La foudre, avant ou contre la guerre ?

La paix, qu’on le veuille ou non, ne peut se considérer ni même s’envisager pour le futur des « Régions en guerre », sans tenir compte de l’évolution des conflits qui traversent les siècles et les frontières avec toujours le même point commun entre toutes les civilisations ; à savoir, toujours des rivalités villageoises pour point de départ qui déteignent rapidement en prises d’armes puis en guerre… Qu’on songe au stratagème de l’impact de foudre appliqué aux situations des villages avant la guerre de religions… Rien de tel pour le chef d’un village de se croire agressé par le ciel (la foudre), convaincre son administration du stratagème que les sorciers d’une autre religion, d’un autre Comté organisent du ciel avec les démons ou les farfadets sur la communauté pour que ce soit parti pour 100 ans de guerre de religions… Et la disparition du Général Leclerc alors ?… Un impact de foudre, un incident technique ou un attentat ?… Un peu tout cela à la fois ?… Ne pas se rappeler que Leclerc se rendait en Algérie à ce moment là pour vérifier qu’un incendie n’était pas le fruit d’un attentat mais bien le résultat d’un impact de foudre sur une bergerie et ainsi empêcher l’embrasement vers la guerre, montre bien que le bluff est en grande partie responsable de la marche à la guerre, parfois des assassinats ou des raisons économiques mal partagées… C’est cette possibilité qu’à un peuple, un village, une communauté ou un district à lancer des hostilités, dès que l’occasion s’y prête qui ramène aux impacts de foudre à travers l’Histoire des âges car elle ouvre la porte à toutes les interprétations, mobilisent toutes les intelligences des fauteurs de troubles, comparables à de malins génies ou des prêtres démoniaques qui auront plongés les civilisations dans d’horribles massacres, bien plus que la nécessité ensuite, d’envahir des territoires en faisant valoir une puissance militaire ou une valeur culturelle et religieuse prétendument dominante… Si de domination, sociale, économique et religieuse, il a toujours été question dans l’évolution de l’humanité, celle-ci ne s’est-elle pas un peu implantée aussi avec une bonne dose de bluff et de farce de malingres esprits qui transformaient une réalité en l’interprétant faussement pour mieux espérer tirer l’avantage d’une situation confuse vers leur côté ?

Un cabanon le long d’une frontière faisant office de gardes barrières une nuit d’orages avec de violents impacts de foudre servira amplement d’exemple qui n’a dû cesser de se multiplier avec l’évolution des Régions en Nations puis en États… Un simple coup de téléphone envoyé aux casernes pour signaler l’intempérie, par ennui, peur ou simple signalement et voilà déjà la foudre très attirée par l’erreur de jugement du douanier en faction, loin de se douter qu’elle allait s’abattre sur le poste frontière ou dans la caserne. Toujours est-il qu’à ce moment, l’erreur de jugement et d’appréciation déjà présent chez les protagonistes humains avaient tôt fait d’ouvrir les portes à des interprétations suffisamment capables de transformer rapidement un phénomène météorologique en attaque surprise d’un poste frontière pour prononcer l’obligation d’accuser en vue d’engager une invasion dans une Nation voisine jugée trop rapidement hostile alors qu’ils ne savaient pas forcément laquelle l’était réellement… Tout ceci, bien entendu, en « foudre de guerre » !…

D’aussi loin qu’on remonte à l’histoire des hostilités guerrières, si l’impact de foudre attirera toujours l’attention des spécialistes, c’est que bien qu’il ne soit pas la marque de l’homme –  encore que celui-ci puisse en être le déclencheur et l’intermédiaire -, il débouchait cependant souvent sur d’irréversibles conflits, voire même des mouvements armés de plusieurs villages réunis, décidés à se lancer dans la guerre, horrifiés par le sort qui leur était jeté, ne comprenant pas ou abusant trop d’un phénomène climatique, à leur portée matérielle mais hors de la compréhension de ceux qu’ils allaient agresser ensuite. Préméditation ou opportunisme, toujours est-il que c’est sans doute à ce moment-là de l’évolution des sociétés, qu’est née la stratégie militaire, les plans de guerre et les convoitises entre les Nations et les États. Il a dû en aller ainsi également pour les tremblements de terre, les tsunamis, les éclipses et les raz-de-marées, utilisés probablement de la même manière, au début de leur apparition en tant qu’observation visuelle humaine et qui sont autant de signes où s’engouffrent les colères de l’Humanité et des Civilisations !

Les dangers des impacts de la foudre qui peuvent déboucher sur l’éventualité de conflits verbaux, dégénérants ensuite en bagarres puis en luttes armées, sont innombrables… Ils vont du simple agriculteur qui retrouve une grange ou un hangar pulvérisé par la foudre mais qui croit que son voisin en aurait profité pour venir l’incendier pendant l’orage, au même agriculteur qui inversement, profiterait d’une nuit d’orage pour aller incendier un domaine qu’il convoitait depuis fort longtemps, sans que jamais ne puisse être élucidée la véracité des faits. Heureusement qu’aujourd’hui les cartes en temps réel des impacts de foudre sont d’une telle précision que les fausses interprétations devraient être loin derrière nous car la longitude et la latitude de l’impact peuvent être recensées avec une extrême minutie alors gare aux usurpateurs, aux fausses interprétations qui arrangent, aux falsifications des rapports qui ne correspondraient pas aux foudres relevées sur le terrain réellement ou qui prétendraient les transformer en attentat ou en agression terroriste comme ce fut le cas de nombreuses fois dans ce douloureux conflit en Turquie qui séparent toujours avec plus ou moins de férocité les Turcs des Kurdes… Qu’un impact de foudre s’abatte sur une maison ou un véhicule est suffisamment catastrophique pour qu’on ose le signaler ; mais qu’on le transforme en tentative d’assassinat, effectuée par un groupe terroriste probablement imaginaire, ou au contraire en bombardement ; dépasse l’entendement et prouve que l’escalade à la guerre, dont raffolent encore aujourd’hui la plupart des dictateurs, les meneurs de foules, les leaders politiques ou les simples détachés territoriaux est bien souvent la voie choisie à celle du maintient de la Paix à tous prix par des négociations qui deviennent inutiles dès lors qu’il est prouvé que l’acte supposé d’agression ne vient pas de la main d’un groupe humain hostile au pouvoir du territoire mais qu’il est la marque d’un accident météorologique résultant du phénomène climatologique orageux des impacts de foudre.

Fort heureusement, nous n’en sommes plus là aujourd’hui, à confondre, utiliser ou remplacer les impacts de foudre par des agressions humaines ou militaires ; du moins le pensait-on ou était-on en droit de le penser jusqu’à ce que les relevés précis des impacts, à l’heure exacte, ne coïncident plus avec l’annonce et l’interprétation d’un chef d’État et que les services de l’OTAN, dépêchés sur place, découvrent qu’une Jeep brûlée, l’était par l’impact de la foudre et non par un attentat puisque les spécialistes n’y ont pas découverts la moindre trace d’explosifs, susceptible de corroborer et confirmer l’hypothèse d’un attentat présumé. Mais la foudre ne tombe pas que sur des véhicules en mouvement, elle s’infiltre aussi dans les réseaux hertziens ou câblés des télécommunications… Hors il ne s’agirait pas tant de savoir qui appelle qui en Turquie les soirs d’orages, où les risques d’impacts de foudre sont énormes, mais bien plus de voire qui de l’extérieur, d’Europe ou d’ailleurs, téléphone en Turquie lorsque sur le territoire de Turquie sont relevés au même moment des impacts de foudre, peu importe qu’ils tombent à l’Ouest ou à l’Est, ils en tombent partout… Tous ces appels en provenance de l’étranger, les soirs d’orages en Turquie, sont autant d’actes criminels et ne pourraient-ils pas être passibles de comparution juridique pour tentative d’assassinat !… Il en va de même sur les autres territoires européens ou ailleurs dans le monde… On ne téléphone pas les soirs d’orages lorsque les impacts de foudre menacent soit l’émetteur ou le récepteur, voire les deux à la fois, sans risquer de rendre effective la foudre, là où elle va tomber ou chez celui qui l’envoie… Le comble de l’horreur serait un jour de constater que dans un petit village, un père de famille, inquiet de ne pas voir rentrer ses enfants de l’école, oubliant qu’ils attendaient seulement la fin de l’orage pour rentrer, n’ose les appeler sur leur téléphone portable pour leur demander des nouvelles, tout en sachant de façon plus ou moins inconsciente, qu’il risquait au même moment de déclencher un impact de foudre pour qu’on en retrouve un commotionné… Pareil entre deux vallées où on téléphone souvent pour se rassurer à des connaissances pour savoir si il y a de l’eau dans la cave, des grêlons dans le jardin alors que le ciel est fou furieux et envoie des salves d’éclairs en rafales pour plonger toute une région dans l’obscurité des ténèbres, au même moment. Courir avec ses clés de voiture dans la main vers un parking situé en contrebas d’une montagne sous l’orage pour chercher sa famille qui attend plus haut est aussi très dangereux ; il pleuvait beaucoup ce jour là au Haut-Koenigsbourg lorsque ce Monsieur perdit la vie, frappé par la foudre…

_____________________

http://www.dinosoria.com/foudre.htm

Les impacts de foudre, une arme de destruction massive ?

On aura longtemps interprété, discuté, étudié ou pavoisé, spéculé et tradé autour des polémiques politiques, économiques et sociales sur les relations entre la Turquie, l’Europe, les Kurdes qu’on oubliera vraisemblablement toujours qu’il s’agit avant tout d’une simple question agraire avant que de se transformer ou d’être utilisée comme arme terroriste ou comme argument pour nourrir l’intégrisme religieux et l’autoritarisme de l’État.

Qu’on songe un seul instant à 10 siècles de conflits entre villages, vallées et Comtés où de nombreuses fois un impact de foudre provoquait d’incontrôlables révoltes, d’inimaginables soulèvements de villages à villages, entre les vallées ou de Comtés à Comtés… Chemin faisant, l’arme était toute trouvée et les leaders déjà désignés pour qu’ils n’aient pas besoin de l’arme atomique. La bombe nucléaire devient dès lors inutile lorsqu’on se procure un tel subterfuge pour provoquer des révoltes populaires, des embrasements nationalistes alors que la principale cause de la mise en guerre était bien souvent, à de maintes fois, qu’un simple impact de foudre mal interprété ou faussement accepté car il servait d’arme pour accuser d’incendie criminel ceux qui étaient visés par des mises en hostilité de rivalités de voisinage…

Que penser ensuite ou quelle autorité – fusse-t-elle du ciel – valider lorsqu’on retrouve une Jeep calcinée avec trois soldats de l’armée de l’AKP d’Erdogan qui n’ont pas bougés dedans sur une colline du Comté de Van ou d’un camion également calciné ailleurs ?… Surtout lorsque les services de l’OTAN se dépêchent sur place pour vérifier la présence ou l’absence de traces de produits explosifs pour que ne puisse pas être utilisé l’argument de l’attentat en vue d’invasions dans les régions Kurdes du Sud Est de la Turquie… Comme ce fut le cas il y a deux-trois ans… Pire encore oser prétendre qu’une route est minée et que les services remontent sur trois kilomètres en amont et en aval de la route où fut bloqué ce camion pour constater qu’il n’y a aucune autre mine autour… Une suffit, surtout lorsqu’on la confond avec un impact de foudre… Après on sombre rapidement dans l’hyperbole guerrière, le terrorisme révolutionnaire et le nationalisme exacerbé lorsque la réalité du terrain ne correspond pas aux observations chimiques des tests et des analyses des laboratoires compétents capables de révéler et de confirmer une trace de la possibilité d’un attentat ?… D’autant plus que c’est impossible de prétendre le contraire dans la Jeep ou d’essayer de mettre en avant l’argumentaire d’un incident technique qui aurait provoqué un incendie et tué les trois soldats car au moins un aurait réussi à s’extirper du véhicule. Hors aucun n’a bougé ce qui aurait été évident si un incendie se déclare dans un véhicule par accident quand les portes ne sont pas bloquées de l’intérieur… L’histoire de la mine et du camion semble peu probable aussi puisqu’on voit sur le cliché qu’il n’a pas bougé de sa route… Hors, lorsqu’une mine explose sous un véhicule, la moindre des choses n’est-elle pas de le déplacer un tant soit peu pour que l’hypothèse d’un impact de foudre paraisse moins crédible et ne soit maquillée en attentat ?

L’histoire de l’impact de foudre sur des granges, des maisons, des véhicules militaires ou civils, des machines agricoles, des cyclistes en mouvement ou des skieurs dans les montagnes va bien plus loin et semble aussi utiliser les ondes hertziennes de la wifi ou des téléphones portables, auquel cas, Erdogan n’aurait plus qu’à saisir au cours de ses perquisitions des listes de numéro de téléphone des Kurdes de Turquie et attendre qu’il y ait des orages pour transformer un coup de téléphone impromptu en arme de guerre criminelle… Si lui est aussi un criminel, se poseront ensuite les Conventions de Genève et le Droit à la guerre de Clausewitz dont les théories sont sérieusement remises en question aux découvertes de l’utilisation de tels stratagèmes !… Le droit à la guerre pour faire la guerre et non la paix… Clausewitz, dont les théories sont désormais mortes n’a plus aucune validité et la bombe atomique non plus !

Alors là où va Erdogan avec son armée, il y a des agriculteurs et des bergers et puisqu’il cherche des Kurdes et qu’il récolte la foudre, c’est qu’il ne doit plus y en avoir beaucoup des Kurdes… Ce n’est pas que les Kurdes soient la foudre mais qu’au moins leur existence puisse dépendre d’une vérification rationnelle sur d’éventuelles falsifications similaires à la technique de la confusion d’un impact de foudre sur un véhicule militaire qu’on transforme en attentat où il n’y a que des bergers et des agriculteurs pour une période de paix indéterminée. L’Otan pourrait au moins signaler à Erdogan et son armée que si en cherchant des Kurdes, il récolte la foudre des orages, c’est qu’il doit y avoir une erreur quelque part… Ou alors il parle trop à Allah ou alors Mahomet lui répond trop fort !… mais ce n’est pas les Kurdes, des agriculteurs ou des bergers… Ensuite, pour l’armée, les soldats de l’AKP, ils ne sont pas équipés pour lutter contre la foudre… Erdogan met ses soldats en dangers si il les transforme en chasseurs d’orages… Certains auront vite envie de démissionner si ils doivent manoeuvrer sous les orages au risque de se faire calciner… L’Otan peut aussi mettre en garde Erdogan sur cet aspect !… Signalons au passage qu’on ne brûle pas d’un éclair d’orage puisqu’il s’agit d’un « impact » de foudre… Ceci nous a été démontré par un troupeau de rennes foudroyé sur un rocher en Laponie où pas une bête n’en est sortie vivante mais pas au point de les retrouver calcinées… Et les soldats qui auraient pris la foudre dans la Jeep parce qu’aucun ne s’en est extirpé seraient restés comme les rennes sur leur rocher de Laponie dont on aurait pu faire des chaussures ou des vêtements avec leur peau… À tout venant, seront ensuite analysées les utilisations frauduleuses ou exactes des rapports des services de Gendarmerie et des ONF, des Gardes champêtres, forestiers ou pêche dont certaines traditions pourraient ne pas correspondre aux relevés scientifiques des impacts avec qui l’armée à plus à faire à sauver les promeneurs, cyclistes, chasseurs, animal victimes d’impacts de foudre pour les secourir puisqu’on ne meurt pas forcément de la foudre, qu’on peut être réanimé et en sortir vivant !… On perd son auto-radio, son téléphone portable, sa canne à pêche ou son robot agricole ; sa fourche, sa pelle ou son sabre pointé vers le ciel mais on s’en sort vivant… La militarisation sociale n’a ainsi aucune valeur si la garantie de la sécurité civile et la protection des populations n’est plus assurée, trichées, déviées, utilisées pour terroriser les populations au lieu de les protéger de la foudre… Les orages et les impacts de foudre ont toujours intéressés l’armée !

En tous cas Erdogan aura au moins inventé l’armée qui fait la guerre à la foudre et lorsqu’il fait son rapport dans son quartier général, il explique à Allah qu’il a rencontré des extras-terrestres mais pas de Kurdes. Et de se dire enfin qu’il est lamentable pour la technologie d’une si grande armée qu’est celle de la Turquie de l’AKP d’Erdogan de se prendre un impact de foudre d’autant plus que cette question des orages a toujours intéressé les armées… Avec tous les radars et le matériel de camouflage, c’est pitoyable un éclair et pas très rassurant pour les européens Turcs qui vont faire leur service militaire là-bas. Si Erdogan, dans ses réflexions et ses confidences avec Allah suppose que les impacts de foudre seraient l’âme des défunts du PKK, peut-être assisterons-nous à un tir de missile sur des éclairs qui tireront à nouveau en premier.

Dans chaque pays qui entourent la Turquie on observe différentes topographies où tombent les impacts de foudre… Celles dites « naturelles » où la foudre tombe logiquement sur des arbres et des rochers ou s’engouffre dans des courants d’airs ; les autres impacts concernent l’influence humaine et les structures matérielles mises à disposition de la foudre par la main des sociétés… Ce sont principalement des pylônes, des lignes à haute tension, des maisons où on regarde la TV, des machines agricoles, des outils en fer qu’on manipule alors qu’il y a des orages et des éclairs dans le ciel ; plus rarement en montagne… C’est le cas de la Géorgie, de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan mais aussi, bien entendu, de la Turquie (de l’Est et de l’Ouest) et de toutes les régions de l’Occident, partout sur la terre… À la frontière de la Russie et de l’Ukraine, au grenier de l’Europe de l’Est, on relève également de nombreux impacts de foudre tombés dans les champs… Ceci nous conduit donc à supposer qu’il y aurait alors une relation évidente entre les corps de métiers et les endroits où frappent les impacts de foudre… Des agriculteurs continuellement en mouvement dans leur champ qui travaillent avec des outils en ferrailles sont principalement exposés… Faucilles, marteaux, bêches, binettes, pelles, râteaux, pioches en fer sont autant de paratonnerre mis à disposition par le ciel pour capter la foudre… Dans les montagnes ou les vignes, les cueilleurs de plantes médicinales, les forestiers et les bucherons, ainsi que les pêcheurs, selon le matériel qu’ils utilisent (sécateurs, ciseaux, canne à pêche en métal) sont aussi autant de capteurs de foudre que l’utilisateur et la main humaine mettent à disposition du ciel pour tracer la foudre… Lorsque c’est la wifi ou le téléphone portable, ça peut rapidement devenir criminel ; quand c’est une Jeep d’une armée qui surveille les ouvriers dans les champs, ça peut rapidement se transformer et se maquiller en attentat terroriste alors qu’il s’agit simplement d’un impact de foudre… Si le soldat nationaliste prend des photos des ouvriers dans les champs pour se moquer d’eux sur son facebook et qu’il prend la foudre c’est bien fait pour lui !

Impact de foudre aussi pour cette pauvre femme de 76 ans qui a été projetée contre le mur de sa maison dans une vallée en Isère après que la foudre ne fut passée par la cheminée, aspirée par un courant d’air pour venir la frapper à hauteur du téléphone qu’elle était entrain d’utiliser… La coupure de presse ne précise malheureusement pas si c’est la dame de 76 ans ou des membres de sa famille qui de l’un appelait l’autre pour lui faire une farce ou par simple inconscience (!)

https://www.facebook.com/laurent.gantner/posts/1066174863482761

Les premières conclusions à tirer de la victoire d’Emmanuel Macron

Dorénavant nous sommes bien obligés de tenir compte des choix différents d’une bonne moitié de l’électorat socialiste qui s’est scindé en deux – donc en trois, Hamon, Mélenchon, Macron – lors du 1er tour de la Présidentielle 2017. Une partie allant suivre l’alléchante proposition d’Emmanuel Macron, le prestidigitateur illusionniste à gouffre giscardien, discrètement oublié aux Régionales pour mieux se propulser à la Présidentielle comme un déjà professionnel ; l’autre moitié à peu près, tentée par l’offre de changement de Constitution suggérée par la France Insoumise de Mélenchon, oubliant tout d’un coup ce que cela pouvait risquer de donner en Turquie un « changement de Constitution » par une modification de régime qui sortirait des urnes… Si le projet de changement de Constitution dans le programme de Mélenchon voit le jour, cela irritera autant de population en France que c’est le cas dans une Turquie aujourd’hui qui tente le même genre d’expérience, à l’opposée politique… Le résultat pourtant serait sensiblement identique et développerait le même type de domination avec les populations qui ne sont pas d’accord avec ces orientations et ces choix politiques et il y en a quand même pas mal dans les urnes qui n’ont pas fait ce choix Mélenchon / Le Parti de Gauche / France Insoumise… Urnes dont sortiront toujours entre 81% et 60 ou 55% de l’électorat exprimé qui n’en voudra jamais de Méluche, l’un des quatre perdants pour deux places en finale !

Autant de risque pour les Socialistes à courir l’un de ces deux candidats plutôt qu’un autre… Macron ou Mélenchon est bien trop réduit comme choix quand « on est Socialiste » et en oublierait presque Benoît Hamon, son propre candidat des Primaires qui portait pourtant le meilleur programme socialiste depuis Jaurès puisqu’au bout, Manuel Valls qui les y a beaucoup aidés, se retrouve porte close et bouche-bée, se heurtant maintenant à l’indifférence d’un Emmanuel Macron qui préfèrerait le voir quitter le Parti Socialiste pour s’estampiller « En Marche » et enterrer définitivement « les Socialistes » (!)

Passée la Présidentielle et l’élection d’Emmanuel Macron, les Députés LR et UDI ne s’y trompent pourtant pas à l’approche de l’enchainement en vue des Législatives et peu sont enclins à abandonner définitivement l’étiquette d’où ils viennent pour s’estampiller « En Marche » à l’avenir. Du côté Socialiste, les volontaires pour abandonner leur ancienne étiquette socialiste seraient-ils plus nombreux pour renforcer la Majorité Présidentielle à l’Assemblée que ne le sont LR et l’UDI ?… S’empresseront-ils avec plus d’ardeur que ne le sont leurs voisins dans l’Hémicycle sur les bancs de la droite à se priver de leur appartenance à l’histoire socialiste plus facilement ?… Rien n’est moins certain !… Se retrouvera-t-on alors avec la nouvelle mouture politique « En Marche » où l’on retrouverait des Bruno Lemaire et des Malek Boutih conserver ou abandonner leur appartenance politique pour obtenir un groupe bipolaire gauche/droite ?… Là-dedans, évidemment, très peu d’écologie, de transformation des règles de l’organisation du travail ou de réévaluation de l’échelonnement de la grille de répartition des salaires ; encore moins de garantie sur quoi consiste exactement les promesses des investisseurs étrangers en faveur de Macron au sujet desquelles le nouveau Président Emmanuel Macron ne nous a toujours rien dit sur les garanties qu’ils demandent en contrepartie, ni des avantages qu’ils comptent en tirer et les conséquences directes et indirectes que cela demandera de sacrifices aux salariés en retour…

Apparemment, l’engouement suscité auprès des formations politiques qu’Emmanuel Macron tente d’insuffler pour les convertir en « EnMarche » semble dors et déjà réduit à un fonctionnement à deux vitesses puisque LR et UDI comptent bien arracher une opposition à son futur gouvernement pour envisager et encourager le retour à un régime de cohabitation d’une part ; de l’autre, des « Socialistes » peu désireux d’abandonner leur place historique dans la phase transitoire du socialisme, ni leur rôle moteur pour le développement d’une transformation sociale pourtant clairement exposée et définie par la campagne de Benoît Hamon dont Emmanuel Macron aurait tout à s’inspirer des règles d’une « Assemblée Démocratique de la zone euro » ou d’une loi sur le « Revenu de base d’existence » !… Et ce serait loin de sombrer dans du conservatisme que de ne pas quitter ses positions (celles qu’a posées Hamon) ou refuser toute idée de progressisme comme ose déjà le prétendre avec empressement le nouveau promu choisi pour l’Élysée par les Français et le sortant François Hollande… Le même François Hollande, amplement ravi semblerait-il d’avoir mis son « fils politique » à sa succession à la cérémonie du 8 mai 1945 au lendemain d’une victoire qui lui redonnerait presque de la hauteur ainsi, avant son départ, à moins que Macron ne le nomme 1er Ministre en plaisantin qu’ils ont toujours été tous les deux ?… Ce serait quand même oublier les bas-fonds des cotes de popularité qui n’étaient pas au beau fixe et gare au revers de médaille qui impliquera toujours un équilibre fragile puisqu’on ne saura jamais vraiment sur quelle face retombera la pièce de la politique de Macron et de son gouvernement ; plus certaine sans doute l’hypothèse que François Hollande joue son destin et son bilan à pile ou face !

__________________________

Législat2017

___________________

Les questions embarrassantes…

Comment ensuite polariser le Socialisme de demain autour du Benoît Hamon d’hier et d’aujourd’hui sans qu’il ne se transforme en choix unique entre Mélenchon ou Macron aux Législatives2017 ?… Si les Socialistes n’ont pour choix que Macron ou Mélenchon, ce ne serait plus du socialisme, il s’égarerait et cela ne pourrait déboucher que sur une catastrophe historique et économique ; un véritable crash social…

Que des Socialistes puissent s’entendre avec des « centristes » est possible mais de là à leur vendre leur âme, quasi intégralement ne suppose pas de meilleur perspective que celle offerte par un Mélenchon qui n’en demandait pas tant maintenant qu’il a enfin écrasé, comme il le souhaitait, ce PS qu’il n’a fait que haïr, intégralement aussi… « oh !… on se passera bien des socialistes » entendrait-on presque dans les alcôves mais quelle erreur que ce foutu Mélenchon n’ait jamais compris que de ce « Front de Gauche », aucune des formations politiques n’étaient censées vouloir dominer les autres, à plus forte raison ce Le Parti de Gauche sorti de nulle part dont il ne reste que le porte-parole effectif de son dégagisme ; encore moins des Socialistes qui constitueront toujours 1/3 actif de la Gauche même si une certaine mélasse insoumise le pousse à quelque isolement…

#Legislatives2017 #partisocialiste

________________________________

Quoi qu’il en soit, le Conseil Constitutionnel devrait rapidement statuer et prendre une décision concernant les changements de dossards des LR – UDI – Modem / PS – PRG – EELV désireux d’effectuer un changement d’étiquette pour les Législatives et la nouvelle majorité présidentielle d’En Marche – qu’ils gardent ou perdent leur provenance politique – en aucun cas, ils ne peuvent continuer d’être payer par l’État pour des mandatures en cours si ils s’avancent officiellement vers En Marche et pour Macron… Si ils briguent un cumul des salaires, c’est gagné !… Donc il serait quand même cohérent et élémentaire que les prétendants abandonnent leur ancienne étiquette ainsi que leurs indemnités de l’État qui ferait des économies dès lors qu’ils revêtent leur nouveau maillot Macron / En Marche / Majorité Présidentielle…

Ce qu’il faudrait retenir de ce débat présidentiel historique :

Onze candidats pour les Présidentielles réunis sur un plateau TV pour s’exprimer plus que pour débattre pouvait-on penser au départ mais qui, au fil des interventions, montrèrent qu’un véritable débat politique existe pourtant toujours encore en France… Qu’il n’est pas le même, qu’il évolue !

On y aura essentiellement apprécié Nathalie Arthaud et Philippe Poutou prendre les hauts prétendants pour ce qu’ils sont et défendre les faibles, les exploités et les opprimés, bien mieux qu’un Jean-Luc Mélenchon qui s’est contenté de jouer de sa bonhomie habituelle, s’imaginant probablement qu’en se bornant à contrer Le Pen avec tant de force, lui reviendra ainsi toujours ce droit pré-fabriqué d’oser se revendiquer comme l’empereur du versant minoritaire de la Gauche française ou du Front de Gauche… Au sortir du premier tour, s’apercevra-t-il sans doute alors qu’il peut devenir majoritaire sur le versant politique de la gauche et de ses périphéries, éventuellement, mais certainement pas aux yeux de l’État qui pourra toujours lui reprocher de fabriquer un coup d’État constitutionnel et lui mettre la Garde républicaine en face, avant qu’il ne s’empresse de modifier l’Ordre de la Constitution en la vulgarisant au nom d’un prétendu pamphlétaire Avenir en Commun. Belle approche au demeurant, mais rien qu’à regarder la taille du pavé du Livre des Constitutions sur les étagères des bibliothèques universitaires (normalement), on ne peut que penser que Mélenchon et ses Comités ont encore bien du travail à effectuer pour prétendre hisser leurs travaux à la direction d’un État… D’ailleurs elle ne cesse de le scander au travers des Républiques et de la Nation : « à bas les Comités !… Seule est souveraine la Constitution ! »

Que Benoît Hamon peut difficilement porter et assumer le bilan de François Hollande ne devrait même pas être pris pour un tort mais le peut-on ?… Il le faudrait pouvoir et être en droit de le porter ce bilan mitigé, surtout en ce qui concerne « le combat contre la finance » et « le mariage pour tous », Cuba et le Struthof… Il faudrait être en droit de le pouvoir, sans remuer les foudres et les bassesses nationalistes des traditionalistes intégristes… Contrairement à l’évidence où il faudrait défendre l’indestructible Panthéon, on se retrouve en face d’une forme de solidarité machiavélique où pas une minute ne passe sans que Benoît Hamon ne soit traité inconsciemment, de manière fortement inappropriée par un Malek Boutih « d’islamo-gauchiste », sans doute parce que ce même Malek Boutih règne sur un autre empire, peut-être celui du panarabisme nationaliste bancaire d’extrême-droite, tirelire principale éventuelle où s’approvisionne probablement daesh ?… Une telle incartade, un tel pied de nez, sont inacceptables de la part d’un haut dignitaire de l’État, encore moins d’un représentant digne et loyal d’une formation politique par laquelle il a été élu et pour laquelle il a été nommé et choisi aux plus hautes fonctions de l’État.

___________________

La Constitution que voudrait la « France Insoumise » de J-L Mélenchon équivaudrait à un bout de papier qui signerait à long terme l’amputation du Droit Constitutionnel, danger !… Son référendum pour « sa » constituante est perdu d’avance face à plus de 50% de droites. On ne change pas la Constitution !… On ne la réduit pas à un cent pages pamphlétaire comme l’Avenir en Commun ou l’Humain d’abord. Avez-vous vu ou consulté le bloc Constitutionnel (Vème République et son Droit), c’est un pavé qui ne peut être allégé et modifié comme envisagent de le réduire les Comités-Mélenchon-France Insoumise. À peine une ébauche, des pistes intéressantes, tout au plus… vraiment pas de quoi gouverner sans risquer que de nombreux Droits régaliens soient bafoués. À force d’y penser, à toute la lourdeur que représente cette densité de la Constitution et du Droit Constitutionnel, J-L Mélenchon me rappelle cette formule ignoble « l’État c’est moi » qui ne manquait pourtant pas d’ambition, ni de croustillantes anecdotes !

_______________________________

Benoît Hamon c’est le fils de Jaurès et personne ne le voit ?… Les Socialistes n’ont jamais eu de meilleur programme que celui de Hamon2017, Jadot et Piketty depuis Jaurès mais il est boudé par Valls&Macron qui n’a pas digéré sa défaite aux primaires citoyennes !… Bien sûr qu’il est « mort » le Parti Socialiste comme l’ont tant espérés et souhaités pendant toutes ces années les Mélenchon et Macron… Bien sûr qu’il est mort, il est mort avec Jaurès assassiné… Depuis toujours ce sont les Socialistes !… Il ne faut pas les confondre ni les assimiler aux Macron & Valls & De Rugy & Pompili & Bayrou & Giscard &… (?) …

Christiane Taubira et Carole Delga, Najat Vallaud-Belkacem, Marylise Lebranchu, Marie-Noëlle Linneman, Emmanuelle Cosse, Yannick Jadot et Cécile Duflot, Cambadélis, Vincent Peillon, Michel Sapin et Julien Dray, Arnaud Montebourg, Aurélie Philippetti, Julia Cagé et Thomas Piketty, Anne Hidalgo, Martine Aubry, David Assouline, Gérard Filoche (…) et bien d’autres resteront « les Socialistes »…

___________________________________

En Marche et Macron ce n’est pas la Démocratie politique, c’est une royauté économique de type giscardien !

La solution de macron2017 MacronPresident, « ni droite, ni gauche ou un peu partout » finirait par tuer la vie Politique à terme et ternirait les débats puisqu’il n’y aurait plus aucune possibilité d’opposition, une fois ce système centre, à gauche et à droite, enclenché. L’identité politique de chacune des formations politiques tentées par l’union Macron & Bayrou est atteinte, s’en trouve humiliée puisqu’elle consiste à brouiller les repères pour instituer, sans consultation constitutionnelle préalable, de nouveaux cadres et chefferies sur ces formations qui ont une histoire politique qui leur est propre.

Quasiment chaque formation politique a ses représentants chez Macron jusqu’à Robert Hue et Madelin, Jacques Séguéla aussi, ce qui signifierait qu’il serait devenu inutile de voter puisque chaque parti envoie ses « médaillons macron » pour sauver des avenirs politiques où ils ne pèsent presque rien depuis longtemps individuellement ; à preuve du contraire, le côté recalé de Bayrou qui a toujours raté ses présidentielles mais qui trouve en Macron un tremplin à sa carrière… Pour Le Drian, c’est encore plus clair !… Macron élu, il le garde un mois ou un trimestre au maximum et il le change ensuite mais par qui ?

_______________________________________________________________

à bas les Comités !…

Seule est souveraine la Constitution !

Selon Thomas Piketty Hamon2017, la souveraineté n’est pas à chercher ni à trouver dans la confusion Politique du nationalisme des droites trop répandues en Europe mais dans l’élaboration d’une souveraineté économique qui ne pourra être obtenue sans la réalisation de l’Assemblée démocratique de la zone Euro qui pourra alors élaborer un impôt souverain sous la forme d’une taxe sur les multinationales pour qu’ainsi, elle puissent être enfin fiscalisées…

PikettyBruxelles

BHBruxelles

Vive les Socialistes de Benoît Hamon !

ps

Macron, gentleman cambrioleur ou candidat fortune ? !

La Constitution n’exige-t-elle pas qu’« En Marche » fusion Modem soit d’abord passée devant un scrutin Régional, Municipal, Législatif, Européen sous ce nom de Emmanuel Macron avant que d’oser briguer la Présidentielle… La Constitution est censée rester souveraine et non pas laisser son Conseil Constitutionnel se laisser corrompre par une guirlande de lobbies pour que les électeurs s’y engouffrent plus vite et plus facilement…

Giscard aussi paraissait sympathique et continue d’ailleurs encore aujourd’hui de jouer du violon sur toute l’Europe qui derrière son paravent de centrisme extrême ou mou, sombrerait presque dans le nationalisme d’antan où les droites étaient animées en une seule par sa même extrême bancaire (!)

« Maison d’hôtes », club de riches, cercle d’initiés ?… on ne sait pas franchement à quoi correspond Macron si ce n’est qu’il tente vainement de ressusciter les lambeaux éparses de l’empire giscardien : d’un côté les décombres de l’extrême-droite qui joue avec les regains de nationalisme dans toute l’Europe ; de l’autre, les vestiges, non moins en lambeaux, des théories économiques giscardiennes à l’usure et à l’épreuve d’un « libéralisme » multiforme devenant de plus en plus flou.

Ce qui donne que Macron est candidat comme si il avait déjà nationalisé les partis politiques avec la dictature nationaliste qui est en marche pour lui dans les médias !

Alors pour qui/quoi voter ?

Pour la poursuite de cette économie évasive qui soudoie l’Ordre constitutionnel avant que d’être élue ou les garants des Règles électorales constitutionnelles qui solidifient l’État ?… « Macron & Valls », ho !… vous pouvez y rajouter « Bayrou & Modem », cela ne changera rien à la fausse donne économique qu’ils désirent poursuivre mais que les travaux de Thomas Piketty, Yannick Jadot et Benoît Hamon contredisent fortement et ouvertement, sans langue de bois ni fausses pistes. Avec Macron & Bayrou les lobbies prennent le pouvoir sous Macron et sauvent la carrière politique de Bayrou qui n’a jamais réussi grand chose au plan présidentiel, mais lui, au moins, il était respectueux de la règle électorale par rapport aux conditions nécessaires pour oser proposer sa candidature aux Présidentielles… N’oublions pas qu’il est Maire de Pau mais pas au-delà… Différencier les candidats en utilisant un petit peu le bilan du quinquennat du Président François Hollande, nous donnera rapidement les indices de confiance qu’on pourrait éventuellement y reconnaître par rapport aux cotes de popularité atteintes par « Macron & Valls » proche de l’humiliation pendant leurs états de service… Que l’ambition d’Emmanuel Macron, choisi et nommé Ministre deux fois, le pousse à ravir la Présidentielle dépasse l’entendement des progressions que le parcours d’un(-e) politique devrait respecter des exigences de la Constitution. On ne se présente pas à la présidentielle sans être au moins une fois passé devant une élection régionale, municipale, législative ou européenne… On ne leur demande pas de les avoir remportées, mais de s’y être confronté au moins une fois dans leur vie, à un « petit » scrutin… Cette progression du parcours des politiques exigée par la Constitution, ne peut en aucun cas se laisser ravir par une guirlande de lobbies ! Une banque n’achète pas la Constitution pour que son poulain fasse le Duc devant Marianne !

Que vaut ce « centre » dans ces cinquante années dont parle Bayrou ?

Pas grand chose si ce n’est de nombreux changements de dossards en cours de mandature pour pas mal d’élus qui continuaient d’être payés par l’UDF/ RPR tout en s’orientant vers le Fn ou le Modem, voire même encore Debout la France de Dupont-Aignan, le RPF ou le MRP ; rarement vers des formations politiques écologistes, socialistes ou du communisme… L’État devrait sanctionner d’une amende les changements de dossards non déclarés au Conseil Constitutionnel et demander le remboursement de leurs indemnités le mois de l’élection où ils étaient payés pour une formation alors qu’ils font campagne pour une autre étiquette politique ; non pas par souci d’économie mais par conviction dans l’honnêteté des candidats… On ne peut courir deux lièvres à la fois !

Bayrou ne pourrait-il pas embaucher Macron comme secrétaire de Mairie à Pau puisque Macron2017 ne répond pas au critère de la Constitution qui exige qu’un candidat à la présidentielle se soit déjà au moins une fois présenté avec son étiquette devant les électeurs et les urnes de la République et de la Nation par un scrutin Régional, Législatif, Municipal ou Européen ?… Pas plus Macron qu’un autre n’est en Droit de se déroger à cette Règle élémentaire concernant les critères stipulés et exigés par la Constitution pour qu’un « citoyen » soit en conformité et en capacité pour remplir la fonction suprême de la présidence de la République… Seule est souveraine la Constitution qui règle également, normalement, les situations de changement de dossards en cours de mandature…

ps

#Constitution  #lobby

#EnMarche

#Macron  #Valls  #Bayrou @RobertHueOff  #LeDrian  #UDI  Alain Madelin… Rideau !

La plus belle page de la Constitution Française !

 Attention aux changements de dossards en cours de mandature, législature et députation, là où il ne peut-être question de « nouvelles technologies »… La ronéo chez Bordas, laisserait-elle à désirer, au point qu’on se poserait presque la question de savoir si en Turquie, ils n’auraient pas commencé de la même manière, en trifouillant la Constitution… Passer sous une nouvelle étiquette, affiliation politique, n’exonère pas de certains Devoirs de mise en conformité de chaque candidat(-e) avec la « Loi électorale » de la Constitution Française !… Améliorer oui, mais pas « modifier » la Constitution, quant à la changer ou la supprimer… ?

(Hamon2017 – « 49.3 Citoyen » ; Presidentielle2017)

Appliquons d’abord la règle électorale et la loi constitutionnelle qui stipule, exige et mentionne qu’un élu ne peut courir deux lièvres à la fois… Pour être en conformité avec le code électoral, un élu qui s’oriente vers une autre formation politique ou « formule électorale », un champ idéologique différent ou une obédience qui n’est pas affiliée au parti pour lequel il a été élu, doit au préalable le signaler au Conseil constitutionnel et à son parti, avant de l’annoncer officiellement aux médias… En choisissant un candidat différent de celui du parti pour lequel ils ont été élus, les Ministres, les Députés, Maires, Conseillers Régionaux ou Municipaux se retrouvent donc dans le dédoublement de personnalité d’appartenance politique et ne peuvent donc plus être payés par l’État en conséquence… On imagine assez difficilement, Le Guen ou Le Drian, De Rugy ou Pompili, prendre dans les caisses du Parti Socialiste, les fonds nécessaires pour épauler Macron, lui organiser des réceptions, des teufs et des schouilles, lui fabriquer T-shirts et casquettes pour faire comme ça les « arrangent » ! ?…

On ne peut courir deux lièvres à la fois !

En conséquence de quoi, à partir de la date où ils s’engagent pour un candidat différent de celui de leur formation politique, l’État Français ne doit plus les payer puisqu’ils remettent logiquement leur dossard en jeu pour cause de changement d’appareil idéologique d’État avant qu’ils ne soient élus. Ils doivent quitter le PS et l’UDI pour soutenir Macron et se congédier, conformément aux lois, de toutes les indemnités régaliennes et fonctions acquises sous l’étiquette et la baguette de l’autorité « Parti Socialiste » ou « UDI » qui font route pour Macron, « En Marche & Modem », sa bande et plus si affinités !… On n’est pas Socialiste ou UDI pour rien !… « Le cumul de mandats préétablis est disponible avant l’élection » : ça suffit !… Ils ne peuvent continuer d’être payés par l’État au nom du Parti Socialiste et l’UDI par lesquels ils ont été élus pour rester en poste et soutenir, en même temps, officiellement, Macron d’En Marche (identification politique différente), sans risquer un détournement d’intérêt, bien préjudiciable tout de même à notre candidat Socialiste Benoît Hamon (!)… En tous cas, si nous changeons un jour de République et que nous passions à un indice chiffré différent (de la 5ème à la 6ème République) en oubliant toujours autant la Démocratie Française, cette page de la 5ème, certainement la plus belle, celle qui concerne la Règle électorale concernant les changements d’affiliations politiques en cours de mandature, législature ou députation, ne devra en aucun cas disparaître car elle permet de clarifier les positions de chacun et évite toute embrouille de falsification électoraliste pendant les campagnes électorales !… De là dépend, en grande partie, l’Ordre Républicain

Le pire !

C’est que Macron ne devrait même pas avoir le droit de se présenter comme candidat à la présidence de la république Française, conformément aux textes et aux exigences des conditions requises pour l’être, « candidat »… il n’a jamais été élu Maire, Députés ou Sénateur, contrairement aux autres qui l’ont toujours été… Ministre deux fois, peut-être, mais choisi par « Gouvernement Hollande » avec une cote de popularité qui lui est propre… « choisi », « nommé », n’est pas « élu » par la République et la Nation, les Citoyens – Peuple, la Masse… Un seul homme, le Président François Hollande, n’a pas le droit de donner la possibilité à Macron de devenir candidat à la Présidentielle sans que ce macron2017 EnMarche ne soit passé au préalable devant les urnes de la Nation et de la République : élections municipales, législatives, Régionales ou européennes, déterminant les conditions requises, la validité et la capacité d’un(-e) candidat(-e) à remplir la fonction présidentielle et donc en droit de se présenter conformément aux exigences républicaines des textes constitutionnels. D’autant plus que ces Macron, Valls, Mélenchon, Le Pen et Fillon sont loin d’être la meilleure expression du quinquennat Hollande ; de là à devenir leur porte-parole, ou oser prétendre pouvoir le devenir ou supposer l’être avant et après lui, ne sera toujours qu’usurpation de leur titre républicain qui ripe vers le nationalisme… La Nation devient candidate lorsque son prétendant est déjà passé quelque part par les urnes de la République, des élections et des scrutins de listes régionales, locales, municipales ou européennes pour tous les candidats aux présidentielles, en bonne et due forme avec l’ordre constitutionnel comme le stipule la Constitution, il en va de la validité du Chef de l’État à venir !… Macron et En Marche n’ont pas d’existence politique « vérifiable », quantifiable, évaluée, richement fournie ; encore moins juridiquement Constitutionnelle, visible dans les urnes au préalable, même pas aux Régionales – tiens donc, alors que c’est exigé – très chère Constitution Française (!) pour oser pouvoir justifier un quelconque droit d’être en possibilité et en accord avec la loi électorale pour revendiquer sa candidatures aux présidentielles de Bayreuth !

Pour une dizaine de Sénateurs UDI…

(Union des « Démocrates » & « Indépendants »)

Ils doivent déposer leur dossard UDI ou Parti Socialiste dans leurs fédérations respectives pour endosser celui de Macron EnMarche pour Bayreuth ! En conséquence de quoi, tous les salaires qui leurs sont versés par l’État pour leur fonction régalienne, exécutée sous maillot UDI ou Socialiste, seront bloqués le temps de l’élection présidentielle, un mois au moins !… Ça permettra à l’État d’effectuer quelques économies non négligeables… Pour être en conformité avec la loi électorale de la règle constitutionnelle concernant le changement d’affiliation politique en cours de mandature, législature ou députation (!) sans soldes ni indemnités de l’État ; s’avancent devant les urnes chaque élu, Ministre, Députés, Sénateur, Maire et Conseillers qui changent de dossards pour gonfler une équipe adverse !… Épatants tous ces élus, autant du RPR / UDF vers les Fn ou le RPF vers « Debout la France » que de PCF – EELV vers Mélenchon ou des UDI / PS (PCF) qui folâtrent Macron qui ont pu le faire parce qu’ils étaient toujours payés par l’État pour les fonctions occupées par leurs anciennes étiquettes !… Ce n’est pas tant les nouvelles appartenances aux dossards qui se délavent au lavage en cours de route qui dérangent, mais surtout les prototypes, auto-propulsé comme l’est Macron d’En Marche & Modem de Bayrou ou auto-proclamé, comme le fut Mélenchon, sur le Front de Gauche, qui irritent…

Mais Monsieur Bayrou & Valls & En Marche… Emmanuel Macron n’a même pas le droit constitutionnel de la règle électorale avec lui pour être candidat… Le « Conseil Constitutionnel » qui lui a validé la candidature devrait être limogé, purement et simplement !

Falsification d’un ouvrage ?

Les Éditions de la Constitution où figurent l’intégralité des textes de loi, revus et corrigés diffèrent des « originaux » selon qu’on prenne celle de 1969, 1966, 1972 ou, pfff, pfff… Personnellement, la dernière en date et en circulation sur les étagères de la BNU qu’il m’ait été donnée de consulter lorsque j’étais étudiant, début des années 1990, celle de 1968 ou 1969, j’ai pris celle qui était alors à cette époque, annotée et coloriée au stabilo fluo, excitant ma curiosité pour les suppressions envisagées ou déjà l’espiègle travail qui se tramait dessus, comme m’avait d’ailleurs conseillé de le faire, le Maître de l’Institut de Polémologie de Strasbourg, notre vénéré et regretté Julien Freund (aussi Maître en « plaisanteries ») pour voir si « ils » ne gribouillaient pas dedans, les aaronistes (Raymond Aron) aux influences giscardiennes (V.-G. d’Estaing) lepénisées : Le Pen (? !)… Demandant ensuite au Directeur des Collections de la bibliothèque, au chef des étagères des rayons des livres de l’étage qu’on consulte sur place et qu’on n’a pas le droit d’emmener à la maison pour travailler, hors dérogation supérieure spécifique, quelle édition en date d’un exemplaire des plus contemporain – début des années 1990 – serait disponible pour le consulter, me dit que ledit ouvrage est actuellement chez « un particulier » qui travaille dessus chez lui à la maison, dans le but d’Études sur les remaniements de la prochaine Édition chez Bordas ou Hachette !… À l’époque, les Maisons d’Édition étaient très différenciées… Que n’ont-ils supprimés, remaniés en secret ou à huis-clos de toute vérification ? !… Loosers !

Manuel Valls fait une crise de souverainisme depuis qu’il n’a pas digéré sa défaite aux primaires citoyennes !…

« Seule est souveraine la Constitution »,

nous dit la Constitution, fort justement… Pour se présenter à une candidature à une Présidentielle, tous les candidats doivent avoir été au moins une fois présentés aux électeurs devant un scrutin Européen, Régional, Municipal ou Législatif… On ne leur demande pas d’avoir été élu Maire, Conseiller Régional ou Députés ; mais d’y avoir participé une fois… Il en va de la validité de leur candidature et cette condition que ne rempli pas Macron figure dans la Constitution justement pour éviter toute Trumpisation dans nos Institutions ou/et les tentatives de coup d’État politique dans nos sociétés comme y travaillent les Le Pen depuis leur début et Macron aujourd’hui…

La Constitution garantie à la DÉMOCRATIE et aux Citoyens la Règle des lois électorales en matière de changement de maillots en cours de mandature et les conditions requises pour oser prétendre pouvoir proposer sa candidature aux présidentielles auxquelles ne répond pas Emmanuel Macron et n’y répondra sans doute jamais puisqu’il y a peu de chances qu’il se fasse un jour élire Maire, Député (Européen ou National de l’Assemblée) ou Conseiller Régional (Chef de Région)… Les dépôts de dossards et étiquettes des rejetons qui choisissent « Macron & Bayrou » comme le deviennent Robert Hue et Manuel Valls ou Le Drian & Le Guen, De Rugy & Pompili – ne parlons même pas de Madelin – sont à déposer auprès du Conseil Constitutionnel pour que celui-ci puisse mettre en route la suppression de leurs indemnités de l’État Français qui ne peut accepter, d’après la Constitution, qu’ils continuent d’être payés par la Nation et la République pour la formation politique pour laquelle ils ont été élus et mis en fonction par étiquette, affiliation et identification politique « socialiste », « communiste » ou « écologiste » tout en soutenant désormais l’orientation politique totalement différente que propose Macron, En Marche, le Modem et Bayrou, 200 UDI aaronisés, giscardiens lepénisés et un « ancien » du PCF (Robert Hue) ; tout cela en dehors de toute linéarité historique et de toutes règles élémentaires du droit électoral constitutionnel !

La Constitution Française en ses passages concernant la Règle électorale, la loi et ses codes électoraux pour ceux qui changent de dossards en cours de mandature est justement bâtie pour éviter les trumpisations… à juste titre, Macron ne devrait pas avoir le droit de se présenter à la fonction suprême de la présidence de la République parce qu’il ne s’est jamais présenté devant une élection Régionale, municipale, législative ou européenne ; condition pourtant élémentaire pour être « admis »… Ministre deux fois, choisi et nommé mais pas « élu » ce qui n’est pas en accord avec la Constitution !

Et voilà les ravages causés par un socialiste, Manuel Valls qui n’a toujours pas digéré sa défaite aux primaires citoyennes et qui espère bien nous le faire sentir tant qu’il le pourra… Avec les cotes de popularité que Valls & Macron laissent au Gouvernement de François Hollande, les électeurs y regarderont sans doute à deux fois avant de leur accorder leur confiance… Certes, il peut le faire !… Il a le droit de le faire. Mais cela ne le déroge en aucun cas de ses devoirs constitutionnels : il doit le signaler par écrit au Conseil Constitutionnel qui pourra ainsi immédiatement suspendre tous ses salaires obtenus par ses fonctions sous l’étiquette socialiste ; ensuite à son parti… En retour, plus tard, n’est pas certain du tout que Emmanuel Macron lui procure un fauteuil de 1er Ministre !… Deuxièmement, sa prestation intellectuelle aux primaires trois fois n’était vraiment pas d’une grande teneur, ne dépassant que rarement le niveau d’un discours franc-maçonnique d’introduction dans une loge cosmique et mystique !… Maintenant qu’il a pris sa décision, Manuel Valls est un quadruple cancre !…

ps

Hamon2017 Presidentielle2017

T. Piketty n’est pas qu’un économiste, c’est également un fin démocrate capable de surmonter l’électoralisme : Démocratie !

Thomas Piketty n’est pas qu’un économiste, judicieux et fort éclairé, c’est également un démocrate d’une puissance inconsidérée et incomparable qui veut obtenir une cohésion politique pour attaquer ensuite l’objectif des modifications européennes qui nous préoccupent tous. C’est ce qui apparaît à Bruxelles lorsqu’il parle de « mixité entre les Députés nationaux et Européens » et vise à pouvoir régler rapidement les rivalités internes dans les majorités présidentielles, référé aux problèmes qu’ont dû rencontrer certaines fédérations du PS qui obtenaient jusqu’ici une motion minoritaire, jugée irrecevable pour raison de majorité de la motion « nationale », qui pourtant, n’en paraissait pas moins majoritaire intellectuellement… À l’intérieur même du Parti Socialiste de Benoît Hamon, Thomas Piketty surmonte et dépasse les rivalités internes qui plombent depuis de longues années la dynamique des idées, notamment en ce qui concerne la question économique et donne une solution démocratique pour surmonter ces problèmes !… Quel génie !… Quel équilibre… Maintenant que j’y pense, ça paraissait pourtant logique…

Passées les questions de régularité du genre « autant d’hommes que de femmes » – ce qui n’est toujours pas la « mixité » qu’ambitionne Thomas Piketty, on verra bien où conduit leur prétention aux égalités sexuelles -, se posera toujours la question de savoir comment à partir d’un programme politique cohérent, on obtienne les modifications économiques exigées à l’échelle de l’Union européenne !… Ce n’est pas là que se situe l’équilibre démocratique que propose Piketty dans son intervention à Bruxelles aux côté de Benoît Hamon et Yannick Jadot mais bien sur la cohésion interne qu’il peut y avoir dans une formation politique, entre les élections Législatives pour l’Assemblée Nationale et les Européennes, qu’il faut gagner aussi !

Cela suppose et implique que lorsqu’on établit une liste pour les Législatives des bancs de l’Assemblée, soit immédiatement transposé, en indice, le dépêché bruxellois, comme cela, ils auront tout de suite leur candidat pour les élections à l’Union européenne et cela évitera les spéculations humaines inutiles et les guerres de clans… Après lorsqu’à des endroits, dans le pays où les élections sont perdues localement par une équipe politique mais que son appartenance partisane obtient une majorité nationale, cela au moins, n’empêchera plus ces délégués européens mentionnés sur les listes aux Législatives de participer quand même aux Européennes, sous la « direction » des mêmes équipes si elle sont majoritaires politiquement dans leur pays. Évitera aussi par ce fonctionnement, que des perdants locaux se fassent remplacer alors qu’ils étaient « majoritaires » et forts compétents. Obtenir le candidat aux élections européennes dès la parution des Législatives, me paraît un pas important et un lien insécable entre la politique intérieure et celle appliquée en Europe, comme le propose Thomas Piketty ; surtout lorsqu’à travers une majorité politique, on peut obtenir des modifications économiques sur l’échiquier européen et pour que la dynamique interne du parti soit préservée derrière Benoît Hamon.

EÉLV - GUE:NGL

#Hamon2017 #GrandDebat #BHBruxelles

Du Grand Hamon à Bercy

Après avoir fait un pas de géant avec l’écologie à Bastia, repris Mendès à « Macron & Bayrou » l’autre soir à Nice, voilà qu’à Bercy, Benoît Hamon réalise un discours d’une amplitude considérable qui rassemble les Socialistes des Gauches !… Y aurait-on vu Manuel Valls que ce ne serait pas étonnant, un Manuel Valls qui pour l’instant ne prend pas encore position, même si le contour de son choix semble tracé d’avance, il à le mérite de laisser pour l’instant le débat encore ouvert entre Benoît Hamon et Emmanuel Macron… Pour peu que se fissure cette muraille économique giscardienne, Benoît Hamon pourrait remporter un autre bras de fer !

Christiane Taubira, Najat Vallaud-Belkacem, Marylise Lebranchu, Marie-Noëlle Linneman, Emmanuelle Cosse, Cécile Duflot, Cambadélis, Vincent Peillon, Arnaud Montebourg, Aurélie Philippetti, Julia Cagé et Thomas Piketty, Anne Hidalgo, Martine Aubry… ça suffit plus twitter pour citer tout le monde !… Benoît Hamon ça ne tient pas en 144 caractères !… Il en faut plus… bien plus qu’un Bercy !… Creuseront ensuite les spécialistes, la prouesse d’une conférence de presse d’1h47 quelques jours auparavant, où Benoît Hamon – vainqueur « par deux fois, à la primaire et aux parrainages » dira Cambadélis -, détaillait l’ensemble de son programme avec une rare minutie, aux limites de l’exceptionnel !… rare, trop rare !

Benoît Hamon est le plus socialiste des socialistes :

– partage du pouvoir avec l’Écologie

– intervention sur l’économie par le capital

– valorisation humaine (service public, éducation, professions, valeur travail…)

De la « Restauration » comme pour donner la réponse qui faisait tant défaut la veille à Philippot en réponse à la question de Yann Moax la veille chez Ruquier sur ce qu’il y aurait après Danton et Robespierre, à la « manif pour tous » ; des « versaillais » aux « anti-dreyfusards », l’histoire pourrait nous répondre et oser dire à la postérité « trop de droites, tellement de droites qu’elles en deviennent dures, si dures qu’elles iraient même jusqu’à s’insinuer derrière un centre extrême ou mou ! »

… En ce qui concerne les « candidats de l’argent » :

Benoît Hamon à Bercy ne vise pas plus Le Pen que Fillon ou Macron, vraiment pas de quoi s’irriter, à moins de se sentir directement concerné et fautif !

« Macron & Bayrou », fillon ont peut-être le sens des affaires mais Hamon2017, il a le sens de l’Etat !

Finalement le seul ancêtre dont « macron & Bayrou » pourraient se revendiquer ne serait-ce pas Giscard ?

hamonbercy en appel à un vote partisan… les gauches ont rendez-vous avec l’Histoire… c’est celle du Socialisme, de sa phase transitoire…

La candidature de Hamon2017 n’appelle pas qu’à l’unité des gauches mais à l’unité de la nation toute entière !

Changer le climat social !…

Prends les Gauches… toutes les Gauches avec toi Benoît !

Ce libéralisme « Valls & macron » est sorti par la porte à la primaire et voudrait maintenant entrer par la fenêtre !… rappelait le matin pour LeGrandJury Aurélie Philippetti…

Après hamonbercy Hamon2017, on pourra demander au Melenchon 18mars2017 si le dégag(j)isme est un humanisme ? !

partisocialiste taubira

@aurelifil

#hamonbercy

#Presidentielle2017

ps

J -39/40

On est Socialiste ou on ne l’est pas !

Ils respectent le résultat de la primaire PS ou ils ne les respectent pas…

François Hollande a décidé de transmettre le pouvoir au lieu de le conserver… Sa démarche de transmission du pouvoir marque un tournant pour les nouvelles générations au Parti Socialiste appelées au réveil de la phase transitoire du Socialisme tout en espérant qu’elles ne sombrent pas dans les lambeaux de l’empire giscardien ; ces vieilles méthodes du passé tant décriées…

Mais ce n’est pas simple d’inverser le processus économique des programmes de son prédécesseur… pas simple de se retrouver autant dépendant du MEDEF… pas simple de décider de transmettre le pouvoir au lieu de le conserver comme le font la plupart des politiques nationalistes d’extrême-droite en Europe… pas simple de voir ses socialistes suivre « Macron & Bayrou » comme pour se giscardiser…

Il en aura essuyé des caricatures démesurées François Hollande : de la caisse à outils au capitaine de pédalo en passant par Flamby…

On ne peut penser, ni comprendre Benoît Hamon et Yannick Jadot ou Arnaud Montebourg aujourd’hui, sans mesurer le chemin parcouru par l’écologie depuis Mitterrand et Brice Lalonde hier !… Saisissez-vous l’importance historique et majeure d’une telle avancée politique réelle ?…

Le coût du nucléaire c’est aussi une équation humaine puisque Benoît Hamon établi à Bastia qu’il est temps de « penser l’économie énergétique pariant sur le vent (l’éolien) et le soleil (le photovoltaïque), à partir de laquelle pour un emploi dans le nucléaire, peuvent en être multipliés six dans ces énergies dites nouvelles pour produire la même quantité d’énergie ! »

… à Bastia Benoît Hamon faisait un pas de géant avec l’écologie, ce soir à Nice, il reprend Mendès à Macron et aux droites… épatant !… exceptionnel !… Rare, très rare… trop rare !

Benoît Hamon avance calmement ses arguments en faveur de modifications structurelles et fonctionnelles de la société, du marché du travail, des répartitions budgétaires ; une forme nouvelle qui distribue de la vie !…

Assurément, Benoît Hamon acquiert à chacune de ses interventions une emprise intellectuelle qui fait défaut à tant de candidats.

Les Accords scellés entre Benoît Hamon et Yannick Jadot en plusieurs points détaillés ouvrent un nouvel avenir au Parti Socialiste et empêcheront en même temps de voir EELV sombrer dans l’oubli de l’histoire maintenant que tous les partis politiques, en course, parlent désormais tous d’écologie !

Le texte des accords principaux est d’une bonne mixité entre les socialistes et les écologistes.

Tout en précisant toujours en quoi il se différenciait de la politique de François Hollande, au respect des barrières fixées par le Président Hollande pendant ses services dans le gouvernement, Benoît Hamon explique aujourd’hui en quoi il veut les déplacer pour modifier certaines orientations primordiales avec Yannick Jadot, Christiane Taubira, Vincent Peillon, Arnaud Montebourg, Martine Aubry et Najat Vallaud-Belkacem… Les Gauches… le Socialisme…

Le PS construit à gauche, s’ouvre au centre extrême ou mou et écrase la droite tout court !

____________

Benoît Hamon et Yannick Jadot ce n’est pas Mitterrand – Brice Lalonde, Antoine Waechter ou Dominique Voynet !… C’est mieux, bien mieux !… Saisissez-vous l’importance historique et majeure d’une telle avancée politique réelle ?…

Cela n’enlève rien à l’autorité intellectuelle de l’écologie réelle sur l’éventuelle commercialisation de l’apocalypse parfaitement intégrée dans le capitalisme outrancier…

______________

De François Mitterrand, je me souviens surtout en 1981 de 4 millions 1/2 de Communistes de Georges Marchais à côté des 7 millions 1/2 des Socialistes qui, du point de vue démocratique, méritaient mieux que trois confettis de compensation !… Mais, blague à part, aujourd’hui, Benoît Hamon dépasse tout cela, va bien plus loin que le simple rapport de domination et tient compte des proportionnalités qui n’auraient pas été respectées par le passé… Les Socialistes lui doivent l’unité aux yeux des militants car il serait révulsant de voir une partie des caisses du PS partir dans la poche de Macron ; Valls s’enfuyant avec la cagnotte, qui sait ?… peut-être même celle des Primaires !

La « tentation Macron »

Manuel Valls les y aide beaucoup !… lui qui s’est planté deux fois aux primaires socialistes, se juge dans le droit légitime de ne le mettre à valeur que de 10%, histoire de le décrédibiliser et lui montrer qu’il n’a pas digérer sa défaite contre Hamon… Mais Benoît Hamon navigue entre 18 et 19% dans les meilleurs sondages alors que pour Valls, les dernières cotes de popularité atteintes frisaient les bas-fonds du néant chiffré…

__________________________

Peut-on réellement, devrait-on sincèrement parler d’aile droite au partisocialiste ?

La Gauche ne peut se dynamiser par l’identification à une « aile droite » du PS… Le partisocialiste ne s’est jamais défini politiquement par une aile droite ou alors il changerait d’Histoire et chercherait ainsi à s’inventer un centre de gravité éloigné de la phase transitoire du Socialisme à laquelle il est toujours promu… Cette « histoire » d’aile droite du PS doit être une construction médiatique et l’oeuvre d’une vulgarisation Politique qui ne peut servir que les droites réunies en une seule par sa même extrême ; au contraire il serait plus cohérent de parler d’un versant centriste parce que la « droite », on sait ce que la Gauche en pense !… Du PS aussi, diraient les plus arrogants mais aux vues des quantifications dans l’opinion publique obtenues par le Gouvernement, proches des bas-fonds ; Valls , LeGuen et Bartolone feraient mieux de faire confiance au candidat sorti vainqueur de la Primaire et épauler son équipe présidentielle pour ne pas sombrer dans des conversions giscardiennes avec le flanc MacronBayrou auxquelles ils n’appartiennent pas, sans quoi ils se seraient inscrits à PrimaireDroite .

Le Parti Socialiste construit à gauche, s’ouvre au centre extrême ou mou et écrase la droite tout court !

– ce n’est donc pas d’une appellation médiatique « aile droite » dont il s’agirait avec Benoît Hamon mais éventuellement de l’aménagement possible d’un versant centriste le long des remparts socialistes !

Presidentielle2017 Hamon2017

Il était fort à parier que Manuel Valls digère mal sa défaite aux PrimairesCitoyennes… Défaite toute tracée par sa piètre prestation au débat du 2nd tour où il semblait réciter un texte appris par coeur, ne faisant jamais preuve de discussion libre… le parfait souverainiste !… n’oublions pas aussi qu’il était le plus mauvais résultat à la Primaire de 2011, juste avant Baylet… Rebondir avec Macron maintenant, risque de le transformer en giscardien !

Il en aura essuyé des caricatures démesurées François Hollande : de la caisse à outils au capitaine de pédalo en passant par Flamby…

_______________________________

« Démocratie » dès le 1er tour !

Certes, nous fonctionnons dans une démocratie qui procède en éliminant par scrutin uninominal majoritaire… Mais avant de définir ses alliances comme celle de « Macron & Bayrou », cette démocratie devrait d’abord les quantifier sur la table de vote au 1er tour en les additionnant ce qui suppose que tous les membres d’une alliance politique doivent concrètement disposer de leur bulletin de vote lors du 1er tour pour donner :

« EnMarche » = % Macron + % Bayrou

« FranceInsoumise » = % le parti de gauche du J.-L. Mélenchon + % PCF du Pierre Laurent

« FaireBattreLeCoeurDeLaFrance » = % de Benoît Hamon du parti Socialiste + % des écologistes d’EELV + %… + % … + % …

La Démocratie Française devrait exiger que ces additions soient visibles sur la table du 1er tour pour évaluer concrètement de combien se cachent, derrière les favoris, les plus petits candidats sans avenir politique.

ps

Un petit peu de « bilan » à Gauche…

On s’aperçoit avec insistance et de quelle manière durant la pré-campagne présidentielle qui correspondrait parfaitement à un inter-quinquennat, le Parti Socialiste gouvernemental défend le travail parlementaire effectué face aux futilités et aux esprits tordus sur les bancs Droitiers qui profitent même de l’occasion pour faire passer la facture de Nicolas Sarkozy dans la poche de celle de François Hollande. Attitude facile – tant le pays France éprouve de difficultés à s’extirper de la « crise » – mais limitée par leur science politique qui les rapproche entre Droite (extrême) et Centre (dur) au point de les réunir et de les animer en une seule par sa même extrême.

Presque à peu près sûr, au passage, que le circonspect François Hollande ait pu récupérer, durant son quinquennat, l’intégralité du téléphone économique portable de Paul Bismuth, à l’époque, au service de Nicolas Sarkozy… Par contre le « Paul Bismuth » de Giscard 1974 doit certainement toujours s’évaporer en évasion fiscale quelque part entre le vatican et les banques étrangères liées au panarabisme nationaliste d’extrême-droite…

Si le bilan se déroule correctement actuellement dans l’Hémicycle, à l’honneur des efforts socialistes, c’est certainement dû en partie à l’heureuse victoire de Benoît Hamon à la Primaire ; là où le bas blesse, malheureusement c’est toujours sur la première nuit de Cécile Duflot avec François Hollande. Alors qu’il était question de la création historique du 1er groupe parlementaire de travail à l’Assemblée tout droit sorti des urnes en 4 + 2 + 8, Cécile Duflot s’est vue claquée la  porte sous prétexte qu’elle voulait embaucher des gauchistes et que l’existence de ce groupe parlementaire écologiste devait impérativement comporter que des écologistes uniquement ou alors avec un petit peu plus de socialistes dedans… Mais au nom de quel Droit régalien, un parti, certes majoritaire, se permettrait-il de décider du sort des formations politiques sorties quantitativement des urnes – qui sont quand même 400 000 voix NPA et 200 000 voix Lutte Ouvrière – non seulement capables, mais au devoir également,  d’accompagner les écologistes d’EELV dans la constitution et l’élaboration de ce groupe parlementaire en question pour pouvoir travailler au Parlement… Comment qualifier une telle négation concernant la démocratie sortie fraichement des urnes et les désirs des socialistes, alors derrière Hollande, Ayrault, puis Valls, autrement que par le déni de démocratie ?… Irrémédiablement devrait venir à l’esprit et aux consciences de la Gauche, la facture impayée de 4+2 postes d’assistants parlementaires refusés lors de cette terrible nuit de tractations qui a bien faillit tourner au cauchemar, même pour Cécile Duflot, rappelant quand même au passage l’oubli des plus de quinze ans d’études, d’analyses et de travaux sur les paradis fiscaux, le blanchiment mafieux bancaire lié à l’évasion fiscale mené sous la conduite d’Eva Joly, intégrant dans les équipes de travail, aussi bien des écologistes d’EELV que des membres du NPA ou de la répartition des Lutte Ouvrière… Assemblage historique et judicieux qui mérite mieux qu’un simple résumé traduit par ce « Combat contre la Finance », tant vanté par le futur Chef de l’Etat dans son discours du Bourget, pourtant reconnu d’une certaine qualité jusque dans la presse internationale mais complètement illégitime du point de vue démocratique ou alors il devrait, quand il l’utilise, rappeler brièvement l’historique de ce Combat tel qu’Eva Joly le rappelait… à se demander aussi du coup si les socialistes savent lire correctement et démocratiquement un résultat qui sort des urnes le soir d’une élection ?

Concrétiser la prolongation de ces 15 ans de travaux émergés des urnes par l’additionnel 4+2+8 proposé par Cécile Duflot dans un premier temps, puis refusé par les Socialistes, reviendrait à exiger le remboursement, au taux de base d’un attaché ministériel ou gouvernemental de ces 6 postes reniés et dénigrés… Cela nous donne donc pour les 4 NPA jetés à la poubelle, dès le départ de la première nuit présidentielle de Cécile Duflot avec François Hollande : 4 salaires d’assistants parlementaires à disons 2500€ de moyenne que multiplient les douze mois annuels par les 5 ans du quinquennat de l’équipe Hollande !… Ce qui devrait faire un chèque de lancement de campagne avec les parrainages qui tardent à tomber dans la boîte mail de Philippe Poutou de 600 000€ facturés au Parti Socialiste pour déni de démocratie, manipulation sur Cécile Duflot et irrespect du résultat sorti directement des urnes… Idem pour la Lutte Ouvrière, 2 postes à 2500€ mensuels multipliés par 12 mois annuels que multiplient les 5 années du Quinquennat où devaient rester présentes les 200 000 voix des urnes de cette formation politique invitée à rejoindre la constitution du groupe parlementaire écologiste à l’Assemblée ; 300 000€ du Parti Socialiste, adjoints aux signatures qui manquent encore en parrainages à Nathalie Arthaud pour lancer sa candidature autour de ce pôle tri-dimensionnel élaboré par Eva Joly avec eux il y a plus d’une quinzaine d’années…

Ce simple calcul permettrait de restituer les inter-dynamies fonctionnelles qui sont les seules usuelles actuellement pour renforcer la Démocratie à gauche. Accroitre la fraternité entre plusieurs formations politiques de la Gauche comme a réussi à le faire Eva Joly, ne signifiera pas demain, que des portes-paroles se couchent pour Benoît Hamon mais qu’une addition effective et visible sur la Table du vote du premier tour puisse s’enclencher pour rétablir cet équilibre démocratique usurpé et gâché par cette nuit de tractations pour la création historique d’un nouveau groupe parlementaire, dès 2012.

Alors entre 2012 et 2017, le tremplin est clair, net et précis en ce qui devrait concerner une unité additionnelle relative alors au maintient du Front de Gauche qui continuera de se regrouper autour des trois forces politiques (EELV, NPA et Lutte Ouvrière) pour s’additionner au potentiel des voix de la gauche socialiste de Benoît Hamon… Aucun des quatre portes-paroles de ces quatre formations politiques ne doit s’allonger et disparaître pour un empereur qui deviendrait aussi seul qu’un Jean-Marc Ayrault qui se rend seul à Moscou !… C’est par l’addition et non le phagocytage ou la conversion en Mélenchon du Parti de Gauche que la Gauche peut gagner et gagne Monsieur Benoît Hamon !… Bien entendu, rien n’empêche le porte parole Mélenchon du « Le Parti de Gauche de la France Insoumise », transformé en « mouvement » pour la circonstance présidentielle, à venir s’additionner dans le Front de gauche, ce qui serait préférable aux exigences démocratiques, contraires à l’image du cavalier seul qu’il se taille sur toutes ces années depuis qu’il joue le tribun populiste d’une secte enragée, épaulé par le PCF qui n’a que très rarement partagé les subventions de Pékin avec leurs Camarades des Lutte Ouvrière et des NPA… D’autant plus que Jean-Luc Mélenchon n’a toujours pas annoncé qu’il possédait le nombre de parrainages nécessaires quémandés pour participer aux Présidentielles…

Le premier tour de la Présidentielle2017 correspondrait alors à une primaire pour le Front de Gauche effectif et efficace tel qu’il se décrit sur les 15 ans décrits plus haut par Eva Joly elle-même lors d’une de ses dernières interviews télévisuelles…

#CombatContreLaFinance

#investitureHamon #primairePS #BilanPS

#partisocialiste #Politique #EELV #francoisHollande #Cambadelis #BenoitHamon #montebourg #BenoitHamon2017 #deputesFdG #JLM2017 #JLMHologramme

#politique #Presidentielle2017 #Gouvernement #QAG #DirectAN

ps

Possible futur au présent…

La candidature à la Présidentielle de 2017 revenant à Benoît Hamon, inespérée il y a peu, redonne aux Socialistes un regain de vitalité, une nouvelle dynamique à laquelle il ne faudra pas mésestimer l’aménagement d’un flanc centriste et ne pas oublier les anciens partenaires des socialistes que sont les écologistes et les communistes, ce qui passe par l’intégration au bilanPS de la question de la première nuit de la victoire de François Hollande où se constitue pour la première fois de l’histoire aussi, un groupe parlementaire écologiste de travail à l’Assemblée, loin des urnes !…

La candidature de Benoit Hamon enclenchera certainement la phase transitoire du socialisme qui passe par la lutte contre le dérèglement climatique, l’écologie économique et sociale, le partage des richesses, la consolidation de la croissance… la politique du « possible » !

L’avenir, non plus « désirable » ou souhaitable, de la Gauche ne se matérialisera que par la poursuite d’une linéarité historique qui passe par l’ambivalence entre un flanc-centriste, actuellement mené par un néo-giscardien « en marche » et le socle des plus anciens partenaires des Socialistes, les Ecologistes (EELV) et les Communistes (NPA+LutteOuvrière) ; le PCF n’étant là que pour toucher les subventions de Pékin ou se jeter dans la manche de Mélenchon !

Sans aller jusqu’à parler de « renaissance » mais c’est quand même une belle victoire pour la jeunesse et les militants socialistes comme le Parti Socialiste en a connu d’autres… Comme celle de 1981 qui laisse quoi à la Démocratie ?… Une forme de dictature directionnelle de 7,5 millions de Socialistes derrière Mitterrand avec/contre 4,5 millions de Communistes chez Georges Marchais ?… Les chiffres parlent d’eux-mêmes sans même développer le fait que pas même Lecanuet ou Brice Lalonde n’obtinrent le nombre de postes correspondant à leurs centaines de milliers de voix d’électeurs sorties des urnes pour constituer leur cabinet Ministériel ; lacune à laquelle remédiera sans doute Benoît Hamon (!)

Contrairement aux hypothèses médiatiques qui verraient d’autres ténors s’effacer pour Benoit Hamon, ce qui reviendrait à en faire un candidat solitaire, c’est par l’addition avec d’autres portes-paroles, clairement présents sur la Table du vote que Jadot, Poutou et Arthaud trouveront leur place dans la victoire de Hamon pour battre les droites et le centre au 1er tour, tout en gardant leur droit de réserve pour le second… Pourquoi ces 3 noms immédiatement mentionnés aux côté de Benoit Hamon ?… Sans remonter jusqu’aux plus de 15 ans où débutèrent – mais il faut quand même y revenir – les travaux, les analyses et l’étude sur les paradis fiscaux, le blanchiment bancaire mafieux lié à l’évasion fiscale ; grâce aux groupes de travail constitués par Eva Joly auxquels participèrent des EELV accompagnés de NPA et de Lutte Ouvrière pour donner naissance au « Combat contre la Finance »… Ce « combat » est à poursuivre… Eva Joly a également rappelé que ce « Combat contre la Finance » n’est pas à François Hollande, ni au Parti Socialiste mais qu’il découle de la synergie de ces trois formations politiques, peut-être injustement étiquetées de « communistes » mais quand même présentes toutes les trois dans les urnes des Présidentielles 2012 en 800 000 écolos, 400 000 NPA et 200 000 LutteOuvrière ; ce qui donne bien 14 postes ministériels et gouvernementaux prêts à construire le groupe écologiste parlementaire adéquat… C’est leurre que d’oublier Cécile Duflot proposant cette équation additionnelle aux socialistes, aux premières heures de la première nuit de la victoire de François Hollande mais celui-ci en a rejeté la logique incontestable, pourtant sortie des urnes par rapport au minimum de linéarité historique qu’on est en droit d’attendre d’une formation socialiste, toujours désireuse de se différencier des droites mais qui parfois impose des règles similaires à celles des fonctionnement de partis droitiers…

Ensuite pourquoi Benoît Hamon ?… Peut-être aussi pour marquer nos différences avec la protubérante règle de l’aile droite du PS – appellation médiatique quasi mensongère – car il s’agirait plus d’un « versant centriste » que d’une aile « fasciste-socialiste » ou alors, ils n’ont pas entièrement entendu, dans l’Hémicycle, la manière majestueuse et respectable des interventions avec lesquelles, Manuel Valls répondaient à ses provocateurs et détracteurs !

https://fr.news.yahoo.com/hamon-porté-bons-sondages-futur-devient-possible-175304112.html

Ce qui nous unit n’est pas ce qui nous gouverne !

Caricature islamo-gauchiste !

Programme contre programme, oui, mais les coups bas pleuvent et le dernier en datte, en provenance du Député de l’Essonne Malek Boutih qui accuse Benoît Hamon d’être sous l’influence d’une sphère islamo-gauchiste est sans doute le dernier conseil de la triplette élyséenne quant à la manière dont leurs collègues pourraient soutenir leur candidat tout en faisant place nette au panarabisme bancaire nationaliste d’extrême-droite… Mais rappelons-leur, aux supporters de Manuel Valls que les pays du Maghreb ont besoin de ces militants qu’ici se font caricaturer d’islamo-gauchistes. Ils ont fait les Printemps arabes en contestation de la dictature économique du panarabisme nationaliste d’extrême-droite pour défendre leurs droits humains. De toutes façons c’était ça ou « terroriste révolutionnaire » à la différence que c’est sûrement la fusion des deux, l’islamo-gauchisme ou le terrorisme révolutionnaire avec le panarabisme nationaliste d’extrême-droite qui génère daesh ou l’al-Qaïda chez-nous, batifolant de hamame en banques secrètes avec des comptes secrets et les réseaux appropriés propices à un tel développement… Bon, ça c’est pour l’intervention de Malek Boutih qui d’un pic odieux cache certainement inconsciemment des modes de fonctionnement internes au Parti Socialiste que Malek Boutih connaît peut-être parfaitement bien mais dont il se sert aujourd’hui pour éloigner les opposants des critiques du pouvoir et du mode gestionnaire socialiste…

Ensuite il y a Manuel Valls qui passe le premier tour et se retrouve finaliste de cette Primaire de Gauche, soucieux de rabaisser Benoît Hamon au rang d’utopiste, d’illusionniste, de rêveur pas sérieux auquel cas Jaurès lui-même, d’utopiste et d’illusoire qu’il aurait pu paraître, n’en est pas moins devenu plus crédible !… Alors se venter de plus de crédibilité dans le camp de Manuel Valls est non seulement culotté mais renie carrément officiellement le moteur de l’histoire que pourrait encore constituer le Parti Socialiste aujourd’hui, conforte le néo-conservatisme au progressisme pourtant capable d’apporter non seulement des solutions nouvelles mais développe également des modes d’organisations sociales liées au travail, aux impôts et aux salaires différentes. C’est pourquoi ce dernier débat de mercredi ne sera pas celui du crédible contre l’illusoire mais devrait engager une réelle critique de l’appareil idéologique d’Etat !

Qu’est-ce qui nous unit si ce ne sont les plus de 15 ans d’études et d’analyses des paradis fiscaux, du blanchiment mafieux bancaire et de l’évasion fiscale qui y est liée ; travaux mis en place par Eva Joly lors d la constitution d’équipes intégrant des EELV avec des NPA et des Lutte Ouvrière… Première fois depuis longtemps que la politique française n’avait une dynamique similaire réunissant trois forces politiques autour d’objectifs communs et de résultats plus que probants !… Si probants même que le Parti Socialiste lui-même sous la Présidence de François Hollande reprenait ces travaux de plus d’une quinzaine d’années à son compte pour l’appeler « le Combat contre la Finance »… Pourtant Eva Joly l’a fort bien rappelé lors d’une de ses dernières interventions télévisée, précisant justement que ce « Combat contre la Finance » n’appartenait pas aux socialistes mais aux équipes qu’elle avait composé dans ce but il y a plus de 15 ans. Que devait-il rester potentiellement dans les urnes au soir de l’élection de François Hollande ?… Non seulement la création – pour la première fois également – d’un groupe parlementaire écologiste mais normalement aussi le respect des quantifications en centaines de milliers de voix d’électeurs répartis entre ces trois forces toujours actives… 800 000 + 400 000 + 200 000 pouvait-on évaluer pour respectivement EELV, le Nouveau Parti Anticapitaliste et la Lutte Ouvrière qui font bien 14 pour la création de ce Groupe de travail écologiste au Parlement. Malheureusement cela a dû échapper à Cécile Duflot lors de la folle nuit de l’obtention de son groupe parlementaire écologiste victime d’une mauvaise lecture arithmétique et historique ou du chantage de la direction socialiste toujours avare lorsqu’il s’agit de concéder des Sièges à des formations hors-PS mais néanmoins toutes fois quand même « partenaires ». Cette question, peut-être insignifiante pour de nombreux électeurs pèse lourd dans le bilan et révèle les stratégies possibles qui ne respectent pas les décisions démocratiques sorties des urnes, ni les forces dynamiques qu’il faut additionner pour peu qu’on soit soucieux de respecter le processus historique et démocratique mis en place il y a plus d’une quinzaine d’années !

#PrimairesCitoyennes #PruimaireLeDebat
#Valls2017   #BenoitHamon2017
#LCI #LCP #PrimaireBfmtv #malekboutih

Au lendemain du 1er tour de la Primaire « socialiste »

Entrons en « équivalence » avec Hamon2017 et le CombatContreLaFinance !

Ce n’est plus une question de rivalité, de concurrence ou de différences mais de plus de 15 ans d’études et d’analyses sur les paradis fiscaux et le blanchiment bancaire dont il s’agit, grâce aux équipes instituées par Eva Joly regroupant des NPA et des Lutte Ouvrière avec des EELV pour ouvrir les banques secrètes du Vatican, des Temples, des Mosquées, des Minarets et des Synagogues…

« 8+4+2 » était la lecture logique et juste du résultat électoral de 2012 associé à la victoire du Parti Socialiste…

Les écologistes derrière Cécile Duflot ne pouvaient justifier que de 8 postes avec leurs 800 et quelques milliers de voix auxquelles s’ajoutent intrinsèquement les 400 000 du NPA et les 200 000 de Lutte Ouvrière pour donner possible la constitution du groupe parlementaire écologiste à l’Assemblée Nationale fixé à 14, dans le but d’affiner les travaux… Où sont-ils les (4+2) ?… Il ne faut pas croire que ce sont les « socialistes » qui leur ont offerts les « 4+2 » manquants !… Bien au contraire… normalement c’était le rôle de la « linéarité historique » due à l’efficacité et aux résultats des 15 années d’études et d’analyses sur les paradis fiscaux et le blanchiment bancaire dont parlait encore Eva Joly qui en sont la cause comme pour mieux nous alerter et nous faire prendre conscience de la mauvaise lecture des résultats électoraux dont s’est même jouée Mme Vallaud-Belkacem, allant même jusqu’à quémander une augmentation des postes ministériels et gouvernementaux auprès du Conseil Constitutionnel, prétextant une légère augmentation du cheptel total des électeurs mais oubliant, au passage, la linéarité historique qui faisait depuis plus d’une quinzaine d’années, la force de la Gauche. Aucun groupe ne peut combattre le capitalisme tout seul et cela, Eva Joly l’avait fort bien compris… Le « capitalisme » comme ça, ça ressemble à un monstre, à un casino. Mais les 15 ans d’études et d’analyses prouvent qu’au contraire, il est bien vivant et repose sur la corruption, le blanchiment mafieux, l’évasion fiscale, les dessous de table et autres pots de vin ; que c’est bien là qu’il faut intervenir, ajuster pour orienter différemment les hypothèses des clubs d’investisseurs.

A cet effet, les trois candidatures de Nathalie Artaud, Yannick Jadot et Philippe Poutou, éminemment respectueuses de l’idée d’« Un Front de Gauche » n’ont pas d’autres perspectives que de poursuivre ce « Combat contre la Finance » pour rester dans la concrétisation et l’efficacité engagées par Eva Joly autour de trois forces politiques que sont et resteront EELV, le NPA et la Lutte Ouvrière avant qu’elles ne soient passées au rouleau compresseur d’un bouffeur d’avocats tout juste bon à détruire la forêt amazonienne agrémentés de quelques crevettes de Fukushima pour finalement sombrer dans une mélasse insoumise et une sixième baliverne !

Avant que de vouloir jeter le discrédit sur la Vème République pour en faire à la hâte une Sixième, dénuée de sens, dans laquelle on risque de s’ennuyer autant que dans les 5 précédentes, tant que ne seront pas élucidées les zones d’ombre qui affectent la dernière en date ; encore faudrait-il répondre à ce qu’elle n’a su résoudre – de la Troisième à la Cinquième -, face à la différence entre le chemin qui conduit De Gaulle à Londres, motivé et animé par un bureau universitaire issu d’une autorité intellectuelle liée à la Résistance, à la France Libre et au CNR, à celui, fort différent et qui n’est pas le même que celui qui le conduit ensuite à l’Elysée, le présidence de la République et l’empire des « barrons ». Entre les deux, il y a un monde qui diffère des engagements et des serments qui s’appelle le monde de la Collaboration que l’histoire n’a jamais vraiment daigné expliquer si ce n’est autrement que derrière l’évolution de l’empire giscardien, l’impasse sarkozyste ou les faux espoirs d’un tout récent Fillon…

#PrimairesCitoyennes #PruimaireLeDebat
#Valls2017   #BenoitHamon2017
#LCI #LCP #PrimaireBfmtv

ps

Imperator Cambadélis !

La Primaire2017

Impatience taraude les électorats à l’approche des primaires socialistes !… il n’y aura pas de noël cette année, il faut préparer la Primaire de Gauche… Le niveau sera élevé !… sauf si au sortir du 1er tour, Manuel Valls connaît le même sort que celui de Sarkozy, c’est à dire l’élimination, pure, simple et radicale auquel cas la Gauche serait vraiment devenue aussi ridicule que la droite... M’enfin !… ça ne devrait pas être difficile pour l’ancien 1er Ministre du Gouvernement PS, de prouver aux électeurs que ce n’est pas en mettant deux ou trois fois le mot « France » ou « Français » dans chacune de ces phrases que Sarkozy a élaboré pour sa primaire, que l’on devient Président de la République Française !…

 

La question de signer une « Charte à valeurs de la Gauche » ?…

 

Pour se différencier de la Droite qui a copié l’idée de Primaire au Parti Socialiste, en dehors du fait que même les médias tentent d’y confronter le Fn à l’avenir ; il ne faut pas essayer d’imiter ce que vient de faire la Droite tout récemment en une primaire prétendue centriste également au départ et qui fini dans la poche de Fillon, il faut en renouveler les modalités, les modifier, les transformer pour les rendre plus compétentes que ce que n’a essayé d’en faire la droite en s’inspirant d’une idée de la Gauche !… Donc ne sert à rien de vouloir forcer les électeurs à signer une Charte des valeurs de la Gauche et de l’écologie et le « droit de réserve » proposé aux votants doit être de rigueur quand on se dit de Gauche, des gauches et plus !… Si cette « charte » devait être obligatoirement signée ce serait dans quel but ?… pour faire du libéralisme ou de l’ultra-centre plus ou moins à droite ?… non ?
Ce n’est pas précisé !
Alors devrait être mentionné sur cette « charte »
« Gauche libérale ».

Cette charte devrait être supprimée ou précisée du « Droit de Réserve » pour la signer ou pas puisque la Droite et le Centre l’ont reprise aussi pour faire polémique lors du scrutin où des électeurs ont pu voter sans la signer… et les primaires de la Gauche devraient être à « prix libre » !…

Ce serait une différence énorme, un monde entier qui différencierait la droite de la Gauche si cette primaire 2017 – à moins que Juppé n’en fasse une aussi, l’année prochaine avec le « centre » et son 1/3 qu’il a fièrement arraché à Fillon – d’une Gauche pouvait trouver sa différence, rien que dans l’élaboration des modalités renouvelées de sa deuxième « primaire ». Non !… loin d’être « redoublement » comme la droite le sera toujours avant que d’avoir commencé ; le « prix libre » (au coeur de la croissance) et le « Droit de réserve » sur la possibilité de signer ou non la « Charte » est une différenciation essentielle d’avec le mode de fonctionnement de la primaire droitière dont les codes furent plagiés sur ceux du Parti Socialiste.

ps

#PrimairesCitoyennes #PrimaireGauche #primairePS

Montebourg, Valls, Hamon, Peillon… Macron…

Arnaud Montebourg ne s’est pas gêné pour comparer Manuel Valls à Nicolas Sarkozy apprend-on au BFMPolitique de ce dimanche !… seulement du niveau de la Primaire !
Souhaitons alors à Valls2017 le même résultat que celui qu’à connu Sarkozy au soir du premier tour de la « primaire de la droite et du centre » ; et retrouver Hamon et Montebourg au second tour pour la « PrimairePS » !

montebourg invité de @ONPCofficiel, pourrait être avec Macron 2 atouts pour la France. Le madeinFrance et EnMarche devraient se compléter dans l’addition de leur proportion respective de leur centaines de milliers de voix d’électeurs !… revolutionenmarche en meeting avec Macron au projet qui n’a pas d’histoire Politique, n’est pas implanté, s’en écrira-t-il une ?

Il est hors-pair EmmanuelMacron !
On aurait juste aimé le voir plus vociférant à l’égard du MEDEF et de Gattaz lorsqu’il était en service, aux « affaires » avant qu’il ne retourne en ristourne la veste de sa démission…
Arriviste et poujadiste, Emmanuel Macron est un fin stratège !
En refusant de se positionner et de s’additionner dans la primaire de la gauche, il attend patiemment son quotient de centaines de milliers de voix d’électeurs qu’il obtiendra au 1er tour de la Presidentielle2017 et espérons qu’il se prononcera au moins entre les deux tours au lieu de prétendre pouvoir ensuite vendre ses services à n’importe quel Président élu…

Macron promet un hausse net de tous les salaires pour les reprendre en impôts brut ensuite ?… tout est modulable, adroite EnMarche !… meetings aux déclarations à l’inverse des réalisations…Macron n’a-t-il pas fait sourire le Medef pour nous faire grincer des dents aujourd’hui ?… les quelques idées économiques de macron2017 sont bonnes, accompagnées d’une Politique mais ces idées seules, ne feront pas une/la politique…

Candidat supplémentaire pour la PrimaireGauche, VincentPeillon incarnera-t-il la peau d’un « chef de classe » ?

Hamon2017 pourrait créer la surprise !… Il a pris des points à LEmissionPolitique… Pas facile à coincer Hamon2017, même pas sur la question des drogues CannabisClarity, vraiment un candidat sérieux !

Si @jccambadelis ne veut pas d’un open bar à la PrimaireGaucheon pourrait faire « open Bank » via la banque secrète du Vatican !

Mélenchon manquerait-il de loyauté par rapport à l’idée de Primaire à gauche ?

Il y a une sorte de « quitte ou double » chez Mélenchon qui dérange toujours autant l’idée qu’on pouvait, jusqu’à présent, se faire de la Démocratie… Même Georges Marchais s’est assis aux côtés de règles démocratiques… Après ce sont les répartitions et le partage du pouvoir qui sont en causes !… La démocratie n’a pas su se penser différemment ou ailleurs que dans ce « scrutin uninominal majoritaire » voulu par De Gaulle (meilleur moyen de transformer une base démocratique en dictature sociale ou économique). Mais une Démocratie ne peut fonctionner sans une addition de deux, trois ou plus de forces politiques possibles et susceptibles de s’additionner par la parité, sinon il ne peut y avoir de démocratie !

Vouloir « convaincre » sans ces règles démocratiques risque d’arbitrairement se prétendre « majoritaire » avant que de l’être réellement, plus écologiste que les écologistes, plus révolutionnaire que les révolutionnaires, plus citoyens que l’ensemble des citoyens ; de peut-être oublier de défendre les salariés et l’écologie… Au moins, de 2012 à 2017, Jean-Luc Mélenchon aura au moins changé ses préjugés et ses insultes envers les Instituts de sondages et les médias ‘people’, oubliant qu’aujourd’hui, lui aussi est l’objet de leurs provocations… Provocation qui lui sied de répandre à merveille, virtuellement jusqu’à la vantardise ; mais y gagnera-t-il en efficacité autrement qu’en retournant la veste de quelques principes de départ ?

#questionspol   #franceinter
#JLM2017   #Melenchon   #PrimaireGauche

#RevolutionEnMarche   #macron2017   #EnMarche

#ViePolitique

CambadélisLopinion.fr

Depuis le départ de François Hollande, Valls et Macron se tirent la corde…

Pour ces « Primaires citoyennes », le Parti Socialiste est bien seul… Sylvia Pinel se présentant hors-primaire avec le PRG tout comme Macron et « En Marche », ne laissent au PS guère de véritables « partenaires » proprement dit, suffisamment important pour constituer une force politique capable de rester présente au 2nd tour de cette Primaire socialiste qui en toute logique devrait voire deux candidats socialistes au final… Les deux originaires de Nouvelle Donne (Jean-Luc Bennahmias avec son Front Démocrate et Pierre Larrouturou) et l’excroissance écologiste de l’UDE, défendue par François de Rugy, en tout et pour tout… Tout cela additionné donnera un résultat intéressant d’insignifiance !… Une poignée de centaines de milliers de voix d’électeurs tout au plus ?… réponse le soir du 1er tour.

« Unité » factice pour Cambadélis ?

Pourquoi Macron ne vient pas jauger sa force politique naissante (« En Marche ») à la Primaire et en profiter pour la confronter au versant centriste du socialisme fort bien construit par « Nouvelle Donne », réparti entre le centre-droit de Jean-Luc Bennahmias du Front Démocrate et le centre-gauche de Pierre Larrouturou ?… Pourquoi un tel renoncement ?… Sans doute qu’Emmanuel Macron s’estime capable de pouvoir se vendre à n’importe quel président ou candidat du second tour ?… Non Macron !… les électeurs n’ont pas la mémoire suffisamment courte pour ne pas déceler un tel marchandage !… Avec en plus la quasi certitude que Macron ne franchira pas la barre des 5% en restant ainsi à l’écart alors que si il venait à la Primaire tout en restant candidat indépendant au 1er tour de la Présidentielle, c’en serait la quasi certitude de la franchir… Ah !… mais au fait les Socialistes, comment faites-vous avec les candidats de votre Primaire, sont-ils définitivement interdits de candidature au 1er tour de la Présidentielle si ils perdent leur Primaire ?… Sont-ils recalés ?… C’est un peu le cas de Juppé dans le primaire de la Droite et du Centre, sorti en échec mais pas mat, qui pourrait présenter une candidature commune avec Bayrou et Macron !

L’avantage du « double-jeu » pour Manuel Valls !

Valls candidat ne fera que reproduire la forme politique de son prédécesseur sans trop la modifier… À preuve du contraire, où était le 1er Ministre Valls pour défendre et aider Cécile Duflot et Montebourg pour qu’ils ne quittent pas le gouvernement alors qu’ils y étaient ?… Dans le régime de la terreur des gouvernances socialistes qui brisent l’équilibre du quotient électoral de leurs partenaires ?…

Ou bien se présentera-t-il totalement transformé ?… Tel un « Che Rocardien » s’excusant d’avoir été le bras-droit de Hollande !… Ça ce serait dans l’hypothèse de donner de la hauteur « à Gauche » mais plus probable est qu’il se contente de défendre le simple bilan de François Hollande, uniquement pour assurer », durant les débats de la Primaire…

 

Très solennelle cependant sa déclaration de candidature et bien ventilée cette intervention de Manuel Valls mais pas de propositions ou de projets concrets qui soient différentiels du bilan mitigé de François Hollande… Pas grand chose d’autre, si ce n’est ce que fait le Parti Socialiste du « rassemblement » chaque fois qu’il entame une présidentielle… Préférer la « conciliation » au consensus n’est pas une grande avancée en matière de modernisation du langage ; la « réconciliation » aux divisions jamais surmontées entre les gauches ou « à gauche », ne donne pas de meilleures perspectives à la thématique du partage du pouvoir jamais vraiment abordée… Donc pas de quoi séduire cette mise en compétition électorale déguisée en candidature à la Primaire de la « belle alliance populaire » si ce n’est qu’on y perçoit comme un acte d’adoubement supplémentaire ressemblant plus au monologue d’une candidature pour une Loge Franc-maçonnique qu’au « message » d’un futur Président de la république !

ps

Jack Lang enfle la polémique Royal à Cuba…

http://www.marianne.net/hommage-segolene-royal-fidel-castro-jack-lang-penche-exces-rhum-100248379.html

Quand un décès rameute la polémique politique dans le but de raviver les propagandes…

Avant de se répandre de l’hommage rendu par Ségolène Royal à Fidel Castro dans l’espoir de lui attenter un quelconque procès d’intention, encore faudrait-il rappeler que cela concerne essentiellement une Amérique du Sud entière qui à l’époque était sous le régime totalitaire des Généraux des juntes fascistes pilotées par les USA. Cela n’empêche pas forcément les exactions, ni des uns, ni des autres, surtout pas du communisme d’État soviétique, en influence à l’époque, qui supplantât toujours plus ou moins les « Mouvements d’émancipation théologique marxistes » sans jamais véritablement régler les problèmes politiques qui se posaient et qui risquent d’encore se poser.

Quel manque de discernement historique dans l’interprétation médiatique du déplacement de Ségolène Royal à Cuba pour commémorer la mémoire d’un révolutionnaire… Presse, médias populistes qui conduisent à ce genre d’irrespect sur une personne diplomatique trainée dans la boue de l’inconscience des propagandes devraient être jetés en pâture aux Juges d’une Cour de Justice Pénale internationale pour laver un tel affront… Nuremberg possède encore de jolis locaux appropriés à ce genre de délibérés même si tout le nationalisme européen d’extrême-droite espère toujours encore en faire un « musée »…

Quant à Jack Lang, c’est à se demander si il ne préfère pas la vodka de Poutine, frelatée aux mafias financières ; aux ti-punch, Mojito et la Cucaracha des Caraïbes ! (?)… Jack Lang a dû confondre la « Route du Rhum » avec les hommages d’un enterrement national.

Pourquoi donc alors s’obstiner ainsi à transférer dans le présent de l’évènementiel en rapport au passé, autrement que pour enclencher la manipulation du déviationnisme des consciences historiques ?… Non !… vraiment, à part la dictature financière que d’aucuns cherchent à établir sur Cuba aujourd’hui, je ne vois pas !… certainement tout ce réseau bancaire français (BNP – Sogenal SociétéGénérale) qui a toujours soutenu Giscard en Afrique et qui bat de l’aile aujourd’hui ?

Hier militaires, aujourd’hui bancaires, les dictatures médiatiques ou directionnelles n’auront pas fini de nous étonner si ce siècle doit être celui de l’oubli, nous préfèrerions le précédent du devoir mémoriel (!)

segorama.fr---CetteBelleideeDuCourage

Offrons-lui le Front de Gauche !

Tout récemment Arnaud Montebourg déclarait que :

« Face à François Fillon, il faut un candidat qui soit au coeur des gauches et pas un social-libéral. »

Encore une belle formule « au coeur des gauches » mais comment le bâtir, le construire, l’élaborer ?… Pour le 50ème démocratique de la voûte majoritaire Socialiste ce ne devrait pas être très compliqué puisque leur Primaire désignera un candidat démocratique où le socialisme n’a guère de concurrence directe puisque le PRG s’additionne automatiquement. Plus compliquée est la situation vis-à-vis de Macron qui ne s’y rendra probablement pas aux Primaires Socialistes, ou alors il faudrait lui aménager l’espace fractionnel qui en ressortira correspondant au quotient de ses centaines de milliers de voix d’électeurs… Plus judicieux serait pour lui d’attendre le second tour de la Présidentielle2017 avant de se prononcer !… Du côté du versant des piliers minoritaires de l’autre 50ème démocratique, la multiplication des candidatures n’est pas pour déplaire (Jadot, Arthaud, Poutou) puisqu’elle rappelle à Jean-Luc Mélenchon que le candidat du Front de Gauche est toujours le Front de Gauche au nom FdG et cela dans 10ans, 30ans ou 50ans !… Qu’au départ, le Front de Gauche n’était pas conçu pour la personnification personnelle d’un candidat qui prendrait le pas sur les autres mais consistait en l’addition de tous les candidats à même titre égalitaire que les autres… FdG élu, ce n’est pas une personne mais un bureau composé d’autant de formations politiques qui le souhaitent…

FdG regroupant et réunifiant cinq forces politiques = le NPA à raison d’1/5ème + la Lutte Ouvrière à raison d’1/5ème + le PCF à raison d’1/5ème + EELV à raison d’1/5ème + le Parti de Gauche à raison d’1/5ème pour donner le tout « Front de Gauche 5/5ème » qui dépasserait largement la simple poche ou l’ourlet de l’unique veston de Mélenchon mais s’inscrirait réellement autour du cinquantième démocratique du versant minoritaire des piliers de la Gauche Française que ces partis politiques incarnent à titre égalitaire en s’additionnant. Le Front de Gauche n’a pas initialement été conçu pour se transformer en « merde insoumise » bonne pour la DGSI prête à lui redresser sa turbulente adolescence politique !

Vous l’avez entendu Mélenchon dans sa nouvelle réplique implacable : fallait pas voter Hollande (?)… un peu plus il nous rajouterait « t’avais qu’à pas voter Tsipras, t’avais qu’à pas voter Demirtas ». Alors dans le pire des cas, souhaitons-lui une seule chose à J.-L. Mélenchon c’est de finir 3ème à 2% du second au 1er tour de cette présidentielle comme ça, ça lui rappellera qu’une victoire s’obtient à peu de chose et qu’il ne faut oublier personne ; les autres pouvant conserver l’idée additionnelle du 1er tour, additionner aussi les remboursements des frais de campagne pour les redistribuer entre les formations acceptant de garder le candidat commun « FdG » (= 1/3 EELV + 1/3 NPA + 1/3 LutteOuvrière) pour passer les 5%. Quelle triplette démocratique !… Quoi de plus logique et respectueux de la linéarité historique et pragmatique digne des résultats obtenus par 15 ans d’études et d’analyses sur les paradis fiscaux, l’évasion fiscale, le blanchiment et les réseaux mafieux, construites autour des équipes d’Eva Joly avec des NPA et des LO.

3LikeGreen

Le projet d’aéroport « américain » de Notre-Dame-des-Landes est-il démesuré ou nécessaire ?

Pas simple pour le Ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve de suivre la décision de Valls

La logique voudrait pourtant que le choix à prendre face à une hausse de la fréquentation sur les transports aériens constatée sur l’aéroport de Nantes déjà existant, mais aussi sur d’autres aéroports environnants non pas seulement sur celui de Nantes, mais aussi les autres du Grand Ouest ; ce choix devrait s’orienter vers l’enseignement du « développement local » lié à la Sociologie de l’Urbanisme qui préconise de favoriser l’agrandissement d’infrastructures déjà existantes pour ne pas pénaliser l’accroissement économique des autres villes tout en respectant le concept d’urbanisme et de développement local à échelle humaine adapté à la surface du territoire… Et ces hausses descendent jusqu’à La Baule, Biarritz, Bordeaux, La Rochelle, Quimper, Brest, Dunkerque, Tours, Beauvais, variant entre 1 et 3,5% de hausse du nombre de passagers à l’année… Bien sûre, la période estivale est prépondérante dans cette statistique pour chacun de ces aéroports de villes « moyennes » qui mériteraient agrandissement, histoire de soulager celui de Nantes… Ensuite ces « agrandissements » sont d’autant plus nécessaires, qu’en cas de fortes intempéries, des pistes d’envol et d’atterrissages doivent être mise en service dans les délais les plus brefs ; en dehors du fait qu’une piste au moins, supplémentaire, est nécessaire pour amortir les afflux massifs de l’été…

Surprenante constatation dans l’étude de la fiche d’analyse statistique de la hausse de la fréquentation des plus grands aéroports français : celui d’Entzheim-Strasbourg endure une forte diminution de 7%… Verrait-on ces 7% atterrir à Orly ou NDDL pour revenir en TGV jusqu’à Strasbourg ?

Bon courage Mr Cazeneuve !… Et les actionnaires ?… Ils pensent aux autres villes ?…

http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/nddl-valls-passe-le-relais-au-ministre-de-l-interieur-4630898

La question de la construction de l’aéroport de Notre Dame Des Landes est contraire à l’enseignement du développement local de la Sociologie de l’Urbanisme qui préconise l’agrandissement d’infrastructures déjà existantes, périphériques aux villes surchargées afin de poursuivre l’activité locale et son développement économique…

À quoi sert de construire un méga aéroport après avoir constaté une augmentation de seulement 3,5% de la fréquentation annuelle sans tenir compte que cette hausse est également due à la baisse des tarifs du transport aérien alors que la construction de ce fameux aéroport NDDL risque d’en augmenter les prix, d’y adjoindre une gare TGV pour desservir en étoile NDDL comme « transport en commun » (!)

Il vaudrait mieux, selon l’enseignement du développement local, lié à la Sociologie de l’Urbanisme, d’agrandir des aéroports déjà existants où existent aussi des hôtels et bien d’autres services comme à Brest, Rennes, La Rochelle, Angoulême, Beauvais ou même La Baule pour décharger celui de Nantes alors qu’à Notre-Dame-Des-Landes ; il n’y a « rien ». Étape intermédiaire du développement, NDDL, ne risque pas d’asphyxier ces villes limitrophes à long terme comme pour les griller ou les éloigner du transport aérien réel au mépris de règles écologiques liées à la préservation de zones naturelles riches en faune et en flore ?

   

= ++++ = 5/5ème

= « un cinquantième démocratique » =

1/5 +1/5 +1/5 +1/5 +1/5

Quand le Code électoral recycle injustement des écologistes en socialistes ! (?)…

Sans passer par le suffrage universel et la consultation électorale, le groupe écologiste disparait des membres participants aux travaux parlementaires de l’Assemblée Nationale.

Comment peut-on, dans une démocratie participative, réelle et quantifiée, arriver à une telle disparition, en cours de mandature et de législature, d’une telle disparition d’un groupe parlementaire ; sans être passé par une consultation électorale préalable ?… Le changement de maillot sans investiture, pourtant jamais sorti des urnes, effectué en cours de législature par l’influence du troc présidentiel, est bien l’acte du puisatier providentiel qui pompe sur les Bancs de l’Assemblée quelques têtes écologistes pour combler l’inadéquation mathématique qui pourtant aurait dû être respectée avec ce partenaire « vert » de honte ou de dégoût au final de l’amorce du bilan qui pourtant aurait dû correspondre jusqu’en 2017 aux résultats électoraux d’EELV et de l’UDE, aux centaines de milliers de voix électorales près dans les grilles des résultats affichées la nuit du 6 au 7 mai 2012.

De la magouille électorale sans les urnes ? !…

Un pas de plus vers la dictature directionnelle !… Peut-être pas de quoi déclencher une guerre civile entre Socialistes et Écologistes mais au moins de quoi ouvrir des cours martiales pour une telle prestidigitation politique en cour d’investiture alors que nulle part, dans la Constitution, ne figure, noir sur blanc que de telles transformations puissent être possibles, sans une consultation électorale préalable. Ce qui se passe actuellement entre les Écologistes et les Socialistes sur les Bancs de l’Hémicycle, dépasse non seulement l’entendement ; mais égratigne surtout le Droit électoral pris au chapitre du respect de l’électorat du parti politique pour lequel un élu a été investi et qui, selon les dires de la Constitution, devrait être censé rester sous sa bannière (étiquette ?… peut-on encore oser parler d’étiquettes à ce stade des enjeux politiques démocratiques ?), quelque soit sa fonction occupée durant sa mandature, à moins qu’il ne veuille en changer, mais alors cela suppose une démission préalable pour se retirer et préparer pour présenter sa nouvelle appartenance politique lors d’élections ultérieures…

Il semblerait que les règles élémentaires du fonctionnement démocratique, au respect du quotient électoral et du résultat des suffrages, aient été rompues entre les écologistes et les socialistes ou alors ne puissent à l’avenir qu’exister, uniquement sous conversion forcée d’EELV à « écologiste – centriste », baptisée « UDE » : Union Démocrate Écologiste !… Sans doute plus européanisante et moins « nuisible » est certainement cette naissante mouture, crierons les Socialistes-centralisés pour revendiquer l’éclosion de cette nouvelle formation parlementaire sortie du chapeau de l’illusion politique socialiste-nationaliste !… Un coup de magie incommensurable qui permet au « déguisement » de se retrouver soudainement, aux côtés des Socialistes, sans être passé devant la répartition démocratique de leurs résultats quantifiés et évalués devant l’électorat ; autrement dit, sans élections justificatives, capables de légitimer leur présence aux plus hautes fonctions de l’État, autre que le simple argument de leurs petits amis socialistes des arrangements et marchandages électoralistes. Honte à la fonction suprême ointe de l’Élysée, d’avoir favorisé de telles manipulations, devant l’aveuglement institutionnel généralisé, face aux falsifications constitutionnelles qu’on serait susceptible de découvrir en relisant le Code électoral… Par rapport aux garanties que les citoyens sont en Droit d’exiger et que les élus sont censés respecter au cours de leur investiture par rapport aux électeurs qui leurs sont confiés par le Suffrage Universel, à travers leurs voix au nom d’une formation politique ; fort coupable en est certainement, en premier lieu, le Président de la République qui n’a pu que favoriser dans l’allégresse cet épanchement écologiste dû au rognage, – à un degré moindre sans doute le Conseil Constitutionnel – qui, au contraire de l’égratigner sous de fausses apparences, ne peut en réalité que le renforcer et le solidifier dans le but de faire avancer les barrières sur les Droites comme un chasse neige composé d’un pivot central socialiste à son 1/3, accompagné de deux remparts-versants, largement capables de consolider la voute par son 1/3 écologiste et le 1/3 des Fronts de Gauche… 

Tout juste si on n’entend pas vociférer des « Ahhh… mais c’est pour faire chier Méchancon ! » que n’aurait plus qu’à répondre Emmanuelle Cosse à la jurisprudence du Conseil Constitutionnel pour être éméritement applaudie !… Ça n’enlève pas moins au déni de démocratie pratiqué par le PS depuis le 6 mai 2012, synthétisé en cette transformation des écologistes pour une mouvance écologiste spécifique au PS (l’UDE), interne au Gouvernement et à la Majorité Présidentielle, en fait ; de quoi faire pâlir les plus affutées des théories sur les vases communicants !… Le Droit des électeurs, transformé en nécessité présidentielle alors que des Bancs de l’Assemblée au Gouvernement, le lien n’est pas évident, structurellement, de  part la manière dont se sont forgées les Constitutions ; et ne peut s’enjamber qu’en bafouant une législation exploitée par le Droit électoral à des buts lucratifs de comptabilité de listes, sans jamais penser, un seul instant, à la respectabilité que devraient avoir tout élu sur ses centaines de milliers de voix de confiances accordées par les électeurs écologistes. Pour arriver à de tels résultats, nous ne manquerons pas de dénoncer de l’abus de pouvoir avec viol sur l’électorat et usurpation des règles démocratiques électorales.

Mais revenons aux 6 conversions écologistes des Bancs de l’Assemblée, transformées en « Socialistes de gouvernement » qui supposeraient dans la réalité – en lisant normalement la manipulation par méthode mathématique liée aux calculs de proportionnalité – que tout d’un coup, ces 6 conversions signifient que le Parti Socialiste est en droit d’affirmer qu’il se retrouve doté de 600 000 électeurs socialistes supplémentaires !… Ce qui est totalement erroné et falsificateur puisque les 6 conversions ne sont passées devant aucune consultation électorale effective pour pouvoir prétendre affirmer cela, ni aucun suffrage universel n’est en droit de l’affirmer, autrement que sous couvert du bien pensant socialiste de l’assemblage illusoire bricolé mais pas justifiable. Alors voilà que les Socialistes parviennent à transformer 600 000 électeurs écologistes en potentiel virtuel de voix socialistes par l’intermédiaire de 6 Députés EELV sur les 800 000 voix acquises aux Présidentielles 2012 ; relève d’une prestidigitation électorale digne des sombres heures du bolchevisme ou du Kremlin, de Poutine et de la Corée du Nord… Alors il faut bien trouver une solution, mais laquelle ?… Soit les Socialistes de la majorité présidentielle virent 6 postes (puisque ce sont 600 000 électeurs de l’écologie, pris en otage qui sont en question) à l’autre bout du gouvernement pour accueillir les « conversions socialistes » et rester dans une répartition équitable et proportionnée de postes, fidèle aux données des résultats électoraux, conformément à leur score, comme est en Droit de l’exiger la proportionnalité des quantifications réelles d’électeurs comprises dans le quotient électoral en répartition des électeurs Socialistes vers les écologistes et permettre enfin aux seconds de listes des Législatives EELV de remplacer les 6 disparus ! Soit ce seront 6 cours martiales qui prononceront un an d’inéligibilité pour escroquerie sur la fonction et les responsabilités des 6 mandatés EELV transformés en PS-UDE en question par rapport à leur électorat avec, de toutes façons, la réouverture du groupe parlementaire écologiste à l’Assemblée Nationale qui, en aucun cas, ne s’estimera jamais, légitimement, en droit de disparaître autrement que sous une telle veulerie socialiste du marchandage électoral en oubli de ses électeurs…

Pendant 4 ans, l’espace démocratique acquis dans les urnes de Droit démocratique par les écologistes n’a cessé de se faire rogner, phagocyter… Les manipulations de Députés transformés en « Majorité présidentielle » au nombre de 6, sans retour de manivelle de conversions socialistes, en Députés écologistes en retours, – ce qui aurait été logique après la COP21 – sont totalement contraires aux répartitions des proportionnalités d’électeurs, considérées selon leur quotient électoral… Au final, on retrouve un Parti Socialiste toujours au pouvoir mais plus avec les mêmes résultats électoraux, ni sur les Bancs de l’Assemblée Nationale et encore moins du côté d’une Majorité présidentielle qui pourrait presque s’enorgueillir de se retrouver maintenant avec un potentiel de 600 000 voix supplémentaires dans son gouvernement sans que cela ne puisse se déduire et se vérifier autour d’une consultation électorale préalable !… Triche, trafic de voix par l’intermédiaire d’élus dans le consentement de telles malversations ; il serait grand temps de remédier à ça !

A-t-on assisté à une usurpation du code électoral avec des Députés écolos qui ont changé de couleur en cours de législature sans s’être présentés devant une consultation électorale ?… je ne sais pas quoi en penser !… Comme ascenseur social, ce ne serait pas si mal en soi mais par rapport au respect de leurs électeurs, il y a quand même, dans cet acte, une différence inexplicable de quelques centaines de milliers de voix électorales qui s’affichent sur le tableau électoral au final… Voix fantômes ou voix volées devrait s’expliquer le PartiSocialiste devant la Haute autorité de l’État et le Conseil Constitutionnel autrement que par des « ça va mieux » !… Attention !… ce genre de basculement qui ne peut s’expliquer, encore moins se vérifier par une quantification humaine effective et réelle, soumise au suffrage universel et confronté à un résultat électoral sorti fraichement des urnes ; frise la conversion ou le rachat politique, sans le consentement des électeurs en question au préalable.

Pour remettre les pendules à l’heure, faudrait-il alors que les Socialistes restituent le groupe parlementaire « Écologiste EELV » à l’Assemblée Nationale, en transformant – pour les rendre en retours – également 6 Députés Socialistes en Écologistes (ou Communistes) ou alors, il reste la possibilité aux groupes parlementaires du Parti Socialiste de tirer au sort sur leurs Bancs de l’Hémicycle, 6 Députés de la Majorité Présidentielle et les virer purement et simplement pour que puisse être réintroduit le groupe Parlementaire écologiste EELV/ UDE par ce « remaniement » intermédiaire de rééquilibrage de la Crise gouvernementale démocratique, afin qu’il retrouve l’espace démocratique politique écologiste dont il vient d’être résorbé en sorbet sans coulis, comme dans une dictature directionnelle. Grâce à la mathématique erronée et tronquée des répartitions égalitaires imposées par le PS dès le 6 mai 2012 par ses propres vues sur le fonctionnement démocratique qui ne sont pas sans poser certaines questions de démocratie appliquée au Code Électoral en fonction des résultats obtenus, selon des proportionnalités de centaines de milliers de voix d’électeurs usurpées et grugées qu’a tenté d’effectuer le Socialisme sur les Écologistes de gouvernement dans l’abus « majoritaire », durant ces quatre années d’exercice du pouvoir, au départ ; voix de centaines de milliers d’électeurs transformées en marionnettes serviles où ils pensaient pouvoir songer puiser des voix électorales « gratis », quitte à transformer les données des résultats électoraux précédents, sans passer par une nouvelle consultation électorale ; ce qu’ils viennent de réaliser et de parfaire, sans que quiconque n’ose réagir, pas même le désormais devenu si célèbre Conseil Constitutionnel, « voix silencieuse » de l’État français, là où les Bancs de l’Assemblée et du Gouvernement ne sont certainement pas là pour réaliser et effectuer des « conversions » !