaires et non discriminantes, garantissant la reconnaissance et l’existence historique des ‪‎Droits‬ Kurdes et d’autres ‪‎Minorités‬ dans le concert des nations… comme le veut le ‪‎DroitInternational‬ (Chartes‬ &‪ ‎Textes‬)

Aujourd’hui la crainte que pourrait encore avoir le régime d’Erdogan sur l’existence et l’histoire des Kurdes ne peut plus se justifier comme par le passé… Des yeux et des oreilles se sont ouvertes pour appuyer le processus de paix et que cessent les procès faits à des personnalités de la société kurde (avocats, enseignants, simples militants) en Turquie. Mais qu’il se rassure donc Erdogan : Kobanê ne va pas envahir la Turquie une fois Kobanê épargné (Rojava), par contre que l’armée turque finisse par envahir Kobanê via une ligne Damas – Bagdad et qu’elle cherche à écraser par tous les moyens le Rojava pour aboutir à une Turquie élargie c’est faire fausse route puisque n’est demandé en premier qu’un Kurdistan élargi en tant que zone administrative faisant suite aux zones militaires permettant d’accéder progressivement à l’autonomie mais ne s’inscrivant pas immédiatement sous l’aspect d’un État indépendant tel que la globalité des États-nation s’obstineraient à vouloir absolument le calquer ce Kurdistan où des Kurdes se battent jusqu’à la mort pour préserver leur existence…

Des ‪‎spécialistes‬ * regrettent et déplorent qu’il n’y ait pas de leadership‬ dans cette région mais ne voient malheureusement pas que ce leadership est à chercher sur le terrain dans les mains des combattants qui s’opposent au processus de destruction mené par les gangs jihadistes dans les zones concernées et en aucun cas, ne doit et ne peut être transféré vers la Turquie… Ce leadership est Kurde et pas Turc sans quoi nous marquerions notre appartenance explicite au daesh en refusant d’accorder l’autorité qui leur revient en reconnaissance à leur prise d’arme ou tout au moins, cela reviendrait-il à graisser ou simplement soutenir de loin l’aveuglement d’Erdogan, inconsciemment ou volontairement, économiquement et socialement. Ne pas voir ce leadership Kurde acquis dans cette guerre contre daesh et ses gangs jihadistes reviendrait à s’en laver les mains pour se protéger derrière une grande puissance, turque ou plus occidentale, pour qu’ô jamais les Kurdes ne puissent décider de leur sort constitutif, de leur avenir certain. Cela est réellement impossible mais pourtant politiquement réalisable puisque la question reste toujours considérée sous l’influence des paradigmes de domination unilatérale d’accession aux filières des paradis fiscaux.

Incompréhensible était déjà au fil des semaines – des mois maintenant – la situation de l’aide humanitaire et militaire bloquée par la Turquie et l’impossibilité à faire plier le droit de passage… Aussi bien l’‪‎ONU‬ que ses Nations représentatives rapprochées ne peuvent appliquer de mots d’ordre à l’acheminement de l’aide humanitaire comme si la seule solution consistait à poursuivre la décomposition de la région. « À l’heure actuelle, le monde entier s’y pense et étudie la question. Nombreux apportent leur réponse. Le monde entier est devenu contributeur, aujourd’hui le vrai visage des Kurdes est montré tel qu’il est, sans censure de la part d’erdo… En ce qui concerne les puissances étatiques mondiales, c’est vrai que des pays comme la France devraient s’impliquer d’avantage… Par contre ‘erdo’ à été malin, il les a noyé dans tout un tas de contrats et d’arrangement divers qu’il ne peuvent plus bouger le petit doigt. Ils sont indirectement des points de la Turquie et la Turquie suit les USA en se collant au maximum à l’Europe… Affaire qui n’est pas mince, et très complexe dans sa complexité… » (Jean Gundi)

Le pire c’est que tous veulent la Paix !… les Kurdes et la majorité de la société turque… il n’est pas demandé d’autonomie ni d’indépendance en Turquie de la part des Kurdes mais la coexistence pacifique de multiples cultures liées par le droit, la tolérance, la démocratie universelle et la coexistence pacifique des groupes… les hésitations (un pas en avant pendant les élections et deux en arrière ensuite…) ne peuvent que contribuer à faire resurgir les conflits ; ça, une bonne partie de la société turque l’a compris maintenant… la même liberté pour tous dans la multiplicité des croyances pour éviter le déchirement social… Mais à mon avis, Erdogan doit avoir des lobbies religieux sous la semelle qui l’empêche d’avancer… Bon… les States n’ont plus de pognon à mettre pour faire security… espérons que ça ne finisse pas en énorme poudrière autour d’un pays appartenant à quatre nations différentes ; le Kurdistan au milieu… mais pour ça !… pour éviter ça, il faudrait que la France s’implique un peu plus humainement sur le sol Syrien (et pourquoi pas à Kobanê !) car, après tout, c’est quand même une ancienne histoire commune qui lie le sol syrien au nôtre… sans vouloir absolument chercher à refaire du colonialisme mais en adhérant humainement, politiquement et socialement – comme ça, c’est sûr que l’économique suivra – au projet démocratique de l’« administration Rojava » tel qu’il était avant le conflit armé… « Cela était possible avant parce que personne ne voulait voir ni entendre ce qui se passait à propos des Kurdes (car la cause était méconnue du grand nombre). Quand il y avait de rares oreilles qui entendaient quelques cris Kurdes, ‘erdo’ les rebouchait en disant : ce n’est rien, ne faites pas attention, c’est un problème interne lié au terrorisme j’ai la situation en main et je m’occupe… Ainsi des étrangers s’y sont intéressés et on vu de plus près mais sans dire un mot, car la complexité du problème empêchait sa compréhension. (JG) »

C’est bien pour cela que l’économie doit être dirigée par la société et non pas par des parties extérieures à cette société, issues d’une autre représentativité que celle autogestionnaire pouvant s’établir comme aux trois cantons du Rojava (Afrin à l’Ouest ; Cezire à l’Est et Kobanê au centre = Kurdistan Syrien ?)… si les autorités YPGJ installées ne se font pas dérober par des forces extérieures la direction de leur territoire…
http://www.actukurde.fr/…/…/le-contrat-social-de-rojava.html 96 articles relatifs au Contrat social

_________________________

*Dorothée Schmid, journaliste invitée par Christine Ockrent sur France Culture le 18.10.2014 pour parler de La Question Kurde dans le monde :http://www.franceculture.fr/emission-affaires-etrangeres-la…

OcalanFeuilledeRoute-Resume

‪#‎DorothéeSchmid‬ ‪#‎ChristineOckrent‬ ‪#‎FranceCulture‬ ‪#‎AffairesÉtrangères‬

Guerre et paix au Kurdistan

Andrews14:10:2014

Perspectives pour une résolution politique de la question kurde

http://www.freedom-for-ocalan.com/francais/Ocalan-Guerre-et-paix-au-Kurdistan.pdf

«  Même si le PKK se réclamait défenseur d’idées pour la liberté, nous n’avions pas réussi à nous libérer nous même de la manière de penser des structures hiérarchiques. »  (page 29, in  Critiques principales)

« Il existe une autre contradiction majeure de la lutte du PKK pour un pouvoir politique institutionnel, qui façonna et ordonna le parti. Les structures qui acceptent les principes du pouvoir institutionnel sont en contradiction avec la démocratisation sociétale auquel le PKK affirmait adhérer. Les membres actifs de n’importe quel parti similaire ont plutôt tendance à être dirigés par leurs supérieurs que par la société, ou sont selon le cas enclin à vouloir eux-mêmes monter en grade pour diriger. Les trois grandes tendances idéologiques fondées sur la conception d’une émancipation sociale furent toutes confrontées à cette contradiction. Quand il a fallut instaurer des conceptions sociales qui dépassaient le capitalisme, ni le réel- socialisme, ni la démocratie sociale, ni les mouvements de libération nationale ne furent capables de se libérer des contraintes idéologiques du système capitaliste. Rapidement ils devinrent des piliers du système capitaliste dans leur quête du pouvoir politique institutionnel au lieu de se concentrer sur la démocratisation de la société. » (p.29, idem…)

***

« • La politique a besoin de médias indépendants. Sans quoi les structures étatiques ne pourront pas développer de sensibilité aux problèmes de démocratie, et il ne sera pas possible de démocratiser la politique. La liberté d’information n’est pas seulement un droit de l’individu. Elle implique une dimension sociétale. Les médias indépendant ont aussi toujours un mandat sociétal. Leur communication avec le public doit respecter un certain équilibre démocratique.

• Les institutions féodales telles que les tribus, les émirats de scheiks, d’aghas, et le sectarisme qui sont pour l’essentiel des reliques du Moyen âge constituent, comme les institutions des États-nations classiques, des obstacles sur le chemin de la démocratisation. Ceux-ci doivent être appelés d’urgence à se joindre au mouvement démocratique. Ces institutions parasitaires doivent être vaincues de toute urgence.

• Le droit d’accès à l’éducation dans la langue maternelle doit être garanti. Même si les autorités ne facilitent pas telle éducation, ils ne doivent pas empêcher les efforts civils qui veulent créer des institutions pour l’enseignement de la langue et de la culture kurde. Le bon fonctionnement du système de santé doit être garanti par l’État et par la société civile.

• Un modèle de société écologique est essentiellement socialiste. La mise en place d’un équilibre écologique ne pourra s’accomplir que pendant la phase transitoire où une société altérée des classes basée sur le despotisme se transformera en une société socialiste. Il serait illusoire de croire en la préservation de la nature dans un système capitaliste car ces systèmes participent largement à la dévastation écologique. Il faut réserver une place importante à la protection de la nature dans le processus de changement sociétal. » (p. 35, in Nouvelles approches stratégiques, philosophies et politiques du mouvement de libération kurde)

***

L’économie basée sur le profit n’a pas seulement causé du tord à la société, mais elle a aussi dévasté l’environnement. Une des raisons principales du déclin de la société est l’envergure de l’expansion des marchés financiers. La production artificielle de besoins, la recherche de plus en plus hasardeuse de nouveaux marchés ainsi qu’une avidité illimitée pour toujours plus de bénéfices ne font qu’accentuer durablement l’inégalité entre riches et pauvres. Elles augmentent le nombre de ceux qui vivent en dessous du seuil de pauvreté ou de ceux qui meurent de faim. L’humanité ne peut plus se maintenir avec une telle politique économique. Il s’agit donc du plus grand défi que doit relever la politique socialiste : une transformation progressive d’une société attachée au confort en une société qui produit sur la base d’une valeur d’usage ; le passage d’une production par intérêt à une production pour le partage. » (p. 36-37, in Nouvelles approches stratégiques, philosophies et politiques du mouvement de libération kurde)

***

« Notre conception de la nation démocratique n’est pas définie par des drapeaux et des frontières. (…) Cela constituerait un modèle fondé sur les Droits de l’homme et non sur la religion ou sur la race. Notre conception de la nation démocratique englobe toutes les cultures et tous les groupes ethniques. » (p. 41, in Situation actuelle et solutions possibles)

_________________________________________________________________

PKK ?

http://www.kurdishinfo.com/german-left-party-appeals-removal-pkk-ban

Ce n’est plus le PKK des années 1970… le PKK a évolué comme parti représentatif d’une politique démocratique et vise dorénavant un Cessez-le-feu illimité et non pas la guérilla que lui impose le gang jihadiste fortement influencé par des grandes puissances économiques… D’ailleurs, rien qu’à être les seuls avec les Peshmergas à combattre les jihadistes du daesh, ne suffit-il pas à rendre légitime leur prise d’arme actuelle pour conduire à la reconnaissance de leur autorité militaire parmi les armées les plus grotesques du monde ! ?

***

It is not any more the PKK of the 1970s… the PKK evolved as representative party of a democratic politics (& policy) and aims from now on at an unlimited Cease-fire and not the guerrilla warfare which imposes him the Jihadist gang strongly influenced by economic major powers… Moreover, only to be the only ones with Peshmergas to fight (dispute) the Jihadists of the daesh is enough to make legitimate their grip (taking) of current weapon to lead (drive) to the gratitude (recognition) of their military authority among the most grotesque armies of the world ! ?

***

Das ist nicht mehr der PKK der 70er Jahre… der PKK hat sich wie die einer demokratischen Politik repräsentative Partei entwickelt und ziele (und beglaubige) von jetzt an auf eine unbeschränkte Feuereinstellung und nicht die Guerilla, die ihm die Bande als jihadiste, durch wirtschaftliche Großmächte fest beeinflußt, vorschreibt… Übrigens genügt nur, die Einzigen mit Peshmergas zu sein, den jihadistes des daesh zu bekämpfen, ihre Einnahme (Steckdose) gegenwärtiger Waffe gesetzmäßig zu machen, um zur Dankbarkeit (Anerkennung) ihrer militärischen Macht unter den am meisten grotesken Armeen der Welt (oder Leute) zu führen ! ?

***

Non sono più il PKK degli anni 1970… il PKK si è evoluto come partito rappresentativo di una politica democratica e ha mirato un Cessate il fuoco illimitato d’ora in poi e non la guerriglia che gli impone il gang jihadiste fortemente influenzato dai grandi poteri economici Del resto, niente che ad essere i soli coi Peshmergas a combattere i jihadistes del daesh, non basta non a rendere legittimo loro preso di arma attuale per condurre alla riconoscenza della loro autorità militare tra gli eserciti più grotteschi del mondo ! ?

➤ « Öcalan : Tout le monde devrait soutenir le processus. »

de « ANF – BRUXELLES 12/11/2014 11:00:11

Les deux jours 11e Conférence internationale sur l’UE, la Turquie, le Moyen-Orient et les Kurdes hébergés par la Commission Civic la Turquie de l’UE (‪‎EUTCC‬) a commencé au  ParlementEuropéen‬ à Bruxelles hier.

Leader Abdullah ‪‎Öcalan‬ des kurdes a envoyé un message à la conférence, qui a été lu par l’avocat de Nelson ‪‎Mandela‬, Essa Mossa.

ÖcalanDessin

Dans son message, Abdullah Öcalan attiré l’attention sur le fait que le 2-year-long processus de résolution avait atteint le stade de la négociation, et a appelé à tout le monde, en premier lieu les organes en Europe, pour soutenir le processus. (‪‎CessezLeFeu‬)

Il a souligné que des efforts déterminés ont été déployés pour assurer que le processus est resté sur la bonne voie, et qu’il ne saurait pas seulement apporter une solution juste et durable à la question séculaire, mais aussi, par le biais de sa conclusion démocratique, faire une importante contribution à la paix et la démocratie au Moyen-Orient. (‪‎ConfédéralismeDémocratique‬‪ ‎SolutionPolitiquePourLeKurdistan‬ ‪‎PaixAuMoyentOrient‬)

Öcalan a souligné la contribution importante qui pourrait être faite pour le processus de négociation si toutes les organisations en Turquie‬ et en Europe‬ qui ont soutenu la paix et la résolution apportent leur soutien à elle.

Le Parlement européen doit jouer un rôle actif.

Öcalan a ajouté qu’il attachait une grande importance à la conférence kurde organisée par le Parlement européen (‪‎PE‬), l’invitant à jouer un rôle actif dans le processus de résolution. Il a déclaré que le PE pourrait jouer un rôle majeur dans cette lutte honorable pour l’‪‎humanité‬ et dans la quête de la ‪‎paix‬.

Öcalan a souligné qu’il attendait les peuples de l’Europe, qui croyaient en la‪ ‎liberté‬ et la démocratie‬, pour soutenir la lutte pour la démocratie et la liberté dans les pays qui ont souffert de la douleur pendant si longtemps.

Un honorable lutte est menée dans ‪‎Kobanê‬ et Sinjar‬

Öcalan a souligné que Kobanê et Sinjar étaient un résumé de la question kurde et du Moyen-Orient. Il a appelé les gens à comprendre l’importance de la lutte menée, où les femmes révèlent qu’un peuple ne peut pas être libéré sans la pleine participation des femmes dans la lutte.

Nous menons une lutte pour la liberté et la démocratie.

Öcalan a souligné l’héroïsme des jeunes femmes et des hommes qui mettent leur vie sur la ligne pour s’opposer aux gangs barbares attaquent Sinjar et Kobanê. Il a ajouté que si les femmes étaient encore vendus dans le 21ème siècle, c’était une honte pour le monde entier. Le message d’Öcalan a conclu en soulignant que le peuple kurde livre une lutte pour la liberté et la démocratie. »

http://en.firatajans.com/news/news/ocalan-everyone-should-support-the-process.htm

La Question Kurde dans le monde

L’Ump récupèrerait-elle les terroristes qu’elle a fabriquée ?

Prière de respecter les Institutions‬ de la Nation‬ et de ne pas s’exprimer avant que les autorités compétentes n’aient édité leur communiqué… NKM‬, vous n’êtes pas MinistreDesAffairesÉtrangères‬ à ce que je sache et votre bureau (cagibi de l’Ump‬ et non pas votre CabinetMinistériel‬) n’est pas au QuaidOrsay‬ non plus !…

PS‬ MinistèreDeLaDéfense‬ JeanYvesLeDrian‬

http://www.u-m-p.org/actualites/a-la-une/attentat-suicide-contre-linstitut-francais-dafghanistan-111781112

Eric Feugain:

– Il n y a que des manchots au pouvoir mon cher, ils sont inaudibles…
– à votre non-respect des principes protocolaires de l’État dont l’Ump et son empire de petit Calife version JihadisteFinancier s’est depuis longtemps soustraite !

Guillaume Laguerre :

– schut …#NKM

  • Sandrine Dumortier :
  • Comme il est facile de donner des leçons
    Comme il est facile de condamner avec la plus grande fermeté alors qu’on se complet dans l’ingérence FH Vals Fabius seraient bien inspiré de s’occuper de la France…
  • –  rhaaa !… mais il s’en occupe !… la preuve !… sarko fait des otages et Hollande les libère !… où est la différence ?
 

Une femme CRS porte plainte contre ses collègues (!)

« ‪‎Harcèlement‬ : Ines‬ porte plainte contre ses collègues CRS
croix‬ gammée, racisme sexisme )…. »

Front de Gauche Femmes et Féministes : http://www.europe1.fr/societe/ines-32-ans-premiere-crs-a-porter-plainte-contre-ses-collegues-2313373

Ça c’est notre ‪‎Mossad‬ à nous, notre ‪‎Stasi‬ en service Guépéou‬, nosVopos‬ nationalistes ou loups gris locaux ; la ‪‎DGSE‬ sur le terrain… machos un peu trop paternalistes et sexistes qui s’en prennent à leur propre collègue, sans doute une femme trop libre à leurs yeux plissés par la hiérarchie d’un corps de métiers malheureusement encore trop genré ; à moins que cette violence‬ soit bien plus politique qu’il n’y paraît et non pas une simple guerre des sexes… ces mecs sont capables de préparer un coup d’‪‎État‬, de se sentir obligés de tuer des manifestants trop contestataires, d’assassiner des gardés à vue, puisqu’ils violentent leurs collègues… Les mêmes qui sont capables de soutenir Erdogan‬ et ses infiltrations jihadistes pour en venir à bout du PKK‬, quitte à tout miser sur un Kurdistan‬ irakien seulement et sacrifier‪ ‎Kobanê parce qu’une société sans État n’est pas de leur compréhension et que la poursuite d’une telle expérience risquerait de mettre en péril l’existence politique actuelle d’une gauche qui n’a plus rien à voir avec la gauche d’avant les Guerres‬, une gauche sociale-démocrate et non pas communiste révolutionnaire, cette appellation si rouge qu’elle en démange ces cervelles sous le képi…

SAm Speed : – Faut privatiser moi je dis !

                         – c’est déjà fait nous annonce-t-on aujourd’hui aussi … comme quoi l’État et le privé financerait des entreprises privées de sécurité pour alléger la tâche des agents de la paix… sans doute la seule manière de se garantir l’anonymat en cas de bavures !… c’est déjà si difficile de porter plainte en tant que policière… alors en tant qu’ouvrière ou simple salarié…
QuestionPolicière

Sarkozy chercherait-il à profiter de la libération de Serge Lazarevic ?

Stupeur et consternation, écoeurement et révolte encore une fois ce matin à la découverte d’un billet officiel jeté sur le site Facebook de l’Ump par, vous l’aurez deviné, le tout fraichement réinstallé Sarkozy, à peine sauvé de son statut de fantôme politique !… Et qui dit quoi ce billet ?… Apparemment Nicolas Sarkozy aurai décidé dans sa tête de s’approprier la libération de l’otage Serge Lazarevic, devançant de quelques minutes l’accueil sur le tarmac de Villacoublay effectué réellement par notre Président François Hollande… Non mais qu’est-ce que c’est que ce second kidnapping pour l’otage Lazarevic, sur notre propre sol, par un candidat à plus rien (le revenant Sarkozy) qui ose essayer de s’attirer l’opportunité d’une libération d’otage pour redorer son image de marque salie par sa tendance de jihadiste financier et son comportement ordurier, désormais avéré envers les membres de sa propre formation politique… On imagine déjà le petit déjeuner du jour du repêché de l’Ump avec sa dame patronnesse le flattant pendant que le café coule, lui susurrant dans le fond de l’oreille : « mais oui mon amoureux !… c’est toi qui l’a libéré l’otage… François Hollande c’est ton secrétaire, c’est pour ça, mon amoureux, que c’est lui qui l’accueille à l’aéroport ! » Après ça, la folie s’avère avoir gagné l’ensemble du corps constituant de l’Ump mais, autre point, bien plus suspect, c’est le manque de respect des institutions et de la fonction du Chef de l’État qui jusqu’à présent était censé chargé d’annoncer une libération d’otage… Non, là, Sarkozy se charge de le faire à sa place !… Quel culot, le freluquet !… Non seulement chez-lui, ses collègues politiques l’emmerdent ou il les trouvent tous cons et s’étonne d’une atmosphère de haine et d’insultes à tous vents au sein de l’Ump ; mais en plus il s’adjuge la libération de l’otage presque comme dans une lettre pourrie à Guy Môquet… Pas même les Le Pen ne se seraient permis un outrage pareil ; Nicolas Sarkozy, lui, ça ne le dérange absolument pas ! Ça doit être son côté jihadiste financier qui l’a rendu comme ça, aussi odieux et opportuniste, profitant d’une libération d’otage pour se faire un petit déjeuner nationaliste !

En conséquence de quoi, le dit site facebook lié à l’Ump et Sarkozy devraient être fermés (hé oui, il y en a plusieurs) pendant 48h comme l’exige la convention Zukerberg en raison d’une violation du principe protocolaire de l’État lors d’une libération d’un otage ainsi qu’à un manque de respect de la fonction Présidentielle…

➢➣➤ Amis syndicalistes !

Depuis de trop nombreuses années la définition statistique de la représentativité syndicale est complètement erronée et se joue allègrement des chiffres dans les médias pour vous situer, autour d’une tranche variant entre 7 et 10%, parmi ce qui est encore possible de sonder effectivement sur le terrain, en matière de « syndiqués » réellement et librement… Car ne nous y méprenons pas, mais il y a une sérieuse embrouille dans cette si faible annonce chiffrée de ce qu’il resterait des syndicats puisque de toutes façons, cette statistique, fantôme ou dévaluée, ne tient absolument pas compte de tout un pan du secteur économique qui appartient, d’une manière si snobe et aristocratique, au domaine privé !… Ce qui se dit entreprise privée, petite ou grande, malheureusement là-bas, ça fait longtemps que toutes formes possibles ou supposée de syndicalisme n’existent plus… Dans « le privé », il n’y a plus de syndicalisme du tout autrement que sous la forme de l’intermédiaire MEDEF autoritaire qui a vite fait de supprimer les inégalités en interdisant toute appartenance syndicale… Si dans ce « privé » tu veux te syndiquer ouvertement, libre à toi, mais tu ne resteras pas longtemps dans la boîte… Alors comment faire vivre un syndicalisme dans le secteur « privé » de l’économie française autrement que clandestinement ?… C’est aberrant ce non respect concerté de la possibilité de se syndiquer dans le privé, mais ça ne veut pas dire qu’en retour, ces salariés en question n’éprouveraient pas le désir de s’attacher à une forme syndicale comme Sud ou la CGT ?…

Donc, à partir de la prise en compte de cette situation d’inégalité absolue en matière de représentativité syndicale liée au secteur privé de la vie économique, il faut bien en déduire et constater que le syndicalisme, tel qu’il s’est construit à travers l’histoire ouvrière, libre et commune, n’est plus que possible, vivable et existentiel que par les grandes entreprises d’État, publiques ou nationalisées, inscrites au CAC 40 ; ailleurs c’est devenu depuis longtemps plus difficile, voire même impossible tant les conditions d’embauche sont devenues draconiennes, dans le public comme dans le privé aujourd’hui… Syndiqués !… vous valez trois, quatre, voire cinq fois plus que ce qu’annoncent les chiffres chaque fois qu’ils tentent d’établir des répartitions du moment que le secteur privé a bouffé trois à cinq fois plus de champ d’activité propre au fonctionnement privé qui marque, à lui tout seul la mort du secteur public ! Ce en quoi, ce même espace public doit être développé de manière égale, si ce n’est plus amplement que le privé, devenu, lui, non seulement dangereux pour la représentativité syndicale mais également pour la santé économique d’un pays puisqu’il pousse les patrons à ne plus se mettre au service du secteur public…

syndicalisme‬ syndicats‬
SecteurPublic‬ ‪‎SecteurPrivé‬
‪‎CNT‬ ‪‎Sud‬ ‪‎CGT‬
CommunismeOuvrier

République française… République de Turquie… vous n’en voyez pas le rapprochement ? ⟲⤿⟲

Que deviennent nos valeurs et notre conception des notions de citoyenneté, de respect des Institutions quand le sens de la démocratie et de la République sont régulièrement mis en danger ?… lorsque des accords syndicaux ou internationaux sont sans cesse remis en question en vue d’être modifiés pour n’en ressortir qu’un peu plus avariés et ternis ?…

Si Öcalan devient de plus en plus précis quant à la notion de développement collectif d’un projet de société politique démocratique et pluraliste, universaliste et pacifiste, c’est qu’il ne compte pas reculer devant sa demande de respect du cessez-le-feu (mars 2013), devenue aujourd’hui la pièce principale de l’avenir des Kurdes de Turquie désormais bloqué et mis en péril par la situation de cette guerre contre le daesh, devenue le moindre des soucis d’Erdogan, plutôt enclin, hier et demain, à ouvrir du côté de sa frontière des boulevards au gang jihadiste dont les membres, plusieurs fois filmés dans des transports en commun en Turquie, font désormais le tour de la terre… Si l’Occident semble obtus à comprendre le double langage du Président turc Erdogan, avancé comme une relation fraternelle par excellence derrière un pantomime familial (« cousins Kurdes »), c’est qu’il n’a pas pris conscience du nombre d’arrestations et de mises à mort qui suivirent les manifestations en Turquie (et en Syrie aussi, notamment à Kobanê ?) où les Kurdes ne firent que demander qu’Erdogan exprime clairement sa position et acte concrètement sa prétendue participation à la guerre contre le daesh en osant les attaquer militairement au lieu de profiter d’une situation suffisamment grotesque où il deviendrait leur épouvantail pour régler définitivement ses comptes avec le PKK et en somme aussi, l’ensemble des Kurdes, qui semblait pourtant emprisonné de fait, avec le dossier Öcalan, à Imrali. C’est ce qu’il serait normalement convenu d’appeler communément « respect des engagements. » Mais chez-nous aussi, notamment au sujet d’accords syndicaux, on connaît aussi ça : l’incompréhensible paradoxe qui nous tient à vouloir toujours signer des accords pour mieux les bafouer ensuite, les retoucher, les modifier, en affaiblir la partie « revendications » pour finalement, au bout du raisonnement, faire de leurs quémandeurs et représentants des luttes, de vulgaires agitateurs irraisonnés, tous justes bons à être entendus mais pas écoutés, assassinés ou gardés à vue, voire peut-être même emprisonnés maintenant que le droit de grève est en suspension volatile autour de la cervelle du fascisme économique et sociale, même si politiquement, ils ne font toujours que prétendre qu’il ne fait que sommeiller… sauf sur l’île d’Imrali d’Öcalan où là, ça fait déjà 15 ans qu’il est passé (!)

Pourquoi signer des accords alors veut nous dire Öcalan sachant qu’il y a 99,99% de chances qu’ils ne soient pas respectés ?… Parce que la faible marge, ce 0,01% de chances qui restaient aux Kurdes de Turquie, débouche aujourd’hui sur une représentativité politique dans les élections locales, régionales et maintenant également nationales… Cette reconnaissance politique peut aussi être à double tranchant dans sa relation administrative avec Erdogan pour peut qu’on n’ait à craindre que lui soit demandé en retour le sacrifice du PKK et l’oubli d’Öcalan… Cette hypothèse étant bien improbable puisque maintenant l’existence politique étant reconnue aux Kurdes, adjoints à d’autres forces démocratiques, implique en retour une protection juridique de cette représentation d’élus politiques qui devrait s’étendre à l’ensemble des citoyens Kurdes, ce qui malheureusement et de manière toujours aussi incompréhensible n’est pas toujours le cas… À preuve du contraire, ces mêmes élus agressés violemment sur la voie publique alors qu’ils étaient venus marquer leur soutien aux demandes d’aides pour les combattants de Kobanê…

En conséquence de quoi, ces accords de cessez-le-feu signés avant le daesh ne devraient non pas seulement rester l’apanage d’un président autoritaire islamiste contre un peuple réparti sur quatre frontières mais s’inscrire d’urgence, dorénavant, pendant et surtout après ce daesh, à la table de la loi onusienne avec force de s’y contraindre !

Öcalan‬ ne se défaussera pas !… ⟲⤿⟲

http://kurdishquestion.com/kurdistan/north-kurdistan/ocalan-no-more-steps-from-us-until-the-draft-is-implemented.html

***

Une délégation de l’État est en contact régulier avec Abdullah Öcalan‬ et le voit de temps en temps sur son île d’‪‎Imrali‬… Elle vous livre ses dernières réflexions sur l’avenir politique, le projet économique et social, démocratique et pluraliste, universaliste et pacifiste… Il insiste également sur l’importance de la reconnaissance des minorités opprimées… (comme les ‪‎Druzes‬ qui ne sont pas cités directement mais qui pourtant historiquement partagent une souffrance commune avec les‪ ‎Kurdes‬ par rapport à l’oppression de l’empire Ottoman‬… ils sont « frères », bien plus que de simples « cousins » parce qu’avec la théorie d’‪‎Erdogan‬ et sa politique à l’égard de ses cousins kurdes…)

Importance accordée aussi au combat de la démocratie et des libertés qui se joue à Kobane‬ devenant le premier tournant de ce 21e siècle tout en voyant se jouer une certaine hypocrisie diplomatique autour (rajouterai-je presque) ;‪ ‎Kobani marque également la prépondérance des femmes Kurdes en armes

La principale charpente de cette dernière entrevue avec Öcalan reste l’affirmation de la demande de « mise en oeuvre du projet démocratique » en tant que reconnaissance administrative et sociale actant la fin des violences… Pas nouveauté ou de nouvelle démocratie mais concrétisation d’un travail de longue haleine établi sur plusieurs décennies de lutte pour la reconnaissance Kurde… Fondé sur un solide programme politique et sous listes présentables aux élections représentatives du Parti, l’existence et la possibilité de vie kurdo-turque devient ainsi possible par une protection juridique indispensable
Au fil de ces entrevues, on s’aperçoit qu’Öcalan ne s’est pas laissé endormir et qu’il est plus que jamais déterminé à retrouver son statut de politologue que l’État turc lui a dérobé en l’enfermant à vie (après avoir échappé à la peine de mort), le vouant ainsi à jamais au rôle militaire qui permettrait au régime d’Erdogan d’autant le museler…

*****************

La ‪‎religion‬ est devenue dans les ‪‎Universités‬ en ‪‎Turquie‬ ce que l’Économie‬ est devenue dans les facs françaises : des États-nation‬ pendus à un paradis fiscal turc !… ParadisFiscaux‬

➢➣ « Après avoir résolu la question de la méthode, nous voyons que M.‪‎Öcalan‬ a analysé l’‪‎histoire‬ et la ‪‎philosophie‬ de la question à un degré qui gênerait presque toutes les  universités du pays. »

___________________ 

‪‎Confédéralisme Démocratique‬

Liberté / Droits Des Femmes‬

PKK‬ – YPG‬ – YPJ‬
‪‎Solution Politique Pour Le Kurdistan‬

WalidJoumblatt