Changement climatique et rétablissement violent de l’équilibre climatologique

On s’en fout de Galileo , il faut protéger les glaciers de la planète Terre avec vos bras oscillants à stations spatiales pour fabriquer des « boucliers solaires » !

Peut-on vraiment et sérieusement parler de ce « changement climatique », tant vanté par les spécialistes et les chercheurs, sans jamais préciser qu’il peut se produire ou être freiné et stoppé par la simple volonté humaine, commerciale et industrielle de ne plus utiliser les produits destructeurs qui en sont la cause.  Ce qui est donc important ce serait pour aujourd’hui et demain, de réaliser la même démarche entreprise il y a 30 ans sur la lutte contre les CFC pour la reproduire avec les mêmes critères sur les CO2… Cet hiver nous avons perçu les premiers signes des bénéfices de cette interdiction faite hier aux usagers d’utiliser des produits à vaporiser contenant des CFC, autant dans les records de hauteur de neige enregistrées dans les stations que dans la longévité du manteau neigeux resté constant… Ce n’est pas tant d’un « changement climatique » dont il est question mais réellement d’un rétablissement du climat, où en montagne, il doit se maintenir « glaciaire » et le 0* descendre plus souvent dans les plaines pour freiner les fontes de la neige et éviter les débordements des zones inondables car les variations de la limite entre la pluie et la neige (le 0*) doit être stable et non pas fluctuer entre 500m à 1500m d’un jour à l’autre et selon les vallées plus ou moins froides de la chaine du massif alpin… Alors un peu de CO2 en moins, selon la même méthode appliquée aux CFC, devrait rétablir des hivers rigoureux au manteau neigeux important sur les Alpes, les Vosges, le Jura et les Pyrénées, ainsi que sur le Massif central et le Puy-de-Dôme dans les années à venir !… à moins que des étés, aussi rigoureux, ne grillent le tout ? !… Mais le catastrophisme n’a pas lieu d’être et les violences des tempêtes ne font que confirmer, en l’accentuant et en le rendant plus violent, ce rétablissement climatique naturel, encore possible, effectué uniquement par l’interdiction de certains polluants destructeurs utilisés dans l’activité humaine… comme le sont les CFC, les CO2 et les pesticides !

Quelles sont les principales menaces pour l’écosystème ?… Chronologiquement ce sont les CFC les premiers agents destructeurs de la couche d’ozone, protectrice de la nocivité des rayons du soleil : la crème solaire pour les humains, peut-être ; mais pour la terre ?… Les mesures prises depuis, à la suite de la prise de conscience scientifique, il y a 30 ans, conduisent aujourd’hui à penser que ce n’était pas peine perdue et que les effets bénéfiques, liés à l’interdiction d’utiliser les CFC, commencent à se percevoir… En hiver, même si la limite entre la pluie et la neige descend très rarement en plaine, en altitude, elle aurait tendance de nouveau à onduler autour des 1000m d’altitude avec des marges de 100m à 500m au coeur de l’hiver relevées le même jour, selon les vallées plus ou moins froides de la chaine alpine… Cette année, la neige était de retour sur tous les sommets montagneux européens avec même 6m50 d’épaisseur au plus haut de l’épaisseur du manteau neigeux dans les Alpes suisses !… Dommage que des mesures identiques n’aient pas été prises en direction des CO2 à la même époque par l’Union européennes, ça éviterait sans doute que l’été ne brûle le tout après l’hiver et le printemps, jusqu’à absorber trop rapidement l’apport en eau de la couche neigeuse pour, au bout, amputer les récoltes des fruits et légumes d’1/3 à 2/3 ; pour les châtaignes et les pommes ça peut même être pire, on a vu dans les Cévennes que sur des parcelles où une famille d’exploitants récoltaient jusqu’à 5 ou 6 tonnes, il ne leur en restait plus qu’une ou à peine trois selon l’intensité des sécheresses estivales… Alors activer des mesures strictes sur l’utilisation des CO2 permettrait, sans doutes, d’observer des phénomènes climatiques moins violents, censés nous ramener vers un rétablissement des équilibres climatologiques liés aux saisons que définirait une gestion atmosphérique « naturelle » sans CFC ni CO2 pour le moment.

#CFC #CO2emissions #changementclimatique #ClimateChangeisReal or #ClimateFiction

_________________________________________________________________

Ces chutes de neige recensées n’étaient plus arrivées depuis 30 ans pour certains secteurs… !

____________________________________________________________________

Ces chutes de neige recensées n’étaient plus arrivées depuis 30 ans pour certains secteurs… c’est la preuve d’un rétablissement climatologique dû à la suppression des CFC qu’on commence à percevoir, en effets secondaires sur les plaines, après les avoir suffisamment observés en altitude durant tout le début de l’hiver où la limite pluie-neige, autrement dit l’établissement du 0°c pour la saison hivernale, ondulait et fluctuait entre 500m/700m jusqu’à 2000m/2300m d’altitude où il fallait monter pour trouver le 0° le même jour mais pas au même endroit dans la chaîne alpine ?… Voilà enfin l’hiver qui descend sur la plaine !… Ça ralentira les inondations ces gelées nocturnes et remontera d’autant la glaciation des glaciers en haute altitude où le -15° épaissira à nouveau la couche de glace… Attention le printemps vient vite qu’il faudra s’empresser d’effectuer la même démarche entreprise contre les CFC avec les CO2 ; d’ailleurs on s’étonnera toujours que les politiques n’ont pas adopter la même démarche avec les CO2 que celle qu’ils effectuaient alors à l’époque sur les CFC, ça devait pourtant aller de pair… L’Union européenne devrait avancer en ce sens : CFC / CO2 même combat !… « La terre, l’eau et l’air » fonctionnent ensemble… Si vous soignez l’un des trois éléments – l’air par exemple – sans vous préoccuper des 2 autres, les effets bénéfiques en matière de mesures pouvant être prises pour freiner et résorber le dit ChangementClimatique seront insignifiants… Si on soigne un élément, l’air, il faut aussi se préoccuper des sols et de l’eau, de la terre et des nappes phréatiques ; tout cela fonctionne ensemble… Alors vite l’Union européenne UE : Pesticides CFC CO2 même combat !

« La terre, l’air et l’eau »… tout cela fonctionne ensemble… si les inondations augmentent c’est parce que la ligne de la limite pluie-neige ondule entre 500m et 2000m selon les jours et les régions alpines ou pyrénéennes… la seule manière de freiner les inondations d’hiver vient par des gelées en plaine… nous commençons à peine à percevoir les effets bénéfiques sur l’atmosphère et ses « gaz régulateurs » de l’engagement pris pour interdire les CFC qu’on ne comprend toujours pas pourquoi la même démarche n’a pas été ordonnée plus rapidement pour diminuer les CO2… Autant de retard pris sur les CO2 peuvent peut-être nous faire craindre la noyade et un gilet de sauvetage sur les épaules du Zouave du pont de l’Alma mais ne doit pas nous faire oublier que ce qui a marché pour les CFC aura le même résultat bénéfique pour l’environnement avec les CO2… Les pesticides ?… il n’y a qu’à observer lors des grandes chaleurs estivales le ralentissement de la croissance des végétaux et des fruits – pour l’année 2017, 1/3 à 2/3 des récoltes ne sont pas présentes dans les greniers, les granges et les silos selon les espèces – on comprend que ce ne sont pas seulement les pesticides qui brûlent les sols mais que les mauvaises conditions atmosphériques et de l’oxygène à taux élevé de CO2 freine le métabolisme de croissance des plantes le jour… Rapidement on s’aperçoit que les cultures en milieu fermé (indoor) avec clim et air conditionné donnent de meilleurs résultats que dans un milieux naturel de campagne multi-pollué (!)

_______________________________________________________________________

Les inondations dévastatrices connues par les cultures agricoles durant cet hiver ne pourraient-elles pas donner l’occasion aux assurances d’initier le passage au bio par les engrais naturels et l’apport nutritionnel aux terres lessivées dans la clause de recouvrement du type « catastrophes naturelles » ?

_________________________________________________________________________

L’air et la terre fonctionnent ensemble… si on améliore l’état des sols par rapport aux pesticides, qu’on continue la lutte contre les CFC et qu’on mène la même démarche pour stopper les émissions pharaoniques de CO2 ; les récoltes ne seraient-elles pas meilleures ?

_____________________________________________________________________________

Les hivers aux crues de plus en plus abondantes, la fluctuation en altitude de la limite pluie-neige qui accentue les inondations sont-ils les marques de perturbations climatiques qui causent d’importants dégâts ?

Il est temps de se préoccuper des risques de Crues mais ne vous inquiétez pas, c’est juste la nature qui reprend par la force son droit aux zones inondables !… Sinon comment voulez-vous que les nappes phréatiques se régénèrent ?

____________________________________________________

L’ecologie dans sa critique de l’urbanisme d’une bétonisation généralisée, dans son plaidoyer contre les Pesticides non seulement mauvais pour les sols et les productions mais aussi pour la santé humaine ; montre bien qu’elle est incompatible avec la PolitiquedelaVille libérale.

Hohneck

Publicités

L’Hommage de la nation au Colonel Arnaud Beltrame et toujours autant de questions sur le terrorisme.

Passées les trois vagues de l’attaque terroriste dans l’Aude entre Carcassonne et la ville de Trèbes, Arnaud Beltrame sort béatifié par la nation et Darouane Lakdim félicité sur le sites jihadistes devenus de moins en moins virtuels… Aucun reproche, l’otage est sauve au sacrifice d’un agent de Gendarmerie qui oeuvrait pour le travail bien fait et l’aboutissement de ses missions, la défense du pays jusqu’à l’échange de sa propre personne… Comme si un otage ça pouvait se remplacer ? Un otage ça se libère mais ça ne s’échange pas… Arnaud Beltrame l’a fait en son âme et conscience et ne s’en est même pas posé la question, se doutant bien que son geste allait avoir une importance décisive pour la suite de l’attaque, sans qui nous n’aurions sans doute jamais appris que Lakdim D. demandait la libération de Salah Abdeslam, le terroriste « intermédiaire » de la cellule belge de Möllenbeck ; étant donné qu’Arnaud Beltrame, en pleine conscience de ses moyens avait soigneusement placé son téléphone portable quasiment en « micro cravate » dans la place de l’action du terroriste dans ce supermarché où à eu lieu la prise d’otage à laquelle Arnaud Beltrame s’est substitué pour paralyser l’assaillant armé. Revendication d’une demande de libération d’un terroriste qui ne peut de toutes façons pas aboutir puisqu’il aurait fallu répondre à Lakdim D. à ce moment là : libérer Abdeslam, on va vous l’amener Salah, un hélicoptère le cherche et sera là dans 1h30, étant donné que Salah Abdeslam n’a pas été très bavard, sachant qu’il ne risquait de sortir de tous ses interrogatoires, qu’en longue peine de prison et non pas avec l’hypothèse, bien précise à son esprit, d’être fusillé au sortir d’une Cour martiale. Donc libérer Abdeslam, oui mais mort ou vif ?… Oh France !… Que n’as-tu souffert de la rue des Rosiers à la rue Myrha*, de l’assassinat de Charlie Hebdo au gang des terrasses parisiennes, en passant par Nice, la Belgique, l’Allemagne, l’Angleterre, l’Espagne et le « Liban 1974 », jusqu’à Arnaud Beltrame aujourd’hui, lâchement et froidement abattu, désarmé mais bloquant définitivement la route au terroriste Lakdim D. ?…

« Ça en valait la peine » affirme Emmanuel Macron dans l’Hommage national au Colonel Arnaud Beltrame et c’est incontestable au niveau de l’engagement demandé par ces corps d’armée spécialisés que sont le GIGN, la Gendarmerie et la BAC de cet inspecteur rentré au Bataclan pour abattre sans hésiter le premier terroriste qui se trouverait à sa portée… « Donner sa vie pour en sauver une autre », celle d’une civile, une femme qui plus est, caissière dans ce supermarché SuperU de la ville de Trèbes alors que rien ne nous dit ou confirmerait que le terroriste l’aurait abattue aussi froidement, notamment si cette caissière avait pu dire à l’agresseur qu’elle est musulmane et qu’en conséquence, il ne devait pas lui faire de mal… Arnaud Beltrame n’a pas eu le temps d’évaluer de telles hypothèses dans son intervention et n’était présente à son esprit que la vie de cette caissière qu’il s’estimait en droit et devoir de sauver…

C’est une possibilité et comme nous n’en excluons aucune, pour bloquer rapidement le « terrorisme », il vaudrait mieux, tant que c’est encore possible, mener des investigations d’enquêtes chez nos militaires français qui mangeaient, il y a plus de trente ans déjà, des vipères au bain-marie avec Ben Laden – très impressionné au demeurant – dans les camps d’entrainements d’al-Qaïda, dont on ne saura bientôt, même plus si ils sont French, Turc ou Ricain, à force de les fréquenter, sous couvert du « secret militaire », sans jamais, à aucun instant, oser songer un moment les supprimer par devoir éthique et pour la Démocratie ; voire mieux encore, réellement mettre fin au trafic de l’héroïne des armées, blanchi par la cocaïne d’un Vatican à banques spécialisées sur la matière financière pour le plus grand bonheur des pouvoirs capitalistes militaro-religieux ; autrement dit, faire cesser la French, rachetée par Giscard et ramenée du Liban pour sauver les banques françaises par le « marché de la blanche » auquel semblerait avoir pris goût toute une aristocratie française et européenne, au nez et à la barbe pourtant de ce pan entier des Conclusions du Tribunal de Nuremberg relatif à l’usage des drogues chimiques en famille, en société, en politique et en religion… L’usage militaire étant révélé en Indochine par ce sinistre slogan : « un Vietnam, de l’héroïne »… Si nous n’oublions pas tous les antécédents du terrorisme en Europe et dans le Monde, dont le plus significatif est sans doute le coup d’État, à plus forte raison ceux tentés par le tout « récent (?) » État Islamique français rencontré en Irak puis en Syrie mais heureusement avortés par les forces Kurdes de défense des populations civiles – que tous ces coups d’État, de l’ensemble de la chaine de l’Amérique Latine à ceux de la Turquie ou de l’Espagne de Franco, sont les pires attaques terroristes vécues par des populations civiles aux défenses limitées puisqu’ils participent d’actions éclaires sur des populations désarmées, sans défense, comme au Sinjar ou à Afrin – ; l’important est quand même de savoir que nous ne sommes pas là pour les servir ou les assister et qu’en la matière, les services anti-terroristes de Belgique nous ont démontré qu’il y avait chez-eux – mais certainement également un peu dans l’Europe toute entière – une certaine corrélation entre des groupes d’extrême-droite de l’armée et le terrorisme auquel fut révélé qu’ils prêtaient une assistance matérielle et logistique. Groupes de complicité qui ne pourront ensuite se contenter de simplement déclarer qu’ils ne le font plus, que c’est terminé ou que c’était pour « infiltrer les réseaux jihadistes du terrorisme » pour mieux se faire blanchir alors que dans la réalité, on peut rapidement s’apercevoir qu’ils les nourrissent, les partagent et les entretiennent distinctement, au prétexte qu’ils comprennent l’aspect impartial d’une extrême religion qu’ils partagent amplement comme « les deux parties d’un même cerveau » puisque cette « religion militaire » incarne et symbolise dans les drogues chimiques, au plus haut point, le pouvoir et les limites que par ses coups de force, hélas parfois, la religion et le militaire peuvent prendre de pas au nom d’une certaine droiture – toutefois illégale – sur le politique et l’intellectuel.

______________________________________________

*Myrha : pour la rue Myrha et cela semblerait avoir disparu du raisonnement qui tient compte d’une chaine intellectuelle, rappelons que l’Imam assassiné était un Imam de la religion musulmane laïque et multi-confessionnelle… Pourquoi ce crime de la rue Myrha n’est-il pas plus souvent rappelé lors des débats ou des exposés sur le terrorisme ?… Sans doute parce que depuis le 1er coup d’État de Turquie, les forces militaires éloignent ces Imams démocratiques au profit des intégristes mahométans alors qu’ils permettaient aux Kurdes et aux Arabes de vivre pacifiquement et socialement, jusqu’aux quelques mosquées où ils furent assassinés récemment au sud de Kobanê pour transformer leur mosquée en caserne ou en cantine jumelée à une maternité mais appartenant à Daesh, l’État Islamique français ou turc, l’ISIS américain.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentats_de_1995_en_France

 

Beltrame2018

Égalité face au patronat !

Le gouvernement d’Emmanuel Macron mettra sans doute cette journée de mobilisation du personnel SNCF sur le compte de la contestation alors qu’elle n’est pas du tout « contestataire », même si la contestation reste une étape qui doit mener vers l’égalité des syndicats, des salariés et des précaires face au patronat, au Medef, à l’évaporation fiscale et aux banques à blanchiment… Laisser ça sous le coup de la « contestation » serait ne pas voir ce que l’économie du système politique de Macron et de Gattaz va rogner sur un avenir présenté comme égalitaire mais complètement disproportionné dans ce que le vécu aura permis d’accumuler comme richesses, entre ce patronat montré du doigt et l’ensemble des salariés et des indemnisés qui peuvent encore espérer un jour arriver à la retraite, trouver ou re-trouver un travail… Les Royalistes nommaient déjà cela l’égalité devant la loi divine je présume ?… Or il n’en est rien !… Pas plus du côté des lois divines que de celles d’un équilibre économique quelconque, prétendu comme tel au niveau de l’égalité mais qui n’est en réalité qu’un subterfuge pour limiter au mieux l’émergence de la classe dirigeante, dominante au possible la classe toujours considérée comme laborieuse alors qu’elle est strictement majoritaire sur le plan humain !… Quantitativement, dans ses propositions, ses mises en avant des inégalités et ses intentions d’inverser ces contraintes inégalitaires, jugées immuables par le patronat du grand capital mais toujours soumises à questionnement sur l’égalité des répartitions des déséquilibres constatés ; jamais l’ensemble des syndicats, des salariés et des précaires n’aura rencontré mur plus cimenté, autant de portes entrouvertes uniquement sur l’abandon de revendications pourtant essentielles portant sur ce débat, jamais résolu, entre le marxisme et le libéralisme.

Alors pourquoi nommer « contestataire » comme l’a fait cette après-midi du 22 mars 2018 sur l’antenne de BFMTV le Rédacteur-chef Thierry Fabre, si ce n’est pour donner raison à la matraque, au Gouvernement et donc forcément aux « casseurs » ?… Ou reprocher à Nathalie Arthaud et à Olivier Besancenot d’en faire le lieu contestataire de leur politique alors que la démarche est « strictement égalitaire » face au Medef ; simplement égalitaire. Égalité des salaires, égalité entre les femmes et les hommes, face aux mesures juridiques sur le harcèlement ; égalité dans le choix des horaires et des plannings, l’égalité des salariés devant le patronat lorsqu’ils pourraient intervenir et interdire l’utilisation de produits dangereux ou les méthodes de licenciement hasardeuses, méthodiques et rapides ; comme si l’arbitraire et l’autoritarisme devenaient la seule loi économique capable de redresser les sociétés capitalistes issues du libéralisme. Ce qui est fausse route !… À résoudre aussi rapidement une question économique, si difficile, qu’est celle du marxisme et du libéralisme, ne court-on pas vers les pires politiques qui justifieront toujours la primauté de l’une sur l’autre avec la force policière, militaire, religieuse mais certainement pas par la raison « intellectuelle », surtout depuis l’irrésolution du volet économique des Conclusions du Tribunal de Nuremberg, entamée dès mars 1946 et clôturée par un rideau de Fer et le refus du bloc capitaliste de reconnaître la nécessité d’utiliser une monnaie unique au sortir de la seconde guerre Mondiale ?… À trop renier les politiques effectivement égalitaires, en leur claquant ainsi un couvercle sur leurs revendications d’Égalité – et le gouvernement a montré de quoi il était capable depuis ses Ordonnances et la Loi Travail, jusqu’à cette « loi de réforme SNCF » -, finira par se prendre en retour un accroissement sans fin de la mobilisation syndicale, non plus seulement dans la rue, où elle reste si injustement insignifiante ou infondée aux yeux du gouvernement ; mais aussi sur les lieus de travail, les administrations et les Services publics !… Au Travail !

Rupture des règles démocratiques de la Turquie soutenue par l’OTAN… La paix Kurde toujours d’actualité…

Pour l’instant – que ce soient des Kurdes d’Öcalan ou des PKK/YPG-J-D, défendants successeurs d’un statut démocratique – n’ont fait qu’être agressées, régions kurdes de la Syrie à la Turquie, l’Iran, l’Irak un peu moins ; par l’armée turque de l’AKP d’Erdogan qui déborde maintenant au-delà de sa frontière vers la Syrie pour lui voler son grenier agricole, tuer des Kurdes comme lors du 1er coup d’État de 1960, réitéré en 1980, dès lors qu’aucun frein n’ait pu être enclenché sur cet indomptable État Islamique français d’une tentative de coup d’État, avortée en Irak puis en Syrie, grâce aux « Unités de défense du Kurdistan », en synergie avec le développement d’une réflexion intellectuelle qui puisse stopper ces incessants assauts militaires ou religieux, lancés désormais par la Turquie d’Erdogan en dehors de ses frontières, non plus seulement sur le Péloponnèse mais peut-être également sur l’Europe toute entière. 

Tout pourrait être dit, à la mesure de toute l’hypocrisie du double-jeu et le déploiement des doubles-faces auxquels aime bien se livrer l’OTAN (Theresa May vs Vladimir Poutine), rien qu’à se référer à la déclaration de son premier secrétaire généralLord Ismay sur le rôle de l’OTAN qui consiste à « garder les Russes à l’extérieur, les Américains à l’intérieur et les Allemands sous tutelle » (Citation originale : « Keep the Russians out, the Americans in, and the Germans down »). La conception est sans doute très proche de ce que devait se dire l’état-major nazi sur ses stratagèmes pour forcer, dominer et exploiter l’Europe dans sa seconde guerre Mondiale… Certains appellent cela des « invariants », de l’impérialisme, de l’usurpation des droits internationaux ; toujours est-il qu’à chaque fois que nous revenons en arrière sur toutes ces questions d’égalité, est mis en péril un débat intellectuel dont les résultats démontrent pourtant le contraire et infléchissent, par conscience, les motifs prétextants l’hypothèse d’un déploiement des forces militaires, notamment lorsque l’« impératif de défense » des populations agressées se transforme en « opportunité de l’attaque », prête à terroriser des populations massacrées comme dans le Sinjar durant l’attaque du déploiement de l’État Islamique français de la tentative de coup d’État, avortée en Irak et en Syrie, où il était cependant impératif de défendre les populations kurdes essentiellement mais aussi des musulmans arabes aux religions multi-confessionnelles. Au lieu de favoriser la logique de la défense, se développe alors contrairement la multiplication des possibilités d’attaquer des populations faiblement armées en augmentant inversement les milices islamistes de jihadistes, chargées d’opérer derrière ISIS et daesh au nom d’une « société occulte », européenne et internationale, liée aux nationalismes islamistes et d’extrême-droite qui laissent guère de possibilité aux victimes de faire valoir leur droit. Savoir donc différencier les assaillants des opprimés agressés, permettrait aux meilleurs chefs d’État d’accroître leur confiance dans le développement de leur autorité intellectuelle et non pas uniquement militaire ou religieuse qui ne font qu’augmenter le coût humain et matériel sans résoudre quoi que ce soit des tensions ou des conflits, alors que c’est tout le projet qu’était venu déposer Abdullah Öcalan sur la table des négociations de la Turquie en 1984 en demandant l’Indépendance par le dialogue sans passer par la guerre…

Le Monde, à tort ou à raison, a certainement tendance à mettre au-dessus de tout l’organisation du traité de l’Atlantique nord revendiquée comme se devant des « obligations de sécurité et de défense collectives » ; devise qui aurait pu être aussi appliquée à un « peuple sans État » au nom de l’égalité du débat économique entre le marxisme et le capitalisme. Malheureusement, dès le départ, était marquée la volonté d’utiliser cette OTAN pour déséquilibrer les rapports de force entre ces deux formes de marché en privilégiant le capitalisme, à dessin de marquer sa domination sur le marxisme, renvoyant alors tous les conflits, non pas à cette autorité militaire OTAN mais à l’irrésolution du volet économique des Conclusions du Tribunal de Nuremberg pourtant engagées dès mars 1946 qui voient alors immédiatement se jeter un Rideau de Fer entre les Alliés capitalistes et les Soviétiques Résistants… Que la France s’y soit soustraite, à cette année de plaidoiries et de délibérés, aura certainement également aussi sa part d’influence dans ses prises de décisions ultérieures en ce qui concerne son soutien envers différentes juntes fascistes, des régimes totalitaires, des dictatures religieuses, des partis d’extrême-droite, nationalistes et autoritaires, raciaux et sectaires, communautaires et minoritaires, des rigoristes catholiques intégristes du Prieuré et du Chardonnet au flux constant de prêtres, de curés et d’abbés pédophiles avec une diffusion prononcée pour des partouzes à la cocaïne au Vatican avec des rabatteurs-organisateurs et ce n’est pas du cinéma puisqu’ont été saisies et mises sous scellés les vidéos de la pédopornographie active du Primat des Gaules…

L’OTAN ne cessa, dans sa finalité, de rivaliser avec le pacte de Varsovie comme dans une fausse guerre ou une guerre imaginaire devenue réelle… Sa création en 1955 est étrangement parallèle à l’abandon de l’aide économique accordée par les États-Unis à la Turquie… De l’Allemagne de l’Est à la crise tchèque ou hongroise, y est mis en avant, pour le revendiquer, le régime politique et social dit « marxiste-léniniste » mais c’est une aberration parce qu’à ce moment là (1980-1990), le seul système réellement « marxiste-léniniste » est au Kurdistan et le pacte de Varsovie, lui, est plutôt « bolchevique-stalinien », tant au niveau bureaucratique que policier… À preuve du contraire, la Yougoslavie communiste qui ne l’a jamais signée pour ne pas être vassalisée, puisque de toutes façons, en cas de crise comme celle des missiles de Cuba, les pays signataires n’avaient pas leur mot à dire et Moscou décidait de tout…

Alors on peut taper sur l’un ou l’autre, tantôt critiquer le pacte ou questionner l’Alliance ; finalement ne manqua juste à la dissolution du pacte de Varsovie en 1991 après la chute du Mur de Berlin, uniquement que l’OTAN ait pu en faire autant parce qu’historiquement, l’existence de l’OTAN n’a plus lieu d’être à partir du moment où le pacte de Varsovie faisait vivre l’Alliance par l’existence d’une guerre froide qui prolonge et développe le Rideau de Fer jeté dès mars 1946 sur l’Europe, suite au climat d’irrésolution du volet économique des Conclusions du Tribunal de Nuremberg sur quoi l’Identité européenne de sécurité et de défense (IESD) aurait chaque fois dû se rabattre pour le résoudre et non pas l’entretenir pour que soit maintenue la course à l’armement !… Le pacte de Varsovie une fois dissout, sans existence, il n’y a pas plus de raisons que l’OTAN poursuive la sienne si ce n’est pour écraser d’un déséquilibre ou par la force armée, la primauté du modèle occidental sur tous les autres, essentiellement lorsque le débat intellectuel ne donne plus raison qu’à ceux qui utilisent la force armée pour parvenir à leurs fins, rompant sans aucunes scrupules le rôle premier et défensif d’une armée pour la transformer en « attaques » comme en Turquie et en Syrie alors qu’il n’y a vraiment pas lieu de reprocher aux Kurdes d’Öcalan leur demande d’Indépendance depuis 1984, révisée en partition administrative depuis l’Irak et toujours aussi segmentée dans sa problématique intellectuelle sur l’échelle de la linéarité historique aux oreilles du pouvoir politique de la Turquie théocratique d’Erdogan qui maintient qu’il est hors de question d’envisager l’autonomie Kurde. Maintenue « hors de question » et donc hors du temps – alors que c’est « la question » -, n’est-ce pas claquer trop rapidement une chape de plomb sur un débat intellectuel, pourtant nourricier et vivifiant, à partir du moment où il maintient la différenciation essentielle entre le « marxisme-léninisme » et les « bolcheviques-staliniens » sur laquelle Öcalan a toujours insisté parce que dans ce cas, les craintes d’un conflit armé n’ont plus lieu d’être et montrent que leur éclatement et leur déroulement sont des faux prétextes servant à rejeter de manière expéditive des demandes démocratiques ?… Tout comme il met aussi l’accent sur les craintes et les doutes pour nos sociétés de voir le débat intellectuel autour du pouvoir se limiter en fables militaires et religieuses uniquement, ce qui est le propre des États autoritaires et nationalistes, tant du côté du communisme d’État (douma des assassinats) que de celui des juntes fascistes (dictatures militaires) ! ?… Un « peuple sans État » n’a pas a être considéré ainsi, automatiquement par les grandes puissances (Turquie, Syrie, France), comme un peuple sans Droits puisqu’il devient le peuple du Droit International derrière Öcalan !

Öcalan n’a jamais signé ce pacte de Varsovie au fur et à mesure qu’il devenait inutile en ne permettant pas au pays signataires de s’exprimer. En ce qui concerne le conflit militaire qui oppose l’armée turque du coup d’État de 1980 au PKK – où parviennent à pourparlers, Kurdes et Turcs en 1984 -, Öcalan tient à rappeler qu’il n’est pas en mesure de tuer des Turcs mais seulement venu demander la reconnaissance culturelle, sociale et politique d’un groupe kurde au Parlement d’Ankara ; la reconnaissance politique et pacifique étant sa seule arme pour éviter l’escalade d’un conflit intellectuel et probablement économique que l’armée risquait de transformer en guerre civile contre le peuple kurde, le plongeant dans une crise culturelle et sociale liée au droit de leur territoire mis sous convoitises. Seulement, ensuite, ainsi l’armée turque n’apparait aux yeux des Kurdes et du monde comme étant ni plus ni moins qu’une vulgaire milice islamiste qui n’a cessé de se développer depuis le 1er coup d’État de 1960 alors qu’Öcalan avait le niveau d’un conseiller militaire bien plus que l’image de terroriste que lui taille l’OTAN, la Turquie et la France ; les États-Unis sembleraient vouloir revenir à des discussions pour modifier ce statut injustement attribué puisque le PKK n’a pas rompu les négociations et que c’est l’armée turque qui a lancé la guerre civile, plongeant les régions kurdes dans la terreur et le sang, les massacres et les enlèvements, les exécutions et les arrestations…

On peut appeler cela « guérilla », Résistance ou « lutte armée », qu’on sera toujours loin de la réalité de ceux qui vivent ces situations conflictuelles poussées à la guerre, nées d’une occupation d’invasion et non d’une défense légitime et digne. Populations agressées alors nécessairement obligées de se constituer en « unités de défense » alors qu’au départ par temps de paix, avant les coups d’État pour les Kurdes et les Turcs, ils ne sont ni militaires, ni policiers puisqu’elles sont « populations civiles ». Impardonnable serait ensuite la fraude intellectuelle qui viserait à considérer une population attaquée comme « terroriste », héritière de multiples massacres qui ne fait que se défendre, pour ainsi mieux détourner l’attention de ses agresseurs qui ont pourtant tout fait, eux, pour rompre tout processus de paix, toutes tentatives de pourparlers ou de négociations, uniquement pour poursuivre la « lutte des armées », cette fois-ci protégées par le terrorisme d’État, les petits arrangements entre amis, soutenues par le marché de l’armement et la fraude fiscale, irritées par la lutte des classes, le marxisme, le partage des richesses, l’équilibre entre l’économie et l’environnement, l’égalité entre les femmes et les hommes…

Öcalan2013

http://www.freedom-for-ocalan.com/francais/Ocalan-Guerre-et-paix-au-Kurdistan.pdf

http://www.freedom-for-ocalan.com/francais/Abdullah-Ocalan-Confederalisme-democratique.pdf

 

 

Un « prospère islamiste turc, Erdogan », contre le Marxiste Humaniste kurde Öcalan !

Les débuts de la théocratie turque…

Recep Tayyip Erdogan rentre en 1983 dans une toute nouvelle formation politique fraichement créée, le Parti de la Prospérité, sans doute pour alimenter l’insuffisance des réponses religieuses et économiques qui auraient dû être apportées, soulevées et proposées, un an plus tard en 1984, dans le débat intellectuel qui allait s’ouvrir autour des pourparlers d’Öcalan, des Kurdes et de la société turque avec le régime gouvernemental de la Turquie, pour le moment issu d’une autocratie militaire et religieuse du « coup d’État » alors en vigueur, qui oriente la vie politique, sociale, religieuse et intellectuelle, forcément dans une impasse démocratique… Mais la situation insurrectionnelle, mise au pilori, ne vient pas des Kurdes à ce moment-là : elle résulte de la militarisation de la société turque qui ambitionne d’affronter le Kurdistan de la Turquie alors qu’ils vivent tous deux, Kurdes et Turcs, à ce moment-là du coup d’État militaire en 1980 – comme la majorité des Turcs aux confessionnalités religieuses multiples -, sous le joug de la junte du 12 septembre du général Kenan Evren qui pouvait ainsi se maintenir au pouvoir avec son régime militaire dictatorial aux mesures d’exception et aux tribunaux « populaires » et religieux, jusqu’en 1983, avant que les élections législatives du 6 novembre 1983 marquent le retour à un régime civil, tout autant autocratique et arbitraire, loin de toutes « conventions internationales », où le Parti de la Mère Patrie devient majoritaire et prolonge le « système de 1960 issu de la prise du pouvoir par l’armée »… On imagine alors aisément, suffisamment en profondeur ensuite, ce que les Kurdes et certains démocrates turcs comme Fethullah Gülen ou Abdullah Öcalan, purent ainsi subir comme répressions intellectuelle et religieuse, suite à ce coup d’État qui ne pouvait en réalité qu’être dépositaire d’une fausse autorité militaire et donc d’une fausse autorité intellectuelle ; à fortiori d’une fausse autorité sociale et politique. Est-ce donc là, la marque des cancres que d’utiliser systématiquement la force militaire/policière, muée en coup d’État politique, lorsque l’argumentaire intellectuel et historique n’y suffisent plus à consolider et maintenir au pouvoir des responsables qui n’ont jamais été élus au prétexte qu’ils redresseraient une économie qui ne le sera pas ?… Des responsables qui n’ont jamais été élus mais qui prennent le pouvoir quand même, grâce aux coups d’État militaires pour se faire élire ensuite sur une religion unique pour parti unique ou par la répression intellectuelle et politique qu’ils déploient sur les élections, d’une manière ou d’une autre, pour faire taire les forces démocratiques ou toutes formes d’opposition politique intellectuelle qui  pourrait venir en travers de leur route… La situation n’en a pourtant été que plus tendue depuis l’échec de ces négociations de 1984 où la Turquie ne vit « opposition intellectuelle et armée » qu’au travers de la société kurde d’Öcalan et du PKK ; mais c’était contre un coup d’État militaire bien précis, alors en vigueur, non pas contre une société turque qui aurait pu apporter avec ses populations, son ralliement intellectuel aux Kurdes ; que par devoir et pour renverser dans les urnes ce régime autocratique militaire turc qu’exerçait Evren sur Öcalan, les Kurdes et les Turcs, définitivement. Les politiques turcs du coup d’État militaire de 1980 devaient démocratiquement accepter aux Tables des décisions et des négociations, la pensée et les solutions pluralistes du marxiste d’Ankara, Abdullah Öcalan et non pas les réprimer ; à double raison pour des motifs économiques qui remontent, d’une part, à l’irrésolution du volet économique des Conclusions du Tribunal de Nuremberg, entamée dès mars 1946 et, plus récemment, d’autre part, à l’essor du marché de la French des drogues chimiques entre la France, les États-Unis et la Turquie qui constitue certainement l’une des raisons principale du conflit militaire turc avec les Kurdes et un Öcalan qui ne devait sûrement pas accepter que ces produits deviennent l’apanage des armées pour l’héroïne ou du Vatican en ce qui concerne la cocaïne avec au bout, l’émergence de partis nationalistes d’extrême-droite, populistes et fascistes, militaires et d’autorité religieuse supérieure, s’estimant certainement en droit d’adjoindre le nationalisme islamiste au terrorisme révolutionnaire, à dessin de retranscrire, au mieux, la même forme de pouvoir politique infondée d’un quelconque véritable débat rationnel intellectuel, hormis leurs réunions clandestines ; juste la simple appartenance religieuse et sécuritaire qui fonde leur identité, mais n’explique en rien leur refus d’affronter un véritable débat marxiste, autrement que par la force militaire, chaque fois déployée, sur laquelle ils pensent accroître la richesse nationale de leur PIB alors qu’aucune résolution des crises économiques n’est perçue autrement que sous la forme de « petites reprises économiques » ou de légères hausses de la croissance mais sans jamais chercher la solution réelle par une remise en question fondamentale du système économique capitaliste qui pourrait faire prendre conscience de la nécessité du marxisme.

Le débat marxiste est définitivement clos en Turquie et sévèrement réprimé par la nouvelle Constitution établie par des juristes militaires et approuvée par 81% des voix au référendum de 1982 pour permettre d’accroître les pouvoirs de l’armée, prôner la discipline et la hiérarchie auxquelles se prête parfaitement le nationalisme islamiste qui se développe depuis le coup d’État de 1960 qui marque la montée puissante et violente du fanatisme religieux contre les laïcs, les socialistes, les kémalistes et l’extrême-gauche, d’où une tension idéologique permanente entretenue par ce qu’impose le régime militaire sans laisser de choix, ce qui ne pouvait aboutir qu’à des massacres et des attentats. La loi d’exception 2547 concernant la subversion des « idéologies de gauche » est également promulguée dans la foulée de la prise du pouvoir de l’armée en 1980. Les partis politiques sont alors directement visés par l’armée qui cherche à en dissoudre un maximum pour les supprimer ou les transformer : Parti Républicain du PeupleParti de la JusticeParti du Salut NationalParti Nationaliste ; tous sont appelés à se tourner à nouveau vers les principes d’Atatürk mais sans l’occidentalisation et l’armée développe une synthèse turco-islamique entre le nationalisme laïc kémaliste et l’Islam des 98% de musulmans qui composent la population turque dont 80% d’entre-eux vivent en régions rurales des campagnes. Des purges ont lieu, les principaux journaux (CumhuriyetMilliyetHürriyet) sont fermés et les programmes universitaires révisés pour réorienter l’enseignement. Le Sénat est supprimé par les militaires qui estiment suffisante l’existence d’une chambre parlementaire unique, la Grande Assemblée Nationale Turque devenant à la fois les murs du silence de la démocratie et de la république turque, ainsi que les remparts d’une autocratie hiérarchique directionnelle nationaliste et islamiste. Des tribunaux se multiplient et visent à attaquer directement ceux qui porteraient atteinte aux principes fondateurs d’Atatürk mais on ne sait pas réellement sous quels critères et selon quel arbitraire s’établissent les plaintes autrement que sur simple décision du Conseil de Sécurité Nationale rattaché à l’armée qui dicte les règles de l’Assemblée. C’est à ce moment là aussi que fut prise la décision de fixer au seuil de 10% la possibilité pour une formation politique d’avoir le droit d’entrer à l’Assemblée pour siéger ; ce qui explique avec quels efforts Erdogan, les Législatives, il les a jouées deux fois en 2015 (juin et novembre) mais ne parvint, malgré tout, pas à faire descendre le HDP sous ce seuil fatidique des 10% alors il lui a simplement suffit de l’interdire, purement et simplement, prétextant qu’un bon nombre d’entre-eux étaient compromis avec des terroristes et donc passibles d’emprisonnements ou d’assassinats.

Si l’histoire de la Turquie semble mouvementée depuis le premier coup d’État de 1960 jusqu’au retour à un gouvernement civil marqué par les législatives de novembre 1983, elle n’est pourtant pas si complexe, à partir du moment où chaque coup d’État cherche à éloigner les critiques des mouvements marxistes par le renforcement de l’autorité militaire qui permet aussi indirectement de solidifier ainsi le pouvoir religieux, le seul capable de rejeter les débats intellectuels qui soumettent aux critiques l’économie et la politique, non pas pour viser leur destruction mais pour en tirer l’amélioration de l’humaine condition en redéfinissant les investissements et les prises de bénéfices… Mais de 1960 à encore aujourd’hui, on ne peut pas dire que ces régimes militaires dont vient Erdogan furent une réussite économique et c’est, contrairement à ce que prétendaient leurs programmes, vers une augmentation de la pauvreté que les travailleuses et les travailleurs voient évoluer leur vie, à plus forte raison si ils militent pour des politiques marxistes qui les exposent à des poursuites policières et juridiques, si ils ne se font pas assassiner ou molester… Passer comme Erdogan de peines de prison de 6 ans, réduites à 3 ans pour insulte à la religion ou à la nation du régime nationaliste, n’est pas vraiment une preuve de démocratisation ; la réduction des crédits, le gel des salaires, ainsi que la difficulté à rétablir une balance commerciale qui puisse réduire l’inflation et équilibrer le PIB, ne montrent qu’une volonté calculée ou inconsciente à utiliser les recettes de l’Occident mais uniquement au plan économique… Dès qu’il s’agit de philosophie politique comme a essayé de le faire Öcalan avec les Kurdes, s’érigent les murs de l’autorité religieuse qui renvoient les revendications d’égalité face au sens des hiérarchies islamiques qu’il reste à transgresser… La suppression du droit de grève et de manifester en témoignent et si la religion ne rétablit pas l’ordre dans les esprits, il reste les déploiements militaires à l’intérieur du pays comme si politiquement la Turquie devenait l’otage d’une volonté militaire supérieure consubstantielle, conduisant jusqu’à Erdogan, aujourd’hui, qui ne cesse d’encore en abuser dans les régions à forte dominante kurde dans la population ou en Syrie sur Afrin et Kobanî. À y regarder de près, que de similitudes avec les régimes autoritaires nazis et bolcheviques où l’armée et la police déterminent les limites de la pensée intellectuelle, définissent en quoi ce qui n’appartient pas à leur point de vue est rapidement qualifié de subversif, emprisonnent, torturent et exécutent… Peut-être aussi, parallèlement à ce conservatisme autoritaire, politique et religieux, doit-il, sûrement encore aujourd’hui, subsister en Turquie, des parcelles de l’économie turque qui firent d’eux des alliés de la propagande nazie devenue impressionnante à leurs yeux. À voir avec quelle facilité tout le peuple Allemand allait suivre la politique des nazis en achetant massivement et librement dans les pharmacies du reich ces produits liés aux drogues chimiques qu’on appelait Pervitine et Eukodal – équivalents de l’héroïne, de la cocaïne et des extasies aujourd’hui – ; c’était quand même la Turquie qui en fournissait la matière brute !… Mais c’est le peuple Allemand qui s’est précipité dessus, pendant qu’étaient déportés du Reichstag les Communistes d’abord et ensuite les Socialistes, avant qu’elles ne soient distribuées dans la Wehrmacht pour lancer les offensives criminelles d’Hitler. Qu’aujourd’hui la Turquie rêve d’obtenir pour son économie la même possibilité commerciale, non plus seulement avec l’Allemagne nazie de cette époque mais avec l’ensemble de l’Europe contemporaine, n’étonnerait personne… L’opium du peuple?… ce n’est pas que la religion !… C’est aussi une certaine idée de l’autoritarisme politique qui s’appuie sur des réseaux mafieux militaires, religieux et sociaux ; surtout quand il s’impose de lui-même par le développement de réseaux criminels du commerce humain lié aux drogues chimiques. Dans cette configuration, Öcalan apparaît plus comme le symbole d’une lutte contre la mafia en Turquie et en Europe que comme un simple et vulgaire terroriste !… Et Erdogan plus comme le chef d’une mafia politique qu’un Président qui défendrait une pluralité politique vivante, dans une démocratie parlementaire, où ne serait pas ordonné par l’arbitraire autoritaire quelles formations politiques ont le droit d’y siéger.

Depuis cette date fatidique de 1984 et derrière le contexte du dernier coup d’État militaire de 1980 qui marquent l’échec inexplicable des premières rencontres de pourparlers entre les Kurdes et les Turcs qui vivaient pourtant sous la même dictature militaire à ce moment, semble s’étioler la raison intellectuelle contre une autorité militaire doublée de l’autorité religieuse par on ne sait quelle sombre alchimie… Abdullah Öcalan tend la main à un régime politique issu d’une dictature militaire et religieuse qui lui arrache le bras avant que de lui attribuer le ridicule matricule de « terroriste » pour l’enterrer socialement ; « opposant à la dictature militaire et religieuse naissante en Turquie » aurait été préférable comme dénomination aux oreilles de l’ONU et de l’OTAN, censées être les Organisations mondiales dépositaires des Conclusions du Tribunal de Nuremberg de 1946. Au contraire d’une quelconque raison intellectuelle menée par un débat rationnel, deviennent-ils, inversement, les organisateurs de la mondialisation du marché mondial des drogues chimiques avec la Turquie, propice au développement des dictatures religieuses et militaires dont on ne sait jamais sur quels régimes politiques populistes elles peuvent déboucher après avoir emprisonné Öcalan ?

L’exemple de la Turquie, de l’Iran jusqu’au Pakistan ou à l’Afghanistan, témoigne de sociétés qui cimentent la vie politique par l’autorité religieuse où 60% à 80% des populations consomment de l’héroïne essentiellement, de la cocaïne à moindre mesure, espérant ainsi fortifier l’économie au nom de leur 3% possédant et représentatif, ne réussissant pourtant qu’à développer au final « État Islamique français en Irak et en Syrie », gangs mafieux dans les cités, milices islamistes dans la Ghouta orientale, « canaris jaunes » dans le métro lyonnais, école militaro-religieuse française privée où on trouve des mioches de 14 ans – comme dans les jeunesses hitlériennes – préparer des explosifs à base de plastic pour faire sauter des mosquées en France ou en Europe… Le PKK continuant d’être prolongé dans la vie intellectuelle kurde et européenne avec les PIK, PSK, KKP, MLKP, TKP/ML ou DHKP-C ; trouvant malheureusement en Europe et en Occident, quasiment la même haine intellectuelle envers les questions soulevées par le Marxisme et le même mépris électoraliste nationaliste d’extrême-droite lorsqu’il s’agit de dépasser le conservatisme ou d’asseoir leur propre autorité policière par une certaine propagande nationaliste liée à l’hygiénisme moraliste du comportementalisme, nourri de fables religieuses, politiques ou sociales, parfois même cosmiques ; voire la même répression que leur vouent la Turquie de l’AKP d’Erdogan et les partis nationalistes européens de la « French valley », lorsqu’il est question du financement de leurs campagnes électorales locales ou nationales (« cagoules à pistolet » par exemple). Et on s’étonne ensuite qu’il y avait plus de Français dans la rue aux côtés des Espagnols pour gueuler « Franco, assassin » qu’il n’en reste aujourd’hui aux côtés des Kurdes pour crier « Erdogan fasciste ! »

Abdullah_Öcalan

Inoubliable

JohnnyColuche

Y a pas à dire mais JohnnyHallyday aura perfectionné la technologie du spectacle et était vraiment en avance sur son temps… D’une portée mondiale incontestable, il aura ouvert la scène internationale à de nombreux artistes ; précurseur, fin des années 1960, Johnny Hallyday parcourait déjà l’Afrique du Sud et le Canada, pendant que d’autres peinaient à trouver des dates à l’Olympia… Quant à ceux qui le traitaient de « faussaire » ou qui préféraient l’entendre chanter en français parce qu’il faisait des reprises (cover), elles devenaient une version bien différente et rien qu’à les chanter, il les faisait siennes à sa voix pour les personnifier ; ils ont quand même fini par acheter ses disques, un interprète n’est pas forcément un faussaire !

Les médias nourriront toujours la propagande… Qu’avaient donc tous ces politiques à s’approprier la popularité de Johnny Hallyday ? Il est un pan entier de la musique en France (Jimi Hendrix fait sa première partie à l’Olympia quand même) mais de là à dire qu’il « est » la France, le réduirait encore à bien plus qu’il n’était, le chanteur internationaliste de la musique en France !

Plus étonnante encore a été, dans ces petites choses vues à la TV, l’absence de photos de Johnny avec l’abbé Pierre, Coluche et la génération des « enfoirés » dans tous les résumés de la vie de Johnny Hallyday qui tournaient en boucle pendant 48h sur tous les écrans des chaines d’info en continue (?)

Johnny Hallyday chantait pour toutes les religions !

Comme il est Français c’est normal que la religion officielle de son pays lui fasse une cérémonie religieuse certainement pour que des sectes ne puissent pas s’approprier son âme !…

#JohnnyHallydayLhommage

JohnnyAbbéPierre  JohnnyAbbPierre

https://fr.wikipedia.org/wiki/Spectacles_de_Johnny_Hallyday :
// (…)
1966 : Dans ce contexte difficile pour lui en France à ce moment de sa carrière où le succès semble lui échapper, au printemps, Johnny Hallyday tourne en Europe de l’Est, chantant notamment en (Pologne et en Tchécoslovaquie. Il se produit aussi en Grèce, au Canada et au Cameroun.

1967 – … Pour cette unique représentation, 150 bombes de confettis, 5 canons lançant 10 000 fleurs, 1 tonne de pop-corn, 3,5 tonnes de ferrailles et carcasses de voitures, 100 bombes d’encens, 3 écrans géants, 450 projecteurs et 800 phares de voitures, furent utilisés. Sur les écrans installés derrière une puissante sonorisation, défilent des images de Dracula, de Frankenstein…

1969 -… Côté décor, une scène centrale relie cinq autres plateaux. Deux ballons de huit mètres de diamètres installés de chaque côté, servent d’écran pour la projection de courtes séquences affichant au programme, des images de fauves, du ghetto de Varsovie, de volcans en irruptions, (…), le tout ponctué de commentaires et de bruitages insolites. Pour le son la sono dispose de 200 000 watts à travers trente colonnes d’emplis incorporés…

1971 – … Jamais encore, le chanteur ne s’est produit à Paris sur une période aussi longue. Le spectacle est donné à guichets fermés, 160 000 spectateurs verront son show, parmi eux : Jean-Paul Belmondo, Ursula Andress, Claude Lelouch, Catherine Allégret, Jean Marais, Jeanne Moreau, le réalisateur américain Terence Young ainsi que l’acteur Kirk Douglas. Le soir de la dernière, Johnny Hallyday prolonge la séquence Rock’N’Roll tard dans la nuit, enchaînant rock sur rock, il reste en scène plus de trois heures et demie. (Un double album live – le premier de Johnny – intitulé Live at the Palais des sports sort le 3 novembre)…
(…) //

GénérationS, France Insoumise ou Socialistes européens ?

Depuis la redéfinition du paysage politique français de la victoire aux présidentielles et aux législatives d’Emmanuel Macron et de son « centre-extrême », baptisé la République en Marche, histoire de sans doute empiéter sur le camp républicain LR de la vieille UMP ; bien ardue sera la tâche, à qui trouvera la bonne formule politique pour les européennes… Élections qui désormais ont une certaine tradition des « partis » et pour qui Macron, Mélenchon et Le Fn ne comprennent rien ou pas grand chose à l’évolution chronologique de la pensée et des combats intellectuels, politiques, économiques et sociaux dans les élections européennes, législatives, municipales ou régionales.

Jusqu’ici nous avions toujours des candidats aux élections qui font tout avant pour devenir leader et convertir ou convaincre les plus petites formations politiques à venir les rejoindre en les invitant à voter pour eux mais rien n’est visible sur les tables de vote ou très peu… Ça marche dans la tête des leaders et ça réussit plutôt bien à Macron mais c’est fonctionner comme des partis droitiers… Les partis de la Gauche devraient disposer d’une Assemblée démocratique issue d’une Charte de coordination préexistante qui vive en continue, qu’il y ait des élections ou pas pour viser l’addition intégrale de tous les partis politiques, mouvements, collectifs ou groupes susceptibles d’être dépositaires d’une histoire politique pouvant améliorer l’évolution des programmes couplant les résultats de la Science aux combats intellectuels, s’orientant à ne pas faire la même erreur d’en rester aux décisions de l’OTAN / ONU en se référant aux Conclusions du Tribunal de Nuremberg, nécessité incontournable à tout établissement de philosophies politiques !

Dans la répartition actuelle nous en sommes à trois charpentes politiques qui se prépareraient à s’affronter pour que les écologistes se divisent en trois ou en deux, voire même qu’ils en viennent avec EELV à en former une quatrième pour les européennes2019, histoire d’aussi affirmer la mauvaise volonté à additionner le plus de partis politiques sur la même table de vote pour solidifier et reconnaître l’Assemblée de coordination politique qui existe déjà puisqu’elle définit les programmes sur des bases scientifiques et intellectuelles… Même les 3 forces existantes, ne rendent pas compte actuellement de l’existence de cette Assemblée par partis politiques interposés : Génération.S + Insoumis + Socialistes européens ne signifie rien de Générations (« sans étiquette ») + EELV + PCF + le PG + NPA + LO + (socialistes européens ?)…

 

Se présenterait un Mélenchon en pourparler avec Hamon pour le bouffer comme il a bouffé le Front de Gauche et devenir la tête de la tête de l’Europe, à lui tout seul, que ce serait du terrorisme intellectuel et qu’il n’arriverait à rien parce que dans l’évolution chronologique de l’existence évolutive et argumentée de la naissance des partis politiques, « le Parti de Gauche » est le dernier, surtout après qu’EELV fut créée pour clore l’éclosion de nouvelles moutures, mouvements ou collectifs, là où de nombreux furent abandonnés pour que rien n’émerge sans l’autocratie d’un mauvais génie démiurge, même pas foutu de faire respecter une table de vote démocratique issue des collectifs des Fronts de Gauche… Des Fdg ne veut pas dire que tout se fasse et se passe sans quantification et que d’une région à l’autre, on ait tantôt le Front de Gauche écologiste avec EELV, parfois un Front de Gauche communiste du PCF, le tout pour Mélenchon évidemment ; plus rarement un Front de Gauche « le Parti de Gauche » ou un Fdg NPA ou LO pour qu’au final, tout atterrisse dans une urne imaginaire et magique de Mélenchon ?… Les partis politiques ne sont pas à son service ou ne peuvent plus l’être… Ce serait un non sens démocratique atterrant et absolu de refuser, depuis qu’appellent pour l’avenir, les Générations, détentrices d’une « Charte de coordination européenne et nationale » progressiste pouvant largement réunir les sans étiquettes de Benoît Hamon, les écologistes d’EELV de Cécile Duflot et Yannick Jadot d’une part et d’autre part ceux de la Confédération Paysanne avec José Bové, les communistes de Pierre Laurent et Sébastien Jumel du PCF, des NPA de Philippe Poutou et d’Olivier Besancenot, des LO de Nathalie Arthaud et « le PG » de qui ; pour défendre et développer l’Assemblée d’un bureau intellectuel décisionnel, démocratiquement capable de bloquer cette possibilité d’autocratie lorsque les cartons des formations politiques, les collectifs ne figurent pas sur la table du scrutin pour que mouvements, partis, demandent à d’autres de se fondre pour ne pas disparaître ou appellent à voter pour eux pour qu’ils ne puissent plus exister ?

Dans le cas d’une élection où on ne voterait pas pour un « candidat unique » mais pour une Assemblée liée à un bureau politique, autour d’un candidat « sans étiquette », responsable principal, additionné de toutes les formations politiques qui désireront participer à sa constitution, se dressera peut-être alors la « Démocratie directe », pluraliste et multiple, où chaque parti pourra enfin mobiliser tous ses électeurs pour un programme commun, élaboré au fil des réflexions, issu des résultats scientifiques provenant de l’état acté des recherches, auxquels auront abouti les délibérés des débats de cette Assemblée élue et élaborée, à la reconnaissance des forces politiques multiples et différentes qui l’accompagnent et qui se poseront, individuellement et en addition, sur chaque table de scrutin de toutes élections possibles et imaginables, le produit, – non plus des conflits et des rivalités – mais de l’association intellectuelle partagée qui puisse définir des objectifs et des buts communs dans l’Assemblée avant de se présenter aux élections.

Ceci dit, aujourd’hui il est très difficile d’accorder, d’unir, de transfigurer ou d’harmoniser, les trois charpentes distinctes actuelles qui nous ramèneront toujours à considérer l’un pour 1/3 et l’autre pour le « 3/3 dirigeant » telles qu’elles sont maintenant alors qu’intellectuellement et dans les urnes, rien ne le prouve ou ne permette de considérer cette hypothèse comme justifiée, encore moins n’oser la promettre. La France Insoumise, les Socialistes européens et les Générations qui succèdent aujourd’hui aux Fronts de Gauche et au socialisme, ne préfiguraient en rien, jusqu’ici, que l’une de ces composantes puisse en mobiliser deux autres pour solidifier la même charpente !… L’assemblée collective qui se voudra politique, devra avant tout être intellectuelle, mathématique, solidaire et égalitaire pour accepter de poser chaque parti, formation ou mouvement politique qui l’accompagne sur la table des votes pour qu’il puisse bénéficier d’une évaluation, justifiant et déterminant sa présence dans cette Assemblée européenne ou nationale.

Ainsi obtiendrions-nous par cette « Charte européenne de coordination des collectifs, partis, mouvements, courants, appartenances, toutes obédiences » ; une capacité politique réelle, apte à constituer la victoire politique qui modifiera et transformera l’Europe libérale, destinée à être dépositaires, en suite, des forces politiques intellectuelles, administratives, sociales et culturelles ; à même de s’en différencier de ce néo-libéralisme, sommes toutes, assez flou, de ses extrêmes-droites au tout récent centre-extrême, en passant par toutes ses composantes nationalistes qui font les Merkel, Macron, Erdogan, Trump, Poutine qui vivaient jusque là, sans organigramme politique, celui que nous offre Benoît Hamon :

– une « Charte de coordination européenne des #GENERATIONS progressistes » qui aboutisse à une « Assemblée économique démocratique », pas seulement de la zone Euro mais aussi de la zone asiatiquee, Africaine et américaine… La zone euro, strictement limité à l’Europe, c’est pour des élections nationales mais pas européennes !

#Europeennes2019

Générations

Le Mouvement du 1er juillet des Générations se présente comme un système intellectuel en évolution constante qui peut dépasser la somme des erreurs de ces partis politiques figés dans l’immobilisme et le conservatisme de la « charte CPE », ancienne génération qui précisait déjà là où il ne fallait pas tomber dans l’erreur.

La position de Benoît Hamon, aujourd’hui, après les Présidentielles et les Législatives, montre que ce qu’étaient « les Socialistes », ce n’est pas que « le Parti Socialiste » comme d’autres cherchent à imposer un « le Parti de Gauche », à destin, de devenir leader d’un Front de Gauche, débouchant sur une « France insoumise », muée en mouvement sans partis politiques, sans Génération.s… Ni socialistes, ni Mouvement du 1er juillet, ni EELV ; NPA ; lePG, générations à part entière, ne figuraient jusqu’ici sous une telle élaboration de différences et ne devraient pourtant avoir d’existence sans passer au préalable par le mixeur à filtres des « équipes mélenchon »… Les Socialistes, au sens où Benoît Hamon, Yannick Jadot et Thomas Piketty ont essayé de l’insuffler au cours d’une campagne présidentielle, qu’on aurait tort de méconnaître, c’était déjà pas que des socialistes, des écologistes, des communistes et des Alter-mondialistes, mais déjà la préfiguration d’une manière différente de penser jusqu’ici. Ce qui prouverait historiquement, qu’il y a donc une nécessité urgente et absolue, à trouver dans cette proposition politique, liée aux chartes précédentes, des modalités électorales qui permettront de nous différencier du fonctionnement directionnel et électoraliste des partis droitiers, dans un premier temps, puis de temporiser les tentatives de fonctionnement pyramidal hiérarchique de type léniniste, bolchevique, maoïste inspirée des luttes armées ou mafieuses (chimique – Monsento / religieuse – intégrisme / bancaire – évasion fiscale)… Ce n’est pas en république française, à démocratie minorée, que se développeront les politiques qui ne fonctionnent pas, ou marchent trop bien, dans d’autres pays majorés, Nations exacerbées ou Communes d’Europe, issues d’un monde frontiarisé ; le Socialisme se partage, se vit, se développe et dépasse les frontières… Il y a des Socialistes dans toute l’Europe, mais aussi en Tunisie, en Turquie, au Liban, en Afrique : toujours pour se différencier du « nationalisme » social, religieux et politique militarisé… Cette différence ne peut exister et se vivre qu’en redonnant à toutes les formations politiques constitutives du Front de Gauche initial présentable, la place légitime des premiers tours qui devait être la leur à chaque Municipale, Législative ou Régionale car qui peut prédire ou mettre à l’hypothèse, le 2nd tour, avant que ne soit franchi le 1er ?… S’additionner autour d’une Charte n’implique pas que les forces politiques existantes doivent disparaître ou se fondre derrière des mouvements ou en un seul nom, déjà au 1er tour, ni qu’ils ne disparaissent au 2nd, ou une fois une victoire électorale acquise : cela suppose que même une formation politique participant au scrutin en additionnel, arrivée qu’à 0%, aurait quand même sa personne physique dans le comité élu qui se sera formé entre le 1er et le 2nd tour pour remporter l’élection… Autant éviter que des candidats puissent s’élire dans leur esprit et leur propagande avant que de l’être, sans causer de graves dangers et clore des débats qui ne devraient pas l’être.

Une charte des Générations implique que des partis, formations ou mouvements s’additionnent sur un versant politique, sur une première table de vote, où tous sont nominalement présents avec leur groupe distinct, inscrit sur un bulletin de vote, en lien avec l’inscription au Conseil Constitutionnel qui valide cette addition réelle, en fonction des résultats de chacun, selon leurs modalités idéologiques précises pour franchir le 1er tour, à égalité des chances pour être en mesure ensuite de donner démocratiquement le nom des personnes, candidats, personnalités qui s’occuperont enfin du deuxième tour, selon des résultats quantifiés mathématiquement au 1er tour qui puissent ne pas oublier les petits pourcentages du 1er tour liés à des plus petites formations politiques qui n’en sont pas pour autant insignifiantes ou considérées comme inexistantes, alors qu’elles sont pourtant bien réelles et de même valeur.

De l’erreur de mai 1968, à ne pas inscrire dans la Constitution une instance juridique capable de défendre les ouvriers et les salariés, jusqu’aux LIP 1973, victimes d’une erreur judiciaire qui poussât la Justice à se rendre tout autant ridicule que le patronat dans son compte rendu judiciaire sur un conflit qui opposait salariés et patronat, autour d’un mensonge avéré qui stipulait que ces patrons devaient licencier, alors qu’il n’en était rien et que le collectif ouvrier LIP, montrât et prouvât le contraire ; à partir du moment où tous les salariés décidèrent à l’unanimité de continuer à se rendre sur leur lieu de travail pour poursuivre la production, l’écoulement de leur marchandise, ainsi que le réapprovisionnement des stocks – autrement dit, la production et la préparation de commandes -, la poursuite de la commercialisation de leur produit devenait possible ; tous permettent ainsi à l’entreprise, en réalité juridique effective sur le terrain des ateliers de fabrication des montres LIP, réduite en comité salarié, d’embaucher du personnel et d’augmenter les salaires, tout en poursuivant la production et donc la survie du groupe économique LIP des salariés mais pas celle du patronat. Depuis, l’histoire économique et sociale ne cesse d’appeler d’urgence une instance juridique suffisamment équipée pour prendre la défense des salariés aux raisons patronales, mensongères dans ce genre de cas de figure, où toute la chaine – de l’ouvrier au patronat, en passant par les actionnaires, le fond de commerce et le compte rendu judiciaire – se mettait en évidence, pour déceler au bout du compte, l’anomalie flagrante d’une Justice toujours en capacité, encore aujourd’hui, aussi de se permettre d’atteindre autant de ridicule et de mensonge que le patronat et le MEDEF n’en faisaient déjà pour les LIP, à l’époque (!)

Le Mouvement du 1er juillet des Générations se présente comme un système intellectuel en évolution constante qui peut dépasser la somme des erreurs de ces partis politiques figés dans l’immobilisme et le conservatisme de la « charte CPE », ancienne génération qui précisait déjà là où il ne fallait pas tomber dans l’erreur.

___________________________________________

L’égalité n’a jamais été une simple réflexion ou une question traitée à la légère puisqu’elle nous interpellera toujours sur l’utilisation inverse que peuvent en faire des politiques inégalitaires, jusqu’à renvoyer à « l’égalité matrimoniale » qu’envisageait de réaliser par l’hygiénisme moraliste et une certaine conception scientiste de la culture physique, un pouvoir mal intentionné qui en aura fait souffrir sa propre société en se fondant sur des lois raciales, inventées à Nuremberg en 1935, estimées ensuite aux Conclusions du Tribunal de Nuremberg (1946) pour aboutir à la mise en garde et l’interdiction évidente d’utiliser des notions de sang, de race, de pureté, même pas dans les activités sportives et encore moins en politique, qui en profiteraient pour y exposer les génocides et confirmer que son modèle politique, social et économique, ne pouvait conduire qu’à l’inégalité (!)… Tout ce rappel historique pour ne pas perdre de vue que la suite du Mouvement du 1er juillet des Socialistes et des Écologistes, visera toujours l’éradication des références hiérarchiques qui permettent les abus de domination en s’appuyant sur des règles fallacieuses, issues d’un autre temps, nourrissant la multiplication des harcèlements liées aux notions de genres, de position sociale supérieure nationaliste ; en famille, au travail, dans les religions et la définition des relations économiques !… Toutes les cultures, les sociétés ou les communautés ne pratiquent pas la ségrégation en rejetant les minorités pour mieux les persécuter, même érigées en État ou en Nation ; quoi qu’il puisse y avoir une certaine attirance pour ce type de comportement qui définit le racisme, à partir du moment où le développement du nationalisme devient si important qu’il dérape vers l’extrême-droite, à l’origine des systèmes politiques les plus monstrueux. L’Égalité appelle donc à prendre soin de toutes les cultures, nations et peuples, en les respectant pour qu’ils ne passent pas des conquêtes sociales à la casse des droits humains, sociaux et politiques… Le Droit ne se négocie pas, ni ne s’interprète ; il est… L’Égalité aussi ne se négocie pas, elle est et se revendique !

Animaux, Hommes, Femmes et Enfants évoluent sur un même pied d’égalité aux droits, en tant que consciences vivantes, sensibles et procréatrices, évoluants dans un environnement lié à la richesse d’un écosystème ou à son niveau d’usure. Ce qui nous pousse à considérer le réchauffement climatique comme un phénomène qui pourrait nous faire perdre notre égalité avec la nature, au point de déclencher guerres et déplacements de populations, liés aux sécheresses et à l’aridité des sols devenus improductifs. D’un point de vue climatique et météorologique, les populations vivent loin d’un principe égalitaire et il ne fait pas forcément -15° ou +38° pour tout le monde, de l’équateur aux pôles… Inégalité des températures, n’augure rien de bon, puisqu’elle défini des conflits, suite aux déplacements de peuplades en zone de transformation désertique, avant qu’on ne vienne vous dire qu’elle aurait une influence sur la pensée et qu’inévitablement, elle ne peut que déboucher sur des conflits sociaux et culturels. Géologiquement également, tout paraît inégalitaire… Les terres agricoles ne sont pas riches et grasses comme chez Monsento et pourtant des sociétés se sont créées, parfois pour se détruire ou co-exister et se stabiliser autour des Institutions et des Constitutions qui soudent ou délitent leur rapport avec l’exploitation de leur milieu naturel, indissociable des techniques de préservation de l’environnement car face aux éléments, nous n’éprouvons pas les mêmes difficultés matérielles, selon qu’on habite les hautes montagnes ou les bords de mer, quoi que les vents violents et l’augmentation des multiplications des impacts de foudre en été et des pluies diluviennes, se retrouvent à peu près partout, balayent la mappemonde de manière égalitaire et régulière chaque année, maintenant que nous sommes habitués aux multiplications des catastrophes écologiques. Une certaine forme d’égalité que la nature nous rend bien !

Lorsqu’on parle d’égalité, une fois garantie les droits de l’enfant préservés et renforcés, vient inévitablement à l’esprit le qu’en est-il de l’égalité entre les hommes et les femmes ?… Sans entrer dans la vie conjugale, suffisamment sujette à complexité et problématiques, rendons-nous sur un lieu de travail… Admettons qu’il, et elle, gagnent exactement le même salaire, font le même nombre d’heures supplémentaires, cotisent autant pour le syndicat de l’entreprise et pourtant, ces deux employés, de sexe opposé, peuvent très bien se retrouver dans une situation totalement inégalitaire si du harcèlement moral, du chantage, des menaces ou des plaisanteries de mauvais goût, viennent obstruer leur relation au travail, miner ce qui au départ ressemblait de prime abord à une relation égalitaire du point de vue des salaires mais subitement entièrement remise en cause par déraison sexiste.

Le Mouvement M1717, dans son aboutissement en Générations, engage l’égalité pour évacuer l’inégalité… À considérer cette distance qui sépare l’égalité apparente de l’égalité effective – non pas promise, mais réalisable -, on ne peut qu’être étonné que surgisse immédiatement une somme d’inégalité venant faire obstacle à l’égalité recherchée comme si elle n’existait pas cette égalité ou qu’elle relevait d’une « égalité de retranchement » et qu’il fallait combattre pour l’obtenir… C’est pour cela qu’il y a des partis politiques !

___________________________________________________________________________

Nous regrettons l’existence du groupe de travail écologiste au Parlement, trop rapidement disparu et très tôt refusé par la majorité Présidentielle socialiste de François Hollande, de se constituer, dès son élaboration, avec les voix des autres groupes politiques présents, directement sortis des urnes… François Hollande n’avait pas à obliger Cécile Duflot de rejeter la présence, dans ce groupe de travail, de quelques NPA et Lutte Ouvrière qu’il s’est empressé de rejeter, à tort, pour les remplacer par des Socialistes du Parti Socialiste de son cru en accompagnement d’EELV… Face à ce manque de pluralisme affligeant, nous assureront et garantiront l’autonomie décisionnelle des forces politiques concernées par la composition des groupes de travail à l’Assemblée Nationale ainsi que la liberté de les structurer avec les partis politiques de leur choix pour éviter toute autocratie ou obstruction.

« la rupture avec le productivisme » (ligne 125)

… ne renvoie pas aux notions de planification économique ou de « petite production » auxquelles on pourrait penser, en visée réductionniste élémentaire, mais suscite un rééquilibrage économique pour une production raisonnée, tant au niveau des droits des salariés qu’aux exigences environnementales, de carnets de commande pleins (Aciéries) qui n’entrainent pas forcément la fermeture d’une entreprise, synonyme de licenciements trop souvent et bien mieux d’une bonne santé économique que d’une pane productive… Un peu comme si avant la première crise du textile et l’essor du marché asiatique sur celui de l’Inde, nos usines produisaient toujours encore avec même la possibilité d’un « sur mesure » et le prix n’était pas trop élevé sur les vêtements confectionnés. Seulement la crise progressant, en palliatif, ils augmentèrent les tarifs du sur-mesure, jusqu’à fermeture et tous les licenciements qui s’en suivirent… Certaines gardèrent les locaux et se recyclèrent en labo photo (Fréchin), d’autres périrent… Non, mais ce qui est intéressant, c’est que dans un tel cas de figure, une certaine réaction immédiate puisse enclencher une reprise en mains par les salariés d’un site industriel, non pas seulement d’une petite usine textile de campagne qui tournait à plein, tant qu’elle a pu, et qui tourne toujours ; mais aussi d’un complexe industriel de la taille et de l’importance des Aciéries menacées où repreneurs devraient rendre le fond de commerce avec la participation de l’État pour engager avec les salariés une reprise auto-gestionnaire du type de celle des montres LIP1973… En espérant qu’au final, un jour, la Justice des tribunaux administratifs relatifs à l’Économie, prennent et fassent le choix de défendre les salariés, à la place de se rendre autant ridicule que le patronat lors du rendu juridique des LIP, au bout d’un an d’auto-gestion où le comité de l’entreprise était parvenu à augmenter les salaires, à embaucher du personnel supplémentaire et écouler sa production.

________________________________________________________________________

Économie

Dans l’esprit et avec l’efficacité des groupes de travail constitués autour d’Eva Joly – « voilà plus de 17 ans » – qui engagèrent le « combat contre la finance » pour étudier les paradis fiscaux et analyser l’évasion fiscale liée au blanchiment bancaire et donc mafieux des placements financiers non déclarés, nous assureront la poursuite de ces investigations jusqu’à l’obtention d’une économie solidaire où le Capital contribuera au développement des projets allant en ce sens du progrès et de l’environnement…

____________________________________________________________________________

Démocratie

Une Démocratie se respecte lorsqu’elle assure le fonctionnement d’Institutions équilibrées et veille au respect de la Constitution pour empêcher notamment toute tentative de cumul de mandats et ceci, indépendamment du fait que ces élus soient rémunérés par l’État ou leur parti-formation-mouvement politique !… Une Démocratie ne peut être forte qu’en évitant que des élus pratiquent le cumul des mandats qui multiplie d’autant la manière dont ces élus s’accaparent le pouvoir et donc la République et la Démocratie pour mieux les monopoliser en comptabilisant plusieurs salaires.

Une bonne question de Démocratie appliquée à laquelle tous les Socialistes devraient pouvoir répondre ? !… À savoir, lors du choix de la motion au Parti Socialiste qui généralement donnait le poste de « Secrétaire Général », qu’advenait-il des motions minoritaires sur le plan national alors qu’elles étaient peut-être majoritaires dans certaines communes, localités, circonscriptions, fédérations ou quartiers mais devaient laisser les clés finalement à la motion arrivée en tête à l’échelle nationale ?… C’est une mauvaise lecture des résultats et une « mixité faussée » entre les forces vives socialistes, aux motions majoritaires localement sur une fédération mais différente de celle sortie vainqueur sur l’addition nationale mais qui, malheureusement, ne purent obtenir les clés de la direction de leur fédération où une motion minorée arrivait quand même en tête, avant celle qui donne le secrétaire général… Cas de figure à vérifier mais si l’hypothèse se confirmait, nous aurions là, l’une des causes essentielles de toutes les interrogations que se pose le Parti Socialiste depuis le constat de perte de vitesse ; une raison principale et suffisamment significative qui explique pourquoi Benoît Hamon en a aussi pris ses distances avec ce Parti Socialiste, tout en restant Socialiste… Avec les Socialistes !… des Écologistes !… (Communistes !… Alter-Mondialistes !…)

Économie sociale et solidaire qui ont l’avantage d’occuper l’espace et l’environnement ; pas seulement les réserves bancaires et les fonds monétaires !

(137) « L’égalité des droits et des devoirs, la liberté personnelle et collective d’opinion »

          L’égalité des droits et des devoirs, la liberté personnelle et collective d’opinion, d’expression, d’explication et de communication. Voilà ce qui fonde la démocratie comme principe supérieur d’organisation sociale.

(154)… « Nous refusons le seul pouvoir des grands actionnaires privés et promouvons l’entreprise avec ses déclinaisons plurielles, non comme une propriété mais comme une co-existence d’acteurs, où les

(157) salariés co-décident. »

(156)…Nous refusons le seul pouvoir des grands actionnaires privés et élaborons l’entreprise avec ses déclinaisons plurielles, non comme une propriété mais comme un moyen de production où les salarié(-e)s co-décident en co-gestion avec leur direction patronale.

(159)

Économie sociale et solidaire qui ont l’avantage d’occuper l’espace et l’environnement ; pas seulement les réserves bancaires et les fonds monétaires !

____________________________________________________________________________________

La Justice sociale

(162) Nos sociétés restent structurées par des rapports de domination et d’exploitation.

        Nos sociétés restent structurées et définissent des programmes politiques qui atténuent ou accentuent des rapports de domination et d’exploitation.

________________

(Revenu Universel…)

Contrairement à tous ces détracteurs qui ont tout fait pour saboter et dénigrer le programme et les paliers qui permettraient d’atteindre le « revenu de base », le revenu minimum d’existence n’est pas un déséquilibre économique mais apporte, au contraire, une forme de stabilité… Que disait Benoît Hamon de ce Revenu minimal ?… N’a-t-il pas laissé entendre qu’il serait tout d’abord appliqué en priorité aux jeunes (sans Revenu Solidarité Active) et aux agriculteurs qui devraient tous atteindre le seuil minimum équivalent à un SMIC agricole où ce Revenu de base partirait des gains productifs de l’agriculteur, encore existants, pour compléter, lorsqu’il ne parviennent même plus à s’assurer un SMIC agricole de revenus, une fois leurs produits vendus sur le marché et le peu de bénéfices engrangés ?… Benoît Hamon n’a-t-il pas fait comprendre et garanti durant la campagne Présidentielle Avec Hamon 2017 que la mise en route et le démarrage du revenu Universel ne dépasserait pas le déficit en cours, estimé à cette époque autour de 45 milliards… Mais comment alors, un Emmanuel Macron peut-il se permettre ce rappel à l’ordre injustifié, en professant qu’il fallait diminuer ce déficit et pas seulement se contenter de simplement ne pas le dépasser durant sa campagne et qu’ensuite, il se vante de ne pas hésiter, une fois élu, à tripler ce déficit en cours de route pour nous embarquer sur du 85 milliards, prétextant l’installation et le développement des nouvelles technologies de la robotique, de l’informatique et des nano-technologies ?… Toute la différence est là : entre un candidat qui ne demande pas aux Français de mettre la main à la poche, d’un autre qui prétend la totale en hurlant dans ses meetings mais qui essore les contribuables ensuite en les mettant à partie, une fois élu (!)

__________________________________________________________________________

Sixième République ou sixième baliverne ?

Tous les esprits de progrès planchent pour l’heure sur cette idée de 6ème République qui pour l’instant relève plus d’une sixième baliverne que d’un travail sérieux et ne pourra donc aboutir en conséquence qu’après de lourds travaux parlementaires qui pourront satisfaire tous les groupes politiques du pays… Après tout, chacun à son idée sur la question : Montebourg, Mélenchon et Hamon aussi… Les Conservateurs restent prudents avec raison ou timidité, l’avenir nous le dira au fur et à mesure que progresseront les travaux… On ne passe pas à la 6ème République d’un claquement de doigts ou à partir d’un pamphlétaire 100 pages dont l’effort ne dépasse pas 2 ou 3 paragraphes à rajouter aux 5 livres des Républiques et de la Constitution en évolution, couplés au Droit Constitutionnel qui les accompagnent. À plus forte raison si la plupart des requêtes demandées y sont déjà abordées et ne nécessitent qu’affutage et précisions… Un sacré pavé qui pour moi reste néanmoins le meilleur ouvrage politique de tous les temps !… Comme dans de nombreuses autres Nations, Pays ou Communautés, elle fait figure de référence, à la manière d’une sorte de « dictionnaire politique » où se perçoivent les faits historiques, les tournants politiques et l’évolution des moeurs, l’organisation du travail et de la société, les banques, les sectes et l’OAS… À bon entendeur, salut !

___________________________________________________________________________

L’internationalisme

ligne 203 (avant : « Nous sommes européens…) je mets :

Les Générations du 21ème siècle s’engagent dans la « phase transitoire du socialisme » qui permettra de dépasser le simple socialisme néo-libéral, inlassablement réduit à faire fusionner centre-gauche et centre-droit ou radicaux. Ensuite ces Mouvements poursuivent leur inscription dans les Conclusions du Tribunal de Nuremberg, appelées toujours encore aujourd’hui à traiter les dangereuses notions de nationalisme qui développent, à partir de l’idée de Nation, des forces politiques d’extrême-droite, insupportables du moment qu’elles imprègnent les banques, les religions et la sécurité. Pourquoi les Conclusions du Tribunal de Nuremberg ?… Tout simplement parce qu’aujourd’hui, on ne peut aborder une question politique, religieuse, économique ou sociale sans s’actualiser en permanence sur ces Conclusions du Tribunal de Nuremberg… Et puis sans doute aussi parce qu’Abdullah Öcalan est venu spécialement à Strasbourg (année scolaire 1988/1989) pour nous y ramener à ces Conclusions du Tribunal de Nuremberg pour dépasser la trop limitée OTAN (ONU un peu moins) ou la maintenir à l’écart, un peu comme l’Afrique essaye de tenir à distance autant la Chine, les États-Unis que la France aujourd’hui. Qui pourraient empêcher les guerres ou demander la libération des prisonniers marxistes si ce ne sont les Conclusions du Tribunal de Nuremberg ?…

– Ainsi des groupes Associatifs, Clubs, ligues ou religions qui développeraient des politiques à messages terroristes ou raciaux, comme si ces cercles fonctionnaient finalement qu’en sectes de propagande, en se prenant pour le pouvoir, en parlant pour la politique au noms de Dieu ou d’Allah ; prendraient un visage différent, dans le raisonnement qu’on peut émettre sur leur valeur intellectuelle et leur honnêteté politique aux raisons des CTN…

– Ainsi, dès lors que nous aborderions une « question économique », nous serions immédiatement forcé d’y adjoindre, au préalable, l’irrésolution du volet économique entamé dès mars 1946 aux Conclusions du Tribunal de Nuremberg pour nous rendre compte qu’un côté allié estimait, aux délibérés, nécessaire de sortir sur l’avenir avec une monnaie unique, tandis que le camp capitaliste préférera, au contraire, rester sur des monnaies multiples et une certaine idée coloniale de la planète et de l’équilibre du monde… Tout comme il faut considérer l’irrésolution du volet social lié à l’utilisation des drogues chimiques en famille, en société, en religion et/ou en politique où tout est à Nuremberg (1935 ou 1946).

– Ainsi en matière sécuritaire, policière ou militaire, les employés et les gradés des Services penseraient, lorsqu’ils abordent une enquête ou une interpellation, à sortir de dessous leur képi, toute idée d’église, de temple, de mosquée, de synagogue, racisme ou homophobie pour lesquels ils risqueraient de prendre partie…

204 Nous sommes européens et voulons poursuivre le processus de rapprochement des

205 peuples européens et la réalisation d’une Europe fédérale. (cause de toutes les guerres)

Européens, voulons poursuivre le processus de rapprochement nécessaire à la réalisation d’une Europe fédérale. (Les urnes ou la révolution ?…où est la révolution intellectuelle de Macron ?)

ou

Nous sommes européens et voulons poursuivre le processus de rapprochement des peuples européens et la réalisation d’une Europe fédérale autour du pôle multi-directionnel d’une « Assemblée démocratique de la zone euro ».

218 une alliance internationale des progressistes pour reconstruire les liens

219 entre les peuples

       une alliance internationale reconnue pour élaborer/étoffer/développer les liens entre les peuples,…

« Progressistes » on l’est quand on lit la Charte !

« reconnue » permet d’avancer et d’évoluer en utilisant le pouvoir en place pour avoir un droit de regard à l’international (!)

Koufra et Nuremberg (1946)

Au rappel du Serment de Koufra…

Les armées du Général de Villiers ont tenu a rappeler par voie de presse que l’intervention au Mali n’avait rien à voir avec des projets « impérialiste et/ou colonialistes » mais qu’elle répondait aux nécessités de défendre les populations du Sahel Unifié Interallié agressées et menacées par des revendiqués Boko Haram… Précision suffisamment alarmante et significative pour préciser réellement les mauvaises influences des médias ou fanzines territoriaux qui prêchent le nationalisme religieux islamiste, politique d’extrême-droite ainsi que le terrorisme révolutionnaire bolchevique stalinien, léniniste ou trotskiste, maoïste et communiste du Pacte de Varsovie ou Germano-soviétique des drogues chimiques que le peuple Allemand trouvait en vente libre dans les pharmacies du Reich… Sûrement des supports médiatiques pour les mafias politiques qui manipulent les esprits à des fins nationalistes et terroristes ; tout sauf la cohésion et la solidification des relations diplomatiques et politiques entre les 5 Nations signataires des Chartes et des Traités…

Faire référence au Serment de Koufra comme l’ont fait les corps d’armée par l’intermédiaire de son porte-parole le Général de Villiers, permet aussi de mettre en évidence que nos Armées ont toujours fonctionné en combinaison avec le CNRS (Centre National de Recherche Scientifique) et qu’à cet effet nous tenons à apporter notre soutien au Sahel Unifié naissant pour développer les recherches en hydrologie et en agriculture maraichère (systèmes pour récupérer l’eau des pluies et des crues, là où elles apparaissent, là où elles pourraient disparaître, nous en aurons probablement aussi rapidement besoin en Europe et ailleurs dans le monde où la sècheresse évolue ; développer la fabrication de bâches photovoltaïques permettant d’isoler les sols de l’érosion et pouvant servir d’abris, aux portes du Désert commun aux 5 Nations ; de l’uranium et des diamants derrière)

Koufra et Nuremberg (1946) devraient à l’avenir permettre de laisser autre chose qu’une fausse facture de diamantaires datée de Giscard et de mesurer les variations évolutives de ce qui a été laissé à l’Afrique par les politiques extérieures de la France, menées de Giscard à Mitterrand en passant par Chirac pour bien les différencier, les distinguer ou les oublier… En établir des résultats quantiques distincts et cumulés, superposer ou rayer… Effacer ou rétablir… Recommencer, refaire ; inventer et imaginer… Mais pas avec Giscard 2, Macron 1er ou des nouveaux mercenaires plus convenants !

Koufra et les Conclusions du Tribunal de Nuremberg parce que la Défense respecte les corps de métiers liés aux armées, la Justice internationale et ne la dissocie pas de la recherche scientifique… N’utilisent pas leurs instances administratives ONU-OTAN et financières FMI comme marche-pieds pour se hisser à se donner de la hauteur en air de supériorité mais établissent des rapports et des liens d’égalité entre les cinq États pour solidifier leurs relations, le respect mutuel de chaque Nation, l’entraide, l’assistance et la défense dans toutes agressions, terroristes ou climatiques… Koufra et les Conclusions du Tribunal de Nuremberg pas forcément ou obligatoirement rappeler que ça fait 1/2 siècle que l’Otan et l’ONU aimeraient ou souhaiteraient aller dans cette direction mais se heurtent ou s’opposent au CTN – Koufra qui devraient guider leurs pas tout comme nos ancêtres ont réussi à guider l’eau pour irriguer les cultures et les prairies à la main en creusant des rigoles et des drainages pour protéger tous les villages et vallées des montagnes, petites et moyennes, à la main !… L’urbanisation moderne rebouche ces évacuations des ruissellements semi-naturels avec du goudron et du béton, engageant de nombreuses crues supplémentaires, il ne s’agirait pas de répéter les mêmes erreurs en Afrique !

 

Au respect des Conclusions du Tribunal de Nuremberg…

Rappeler ce lien historique qui unit toutes les Nations normalement, permet de mieux protéger les propres Accords des Nations du Sahel Unifié : ça fait plus de 30 ans qu’ils attendaient cela, depuis la France-Afrique des Giscard, Mitterrand et Chirac !… Consolider et maintenir leurs directives, recommandations et conseils, permettrait de mesurer l’écart qui les sépare aujourd’hui de leur prétendue continuation aux noms de l’Otan et de l’ONU pour les maintenir à distance temporairement et les rappeler aux règles de leurs obligations dans les engagements financiers concernant les participations dans les programmes d’aide au développement !… À l’heure où Donald Trump et Emmanuel Macron se livrent à un horrible chantage entre-eux, sans doute pour bloquer certains budgets vers des destinations bien spécifiques, les rappels sur les Conclusions du Tribunal de Nuremberg permettent de réduire cet écart éventuel ou supposé, réels, bienveillants ou malveillants de quelques maîtres-chanteurs économiques, bénéfiques ou malsains qui ne dépasseraient pas les ambitions d’un simple Giscard devenu prince de l’Europe ou d’un grand désert !

Les Conclusions du Tribunal de Nuremberg, au Sahel Unifié, doivent primer sur les décisions de l’Otan et de l’ONU, partout où elles ont été laissées en friche dans les alinéas et les décrets arbitraires ou abusifs des différentes Nations qui s’y sont succédées, d’occident ou d’Afrique…

Au Sahel Unifié, au moins, on ne peut pas oublier les bases des Conclusions du Tribunal de Nuremberg et les engagements du Serment de Koufra !… On peut ainsi exiger une concertation de chacun des Conseils des Nations du Sahel unifié, indépendant et démocratique sur toutes décisions envisagées par les-dits Otan et ONU, surtout si ils ne poursuivent plus les engagements ou voudraient sévèrement chercher à les modifier dans leur part au développement… Permettront de mieux saisir la distance entre les intentions et les réalisations, l’off-shorisation ou le développement… Pas mal aussi serait que les CTN et le Serment de Koufra permettent à long terme d’envisager un système économique commun, permettant d’effectuer un partage des richesses pour qu’une Nation ne prenne pas plus d’importance par rapport aux autres et restent toutes sur le même pied d’égalité économique en quelque sorte ; une sorte d’égalité de fraternité mutuelle… Ainsi aussi serait proposé aux puissances extérieures, qu’elles ne peuvent s’investir au travers d’une Nation de ce Sahel unifié sans faire quelque chose pour une autre en échange, en retours… Ou les 4 autres en ce qui, par exemple, concernerait en échange la fourniture d’au moins 5 ou 10 bâches photovoltaïques pour exemple !… (25m/25m ; 50/50, 100… 500 ?)

TerresRouges

Attention aux orages… les impacts de foudre…

La technologie a ça de bien qu’elle nous permet de saisir en temps réel la manière dont s’échelonne et s’égraine la succession des impacts de foudre sur les différents territoires et configurations topographiques qui les encaissent… Imaginez la terre comme une énorme boule solide, entourée de gaz, ce qu’elle est !… De l’hydrogène, de l’oxygène qui transmettent l’étincelle des arcs électriques en réseau conducteur, permettent la multiplication par répétition de l’évènement à des centaines de kilomètres de distance ; le tout sans interrupteur ou disjoncteur pour éteindre la menace des impacts de foudre ou diminuer l’intensité des arcs électriques générateurs d’éclairs qui feront toujours la joie des amateurs de photos sensationnelles et créeront des « chasseurs d’orages »… Et pourtant si, il y en aurait un, d’« interrupteur » ; c’est l’activité humaine, sa téléphonie mobile, ses réseaux publics wifi, ses lignes à haute tension qui font bien plus courant d’air qu’une vallée encaissée susceptible de donner naissance à un couloir orageux, surtout dans des zones isolées de rase campagne ou de haute montagne où, quand même, rappelons-le, sont pour la plupart, équipées de paratonnerres protecteurs… Mais ce n’est sans doute pas pour rien qu’au début de l’automobile il était interdit de traverser une forêt en voiture par temps d’orages… Si l’activité humaine n’est pas la seule responsable des impacts de foudre, elle a cependant une grande importance dans la prolifération des éclairs, attirés par certaines installations, empruntants les chemins des réseaux des ondes magnétiques de la télécommunication, les boîtes de métal qui se déplacent sur les routes à plus ou moins grande vitesse, fenêtres ouvertes et téléphone portable en main ou en oreillette ; jamais l’activité électrique du ciel ne disparaîtra et il y aura toujours une proportion d’impacts de foudre dite « naturelle » qui se distingue de celle déclenchée par l’activité humaine.

Si au premier coup de tonnerre entendu nous éteignons tous notre téléphone portable – et cela devrait être obligatoire -, fermions les réseaux wifi dans tous les lieux publics ou domestiques et éteignons nos télévisions reliées aux antennes classiques ou paraboliques ne veut pas dire qu’il n’y aurait pas d’impacts mais cela réduirait quand même assez sérieusement les risques d’activation de la foudre puisqu’il y aurait ainsi moins de récepteurs disponibles pour la capter, la laissant naturellement filer le long des forêts, des rochers et des cimes des montagnes… Pourquoi rendre obligatoires ces mesures ?… Tout simplement parce que les États-Unis qui étaient parvenus à réduire de moitié leurs décès annuels par impacts de foudre grâce à une certaine discipline, voient ce chiffre à nouveau augmenter depuis quelques années alors qu’en Europe nous n’avons jamais pu le diminuer. Dans la plupart des pays, il est constant et s’élève à une quarantaine de décès en France et une centaine de blessés avec des brûlures électriques plus ou moins importantes et graves… L’importance des premiers secours ainsi que leur rapidité d’intervention est prépondérante lorsqu’une personne est victime d’un impact de foudre et qu’elle est blessée gravement… Quand cela arrive, il serait par exemple absurde pour des promeneurs que quelqu’un du groupe n’appelle des secours avec des téléphones portables au risque d’alimenter une multiplication des impacts et d’augmenter ainsi le nombre de blessés… Pareils dans les vastes étendues des surfaces agricoles où de nombreuses équipes travaillent par tous les temps ; les vignobles semblent également particulièrement exposés tout comme le sont les cours d’eau où la pêche est autorisée… Si un collègue est impacté par la foudre, il ne s’agit pas de faire le tour des équipes pour le signaler et commenter avec la téléphonie mobile l’accident de foudre sans risquer de se prendre soi-même un autre impact… Cela peut cependant arriver puisqu’il semblerait qu’aujourd’hui le premier réflexe qui vient à l’esprit à un être humain c’est d’utiliser son téléphone portable quasiment en continu… La téléphonie mobile peut être utile en cas d’avalanches en haute montagne mais surtout pas lorsqu’on est sous un orage où il y a des impacts de foudre violents !

Cette si redoutable question des comportements humains liée aux impacts de foudre pose également celle de la protection des populations et de la surveillance du territoire. Comment faire si on ne peut plus téléphoner, envoyer un s.o.s, appeler des secours lorsqu’on est isolé dans un champ, en montagne, au bord d’un ruisseau ou près d’un lac ?… Inévitablement, la technologie reste au service de l’humanité et permet de répertorier avec précision l’emplacement exact de chaque impact de foudre, à la seconde près… Une fois analysé avec précision par satellite, l’impact de foudre est tout de suite répertorié, classifié… Soit il est naturel et s’écrase sur des arbres et des rochers et dans ce cas la nature aura fait son oeuvre ; soit il nécessite par les dégâts causés par la foudre, l’envoie rapide de secours, auquel cas les gendarmeries et les bases militaires auront tôt fait d’envoyer les pompiers et le SAMU sur place, aux coordonnées exactes de longitude et de latitude où l’impact a été enregistré, avant que les victimes autour de l’impact ne se soient retrouvées dans l’obligation de les appeler eux-mêmes… Chaque localité, selon les découpages du territoire doivent s’en occuper et en quelque sorte « surveiller » les impacts de foudre selon des parcelles bien précises qui sont atteintes et ne pas hésiter à dévier le réseau routier des centrales nucléaires pour mieux les protéger… Si le zéro impact de foudre n’existera jamais et ne pourra jamais exister puisqu’il y aura toujours un certain taux d’impacts de foudre dit « naturels », par contre le « zéro impactés » devrait être le challenge de toutes les sociétés dites technologiquement avancées, chaque été lorsque l’évolution orageuse se développe et multiplie les possibilités d’impacts de foudre… Les risques sont énormes !… Il faut bien redoubler de prudence et de vigilance parce que sous un impact de foudre, il ne peut plus être question de seule prévention quand le nombre d’impactés augmente sensiblement…   

carteFoudre

Un impact de foudre ?… Oui mais quoi, où ?

S’agit-il d’un impact « naturel » ou provoqué par l’activité humaine ?

Comprenez que la différence est énorme entre un simple arbre en pleine forêt qui secoue ses branches sous la force du vent, imbibées d’eau de pluie faisant « capteur » à la foudre pour l’accueillir ainsi depuis la nuit des temps et un agriculteur qui tire sa charrue frappée par la foudre en plein champ… Si ce n’est que la charrue ce n’est pas très grave mais si le tracteur prend la décharge ou le cheval avec un mors aux dents en ferraille la prend, ça l’est déjà plus… Pour le tracteur, si il prend feu, il reste à souhaiter que l’agriculteur conducteur parvienne à s’en sortir en quittant son siège le plus rapidement possible ; quant au cheval foudroyé, il faut souhaiter qu’à l’avenir, ses descendants bénéficieront de mors en matières plastiques, moins enclins à capter la foudre… Par contre si l’agriculteur était entrain de téléphoner avec son portable à une borne wifi, un particulier dans une habitation ; il semble évident que la cause du sinistre devra être reconsidérée, tout comme elle devrait l’être pour tous les appels et envois Internet de pays à pays en période d’orages où des risques d’impacts de foudre violents ou des orages de grêle sont annoncés par la météo quelques temps avant… Cela peut rapidement devenir criminel pour un émetteur de jouer avec Facebook, twitter ou les mails lorsqu’il y a des orages au bout qui risquent de réceptionner le message avant le récepteur, cramer une maison ou griller un relais hertzien ; commander une pizza à la campagne avec un téléphone portable le serait aussi, en période d’orages violents, pour l’émetteur et le récepteur mais aussi le scooter qui l’accompagne ou le consommateur en ligne, les joueurs de Poker en ligne et les jeunes qui jouent en réseau à des jeux de groupe… Nous ne conseillerons pas plus l’utilisation d’un cabriolet en été lorsqu’il fait très chaud que rouler les fenêtre ouvertes en rase campagne le téléphone portable en main lorsqu’il y a de l’activité électrique dans l’air alors que toutes les sociétés humaines à ce moment là devraient être à l’arrêt !

L’émetteur et le récepteur des messages tchat, des appels de la téléphonie portable ou connexions wifi peuvent tous les deux être l’objet de l’impact de foudre, si celui-ci décide de frapper et de choisir cet « appel » plutôt qu’un autre, cette ligne au lieu d’un courant d’air à la place, atterrissant sur la cime d’un arbre pour couler le long d’une prairie… Rien n’est disponible pour pouvoir affirmer avec certitude que ce sera l’émetteur, le récepteur ou les deux à la fois qui seront frappés en premier par la foudre qui utilise les réseaux de télécommunication des échanges phoniques et hertziens pour frapper le sol par un intermédiaire technologique humain.

Observé ce lundi 22 mai 2017 en début de soirée à la frontière Roumaine et Bulgare de nombreux impacts de foudre sur un immense secteur agricole… Le premier impact observé du côté Roumain aurait pu être un ouvrier travaillant avec un outil en ferraille, utilisant son téléphone portable pour donner des ordres aux différentes équipes tout comme il aurait pu être l’annonce d’un passeur de migrants ou de jihadistes à la tête du réseau « émetteur » en Bulgarie… Les éclairs se sont ensuite déplacés vers la frontière… Mal en aurait pris si la multiplication des impacts étaient l’origine de l’équipe agricole ou des « migrants » prévenant de l’arrivée à l’étranger ou d’un accident d’orage survenu entre les différents paysans qui préviennent avec leur téléphonie mobile de ce qui est arrivé…

Plus tard dans la nuit et déjà en début d’après-midi, le secteur de Graz en Autriche, à l’Ouest l’après-midi et à côté la nuit dans la colline qui surplombe au Sud-Est, véritable fourmilière à chalets de vacances et de secteurs agricoles moins importants, cette forte zone touristique a été la proie de rafales d’éclairs autour de certaines habitations pouvant avoir une relation avec des impacts de foudre tombés sur des arbres qu’ils devraient payer aux communes si à ce moment de l’impact ils jouaient avec la téléphonie mobile ou des jeux en ligne, passaient des « commandes », tranquillement avec leur wifi intérieure… Et pourtant ils entendent les bruits du tonnerre mais ça ne les empêche pas de se saisir de leur téléphone portable pour prendre une photo ou appeler de l’aide, signaler un accident.

Pour l’Alsace, normalement aucun impact de foudre prévu avant dimanche 28 (l’après-midi) et lundi (toute la journée) 29 mai 2017… Ces deux jours devraient être l’occasion de faire preuve de civisme en évitant de nourrir l’activité électrique des zones orageuses en éteignant son portable dès le premier coup de tonnerre, en débranchant les prises PTT murales, en évitant de prendre des bains extérieurs comme intérieurs. Ne pas envoyer son enfant à l’école avec des cartables à boucles en fer limite aussi les risques d’impact, surtout si il se met à courir pour rentrer chez-lui après l’école…

FoudreCarte

Ce cliché est très intéressant car il dénote les chemins empruntés par les impacts de foudre qui deviennent de moins en moins « naturels » pace qu’activés par la main de l’homme, la téléphonie mobile, le réseau hertzien, la TV, les poteaux électriques… Il sera toujours criminel d’appeler dans une région où la foudre s’abat…

_______________________

Les brulures électriques d’impacts de foudre :

http://www.medbc.com/annals/review/vol_10/num_1/text/vol10n1p20.htm

https://www.meteomedia.com/nouvelles/articles/des-centaines-de-caribous-morts-foudroyes-en-norvege/71627

http://meteoleman.com/la-foudre-un-reel-danger-souvent-sous-estime-voici-les-9-regles-de-prudence-a-suivre/

Le catalogue :

http://www.dehn.fr/sites/default/files/uploads/dehn/DEHN-FRANCE/pdf/catalogue_eb_2014_fr_complet.pdf

Arcus :

http://actualite.lachainemeteo.com/actualite-meteo/2016-04-26-16h38/impressionnants-arcus-en-turquie-30258.php

Faisons triompher l’Abstention !

La question de l’abstention semblerait donc être cruciale pour le 2nd tour de la Présidentielle 2017 tout comme elle aurait toujours dû l’être sur tous les seconds tours de toutes les élections… Encore faudrait-il qu’elle soit quantifiée dans les urnes par le bulletin de vote « nul », enregistré et nombré car, à y regarder le % de ceux qui ne vont jamais aux urnes, à peu près toujours autour de 20%, ça donne déjà une force politique commune amplement valable, capable de rivaliser avec les meilleurs candidats qui rappelons-le sans honte, n’ont guère dépasser cet indice de base ou cette tranche de valeur que constitue le chiffre de ces 20% d’abstentionnistes… Entre les 23% et 19% obtenus par les quatre favoris dans les sondages qui rivalisaient pour deux places en finale, les abstentionnistes n’ont pas à faire pâle figure et peuvent dès lors s’ériger en droit de constituer une formation politique effective, non pas parce que les abstentionnistes ne savent pas quel candidat choisir mais parce qu’ils portent des réflexions politiques bien plus profondes que la plupart des candidats officiels qui avancent comme des concurrents représentants des cohortes politiques, bien plus que comme les porteurs des idées nouvelles suffisamment solides pour nourrir l’avenir d’une transformation de l’organisation du travail ainsi qu’un remodelage de l’échelle des répartitions des salaires, chose à laquelle aucun n’ose réellement réfléchir sans qu’une opposition générale ne s’esclaffe « cela coûterait et ruinerait le pays » comme ce fut le cas lors de la présentation du programme de Benoît Hamon et de la découverte de l’« Assemblée Démocratique de la zone euro » et du Revenu Minimum d’Existence par exemple.

Alors sur ce second tour on s’apercevrait, si l’Abstention quantifiée et matérialisée dans les urnes par des votes nuls s’approchait de 40%, qu’il ne resterait donc en retour pour les deux candidats à la finale qu’une fourchette ne pouvant onduler qu’entre 35% et 25% avec des marges d’erreurs encore plus restreinte lorsque le vote nul s’exprime dans les urnes !.. Et après on pourra toujours demander l’opinion du Conseil Constitutionnel, certainement angoissé et anxieux à l’idée de statuer sur un tel résultat qui bouclerait certainement la séance en donnant la victoire de la Présidentielle au parti des abstentionnistes pour le sacrer 1er parti de France et envoyer le CNR à l’Élysée…

______________________

Quand Baroin menace d’exclusion les LR tentés par Le Pen…

Étonnant cette décision pour un hypothétique prétendant pressenti au poste de 1er Ministre pour Macron… se virerait-il alors ensuite aussitôt choisi ?… Mais quand se décideront-ils un jour à appliquer une Règle Constitutionnelle élémentaire concernant les changements de dossards en cours de mandature pour que les promus au changement d’étiquettes abandonnent officiellement celle pour laquelle ils ont été investis pour que l’État, en retour, puisse suspendre toutes leurs indemnités précédentes correspondants à la formation politique qu’ils souhaitent quitter et pour laquelle ils avaient été élus ?

____________________

Certains reprochent un manque d’écologie dans le débat Macron / Le Pen :

À la manière dont l’élaboration, la discussion puis la création jusqu’à sa dissolution du « Groupe Parlementaire Écologiste de travail à l’Assemblée » aurait pu se dérouler et s’organiser en 4 + 8 + 2, sorti directement des urnes le soir du 1er tour 2012 autour de Cécile Duflot ; fallait vraiment pas s’attendre que ce débat 2017 du cabinet de l’ingratitude allait faire l’apologie de l’écologie, du système économique qui doit l’accompagner et la transformation sociale qu’elle implique…

________________________

Si M. Le Pen s’improvisait chef de l’opposition une fois Macron élu…

La seule opposition tangible est celle de Benoît Hamon qui propose des perspectives d’avenir largement au-dessus des propositions des autres parce qu’elle implique une transformation en profondeur de l’organisation du travail ainsi qu’une redéfinition de la répartition des salaires, sans compter encore sur cette grande différenciation qui le sépare de J-L Mélenchon à propos de la question européenne, mémorablement exprimée dans le débat Mediapart où Thomas Piketty expliquait à Coquerel la grande différence entre un projet construit et écrit par une Assemblée Démocratique de la zone euro et les palabres dans le vide du clan Mélenchon qui ne définit rien de concret…

______________________

20% de l’électorat Mélenchon voterait Le Pen bien que cela soit difficile à établir ?

Entre2Tours

Ce tableau est tombé le lendemain du 1er tour sur cnews et n’a guère évolué depuis… Seuls les Socialistes ont rapidement rabaissé cette estimation à 1% tandis que Fillon reste stable avec 30% de son électorat au moins qui votera Le Pen et l’électorat de Mélenchon qui descendrait à 15% d’intentions de vote en faveur de Le Pen ce qui pose quand même un certain nombre d’énormes problèmes de fiabilité !

N’étant lui-même qu’à 19% au 1er tour avec sa France Insoumise, qu’il n’oublie pas qu’il reste 81% de Français qu’il n’intéressera jamais et à qui il fout de l’urticaire !

__________________________

#LeDebat #LeDebat2017
#Presidentielle2017 #Presidentielles2017
#Elections2017 #elysee2017

Le projet d’aéroport « américain » de Notre-Dame-des-Landes est-il démesuré ou nécessaire ?

Pas simple pour le Ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve de suivre la décision de Valls

La logique voudrait pourtant que le choix à prendre face à une hausse de la fréquentation sur les transports aériens constatée sur l’aéroport de Nantes déjà existant, mais aussi sur d’autres aéroports environnants non pas seulement sur celui de Nantes, mais aussi les autres du Grand Ouest ; ce choix devrait s’orienter vers l’enseignement du « développement local » lié à la Sociologie de l’Urbanisme qui préconise de favoriser l’agrandissement d’infrastructures déjà existantes pour ne pas pénaliser l’accroissement économique des autres villes tout en respectant le concept d’urbanisme et de développement local à échelle humaine adapté à la surface du territoire… Et ces hausses descendent jusqu’à La Baule, Biarritz, Bordeaux, La Rochelle, Quimper, Brest, Dunkerque, Tours, Beauvais, variant entre 1 et 3,5% de hausse du nombre de passagers à l’année… Bien sûre, la période estivale est prépondérante dans cette statistique pour chacun de ces aéroports de villes « moyennes » qui mériteraient agrandissement, histoire de soulager celui de Nantes… Ensuite ces « agrandissements » sont d’autant plus nécessaires, qu’en cas de fortes intempéries, des pistes d’envol et d’atterrissages doivent être mise en service dans les délais les plus brefs ; en dehors du fait qu’une piste au moins, supplémentaire, est nécessaire pour amortir les afflux massifs de l’été…

Surprenante constatation dans l’étude de la fiche d’analyse statistique de la hausse de la fréquentation des plus grands aéroports français : celui d’Entzheim-Strasbourg endure une forte diminution de 7%… Verrait-on ces 7% atterrir à Orly ou NDDL pour revenir en TGV jusqu’à Strasbourg ?

Bon courage Mr Cazeneuve !… Et les actionnaires ?… Ils pensent aux autres villes ?…

http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/nddl-valls-passe-le-relais-au-ministre-de-l-interieur-4630898

La question de la construction de l’aéroport de Notre Dame Des Landes est contraire à l’enseignement du développement local de la Sociologie de l’Urbanisme qui préconise l’agrandissement d’infrastructures déjà existantes, périphériques aux villes surchargées afin de poursuivre l’activité locale et son développement économique…

À quoi sert de construire un méga aéroport après avoir constaté une augmentation de seulement 3,5% de la fréquentation annuelle sans tenir compte que cette hausse est également due à la baisse des tarifs du transport aérien alors que la construction de ce fameux aéroport NDDL risque d’en augmenter les prix, d’y adjoindre une gare TGV pour desservir en étoile NDDL comme « transport en commun » (!)

Il vaudrait mieux, selon l’enseignement du développement local, lié à la Sociologie de l’Urbanisme, d’agrandir des aéroports déjà existants où existent aussi des hôtels et bien d’autres services comme à Brest, Rennes, La Rochelle, Angoulême, Beauvais ou même La Baule pour décharger celui de Nantes alors qu’à Notre-Dame-Des-Landes ; il n’y a « rien ». Étape intermédiaire du développement, NDDL, ne risque pas d’asphyxier ces villes limitrophes à long terme comme pour les griller ou les éloigner du transport aérien réel au mépris de règles écologiques liées à la préservation de zones naturelles riches en faune et en flore ?

   

= ++++ = 5/5ème

= « un cinquantième démocratique » =

1/5 +1/5 +1/5 +1/5 +1/5

La Turquie voudrait revenir à la « peine de mort »…

Le « peine de mort », plus que jamais, apparaît comme l’arme des dictatures ne pouvant que nuire à la Démocratie… Et puis de toutes façons, elle n’a que très peu d’impact sur les consciences des terroristes… Elle est sans effets, mise à part peut-être celui d’espérer un ralliement des droites dures européennes qui agitent également le rétablissement de la PdM pour imposer à l’Union européenne une forme de politique turque considérable dans le recul de la démocratie ; tout comme l’est la déchéance de nationalité imposée par les Droites au Parlement français, puisque les terroristes kamikazes viennent se faire tuer ou exploser et donc perdre leur vie avec ou sans peine de mort ; pour seule nationalité, l’au-delà… La « peine de mort » est l’absolution et la consécration du terrorisme, le but ultime… Par conséquent elle est parfaitement inutile dans une société civilisée et démocratique !

Si Erdogan croit sérieusement se démarquer en réutilisant la peine de mort pour se débarrasser physiquement de ses ennemis – certainement qu’intellectuellement il est loin d’y parvenir -, qu’il consulte ce tableau où l’on constate en premier lieu qu’il y a beaucoup plus de pays qui ont aboli la peine de mort que d’États-nation qui la pratiquent encore…

Le pire étant qu’Erdogan a osé préciser que ce rétablissement de la PdM ne concernerait pas les « putschistes » du coup d’État ; mais alors à qui, ces nouvelles menaces peuvent-elles bien s’adresser ?… Épatant Erdogan qui use une nouvelle fois de son double jeu : soit il tend une main en prétendant épargner les putschistes pour mieux les attirer et les faire arrêter ; soit effectivement, ils ne sont pas concernés pas plus que ne le sont les Kurdes et dans ce cas le rétablissement de la « peine de mort en Turquie » serait donc pour l’État Islamique ou des généraux, de la police du propre régime de l’AKP d’Erdogan ! ?… Enfin la réalité a prouvé le contraire au cours de cette longue période qui tout en visant daesh, menace les Kurdes et Gülen ainsi que de simples administratifs turcs dépendants du régime d’Erdogan désappointants les objectifs de l’AKP…

Dans un deuxième temps, un effort considérable pourrait être fait si une nouvelle liste de pays abolitionnistes de la peine de mort pouvait être diplomatiquement soumise à Ankara après avoir choisi la voie de l’abolition de la peine de mort comme l’avait fait François Mitterrand dès 1981…

Si ça passe en Turquie le retour de la peine de mort, l’Europe nationaliste toute entière risque de s’y engouffrer ; toute une politique inspirée des droites dures et des extrêmes-droites, de s’en identifier de la Grèce à la Hongrie en passant par l’Autriche… Non mais plus sérieusement, si on y pense de près et qu’Erdogan avec sa peine de mort, rate l’Europe, ce sont tous les Kurdes qui la rateront avec lui et de finir certainement pour eux en cortège pour l’extermination et l’élimination physique du seul fait qu’ils ont été arrêtés arbitrairement et qu’ils sont incarcérés pour des motifs d’appartenance politique (le parti social démocrate HDP pour la plupart) ; ça c’est nettement plus grave et rapprocherait inévitablement la Turquie du régime de l’AKP d’Erdogan du régime iranien…

Parmi ces pays possibles, il faudrait pouvoir convaincre une partie d’entre-eux pour exercer ensuite une pression sur Erdogan :

http://www.peinedemort.org/par-pays

Afghanistan Antigua et Barbuda Bahamas Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus (Biélorussie) Bélize Botswana Chine Comores Cuba Dominique Egypte Etats-Unis Ethiopie Gambie Guinée Equatoriale Guyana Inde Indonésie Irak Jamaïque Japon Jordanie Koweit Lesotho Liban Libye Malaisie Nigéria Ouganda Palestine Qatar République démocratique du Congo Saint Vincent et les Grenadines Saint-Kitts-et-Nevis Sainte-Lucie Sierra Leone Singapour Syrie Taiwan Tchad Thailande Trinité et Tobago Vietnam Zimbabwe.

Qui de ces pays pourraient être preneurs ? ? ?… Suffirait-il d’inviter l’Angola et l’Afrique du Sud à participer diplomatiquement de manière intensive pour convaincre un bon nombre de pays africains à suivre leur chemin de l’abolition ?

Ensuite s’établiront sans doute de nouvelles relations entre pays abolitionnistes (de la PdM) et pourquoi pas une nouvelle redéfinition de l’Ordre Mondial !

peinedemort Turquie

coalitionPDM

pdmcarte

https://ixquick-proxy.com/do/spg/show_picture.pl?l=francais&rais=1&oiu=https%3A%2F%2Fwww.acatfrance.fr%2Fpublic%2Facat_carte_peine_de_mort_oct-2016.jpg&sp=27a5fcf4ecc17cc8a4aa29e6a1d2b85e

**********

Tableau en question

La peine de mort pays par pays

Plan du siteUne carte mondiale permet de visualiser la situation de la peine de mort dans le monde.

Les pays peuvent être classés en différentes catégories selon la situation de la peine de mort dans la législation et dans les faits.

Pays abolitionnistes (105)

Ces États ont aboli la peine de mort en droit pour tous les crimes. [Consultez également un tableau récapitulatif des abolitions]

Pays abolitionnistes pour les crimes de droit commun (7)

Ces États prévoient l’application de la peine de mort uniquement pour les crimes exceptionnels (par exemple les crimes prévus par la justice militaire ou les crimes commis dans des circonstances exceptionnelles : en temps de guerre…). Pour la plupart, ils n’ont procédé à aucune exécution judiciaire depuis très longtemps.

Pays qui prévoient la peine de mort dans leur législation sans toutefois l’appliquer dans les faits (29)

Ces États conservent la peine de mort dans leur législation, mais ils n’ont procédé à aucune exécution judiciaire depuis au moins dix ans et n’ont pas l’intention affirmée de recommencer dans l’immédiat, ou se sont engagés au niveau international à ne plus l’appliquer.

Pays qui pratiquent la peine de mort (57)

Ces États prévoient la peine capitale dans leur législation et l’appliquent dans les faits.

Les Socialistes songeront-ils à faire un bilan démocratique de démocratie appliquée en répartition de la proportion quantitative des électeurs de leurs « partenaires » ?

Avant que les Socialistes ne ternissent d’éloges leur bilan du quinquennat Hollande qui en d’autres temps aurait perdu son poste pour moins que ça, considérons, avant que ne commence les parties économiques, sociales et politiques ; le Droit démocratique… François Hollande traverse l’État d’urgence, la crise économique et le regain de terrorisme sans une égratignure… Pire encore voudraient-ils nous faire croire, ces Socialistes, qu’il a évolué, progressé et qu’il se serait solidifié… Pour ma part, de circonspect qu’il était au début, il n’en est pas pour autant devenu moins cynique et sournois !

Alors avant que ne commence ce bilan tant attendu du quinquennat Hollande, établissons ensemble son bilan démocratique au moment où tous ont encore, en travers de la gorge, le blocage auquel s’est heurté Arnaud Montebourg et considérons la part trop réduite que les Socialistes de gouvernement ont toujours difficilement accordé à « Europe Écologie – Les Verts » alors que, prise en proportionnalité d’électeurs, quantitativement, l’Écologie n’a jamais obtenu le nombre de postes ministériels et gouvernementaux qui correspondaient pourtant à leurs effectifs d’électeurs. Alors quand j’entends aujourd’hui les mêmes Socialistes parler de partenariat, je me méfie et je regarde comment ils ont traité jusqu’ici ceux qui étaient censés les accompagner sous la bannière communiste dans un premier temps, l’écologie ensuite… Les Communistes de 1981 et Cécile Duflot aujourd’hui, gentillement licenciée de chez François Hollande par le gouvernement Valls, ne peuvent qu’éprouver de l’amertume par rapport aux Socialistes qui leur ont tendus les bras… La place et la part de postes ministériels et gouvernementaux accordée aux représentants de l’écologie comme parti politique n’a jamais respecté la répartition démocratique de leurs suffrages électoraux effectifs… Si on considère que proportionnellement 1 million de voix correspond grosso-modo à 10 postes ministériels et gouvernementaux, on arrive en 1981, Communistes et Socialistes rassemblés pour le second tour, à 12 millions d’électeurs de toute la Gauche répartis en 120 postes sur l’Élysée et Matignon (7millions 1/2 d’électeurs Socialistes chez Mitterrand + 4 millions 1/2 d’électeurs Communistes pour Marchais). Combien de « postes » laissés aux Communistes ?… Ce n’était déjà pas très démocratique avec les Communistes mais avec les écologistes, les suffrages qui permettaient de nourrir les meilleurs espoirs se délitent en postes compensatoires et oublient la moitié des « électeurs Verts » en cours de route… À preuve du contraire, 2012 symbolise également le genre de calcul fallacieux qu’exécutent à chaque fois les Socialistes les soirs de second tour… Le soir du 6 mai 2012 nous avons 11 millions d’électeurs Socialistes pour 110 postes, et pas un de plus, retranchés à 4 millions d’électeurs des Fronts de Gauche de Mélenchon ; ajoutés aux 800 000 EELV + 400 000 NPA + 200 000 Lutte Ouvrière, ce qui aurait dû donner en proportion de répartition par rapport aux nombres de postes acquis et pas « offerts », 8 postes écologistes introduisant les 4 + 2 postes mérités par les 15 ans d’analyses et d’études des paradis fiscaux, de l’évasion fiscale via les réseaux de blanchiment mafieux et la fraude financière qui auraient dû se retrouver avec Bercy. 8 + 6 font 1,4 millions d’électeurs pour 14 postes entre l’Élysée et Matignon pour épauler le Combat contre la finance, résorber la crise agraire et participer aux développements de l’économie de la mer. Ce n’aurait pas été beaucoup mais encore aurait-il fallu que les Socialistes respectent cette proportionnalité écologiste au lieu de prétexter la nécessité d’augmenter le nombre de postes gouvernementaux et ministériels par l’augmentation de la population française et l’accroissement du nombre total d’électeurs dans toutes les Gauches pour les transformer, malicieusement, en postes socialistes et uniquement socialistes, laissant aux écologistes les miettes compensatoires de la vanité de Solférino qui trouve n’importe quel prétexte, jamais justifié quantitativement, pour augmenter le nombre de postes socialistes mais jamais celui de ses « partenaires »… Alors qu’aurait dû être respecté et protégé un espace d’évolution insécable pour les écologistes appelés au gouvernement par rapport à leur proportion évaluée sur une base moyenne de 100 000 électeurs équivalent à 1 poste au minimum ; les Socialistes usurpent le tout en choisissant le leader du moment pour une fonction ministérielle mais ne lui donnent jamais les secrétaires et sous-secrétaires nécessaires pour pouvoir mener à bien sa mission… Doublement justifiée est cette requête, d’autant plus que le rôle du Parti Socialiste est d’épauler, solidifier et aider ses partenaires à pouvoir se développer ; ça n’a jamais été le cas avec les écologistes !… Encore moins, est-il de préciser, ce ne fut le cas avec les Communistes… 

De cette inégalité démocratique flagrante, le problème majeur est que dans la réalité et autour de l’opinion publique, on pourrait imaginer que les Socialistes songent intimement que les voix écologistes leur appartiennent ainsi mais, ne nous y trompons pas, cela risque de ne pas durer éternellement ou de gravement se modifier ; peut-être même de se métamorphoser…

urnes

#Montebourg#FH2017
#Montebourg2017

#PSofficiel #PartiSocialiste #FrançoisHollande #Valls

#Démocratie

#primaire #primaires

#Présidentielles2017 

#EELV #PCF #NPA #LutteOuvriere #Ensemble_FdG
#EvaJoly #PierreLaurent #n_arthaud #PhilippePoutou#ClementineAutain

#ConfédérationPaysanne

#EvasionFiscale

#_Bercy_ #Strategie_Gouv #Minist_Travail
#economie #economiecollaborative
#financeresponsable

De 1981 à 2012 la même dictature directionnelle ?

De la Démocratie de répartition en proportions humaines selon des indices d’accroissement et par rapport aux nombres de postes dû aux quantités d’électeurs… 

Que ne faudra-t-il encore essuyer de nuits sans sommeil et de gueules de bois à éponger avant que de s’apercevoir enfin que tout ce qu’on nous raconte, au sujet de la Démocratie, ne sert finalement qu’au développement des dictatures directionnelles puisqu’à chaque élections, dans nos démocraties républicaines, le parti majoritaire, une fois élu, jette son « dénominateur » à la poubelle, s’en débarrasse… Le plus bel exemple en est la Turquie où le 1/10ème démocratique du HDP, joué deux fois dans des Législatives obscures, non seulement se fait jeter dehors du Parlement mais se fait assassiner, emprisonner, harceler et tuer… Discriminer… Démocratie républicaine discriminatoire !

Chers compatriotes, une Démocratie c’est avant tout un quotient électoral…

Socialistes sur Communistes en 1981 avec un taux de répartition de 1,66… Ce qui impliquait à l’époque, qu’autour de la ligne de flottaison, la jauge de répartition autour du cinquantième démocratique, signifiait que les Socialistes étaient 1,66 fois plus forts que les Communistes… Même pas le double !… Cela justifie-t-il qu’une fois élu, François Mitterrand fit tout pour écarter les communistes de Georges Marchais des responsabilités en les renvoyant au placard ?…

La Démocratie est un quotient électoral qui ne peut se permettre de jeter indéfiniment son « dénominateur » aux oubliettes ainsi. Non seulement l’importance du quotient électoral détermine un taux de répartition entre la voute du flanc majoritaire et les piliers du versant minoritaire ; mais il fixe également le taux d’accroissement du côté politique qu’il représente et défend. En 1981, sur une base de 120 postes, sièges, strapontins disponibles autour de l’Elysée et de Matignon, ce taux d’accroissement – à la condition d’inclure, d’adjoindre les 4 millions et demi d’électeurs Communistes dans le Gouvernement et à l’Elysée – s’élevait à 1,86… Donc cela signifie qu’en 1981, la Gauche, à la condition d’établir une répartition démocratique entre les 7 millions et demi d’électeurs Socialistes et les 4,5 millions d’électeurs Communistes, aurait pu être 1,86 fois plus forte que la Droite… Presque le double !… Par rapport à la Droite, en taux d’accroissement et non  pas au niveau de l’indice de répartition entre les gauches où les Socialistes resteront toujours à peine 1/2 fois supérieurs aux Communistes (0,4 plus exactement)… Les Socialistes ont préféré rester seuls !… C’est à ce moment là que le Conseil Constitutionnel aurait dû intervenir et ne laisser aux Socialistes que les 75 postes qui leur revenaient, Président de la République, 1er Ministre et Ministres compris puisqu’ils ont lamentablement refusé d’inclure, d’introduire et de répartir les 45 postes fièrement arrachés par les Communistes…

7 millions 1/2 Socialistes + 4 millions 1/2 Communiste = 120 millions d’électeurs à Gauche pour théoriquement, 75 postes Socialistes avec 45 postes Communistes pour l’indice de répartition ; ramenés à la base commune des % aux sondages, 65 « unités » sur 35 pour un taux d’accroissement de toute la Gauche et pas seulement celui des Socialistes.

L’étude est la même en 2012 au premier tour car il n’y a que le 1er tour qui détermine le quotient électoral de la Démocratie de répartition… 11 Millions d’électeurs du Parti Socialiste sur 4 millions d’électeurs des Fronts de Gauche ou 5 si Eva Joly, le NPA et Lutte Ouvrière n’avaient pas fait « cavalier seul ». Le Parti Socialiste représente alors 2/3 de la Gauche Française et FdG 1/3… 4 millions + 11 millions font 15 millions d’électeurs répartis en 150 postes entre l’Elysée et Matignon car en « démocratie normée », la quantité d’électeurs détermine le nombre des postes ministériels et gouvernementaux… L’indice de répartition autour du cinquantième démocratique aurait dû être de 2,75 faisant des Socialistes 2,75 fois plus forts que Mélenchon qui, contrairement aux apparences, si il avait été adjoint au monolithe socialiste aurait permis d’atteindre un taux d’accroissement pour toute la Gauche de 3,348.

Malheureusement, l’histoire nous dira certainement un jour qui de Hollande ou de Mélenchon est resté sourd ; tel que s’est constitué le Gouvernement du 1er Ministre socialiste, à l’exclusion du 1/3 Fronts de Gauche + 1/3 des EELV – 4 millions + 1 millions de voix quand même pour 50 ou 40 postes supplémentaires adjoints aux équipes ministérielles et gouvernementales socialistes chiffrées à 110 parce que 11 millions de voix, ce qui implique qu’on ne pourra jamais se passer du 1/3 Socialiste – ; laisse échapper, à la fois l’accroissement de son rayonnement dans le monde avec l’augmentation des postes à l’international d’observateurs indépendants pour permettre d’éviter d’envoyer Ménard à Damas, et la matérialisation effective de la démocratie participative toujours vantée mais pas effective ni rationnelle ; tout en ramenant également le dit « taux d’accroissement de toute la Gauche » proche du zéro absolu dans des sondages qui donnent Mélenchon à égalité avec Hollande aujourd’hui en 2016, à hauteur, à peu près de 15% chacun, ce qui nous ramène à 70% de Droites en face de nous, sur l’autre côté politique de la démocratie.

Alors résonne en moi, cette célèbre réplique de l’entre-deux tours de Georges Marchais, seul face à Mitterrand et Duhamel :

« Mais M’sieur Elkabach… La dictature directionnelle, elle ne peut donc pas être du côté du Parti Communiste ! »

Il avait raison car en mettant le dénominateur du quotient électoral de côté on supprime toute trace de l’indice de répartition démocratique ainsi que toute possibilité d’accroissement politique dans la Gauche. Ceci permet également de bloquer les possibilités du fonctionnement démocratique et ouvre la porte à toutes formes de dictatures, directionnelles- administratives, militaires et religieuses, diplomatiques ou commerciales…

! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ………………

La Démocratie ce n’est pas ça !

Que le quinquennat FrançoisHollande  ait été gâché ou non pour l’écologie n’est pas trop la question comme l’annonce Cécile Duflot dans Paris Match et puis, de toutes manières, « Cop21 » vous répondront PSofficiel !… Non !… Là où il faudrait réfléchir, c’est sur les questions de répartition démocratique qui font qu’au second tour, le dénominateur du 1er tour de la Gauche disparait purement et simplement alors que c’est lui qui établit les indices de répartition et le taux d’accroissement de toute la Gauche… D’où la possibilité de bloquer le fonctionnement démocratique et de réduire 1/3 intellectuel à presque rien puisqu’il n’est pas majoritaire mais qui du point de vue des idées, de la logique et de la qualité du raisonnement, en vaut certainement beaucoup plus… Du point de vue intellectuel, la République ( d’autant plus qu’elle y rajoute la majuscule des républicains de la vieille Ump), ne peut qu’être totalitaire puisque sa démocratie procède par suppression et élimination entre le 1er et le 2nd tour alors que dans l’absolu, elle devrait fonctionner par inclusion, adjonction et répartition.

Pour cela il faudrait créer une mécanique politique différente, un organigramme qui tienne compte d’une mathématique politique inclusive et non excluante qui au bout du compte ne peut qu’être exclusive et exclusivement fabriquée que pour le Parti Socialiste avec à la mémoire, la même douleur entre 1981 et 2012 d’avoir vu le PS se comporter avec les écologistes depuis 2012 comme il s’était comporté avec les Communistes de Georges Marchais en 1981 et comme il risque probablement de se comporter avec les Centristes en 2017 grâce à Emmanuel Macron… Ces mises à l’écart de tous les champs politiques qui ne sont pas majoritaires, ne pourront être rectifiées qu’à la condition d’adapter le nombre de postes à pourvoir entre l’Élysée et Matignon, en fonction du quotient électoral issu du 1er tour qui n’écarterait pas le dénominateur et déterminerait le total des postes ministériels et gouvernementaux à pourvoir, en fonction du million de voix d’électeurs (1 million d’électeurs équivalent à 10 postes ministériels et /ou gouvernementaux !).

Là où les Droites ne cherchent et ne parlent qu’intégrer et représenter, la Gauche répondra toujours « inclusion et répartition » !

Bon ensuite, que les Socialistes n’aient pas pu s’entendre avec les Communistes de Georges Marchais en 1981 ni avec les Fronts de Gauche de Mélenchon en 2012, ça peut encore se comprendre sur le terrain politique uniquement, sur le plan humain ça l’est certainement moins ; mais en ce qui concerne les Écologistes d’EELV, les clivages idéologiques sont quand même bien moindres et il semblerait qu’ils partageaient pourtant, soi-disant, une certaine longueur d’onde avec les Socialistes. Donc leurs 825 345 voix derrière Cécile Duflot auraient au minimum dû se traduire par 8 postes, 14 si on y rajoute les 4 postes du NPA qui recueille quand même 411 160 voix + 2 postes à Lutte Ouvrière qui compte 202 548 voix… Et il aurait été normal du point de vue de la Démocratie de répartition par proportions que le NPA et Lutte Ouvrière accompagnent en nombre de postes les écologistes étant donné qu’ils ont activement participé avec Eva Joly aux 15 ans de travaux sur les paradis fiscaux, l’évasion fiscale et les réseaux mafieux de blanchiments pour forcer le Combat contre la Finance… Ce n’est certainement pas au Parti Socialiste de décider par l’arbitraire de comment ses partenaires seront répartis entre l’Élysée et Matignon. Encore moins me semble évident que ce n’est pas au Parti Socialiste d’établir les contraintes de la démocratie, même si il est au pouvoir. C’est le nombre de voix qui détermine le nombre de postes qui doivent être attribués… 15 millions de voix à Gauche devraient répartir 150 personnes sur l’Élysée et Matignon, 12 millions seulement 120… Par conséquent, dans l’échelle des valeurs des proportionnalités et non plus du point de vue de l’arbitraire du PS, la répartition démocratique estime à 100 000 voix la condition nécessaire pour obtenir un poste à l’Élysée ou à Matignon. C’est hyper important cette équivalence des voix humaines traduites en postes ministériels et/ou gouvernementaux pour des « centristes Modem UDI » qui seraient tentés par l’aventure avec Macron… À ce titre il serait préférable qu’ils rassemblent leur voix derrière RamaYade TeamRamaYade Team_Rama qui ensuite se fera ouvrir une équipe en nombre de postes d’après les centaines de milliers de voix qu’elle aura engrangées au 1er tour des Présidentielles2017.
3LikeGreen

Le « 15 août », journée de Lumière ?…

À en croire la secte du « Père bonbonne » né Delorme avec qui nous étions censés vivre dans un monde de Paix pendant 70 ans, nous sommes obligés de nous interroger sur les questions de conscience qui risquent de se poser avec les générations futures et moins cosmiques que la Franc-Maçonnerie güléniste occidentale qui viendront à se poser quant à savoir si dans les religions, il nous reste à choisir ou à avoir affaire à des religions nationalistes ou concertons directement la « Mère des mouvements de Libération et d’Émancipation Marxistes » inscrite dans l’évolution du marxisme et non dans sa négation, sa dénonciation ou son reniement, voire même ses attaques à main armée ; à savoir également comprendre et percevoir si de l’autre côté religieux – comme en politique – nous avons affaire et concertons Allah ou Ali au risque de confondre la « Lumière blanche » avec l’organisation de systèmes mafieux qu’elle présuppose, d’une simple relation familiale, culturelle, indépendantiste et ouverte sur l’à venir ?… Car contrairement à ce que peut bien en penser une Nadine Morano avec sa race blanche chrétienne européenne et la religion nationaliste qu’elle présuppose, on ne saura jamais trop où peuvent mener ses lumières blanches transformées en lubies ni ses baisers du Christ loin de la Mère des mouvements d’émancipation et de libération marxistes lorsqu’on célèbre le 15 août… La religion d’un Berlusconi ou d’un Sarkozy et des Le Pen, voire d’un Mélenchon qui va jusqu’à préférer le pape à François Hollande ; ces religions diffèrent des mouvements de Libération d’Amérique du Sud d’inspiration marxiste… Donc confusion et errements dans la distinction que devraient parvenir à effectuer les religions entre celles présentées comme relevant d’un nationalisme de celle des engagées à la Mère des mouvements d’émancipation et de libération marxistes vécue par l’Amérique du Sud… De là dépendront les niveaux d’intégrisme consultables dans chaque religion (Chrétienne, Judaïque et Musulmane) ainsi que le degré de terrorisme qui pourraient et qui en découlent chaque fois que le nationalisme religieux utilise la politique pour parvenir aux carnages humains auxquels ont jusqu’à présent participés toutes les religions qui se croyaient politiques et militaires pour ne servir que les Guerres, au lieu de se devoir simplement humaines et sociales, égalitaires et fraternelles, sans affrontements ni provocations géopolitiques… C’est bien le contraire qu’on semblerait vivre…

15 août 2016

15aou%cc%82t

Nuit marathonienne pour la prorogation de l’État d’Urgence à L’Assemblée nationale…

26 contre – 489 pour…

Rapport cinglant dans le choix de simplement proroger ou propager plus en profondeur l’ dans cette nuit  -, de l’ordre de 0,05%…

Les gueulards qui s’apprêteraient à revendiquer la fin de l’ doivent mathématiser la polémique : ils ne sont qu’1/18ème – 0,05%…

Et les 4 abstentionnistes ?… 1/122ème !

_____________________

 

Il restera toujours ultérieurement la possibilité d’entendre d’autres déclarations au Pupitre et aux micros de l’Assemblée… Dans l’Hémicycle, à part Malek Boutih, Bruno Le Roux et Patrick Mennucci, on était loin de la solennité qui s’imposait par rapport à la gravité des faits… Maintenant si on demande à tous ces politiques qui ont déversé leur discours sécuritaire et la méfiance envers les « étrangers », si on peut et doit faire de la politique avec tout ?… Vous avez la réponse : aux vues de leur niveau intellectuel et face à l’irrespect des Conclusions du Tribunal de Nuremberg dont ils font parfois preuve, beaucoup d’entre-eux ne devraient pas s’y aventurer ainsi – cette « nuit de la prorogation » de l’Etat d’Urgence fera date dans les anales de l’AN comme un fait politique   important alors qu’a chacune des interventions des Parlementaires, on frôlait le ridicule !

Toute la dérive prise DirectAN pour l’EtatdUrgence se mesure aux 2 policiers qui ont tiré sur le camion au début sans pouvoir/oser l’abattre…

En voulant armer tous les policiers Jacob n’a pas compris qu’ils ont pourtant tiré à 7m et 5 mètres de la distance du véhicule au début du parcours du camion sur la PromenadeDesAnglais

À demi mot, Jacob appelle presque l’exécution capitale comme unique recours à l’Etat d’Urgence pour des terroristes qu’on retrouve morts…

Maréchale Le Pen se ronge les ongles au fond de l’hémicycle !… se sent-elle ennuyée par le débat ouvert par @ManuelVallsNews ?

Le chef du Gouvernement Manuel Valls précise bien qu’il est venu ici pour remettre à niveau ce que les droites effacent…

« les interférences qui pourrissent le débat public » dit Manuel Valls dans l’Hémicycle via Estrosi et Ciotti, c’est houleux du côté droit !

« Nous devons être unis » lance Valls à l’Hémicycle !… envisage-t-il la création d’un « parti unique » pour cela ?… par l’Etat d’Urgence ?

La PanamaPapers sûrement à l’aune d’une forme de terrorisme économique certain, rangez vos feuillets les « impliqués » : Etat d’Urgence !…

Jacob entame un discours napoléonien dans sa prise de parole pour l’Etat d’Urgence…@AssembleeNat; un peu plus il y défendrait Sa Religion (!)

Différencier une police administrative de la police Judiciaire c’est en Turquie @DiploPubliqueTR ?… il n’y a qu’une police : une et indivisible !

Le rapporteur de la Commission des lois au Parlement @pascalpopelin préposé au maintien de l’EtatdUrgence de l’hémicycle invoque armée & conscience.

Expliquer pourquoi on vote oui ou non dans l’Hémicycle à l’Etat d’Urgence prorogé 6 mois par l’Assemblée Nationale ?… d’habitude les explications viennent après les résultats…

En clôture par un oui à la prorogation Guillaume_Larrivé de l’UDI, « obsession » ou fixation de cette hantise sécuritaire manquée sur DirectAN ?…

« Alors c’est la guerre désormais c’est la guerre » lance un AlainTourret qui appelle à voter contre tout renvoi en Commission de l’Etat d’Urgence à l’Assemblée Nationale !

La droite en son ensemble fait pas mieux à l’Assemblée Nationale ce soir pour l’Etat d’Urgence que ce qu’elle ne fait depuis quelques jours !

Comment Marc_Le_Fur peut-il parler de propagation de thèses terroristes ?… ne peut-on qu’adhérer ou pas au terrorisme ?… Est-ce là la seule possibilité qu’il laisse au débat ?

Il en aura fallu d’un poil cette nuit DirectAN LCP à propos de l’Etat d’Urgence pour que ne soit finalement reproché au Gouvernement par des pirouettes de ne pas avoir su anticiper Nice06 (?)… Quel culot, quel toupet !

Nul ValerieBoyer !… ce n’est pas une question de police mieux armée qui les rendrait moins dangereux puisque deux policiers armés ont tiré sur le camion au début de sa course folle sans parvenir à l’arrêter.

Il a tort Ciotti de reprocher au pouvoir qui gouverne de ne pas avoir su protéger la population, Erdogan n’y échappe pas non plus !

Etat d’Urgence : le programme « drame » de Ciotti, ses menaces à DirectAN n’effrayent que ses amis de l’extrême droite (nuit de la prorogation).

Eric Ciotti, bis repetita pour l’Amendement54 revenu encore plus menaçant et dangereux répondre à Valls par rapport aux promesses d’escalade…⧗

Phénoménal insistance à vouloir « fouiller bagages et véhicules en tous lieus à tous moments », Eric Ciotti en profiterait-il pour venger les perquisitions chez Hortefeux ! ?

Minaret ou Mosquée semblerait être un vieux débat pour les Musulmans que Ciotti ne semble jamais avoir entendu ou daigné entendre !

Menaçant, se prenant pour l’État, Eric Ciotti revient au micro après le Pupitre, veut proroger pour carrément un an l’EtatdUrgence !… c’est DirectAN pour lui tout seul et autant de fois qu’il pourra revenir au micro épandre ?

Quand à « armer le moral » de nos citoyens où Ciotti va trouver une école pour cela (!)… En Turquie ?… chez Darty_Officiel ?…

Dans l’Etat d’Urgence à DirectAN Ciotti n’éprouve rien d’autre à dire que de rappeler le bilan, décrit la nuit du #14juillet2016

Confondre PromenadeDesAnglais Monsieur @JulienAubert84 avec l’EURO2016 c’est mettre cette PromenadeDesAnglais à la rubrique des chiens écrasés !

Pour sa part, Meyer_Habib , l’un des seuls, renvoie la question terroriste à la radicalisation religieuse au MoyenOrient pas à la politique

En même temps on va pas faire des exposés sur le salafisme, le radicalisme ou le jihad pour satisfaire Madame nkm !

Donneur de leçons @patrickmennucci?… au moins ils différencient les musulmans victimes des attentats des jihadistes islamistes à DirectAN…

Ceux qui parlent d’étiquettes omettent les exigences et les responsabilités dénonce @BrunoLeRouxà DirectAN : nos putschistes hurlent !…

À DirectAN, Bruno Le Roux exprime parfaitement la tâche de daesh : nous briser dans nos fondements démocratiques, républicains et citoyens…

Cohésion sur le long terme pour @MalekBoutih aussi à DirectAN, poursuivre manifestations et rassemblements, croire en Martin Luther King…

La Démocratie parviendra à fermer la porte du « radicalisme », l’Éducation contre les ghettos, objectif zéro attentats pour Malek Boutih…

Après l’intervention de Guillaume_Larrivé @GLarrive très enjouée à son passage à DirectAN pour le débat sur la prorogation de l’Etat d’Urgence juge : vive la guerre politique !

Autour de @BrunoLeMaire d’utiliser une question spécifiquement militaire pour en faire un enjeu politique par une transformation dont lui seul a le secret : il fait une guerre sociale ?

Quelle « comédie » faut-il cesser @dupontaignan?… celle qui refuse l’autoritarisme total ?… Démocratie & République !

Expulsions-Fermetures-Fiches?… décider ainsi civilement sur des questions spécifiquement militaires est hasardeux et dangereux…

Ce ton que prennent les droites dans l’hémicycle pour l’Etat d’Urgence évoquant une « situation d’urgence qui s’impose », on se croirait chez Erdogan et la peine de mort !

C’est le bouquet final ou le vilain dernier parce qu’après Ciotti Jacob et @jclagarde, avant l’arrivée de Wauquiez, ça va faire lourd !

La France veut bien chercher qui sert la soupe aux terroristes potentiels mais comme Wauquiez en remet un chaudron à DirectAN pour l’Etat d’Urgence…

La cathédrale orthodoxe c’est pour Poutine et LePen !… Wauquiez qui semble étonné, se soucie peu du financement lui rappelait tranquillement Valls , manifestement en Etat d’Urgence mais pas sous influence…

Le chapelet des victimes et la colère s’égrènent dans la bouche de Laurent Wauquiez à DirectAN qui tente un stand up sur des questions sommes toutes militaires.

C’est au tour d’@yvesgoasdoue d’implorer l’appareil juridique pour nous épauler dans l’Etat d’Urgence – Justice contre l’arbitraire d’une quelconque possibilité de modification des lois…

Revenir au putsch d’Alger dans l’argumentaire de @rgs_an – RG_Scwartzenberg, c’est déjà oublier que ces séries d’attentats ne concernent pas le passé et n’ont rien à voir avec des ressemblances avec le passé !

Refusons la dérive d’un État autoritaire et arbitraire demande @AndreChassaigne par l’Etat d’Urgence et les modifications du Renseignement de Sarkozy  qu’il rappelle non sans une certaine ironie…

Alors oui !… Etat d’Urgence jusqu’à l’élection du prochain Président… ah !… oui, mais mrd, Etat d’Urgence oblige, élections annulées !…

La Droite Française tente son coup d’Etat institutionnel invoquant une police supplémentaire là où il y en a déjà, se sent imbue d’une mission historique comme aux pires heures de la négation de l’individualisme qui donnerait à l’Histoire un but ultime à atteindre alors que c’est déjà faire fausse route – historiquement – de se fixer une ligne à atteindre en Histoire… Leur fascisme a déjà essayé par différents cultes millénaristes pour les résultats qu’on connaît. (CTN)

3Stop

« Tout est sous contrôle » !… dans la Turquie d’Erdogan…

C’est surtout la société civile en Turquie qui risque d’en prendre un coup et qui s’organisera mieux pour présenter une politique différente des pouvoirs militaires et religieux. Erdogan doit être content… Il a toute une série de pays autour de lui où le moindre rebelle ou simple contestataire passera directement au rayon terroriste ; comme il l’a fait avec le PKK

 

Se vantant d’avoir remis l’intégralité de la situation sous contrôle, le gouvernement d’Erdogan n’estime même pas nécessaire de lancer des appels au calme d’une bonne moitié de la Turquie qu’il a convoqué dans les rues d’Istanbul et Ankara et qui se lance cette nuit dans des provocations ahurissantes envers des quartiers où les Kurdes et les Alévis doivent bien se défendre… Ces affronts se multiplient dans d’autres villes ce qui rend d’autant plus problématique la confiance qu’on pourrait encore accorder à Erdogan également pris dans son discours « standard » qui met en péril l’autre moitié de la population turque moins fanatisée que ne l’est celle de l’AKP adjoint du MHP et d’une partie du CHP face à qui le HDP ne représente déjà plus rien sur l’échiquier politique de la Turquie où il n’y aurait qu’un seul joueur et roi Erdogan dans une République totalisante… Voir ensuite les fidèles d’Erdogan scander de vociférants « Démocratie !… Démocratie !… Démocratie ! » dans des spasmes convulsifs devant les caméras du monde entier fout la chaire de poule et laisse craindre une réduction absolue de l’espace que pouvait espérer occuper jusque là une quelconque opposition politique encore possible au type de pouvoir insupportable que développait déjà jusqu’à maintenant l’AKP aux ordres de son Chef Erdogan et qui risque encore de s’aggraver dans ce qui passera pour être la volonté profonde du coeur de la Turquie… enfin d’une 1/2 Turquie !

Binali Yildrim s’en fait des NuitDebout (!)… Daesh se serait infiltré dans l’armée de la Turquie – au début, en Syrie et en Irak ils disaient aussi qu’ils étaient « modérés » – ; les populations alévis-bektachis et kurdes, Turcs, Arméniens, femmes, travailleurs, laïcs ne sont plus du tout en sécurité…

Police contre police civile ; armée religieuse contre l’Armée régulière en Turquie…

Pendant ce temps les autorités turques s’évitent de désarmer les fanatiques islamistes armés, n’éprouveront plus le besoin de démanteler les réseaux de daesh sur son territoire puisque les apparentés pourront lyncher au ceinturon les soldats mis en question quand ce n’est pas par décapitations qu’ils progressent ou en propulsant la peine de mort en peur ultime, feront prévaloir une police politique sur la police civile, tenteront d’édifier une armée religieuse pour supra dominer l’Armée régulière et jamais ne se posera la question d’apporter ou non une solution différente aux pouvoirs religieux et militaires, une Démocratie qui puisse tenir compte du 1/5 démocratique de l’opposition turque dont l’existence pourrait être mise en cause et en péril…

Qu’il en reste à méditer sur la définition de la Démocratie et la manière réelle dont il la conçoit par rapport à l’autre moitié de la Turquie qui n’est pas aux ordres d’Erdogan ; qu’il se soucie de nous expliquer clairement ce qu’il entend par « démocratie » à la vue du 1/5 démocratique arraché par l’opposition turque lors des dernières Législatives jouées deux fois ?… 12% d’électeurs qui disparaissent de l’échiquier politique par simple décision d’un chef politique et spirituel avouez quand même que ce n’est pas très « démocratique » !…

Plus Erdogan RT_Erdogan parviendra à rajouter des groupes à côté du PKK sur sa liste intime du terrorisme avec ceux qui veulent bien la partager avec lui, plus sa dictature autoritaire d’inspiration moderne totalisante de l’autoritarisme intégral de l’État pour sa 1/2 Turquie risque d’avoir la capacité à se répandre dans l’esprit hors du temps des pires dictatures totalitaires que ce monde a connu jusqu’ici après ce CoupDEtatTurquie
(symbiose totale du religieux et du militaire – « les flics ou les curés » aurions-nous hurlé de notre France en mai 1968)

Erdogan n’obtiendra jamais le soutien de l’intégralité de la population turque – Trop de divisions parsèment les différences entre l’AKP « maître absolu » du MHP qui voudrait être « maître » encore plus absolu d’avec le CHP qui pour ses aspirations religieuses n’en garde pas moins un sens pour la Démocratie du moindre…

Un massacre culturel et humain est en marche, supprimer 15 000 profs signifie quoi ?… qu’ils seront remplacés par des prêcheurs intégristes ?… que le niveau intellectuel mondial en Turquie risque de baisser à une vitesse vertigineuse ?…

TurquieEurop1

Tentative avortée d’un coup d’État en Turquie (?)

Les Kurdes de Turquie ont-ils raté la « nuit de l’autonomie » ?

Exactement la question qu’on aurait été en droit de se poser après ce coup d’éclat entre Istanbul et Ankara décrit comme un putsch par les uns tandis que d’autres évoquaient un « coup d’État », voire même chez certains « un coup de l’État » alors que les déclarations émises par le groupe armé de l’armée, passé à l’action dans cette nuit du vendredi 15 au samedi 16 juillet, n’auront cependant jamais rien à voir avec les descriptions engagées par les médias européens puisque eux, de leur côté, en appelèrent à destituer Erdogan devenu trop autoritaire après avoir envoyé des corps d’armée dans des missions limite suicidaires et peu justifiées autour de la frontière syrienne et dans les régions Kurdes. Eux, – contrairement aux militaires de l’AKP aux ordres d’Erdogan dont le Chef de l’état-major, à cet instant, constituait un otage de marque – évoquaient le retour à un ordre démocratique et appelaient au respect des Droits de l’Homme, le temps d’une déclaration télévisée à partir d’une grande chaine nationale dont ils s’étaient emparés pendant la nuit. Ces revendications, ainsi formulées, n’ont effectivement rien à voir avec ce qu’on connaît de l’histoire dans les messages de putschistes à coups d’État si on regarde du côté de l’Amérique du Sud mais un bémol certain serait à ajouter sous le soleil chinois et les révolutions soviétiques staliniennes ou léninistes. Quand le nombre n’y est pas les masses font défaut…

Sept heures de flottement autour desquelles se multiplièrent les prises de position condamnant ce qui aurait pu devenir une révolution armée mais qui ne fut pris que pour un putsch nationaliste avec peut-être en toile de fond, comme en Irak et en Syrie, des incursions de daesh au sein de ce groupe activiste de l’armée nationale…

Un piège ?

Assurément qu’en appelant son peuple à descendre dans les rues pour empêcher le coup d’État, Erdogan savait pertinemment qu’en occupant la rue, il pouvait créer un bouclier humain avec ses fidèles de l’AKP mais aussi une partie du CHP pour lui donner la possibilité de scénariser un retour anticipé sur ses vacances à Bodrum afin d’assurer au Monde que la véritable démocratie de son peuple, c’est lui ! Théâtral diront certains ?… Situation indécise pour les autres ; toujours est-il qu’entre temps, les rumeurs les plus folles, auront remué les quatre coins de l’Europe… D’abord considéré en fuite, dans un premier temps, Erdogan aurait demandé l’asile politique à la Diplomatie allemande qui lui l’aurait refusée… Se tournant ensuite vers l’Angleterre, la question internationale n’a pu obtenir de réponse, là où il n’y en avait de toutes façons pas à en recevoir puisque Erdogan était supposé se trouver bien au chaud dans sa maison à Istanbul… Entre temps plusieurs arrestations des militaires opposés au régime d’Erdogan, près de 3 000, des tirs dans la foule, 161 morts dont 104 putschistes abattus et plus de 1 000 blessés parmi ceux qui se sont chargés d’arrêter les quelques chars déployés en faisant obstacle avant de s’en emparer…

La raison de ne pas s’y aventurer…

Face a une telle situation, il aurait paru irrésistible que les Régions kurdes enclenchent le pas sur une telle aubaine et embrayent dans la foulée une déclaration immédiate d’autonomie anticipée par les évènements d’une nuit du pouvoir qui ne les concernait de toutes façons pas, d’où la double nécessité de s’en retirer au plus vite dans les plus brefs délais face à l’indécision qu’aurait pu prendre l’issue de la tentative de ce putsch. Les ayant déjà suffisamment écrasé jusque là, il n’aurait alors plus resté à Erdogan qu’à piétiner ce qu’il reste de Kurdes qui auraient osés s’associer à ce genre de revendication contestant le règne d’Erdogan. C’est peut-être ce qu’attendait Recep Tayyip Erdogan fort d’une armée de 700 000 soldats qui occupent la huitième position mondiale au niveau des effectifs pour s’assurer une toute puissance populaire, contestable, mais réaffirmée après plus d’un an d’une guerre interne sur les populations kurdes qui pour ne pas s’être essoufflée, à néanmoins réussi à montrer que si dans l’armée tout le monde ne semble pas d’accord avec le régime autocratique d’Ankara, rythmé par les volontés de l’AKP d’Erdogan ; certainement qu’alors aussi l’autonomie kurde pourra être revendiquée plus fortement pour voir le jour, non pas dans la nuit d’un redressement militaire où rien n’a changé mais autour de résultats électoraux qu’Erdogan n’a toujours pas compris dans leur simple lecture démocratique des derniers résultats aux Législatives jouées deux fois. Et demain que restera-t-il de cette tentative de coup d’État avorté qui dans son principe avait toujours réussi en Turquie puisque personne n’était autant descendu dans les rues jusqu’ici pour les enrayer ?… si ce n’est le renforcement répressif que se donnera le droit d’intensifier Erdogan comme bon lui semble envers ses opposants après ce qui pour un coup d’éclat annoncé, ne résulteront finalement que les copeaux d’un dictateur devenu maître absolu en un tour de main.

Bien sûr que pouvaient paraître séduisantes et alléchantes les revendications et les objectifs de cette fraction de l’armée qui espérait renverser le pouvoir en Turquie aux oreilles externes de l’Anatolie, en Europe ou ailleurs dans le Monde ; noble en était effectivement la présentation pour qui combat la corruption toujours liée à des instances de l’État qu’elle sert ; le pus entraînant restant sans doute cet appel solennel concernant le respect des Droits de l’Homme et le rétablissement d’un code administratif sur une base démocratique mais s’y jeter à corps et à cœur perdus d’avance risquait de plonger l’ensemble de la population turque dans une guerre civile, une nuit sanguinaire. Beaucoup de retenue de la part de l’autre moitié turque qui ne soutien pas autant Erdogan que cette foule acquise, descendue dans les rues d’Ankara et d’Istanbul en réponse aux appels de leur tout puissant Président-autocrate-islamiste moderne dont les cris des minarets n’ont cessé de lancer des prières toute la nuit durant, intensifiant ainsi à leur manière la dérive du fanatisme religieux poussée à son paroxysme politique…

Passé le crépuscule de la prise d’armes des rebelles, jusqu’à l’aube des arrestations groupées ; restera dans les esprits la question majeure de savoir si l’Europe, et surtout les Kurdes, peuvent encore faire confiance à Recep Tayyip Erdogan si tant est qu’un jour ils aient pu lui faire confiance, maintenant que la gangrène démocrate s’est emparée de son armée qui risque de le rendre bien plus dangereux qu’il n’y paraît ? Sous son triomphe politique, l’autre moitié de la Turquie ne risque-t-elle pas de suffoquer ?… Au demeurant, « ni putsch, ni AKP » pourrait rester le message de paix et la possibilité réelle donnée à la Démocratie de voir le jour mais on en est loin et bien qu’Erdogan s’en targue, l’intégralité de la population ne lui sera jamais entièrement acquise et peut-être que dans ses nuits, découvrira-t-il enfin que la règle élémentaire de la démocratie ondule autour d’un cinquantième démocratique définissant par des quotients électoraux la distinction entre la voute d’un flanc majoritaire de celle du versant des piliers minoritaires. Mais comme Erdogan n’a toujours pas reconnu le 1/5 démocratique acquis par le HDP ne risque-t-il pas de s’illusionner d’une majorité superficielle qu’il aurait un petit peu trop tendance à transformer rapidement en majorité totalitaire et dictatoriale ?… L’avenir n’en dira probablement rien tant sont préoccupés d’un côté les médias occidentaux, en se retirant pour mieux faire la sourde oreille, à compter sur lui pour la gestion de la question des migrants ; tandis que la partie étasunienne espère bien poursuivre avec l’appui d’Erdogan dont elle a trop besoin, sa lutte mutuelle contre l’État Islamique au Moyen-Orient.  

TurquieEurop1