Le versant minoritaire de « la gauche » demande à François Hollande d’aider la Grèce !

C’est sur ce genre de question primordiale que le « bloc de toutes les gauches » peut s’entendre entre un versant majoritaire (Libéral – Social – Démocrate) et une option « minoritaire » (Altermondialiste – Anticapitaliste – Anarchiste) qui défini la ligne démocratique empêchant les 50ème (majoritaire ou minoritaire) de se transformer en 4/5 despotique, autoritaire, voire totalitaire selon les cas… Le chapitre écologique appartenant à tout le monde désormais (?)

Si l’économie grecque, mise au pilori par les créanciers européens ne peut pas payer son ‎impôt, ils font comment ?… ils s’endettent… Pourquoi, encore une fois, les fonds alloués, carrément évaporés ou gardés en stock pour nourrir de futures spéculations, ne serviraient-ils pas à « rembourser » cet impôt, histoire de l’effacer ?… Parce qu’en quelque sorte, c’est bien d’un remboursement dont il s’agirait puisqu’une partie des fonds est toujours restée en banque sur le compte d’une ‎économie parallèle qui servait à gonfler les paradis fiscaux et non pas pour faire vivre la ‎Grèce, la ‎société grecque… ou alors très peu… depuis que l’Europe giscardienne solidifiée par un Raffarin très populeux, à l’origine du Ppe (Parti Populaire européen) à dominante outrecuidante des droites « élargies », met en demeure, à tour de rôle, certains pays.

Car augmenter l’impôt nous ramènerait au niveau de la Commune de Paris et nous revoilà plongés dans ce climat de 1871 où le rétablissement de la monarchie républicaine salait l’impôt, ce que les « rouges » ne pouvaient accepter…

L’ « extrême-gauche » grecque comme se plaisait encore à l’appeler Franck Riester cette après-midi au micro de l’AssembléeNationale des QAG n’est pas à la protestation mais au gouvernement, qu’il la respecte donc et qu’il cesse ce déni de démocratie généralisé pour motif de protection de la spéculation boursière et soutien à l’économie européenne trop fortement capitaliste et peu régulée puisque déséquilibre droitier il y a en ses remparts..

Vive le CombatContreLaFinance !

________

Publicités

Erdogan face à l’Histoire… « Coalition » ou « Cohabitation » politique ?

La question n’est plus au désarmement mais au fonctionnement de la démocratie !…

en Turquie !

Désormais le sujet n’est plus de savoir si il faudrait encore traiter de désarmement aux Congrès des Communautés du Kurdistan (KCK) mais de s’interroger sur la manière dont Erdogan fera ou non fonctionner la Démocratie en Turquie… Immédiatement s’ouvre à lui le cinquième émergeant matérialisé par les 13% des HDP ; évaluation chiffrée d’une bonne partie des mouvances Kurdes, reconnaissance culturelle et sociale conquise, mesure aujourd’hui sa qualité politique pour faire avancer la Démocratie… Alors soit Erdogan bloque tout et recule derrière les habituelles « coalitions » ou alors il devient un grand chef d’État et entre en « cohabitation » avec ce HDP émergeant. Quelque puisse être son choix, avec le MHP ou le CHP, dans la perspective des sempiternelles « coalitions », il met l’autre dans une situation revancharde qui risquerait de lui générer une opposition dans l’opposition qui pourrait faire basculer ce qu’il lui reste de majorité relative au 3/5ème vers une défaite garantie qui le ramènerait à l’existence définitive d’un 2/5ème… Tandis qu’en choisissant la possibilité d’une « cohabitation » qui s’ouvre à lui aux résultats des dernières Législatives, non seulement il solidifie son 3/5ème restant, sa majorité relative lui restant acquise, mais en plus il revient sur une position de 4/5ème si il met à ses côtés le 1/5ème émergeant du HDP…

Bien sûr qu’Erdogan n’est pas encore prêt d’écrire à ses mémoires le chapitre de « Mon week-end avec Demirtas » mais des pourparlers, engagés depuis longtemps, pourraient ainsi se concrétiser sérieusement et permettre de définitivement tourner une page de haine et de guerre fratricide et larvée qui a troublé l’histoire de la Turquie pendant plus d’un demi siècle… Sortir du conservatisme, enclencher une forme progressiste pour aller vers un avenir pluraliste ne peut passer que par la voie de la « cohabitation » avec Demirtas et non pas s’éterniser sur des « coalitions » qui ne sont jamais parvenues à résoudre quelque problème culturel ou social que ce soit, la plupart du temps fabriqués de toutes pièces par son plus fidèle allié MHP qui n’éprouve qu’un désir, celui de renverser l’AKP. On peut comprendre cette interaction quasiment militaire qui puisse exister entre le MHP et l’AKP aux connaissances du cabinet des aisances que le pouvoir d’Erdogan a eu dont de faire usage sur le système démocratique de la Turquie qui jusqu’à présent, lui a toujours permis d’en imposer le fonctionnement du 4/5ème despotique pour les résultats que l’on connait… Désormais il n’est plus qu’à une majorité relative du 3/5ème où il ne lui reste plus qu’à choisir entre tout perdre ou tout à gagner en allant vers des reconnaissances mutuelles des diversités culturelles, religieuses et sociales ; au-delà, politiques !

TurquieLégislatives2015

http://www.aa.com.tr/fr/turquie/533341–legislatives-turques-2015-nombre-de-deputes-par-parti

______________

Öcalan a gagné !… Erdogan en prison !

Parles le Politique‬ (Öcalan‬) où passe la ‪‎Démocratie‬ !

Pas d’alliance avec l’AKP ?

LégislativesTurquie2015‬

Bien sûr nous n’en sommes pas encore là et peut-être n’est-ce pas là, au travers des slogans qui groupent les manifestants, la vocation de la République Démocratique de Turquie… Ce qui est pourtant clair, c’est qu’au sortir des résultats de ces Législatives, la Démocratie est passée pour qu’enfin puisse parler le Politique !… En dehors de régions qui atteignent des taux de participation de 95% à faire pâlir une foule d’abstentionnistes, bien plus intéressante est la situation du fonctionnement de la Démocratie en Turquie au lendemain d’un scrutin révélateur de l’émergence d’autres idées politiques… De là où Erdogan campait sur un trône établi sur une sorte de 4/5ème dominateur dans une démocratie despotique ou totalitaire basée sur seulement un « cinquième démocratique », la vie politique turque et kurde signale aujourd’hui qu’il est grand temps de passer à une Démocratie fonctionnant sur la base d’un « cinquantième démocratique » au respect des « majorités » et des « minorités » qui les regroupent ou les émargent. À cet effet, il ne serait pas étonnant, ni surprenant, dans le cadre de l’obtention d’une coalition, de voire Erdogan et l’AKP choisir le HDP émergeant pour l’inviter à venir s’asseoir à la table des négociations sur des objectifs précis, tels que la résolution désormais acquise politiquement avec 80 Députés, 31 femmes (sur 550) de la « question Kurde » qui ne devrait plus en être une et l’officialisation de leur reconnaissance culturelle et sociale émergeant d’une propre dynamique politique interne et nécessaire au bon fonctionnement d’une Démocratie réelle. Si sur la plupart des objectifs de ses programmes Erdogan n’a pas trop de soucis à se faire quant à savoir si oui ou non il restera « majoritaire », pour la résolution des conflits sociaux, sa majorité ne serait plus que de 3/5 ème au lieu de son habituel 4/5ème… C’est déjà un pas !… Un autre ?… Et sa majorité se transforme en minorité puisqu’il retombe aux 2/5ème révélateurs d’une certitude : qu’à la fois la société et la politique en Turquie ont besoin de changement, d’une évolution, d’un progrès, d’une avancée… C’est ça qui est intéressant entre une République Démocratique qui fonctionne sur « un cinquantième » ou « un cinquième » ! C’est que dans celle qui se rapproche le plus d’un pouvoir despotique ou totalitaire, c’est aussi plus facile d’en inverser le cours tranquille du 4/5ème dominant puisqu’il semblerait que deux pas suffisent… Descendre progressivement de ce 4/5ème dominant que représente toujours Erdogan vers le 3/5ème  d’une majorité relative et parvenir, à long terme, à le ramener aux 2/5ème minoritaires qui correspondent le plus aux aspirations et à la vie réelle de la société turque, malheureusement très peu encline encore à accepter l’athéisme, autre question cruciale posée aux Démocraties universelles pour freiner les élans intégristes de tous les abords religieux qu’ils puissent être pris, tant qu’ils resteront les symboles représentatifs d’une certaine forme de pouvoir, de domination et d’aliénation.

Bien sûr, Öcalan n’est pas encore Maire de Kobanê, ni Président d’Honneur de l’Institut de Polémologie d’Ankara et le PKK reste pourtant toujours encore inscrit au répertoire des organisations terroriste ce qu’il n’est pourtant plus depuis bien longtemps… Depuis qu’il a accepté d’entrer dans un processus de résolution non armé et donc démocratique, c’est certainement l’occasion politique pour l’AKP d’entrer en « cohabitation » avec le HDP pour sortir la Démocratie de ses impasses, tourner la page et enfin parvenir à trouver les solutions adéquates aux pourparlers pour que ce qui devrait avancer ne se transforme plus en sempiternelle non-réponse de la part du pouvoir d’Ankara et de l’AKP d’Erdogan !

__________________________

‪‎CHP‬ : « Aujourd’hui, ce parti représente plutôt les Turcs vivant à l’ouest du pays, dans les milieux urbains et laïcs‬. Il attire une grande partie de la communauté alévie‬ (qui pratique un autre ‪‎islam‬, plus ‪‎libéral‬ et syncrétique que le sunnisme). » http://www.aa.com.tr/fr/turquie/533341–legislatives-turques-2015-nombre-de-deputes-par-parti

Les 13% brigués par le ‪‎HDP‬ ont été atteint… peut-être l’occasion d’arracher l’autorité spirituelle à Erdogan‬ en entrant dans des pourparlers avec le ‪‎CHP‬ pour se réunir autour d’une Charte qui fonderait la reconnaissance mutuelle de toutes les religions, toutes les cultures et toutes les civilisations… une Charte commune donc, établissant une reconnaissance multiple et publique des pratiques religieuses laïques et démocratiques à laquelle pourraient s’adjoindre Arméniens, Êzîdîs… Arabes (Chiites et Sunnites non radical-radicaux) ; Arméniens ; Turkmènes ; Shabaks ; Kakaïs ; Mandéens sabéens ; Caldéens ; Assyriens et Alaouites sont tous, cibles de l’État Islamique… ô, bien sûr, parmi eux, il y en a forcément qui font partie des chrétiens d’Orient en Irak (?).

erdogan

_______________

‎Valls‬ ne se fait pas huer… Ni aucun socialistes d’ailleurs !

C’est le versant « majoritaire » de la gauche « socialiste » (‪‎Libéral‬‪‎Social‬‪‎Démocrate‬)… majoritaire jusqu’à 70% au sortir du vote interne sur la consultation des idées lors des dernières motions… ce qui laisse, à l’hypothèse du « bloc de toutes les gauches », un versant minoritaire qui, si il reste basée sur l’indice des 1/50ème démocratiques, assure aux autres partis appartenant à ce bloc d’ensemble des gauches, une existence réelle au tiers, actuellement ! (30%) !… ‪‎Altermondialiste‬‪‎Communiste‬‪‎Anarchiste‬ !

Discours libérateur sans concessions… calme, sans envolées lyriques, posément, Manuel Valls rappelle les responsabilités de ceux qui sont amenés à gouverner confrontés aux impératifs de la ‪‎Nation‬ qui n’en perdent pas pour autant leur origine « militante »…

Il (Valls) propose un ‪‎PS‬ « fédérateur » et ne peut pas anticiper mais uniquement souhaiter aussi une victoire «‪‎socialiste‬ » en Espagne et au Portugal… La réalité lui donnera sans doute tort en Novembre avec l’Espagne où Podemos risque d’engranger des voies des sociaux démocrates, bénéficiant d’une dynamique interne au bloc de toutes les gauches inhérente à l’attractivité que développe la ligne minoritaire (‪‎Podemos‬) sur celle qui est majoritaire (soc dem) actuellement ! ‪‎CongresPS‬ ‪‎Syriza‬

_________________

versant / dynamique / option / courant « majoritaire » :

PS / PSE – RadicauxDeGauche – EuropeÉcologie / Les Verts – …

versant / dynamique / option / courant « minoritaire » :

GUE/NG – PCF – Ensemble / FrontDeGauche ; PG – NPA / LO… OCL / AL…

FA / CNT…

____________

3 buts de l’autre côté des Pyrénées, de l’autre côté de l’ancien Mur (de Berlin) ou du Rhin (Nord-Alsace) contre 3 droites animées en 1 seule par sa même extrême de ce côté-ci des Pyrénées… Quelle soirée Monsieur le 1er Ministre de la République Socialiste Française ! (jusqu’à 2017, au moins, jusqu’à « nouvel ordre ») !

La règle démocratique contre la loi des cadres… « le Cinquantième Démocratique » !

La Politique de la Gauche a toujours avancé par le Bloc de toutes les Gauches autour d’une ligne évoluant, s’évaluant, se mesurant, progressant… Tantôt « majoritaire », tantôt « minoritaire », autour de laquelle se regroupent tous les partis de la gauche répartis selon les origines historiques des différentes formations politiques existantes actuellement (PS-PSE, PCF, NPA, LO, EELV… Réfugiés radicaux, radicaux capitalistes ou Radicaux régulés ?) appelés à se regrouper selon leur choix de soutien, soit au modèle majoritaire ou à la version minoritaire… Un demi siècle nous traverse…

Pour que l’ensemble de toutes les gauches fonctionne (le Bloc des Gauches), aucun parti regroupé selon sa position occupée sur une de ces deux lignes (Majoritaire ou Minoritaire) ne peut s’approprier, une fois élu, à la fois la direction de la motion majoritaire et celle de la fonction minoritaire. C’est pourtant ce que semblerait tenter d’établir le PS dans ses 4 motions… Pas pour dire qu’il y en aurait 3 de trop mais dans le but stratégique d’étouffer les forces et les voix de ce qui devrait constituer une motion « minoritaire » active, dans l’espoir de la rendre, un temps soit peu, bien plus passive qu’elle ne devrait l’être, alors qu’elle devrait correspondre à la représentativité des autres partis de toutes les gauches qui échappent à la motion majoritaire !

Si la vie des autres partis de gauches, regroupés derrière cette fonction minoritaire, doit être édictée et contrôlée par le parti représentatif de la ligne « majoritaire », nous nous retrouverons devant l’accaparement d’un parti « unique » qui mets les deux fonction sans sa poche, ce qui ne peut que constituer un déni de démocratie évident et flagrant… Ainsi bloquée, la Démocratie ne peut plus fonctionner directement ou autrement qu’en passant par la poche socialiste. Nous sombrons donc dans la médiocratie, le manque de niveau dans les oppositions et un avenir incertain pour ce qui concerne la liberté du droit de vote que nos despotes aimeraient rendre obligatoire, certainement pour leur faciliter le travail ou pour qu’ils en aient moins à faire. Rien que par cette forme de main mise personnelle sur la fonction minoritaire, dont pourtant, le parti majoritaire ne devrait même plus à avoir à s’occuper ; chaque électeur venant d’un des partis appartenant au bloc des Gauches, quelque soit son choix envers les fonctions majoritaires ou minoritaires, glisse son bulletin dans l’urne avec l’unique espoir que l’ensemble des résultats ne parvienne qu’à diviser par deux l’ensemble, alors que sur l’organigramme du cinquantième, chaque électeur, votant au moins pour une des formations politiques appartenant au bloc de toutes les Gauches, s’assure de multiplier son suffrage par deux en valeur absolue.

Les langues les plus extrêmes et mauvaises parleraient presque d’un totalitarisme directionnel, d’un coup d’État dans l’État, d’une Royauté socialiste… Non !… Attention, la majorité qui gouverne n’est pas tributaire de la manière dont est clairement définie la fonction Présidentielle, issue de la fonction majoritaire !… C’est autre chose et ceci n’entre plus dans l’interactivité du reste de la fonction minoritaire tenue entre ses mains par une motion alpha préemballée par une aile flottante… Si le Parti Socialiste présente 4 motions, c’est qu’à l’issue de ses discussions qui établissent la ligne majoritaire (Libérale-sociale et Démocrate actuellement), ils espèrent en garder 3 pour se constituer une barrière minoritaire, illusoire, alors que la motion de ce parti PS,  « majoritaire », devrait se transposer sur les conventions de l’Élysée et de Matignon appelées à être respectées ; et non pas camper sur son ambivalence devant le reste des motions minoritaires qui du coup, ne peuvent plus exister démocratiquement sur la table démocratique du bloc de toutes les Gauches sous sa fonction minoritaire Altermondialiste, Anticapitaliste et Anarchiste basée sur son Cinquantième Démocratique…

C’est sur cette problématique, tiraillée entre la position de la fonction majoritaire et le reste minoritaire que l’Université d’été des Socialistes sortira enrichie ou appauvrie, selon qu’elle choisisse de s’occuper de tout, de parler au non du Bloc de toutes les Gauches ou qu’elle redonne la fonction minoritaire aux partis concernés, issus des partis minoritaires pour que puisse re-fonctionner l’ensemble réparti entre deux bases fonctionnant sur le cinquantième qui donne à la motion du Parti Socialiste une majorité allant jusqu’à 70% de sa fraction majoritaire… laissant au moins, en retour, à la base minoritaire, une existence au tiers.

Conclusion : accepteront-ils de revenir au respect du « cinquantième démocratique » réparti et regroupé autour des motions majoritaires et minoritaires ouvertes ou sombreront-ils dans le complexe de l’anarchie fasciste droitière qui leur est proposé, à l’unique condition qu’ils gardent l’autre cinquantième dans leur poche ?

Blesses mon coeur d’une « droite vocale » monotone !

(‪‎CNR‬ / ‪‎Résistance‬‪ / ‎JeanCavaillès‬ / ‪‎Strasbourg / JulienFreund‬ )

http://www.theatrum-belli.com/archive/2012/06/08/un-grand-penseur-du-politique-julien-freund.html

« Les vrais penseurs, observe Pierre-André Taguieff, apparaissent le plus souvent comme des mal-pensants ». Frappé d’ostracisme après Mai 1968 par la frange la plus conformiste de l’intelligentsia de gauche, Julien Freund décide à cette époque de prendre une retraite anticipée. Lorrain jusqu’au bout des ongles, il refusa un poste aux Etats-Unis, puis la chaire de Raymond Aron, qu’on lui avait proposée, pour se retirer en Alsace, à Villé, et y travailler à son aise loin des coteries parisiennes. « Kant vivait à Königsberg et non à Berlin », répliquait-il à ceux qui s’étonnaient de ce « provincialisme ». En 1979, il sera quand même nommé président de l’Association internationale de philosophie politique.

Il multiplie alors les publications et les conférences, continuant à dénoncer la « politique idéale et utopique » et exerçant une grande influence sur ses anciens  élèves, dont la philosophe Chantal Delsol, directrice de la collection où a été publié l’essai de Taguieff, et le sociologue Michel Maffesoli, qui fut en 1978 son assistant à l’Institut de polémologie.

En 1980, dans La fin de la Renaissance, il observe qu’« une civilisation décadente n’a plus d’autre projet que celui de se conserver ». En 1984, dans un grand essai sur la décadence, il étudie l’histoire de cette notion, de Thucydide à Spengler et Valéry, mais aussi la façon dont celle-ci s’impose aujourd’hui à l’esprit. A la même époque,  il déclare : « La société actuelle est devenue tellement molle qu’elle n’est même plus capable de faire la politique du pire. Tout ce qu’elle me paraît encore de taille à faire, c’est de se laisser porter par le courant ».Face à cette issue tragique, il ne voit dans l’espérance qu’une vertu théologale. Il meurt le 10 septembre 1993, laissant inachevé un ouvrage sur le droit. Dans les années suivantes, il n’y aura guère que certains politologues espagnols (Jerónimo Molina, Juan Carlos Valderrama), italiens (Alessandro Campi, Simone Paliaga) et argentins (Juan Carlos Corbetta) pour s’intéresser à lui. C’est de cet injuste oubli que s’attacheront à le faire sortir Sébastien de La Touanne, en 2004, et Pierre-André Taguieff, tout récemment. (…)

http://www.theatrum-belli.com/archive/2012/06/08/un-grand-penseur-du-politique-julien-freund.html

__________________________________________________________________________________________

Inspirées Questions au Gouvernement…

Blesses mon coeur d’une « droite vocale » monotone !

(‪‎CNR‬ / ‪‎Résistance‬‪ / ‎JeanCavaillès‬ / ‪‎Strasbourg‬ ‪‎JulienFreund‬ )

DOMINIQUEDORD‬ : jusqu’en 2017 et jusqu’à nouvel ordre, mon cher, nous sommes en République Socialiste Française sous gouvernance représentative d’un bloc de toutes les ‪‎Gauches‬ issu de la motion majoritaire du ‪‎PS‬, libérale – démocrate !

LCP‬ ‪‎QAG‬ : Je veux une République Socialiste Française !… à force de changer de noms, les partis pourraient aussi changer celui du pays !

LCP : R.I.P ‪‎REP‬ !… il faut changer de politique et retrouver une dynamique de toutes les gauches inhérente à notre bloc parlementaire QAG divisé entre une motion majoritaire (Libéral – Démocrate) et l’autre, minoritaire (Altermondialiste)…

ALMARSAUS‬ (‪‎Républicain‬ « extérieur ») éructe comme Poujade, gesticule comme Poujade… approximatif et démagogue, outrancier pour le PS…

 Normalement des ‪‎Républicains‬ n’ont pas à se différencier politiquement sous peine d’y trouver un trop nationaliste ou un pas encore assez fasciste rapidement, brutalement, à l’inopiné !
Je suggère à ‪‎Juppé‬ de fonder le « Parti Français »… comme ça, il supplante tout le monde et se la coule douce jusqu’à la fin de ses jours !
Au début autour de ‪‎Kobanê‬ il fallait piloter les avions de chasse du sol… ça n’a pas toujours été fait, alors le reste…

Les Français rejettent catégoriquement Sarkozy‬
j’en ferai bien un petit peu plus que le rejeter catégoriquement… ‪‎ONPC‬

… Maintenant, poursuivant sa logique des multiples changements de noms de ses partis politiques protozoaires (Ump‬‪‎UDI‬‪‎UDF‬‪‎RPR‬) la Justice devrait le re-convoquer à sa barre pour l’obliger à changer aussi le nom du pays… Nous lui suggérons… République Socialiste Française !

La ‪‎République‬ n’est pas 1 supermarché schumï où l’on change d’étiquette toutes les 5 mn pour diluer du giscardisme et des chiraquiens en Ump !

Républicains depuis que la République existe !… n’avons pas attendus que Sarkozy de l’Ump invente la sienne pour s’y laisser racoler !

______________

Une Europe « majoritaire » et une Europe « minoritaire » ?… l’Europe des Droites ou l’Europe du « bloc » des Gauches ?… Une Europe nationaliste ou Commune ?… Europe humaniste ou conservatrice ?…
Mais certainement pas une « Europe à deux vitesses » sans quoi le JDD marquerait et reconnaitrait le mépris qu’il voue aux électeurs !
(Macron)

_______________

Jean Birnbaum, Article : l’Exigence Insurgée (Le Monde.fr)
« Il a choisi la Résistance en pleine liberté de décision et cependant, pensait-il, conformément à une exigence qui l’habitait », notait Canguilhem dans ce texte aussi bref qu’indispensable. Au moment où le débat public tend à être monopolisé par des bonimenteurs sans foi ni loi, l’exigence intellectuelle et morale d’un Cavaillès est précieuse pour quiconque souhaite enrayer le triomphe du n’importe quoi, la dégradation des consciences, en un mot la zemmourisation des esprits.

___________

Marianne :
Le système politique espagnol, par cette seule élection, est loin d’être remis en cause. C’eut été trop simple… « D’un bipartisme‬ imparfait, on est passé à un ‪‎pluripartisme‬ limité » tempère en effet Juan Montabes Pereira, professeur en science politique à l’Université de Grenade.
_______________________________

ce pluripartisme limité nous conduit en France directement aux subdivisions de subdivisions déjà existantes au lieu de nous regrouper de manière plus cohérente pour y arriver…

____________

À l’heure où le ‪‎PS‬ capitalise ses idées autour de motions qui tournent à vide, ce qui explique la désertion des autres formations de ‪‎gauche‬, sans doute interpellées par le système de reproduction des cadres de ce parti qui d’avoir, au début, serrer la main à tout le monde, ne sert plus que la main des Enarques, des Médecins, des Juges, des avocats, des psy, des directeurs ou des directrices, ses chefs quoi ; préférant l’aventure, découvrant qu’ils risquaient d’y perdre leur temps, sachant pertinemment que la Démocratie Directe ne fonctionnera jamais au PS puisqu’au niveau local, dans les Fédérations et les sous sections, là où une motion « minoritaire » arrive en tête, elle se fait balayer par la motion « nationale », majoritaire et victorieuse au bureau national mais pas forcément toujours à l’échelle locale…

… ça fait longtemps qu’on a raté ‪‎Podemos‬ en ‪‎France‬… il devrait pourtant être sur le marbre et les murs de l’AssembléeNationale‬… euh ?… « extrême-gauche ‪‎anticapitaliste‬ » ?… est-ce la subdivision d’une subdivision de subdivisions déjà existantes ?

_____________

Des candidats aux ‪‎élections‬ ce n’est pas ce qui manque mais d’une politique‬ volontariste qui émergerait de bases militantes plus solides et élargies reste plus difficile à réaliser…

____________

Les Inrockuptibles :
Fort de ses succès aux élections municipales en Espagne, le parti des Indignés veut promouvoir d’autres façons de faire de la politique
____________________________________________
“Les gens croient que pour militer il faut entrer dans les partis ou dans les collectifs politiques, mais ce n’est pas vrai, les gens militent d’abord à travers les médias. Les gens engagés se reconnaissent dans des journaux, des radios, des télés… beaucoup plus que dans des partis”, détaille Pablo Iglesias dans le livre.
___________________________________________________
Cette ligne politique actuellement minoritaire que présente aujourd’hui Podemos en Europe se conçoit aussi sur une manière différente de faire fonctionner le « bloc des gauches », attirer la dynamique de toutes les gauches vers des programmes différents…

Alors Nicolas ?… tu es encore là ?… Français ?… un Républicain de Nashville ?
lesRepublicains Congres30mai Ump Sarkozy sarko

_____________

Sur « une gauche éclatée » ?…

Ça c’est bien la réflexion d’une flopée de partis politiques de ‪‎Droite‬ qui ont dû changer autant de fois de noms (RPF-UDF-RPR-Ump-UDI et puis quoi encore) pour se cacher qu’ils ne comprennent pas que les ‪‎Socialistes‬ ont un passé et qu’ils vont vers un avenir… Un parti politique se doit de garder son nom, par honnêteté historique et pour affronter le futur…

____________

Françoise Dumahu Via Philippe Marlière :
Gaël Brustier : « Il ne faut pas oublier que Podemos a été fondé par des chercheurs de sciences politiques. Ils ont lu Gramsci, Stuart Hall [et Ernesto Laclau] et les grands penseurs de la gauche radicale. Ils ont volontairement abandonné les codes, les méthodes, un vocabulaire traditionnel du mouvement ouvrier pour en inventer d’autres plus contemporains. S’ils appellent Juan Carlos, el Bourbon, ils ne misent pas sur la mythologie républicaine. »

___________


_________

JulienFreund

_____________