Confessions sur un abbé débonnaire

1006215_391160520984202_695230708_n

Confessions sur un abbé débonnaire & J’irai pas à Paris avec toi !  sont sortis et pas mal de choses que je ne soupçonnais pas au départ du travail du récit deviennent limpides et ne sont plus contestables… ce n’est vraiment pas facile de découvrir qu’on s’est fait violer à 7-8 ans (!)

Les deux nouvelles viennent s’ajouter au triptyque qui devait être publié en même temps dans mon esprit et ma conception de ce travail, pas de manière séparée pour entraver l’ensemble sous des obstacles économiques !… Petit aléa lié à la problématique de l’auto-financement puisque Changement de perspectives à travers les Présidentielles 2012 n’ayant nécessité aucune participation financière, Confessions sur un abbé débonnaire et J’irai pas à Paris avec toi !, quant à elles, prirent pour moitié les frais d’éditions et de publication…

Pourquoi Confessions sur un abbé débonnaire ?…Tout d’abord parce que je savais dès le départ qu’il restait une question liée à la petite enfance, là où tant d’adolescents s’égarent sur des fausses questions de jeunesse qu’il n’arrivent jamais à résoudre autrement que par les flots de l’alcool et d’autres substances plus ou moins chimiques… Cette problématique particulière n’était pas liée ou causée par le père ou la mère mais par quelqu’un qui était censé les remplacer, une sorte de chef de famille substitué par l’église intégriste et sa pédocratie… Non seulement elle m’a bien baisé cette crapule mais elle a aussi trompé mes parents au passage !… Après, pour lui, l’abbé débonnaire (Alain Schmidt, pour ne pas le nommer) c’était facile d’officiellement s’en laver les mains en racontant tout un tas de conneries en public à des gens que je ne voyais jamais… Non !… Encore que ce ne soit pas là le plus absurde mais bien dans ma propre incapacité, pendant quarante ans passés à accumuler autant de retards, à pouvoir remonter jusque là… Ne sachant jamais quoi faire, ni comment faire,  n’ayant plus envie de ne rien faire, me retrouvant si honteux !… Comment l’attaquer dans ses dérives ?… Ce premier camp scout à sept – huit ans… Pourquoi qu’à chaque fois que j’essaierai de me relever plus tard, je ne pouvais qu’en retomber encore plus bas, plus abattu, un peu plus abandonné depuis que ce démiurge sodomite m’avait possédé dans ses mains, entre ses doigts et dans sa bouche puante. Obligé quasiment tout le temps de reprendre à zéro tous les apprentissages, me heurtant chaque jour à l’oubli de cet acte odieux, n’osant plus m’approcher de quelconque être humain et encore moins d’individus dits « normaux » ; je me retrouvais de plus en plus isolé allant d’asphyxie en asphyxie… Jusqu’à ce que l’écriture… mais bon nombre de viols furent oubliés de la même manière… sous couvert du déshonneur que la découverte du viol ayant eu lieu dans la petite enfance fait peser sur les victimes… Au bord de la crise de nerf, de l’AVC et proche d’une certaine paralysie chaque fois que j’essayais d’y penser est né Confessions sur un abbé débonnaire.

Grâce à l’écriture, l’attitude complète de l’ordure pachydermique et épidermique de son Ordre a pu se visiter en toute quiétude avec l’horreur qui va avec… Moi qui lui en voulais déjà suffisamment comme cela pour m’avoir lamentablement tenté à des orgies pédérastiques en prétextant un baiser du Christ et une imposition des mains devant confirmer une descente de l’esprit saint avec un craquement de la cervicale et l’horrible destination de son bas-ventre protégé par des ancrages grecs assez obscurs remontant à l’antiquité ; et bien non !… C’était avant, bien avant qu’il avait osé m’enculer, lorsqu’il avait une petite meute de bambins sous sa main et qu’il étai censé m’aider à pisser, pas à jouer avec ses doigts dans ma bouche en me prenant cul nu sur sa bite assis dans les prés… Mais la réalité n’est pas forcément telle qu’on vous la présente !   

_________________________________________

Si tu les aime petites et courtes

Salaces sans retenue ni détours

Ce sont deux nouvelles, elles te seront présentées pendant plusieurs semaines…

Confessions sur un abbé débonnaire & J’irai pas à Paris avec toi !

______________________________________________

522529_325810034148571_1148598922_n

Publicités

« J’dis mais ch’fais pas ! »


« Je ne suis pas antisémite mais les Juifs je les brûle »


Ce n’est pas parce qu’on déclare dans une innocence implacable qu’on n’est pas antisémite qu’on va vous croire, ni oser dire à tout un village que ce n’est pas ce chef d’accusation qui aurait motivé les actes de vandalisme de ces cinq jeunes (tous des garçons) que les habitants vont le croire. C’est pourtant ce qui est arrivé à Sarre-Union (3000 habitants, Nord-Alsace, Bas-Rhin) après la destruction qui ne fut signalée que dimanche soir… Rien de très officiel n’avait filtré avant présentation ce mercredi devant le Procureur et le Juge pour permettre à l’enquête de progresser et aux langues d’un peu se délier… La patience dans ce genre d’affaire est toujours la meilleur des écoutes…

D’innocents adolescents qu’ils étaient en passe d’être considérés au début de leur garde à vue, les voilà bien prêt d’en ressortir comme nazis… L’évolution n’est pas simple…

Cracher et pisser sur des sépultures – ce n’est pas parce que Boris Vian l’écrivait qu’il fallait le pratiquer, c’était une métaphore – en criant des slogans nazis était sur le point de passer pour un simple détail d’une affaire une fois de plus peu ordinaire dès lors qu’il est question d’attaques directes envers une religion… Des réticences à l’information pouvaient permettre à ces cinq jeunes d’oser espère s’en sortir avec le qualificatif de simples idiots alors que le lendemain (vendredi) une lycéenne s’offusquait de voir le plus âgé d’entre-eux brûler une feuille de papier sous les yeux de ses camarades en proférant des menaces… « haha… les Juifs… voilà ce que j’en fait »… Les profs prenant toujours les chérubins pour des élèves irréprochables qui n’étaient pas connus des services de la Justice (!)… L’ainé des 5, le lendemain, a quand même brûlé une feuille de papier (déjà c’est pas bien du tout vis-à-vis des écrivains) sous les yeux de ses camarades disant que c’est ça qu’il faisait avec les Juifs (?)… il y a quand même une contradiction entre sa déclaration et son attitude (!)

Le temps que toutes ces information parviennent à la Gendarmerie et s’officialisent, le week-end fut écoulé, l’hommage du Président Hollande, bien passé, exprimant son souhait pour que toute la lumière soit faite sur les « motivations » des personnes gardées à vue ; la semaine recommencée…

SarreUnion

Simple procès clos d’avance pour maison close transformée en hôtel de luxe avec personnel luxueux ?


Bravo à ‪‎DSK‬ d’avoir montré que le sexe pouvait être un instrument de torture et d’esclavagisme social !… Sauvé par l’injonction thérapeutique…


Ça c’est quand le tout économique prend le pas sur toute aventure humaine !


Vu sur FRANCETVINFO‬ :

« Le président du tribunal a souligné qu’il n’évoquerait pas les détails scabreux de l’affaire. »

http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/affaire/affaire-du-carlton/au-carlton-le-tribunal-n-est-pas-le-gardien-de-l-ordre-moral_814647.html

☛ Alors ce n’est pas la peine d’en faire un ‪‎procès‬ puisqu’ainsi vous instaurer dès le départ le consentement aux poursuites de ses pratiques (celles « scabreuses » de ‪‎DSK‬)…

☛ Elle n’en veut pas la ‪‎République‬ des ‪‎Tribunaux‬ à pognon !… Si c’est pour qu’un Président de séance déclare à haute-voix, qu’il ne désire nullement juger ni entrer en profondeur dans les actes scabreux de l’appelé, c’est que la conclusion est connue d’avance ?…
C’est pas tant ça qui est en cause (les rapports tarifés liés au marché de la prostitution…) mais bien le fait que payer ne donne pas droit à tout, à toutes les bestialités, les pires atrocités… entre rapports tarifés via des gens consentants (comme ils disent) et l’esclavagisme sexuel, il n’y a pas photo !… ou si ?… il faudrait demander à Dorcel (!)… mais il n’est pas avocat du diable…
Rapport aux tarifs !… mais cela n’empêche pas que si dans le contrat de départ, il n’y avait pas mentionné « genoux sur le carrelage », que tout devait être fait dans un lit et non pas à même le sol des chiottes d’un bistrot avoisinant le Carlton… les sommes engagées n’autorisent pas la maltraitance ni la violence préciseraient plutôt ce genre de contrats.
Autre incohérence trouvée à ce procès quasi-médiatique c’est l’absence de l’appellation de réseau international de prostitution, comme si l’enquête s’était arrêtée en cours de route, aux portes de nos frontières censées ne plus exister pour le traffic humain et le commerce du sexe (?)…
« Auraient-elles l’unique satisfaction de lui avoir au moins tiré un petit peu de pognon ? »…
Mais c’est encore pire si Dominique Strauss-Kahn affirme qu’il ne savait pas que c’étaient des prostituées, qu’il n’était pas au courant ou que cela lui avait échappé… que c’était des femmes comme les autres… parce que là avec certaines pratiques forcées, c’est carrément de viol dont il est coupable et ce pourquoi il risque effectivement d’écoper d’une lourde peine ; au-delà du simple motif retenu par le tribunal au départ, à savoir s’il s’agit ou non d’une participation de sa part à du proxénétisme… Tribunal qui risque donc de lui réserver une petite surprise lors de son verdict en débouchant forcément sur d’autres chefs d’accusation…
DSKCarlton