Nuit marathonienne pour la prorogation de l’État d’Urgence à L’Assemblée nationale…

26 contre – 489 pour…

Rapport cinglant dans le choix de simplement proroger ou propager plus en profondeur l’ dans cette nuit  -, de l’ordre de 0,05%…

Les gueulards qui s’apprêteraient à revendiquer la fin de l’ doivent mathématiser la polémique : ils ne sont qu’1/18ème – 0,05%…

Et les 4 abstentionnistes ?… 1/122ème !

_____________________

 

Il restera toujours ultérieurement la possibilité d’entendre d’autres déclarations au Pupitre et aux micros de l’Assemblée… Dans l’Hémicycle, à part Malek Boutih, Bruno Le Roux et Patrick Mennucci, on était loin de la solennité qui s’imposait par rapport à la gravité des faits… Maintenant si on demande à tous ces politiques qui ont déversé leur discours sécuritaire et la méfiance envers les « étrangers », si on peut et doit faire de la politique avec tout ?… Vous avez la réponse : aux vues de leur niveau intellectuel et face à l’irrespect des Conclusions du Tribunal de Nuremberg dont ils font parfois preuve, beaucoup d’entre-eux ne devraient pas s’y aventurer ainsi – cette « nuit de la prorogation » de l’Etat d’Urgence fera date dans les anales de l’AN comme un fait politique   important alors qu’a chacune des interventions des Parlementaires, on frôlait le ridicule !

Toute la dérive prise DirectAN pour l’EtatdUrgence se mesure aux 2 policiers qui ont tiré sur le camion au début sans pouvoir/oser l’abattre…

En voulant armer tous les policiers Jacob n’a pas compris qu’ils ont pourtant tiré à 7m et 5 mètres de la distance du véhicule au début du parcours du camion sur la PromenadeDesAnglais

À demi mot, Jacob appelle presque l’exécution capitale comme unique recours à l’Etat d’Urgence pour des terroristes qu’on retrouve morts…

Maréchale Le Pen se ronge les ongles au fond de l’hémicycle !… se sent-elle ennuyée par le débat ouvert par @ManuelVallsNews ?

Le chef du Gouvernement Manuel Valls précise bien qu’il est venu ici pour remettre à niveau ce que les droites effacent…

« les interférences qui pourrissent le débat public » dit Manuel Valls dans l’Hémicycle via Estrosi et Ciotti, c’est houleux du côté droit !

« Nous devons être unis » lance Valls à l’Hémicycle !… envisage-t-il la création d’un « parti unique » pour cela ?… par l’Etat d’Urgence ?

La PanamaPapers sûrement à l’aune d’une forme de terrorisme économique certain, rangez vos feuillets les « impliqués » : Etat d’Urgence !…

Jacob entame un discours napoléonien dans sa prise de parole pour l’Etat d’Urgence…@AssembleeNat; un peu plus il y défendrait Sa Religion (!)

Différencier une police administrative de la police Judiciaire c’est en Turquie @DiploPubliqueTR ?… il n’y a qu’une police : une et indivisible !

Le rapporteur de la Commission des lois au Parlement @pascalpopelin préposé au maintien de l’EtatdUrgence de l’hémicycle invoque armée & conscience.

Expliquer pourquoi on vote oui ou non dans l’Hémicycle à l’Etat d’Urgence prorogé 6 mois par l’Assemblée Nationale ?… d’habitude les explications viennent après les résultats…

En clôture par un oui à la prorogation Guillaume_Larrivé de l’UDI, « obsession » ou fixation de cette hantise sécuritaire manquée sur DirectAN ?…

« Alors c’est la guerre désormais c’est la guerre » lance un AlainTourret qui appelle à voter contre tout renvoi en Commission de l’Etat d’Urgence à l’Assemblée Nationale !

La droite en son ensemble fait pas mieux à l’Assemblée Nationale ce soir pour l’Etat d’Urgence que ce qu’elle ne fait depuis quelques jours !

Comment Marc_Le_Fur peut-il parler de propagation de thèses terroristes ?… ne peut-on qu’adhérer ou pas au terrorisme ?… Est-ce là la seule possibilité qu’il laisse au débat ?

Il en aura fallu d’un poil cette nuit DirectAN LCP à propos de l’Etat d’Urgence pour que ne soit finalement reproché au Gouvernement par des pirouettes de ne pas avoir su anticiper Nice06 (?)… Quel culot, quel toupet !

Nul ValerieBoyer !… ce n’est pas une question de police mieux armée qui les rendrait moins dangereux puisque deux policiers armés ont tiré sur le camion au début de sa course folle sans parvenir à l’arrêter.

Il a tort Ciotti de reprocher au pouvoir qui gouverne de ne pas avoir su protéger la population, Erdogan n’y échappe pas non plus !

Etat d’Urgence : le programme « drame » de Ciotti, ses menaces à DirectAN n’effrayent que ses amis de l’extrême droite (nuit de la prorogation).

Eric Ciotti, bis repetita pour l’Amendement54 revenu encore plus menaçant et dangereux répondre à Valls par rapport aux promesses d’escalade…⧗

Phénoménal insistance à vouloir « fouiller bagages et véhicules en tous lieus à tous moments », Eric Ciotti en profiterait-il pour venger les perquisitions chez Hortefeux ! ?

Minaret ou Mosquée semblerait être un vieux débat pour les Musulmans que Ciotti ne semble jamais avoir entendu ou daigné entendre !

Menaçant, se prenant pour l’État, Eric Ciotti revient au micro après le Pupitre, veut proroger pour carrément un an l’EtatdUrgence !… c’est DirectAN pour lui tout seul et autant de fois qu’il pourra revenir au micro épandre ?

Quand à « armer le moral » de nos citoyens où Ciotti va trouver une école pour cela (!)… En Turquie ?… chez Darty_Officiel ?…

Dans l’Etat d’Urgence à DirectAN Ciotti n’éprouve rien d’autre à dire que de rappeler le bilan, décrit la nuit du #14juillet2016

Confondre PromenadeDesAnglais Monsieur @JulienAubert84 avec l’EURO2016 c’est mettre cette PromenadeDesAnglais à la rubrique des chiens écrasés !

Pour sa part, Meyer_Habib , l’un des seuls, renvoie la question terroriste à la radicalisation religieuse au MoyenOrient pas à la politique

En même temps on va pas faire des exposés sur le salafisme, le radicalisme ou le jihad pour satisfaire Madame nkm !

Donneur de leçons @patrickmennucci?… au moins ils différencient les musulmans victimes des attentats des jihadistes islamistes à DirectAN…

Ceux qui parlent d’étiquettes omettent les exigences et les responsabilités dénonce @BrunoLeRouxà DirectAN : nos putschistes hurlent !…

À DirectAN, Bruno Le Roux exprime parfaitement la tâche de daesh : nous briser dans nos fondements démocratiques, républicains et citoyens…

Cohésion sur le long terme pour @MalekBoutih aussi à DirectAN, poursuivre manifestations et rassemblements, croire en Martin Luther King…

La Démocratie parviendra à fermer la porte du « radicalisme », l’Éducation contre les ghettos, objectif zéro attentats pour Malek Boutih…

Après l’intervention de Guillaume_Larrivé @GLarrive très enjouée à son passage à DirectAN pour le débat sur la prorogation de l’Etat d’Urgence juge : vive la guerre politique !

Autour de @BrunoLeMaire d’utiliser une question spécifiquement militaire pour en faire un enjeu politique par une transformation dont lui seul a le secret : il fait une guerre sociale ?

Quelle « comédie » faut-il cesser @dupontaignan?… celle qui refuse l’autoritarisme total ?… Démocratie & République !

Expulsions-Fermetures-Fiches?… décider ainsi civilement sur des questions spécifiquement militaires est hasardeux et dangereux…

Ce ton que prennent les droites dans l’hémicycle pour l’Etat d’Urgence évoquant une « situation d’urgence qui s’impose », on se croirait chez Erdogan et la peine de mort !

C’est le bouquet final ou le vilain dernier parce qu’après Ciotti Jacob et @jclagarde, avant l’arrivée de Wauquiez, ça va faire lourd !

La France veut bien chercher qui sert la soupe aux terroristes potentiels mais comme Wauquiez en remet un chaudron à DirectAN pour l’Etat d’Urgence…

La cathédrale orthodoxe c’est pour Poutine et LePen !… Wauquiez qui semble étonné, se soucie peu du financement lui rappelait tranquillement Valls , manifestement en Etat d’Urgence mais pas sous influence…

Le chapelet des victimes et la colère s’égrènent dans la bouche de Laurent Wauquiez à DirectAN qui tente un stand up sur des questions sommes toutes militaires.

C’est au tour d’@yvesgoasdoue d’implorer l’appareil juridique pour nous épauler dans l’Etat d’Urgence – Justice contre l’arbitraire d’une quelconque possibilité de modification des lois…

Revenir au putsch d’Alger dans l’argumentaire de @rgs_an – RG_Scwartzenberg, c’est déjà oublier que ces séries d’attentats ne concernent pas le passé et n’ont rien à voir avec des ressemblances avec le passé !

Refusons la dérive d’un État autoritaire et arbitraire demande @AndreChassaigne par l’Etat d’Urgence et les modifications du Renseignement de Sarkozy  qu’il rappelle non sans une certaine ironie…

Alors oui !… Etat d’Urgence jusqu’à l’élection du prochain Président… ah !… oui, mais mrd, Etat d’Urgence oblige, élections annulées !…

La Droite Française tente son coup d’Etat institutionnel invoquant une police supplémentaire là où il y en a déjà, se sent imbue d’une mission historique comme aux pires heures de la négation de l’individualisme qui donnerait à l’Histoire un but ultime à atteindre alors que c’est déjà faire fausse route – historiquement – de se fixer une ligne à atteindre en Histoire… Leur fascisme a déjà essayé par différents cultes millénaristes pour les résultats qu’on connaît. (CTN)

3Stop

Publicités

« Tout est sous contrôle » !… dans la Turquie d’Erdogan…

C’est surtout la société civile en Turquie qui risque d’en prendre un coup et qui s’organisera mieux pour présenter une politique différente des pouvoirs militaires et religieux. Erdogan doit être content… Il a toute une série de pays autour de lui où le moindre rebelle ou simple contestataire passera directement au rayon terroriste ; comme il l’a fait avec le PKK

 

Se vantant d’avoir remis l’intégralité de la situation sous contrôle, le gouvernement d’Erdogan n’estime même pas nécessaire de lancer des appels au calme d’une bonne moitié de la Turquie qu’il a convoqué dans les rues d’Istanbul et Ankara et qui se lance cette nuit dans des provocations ahurissantes envers des quartiers où les Kurdes et les Alévis doivent bien se défendre… Ces affronts se multiplient dans d’autres villes ce qui rend d’autant plus problématique la confiance qu’on pourrait encore accorder à Erdogan également pris dans son discours « standard » qui met en péril l’autre moitié de la population turque moins fanatisée que ne l’est celle de l’AKP adjoint du MHP et d’une partie du CHP face à qui le HDP ne représente déjà plus rien sur l’échiquier politique de la Turquie où il n’y aurait qu’un seul joueur et roi Erdogan dans une République totalisante… Voir ensuite les fidèles d’Erdogan scander de vociférants « Démocratie !… Démocratie !… Démocratie ! » dans des spasmes convulsifs devant les caméras du monde entier fout la chaire de poule et laisse craindre une réduction absolue de l’espace que pouvait espérer occuper jusque là une quelconque opposition politique encore possible au type de pouvoir insupportable que développait déjà jusqu’à maintenant l’AKP aux ordres de son Chef Erdogan et qui risque encore de s’aggraver dans ce qui passera pour être la volonté profonde du coeur de la Turquie… enfin d’une 1/2 Turquie !

Binali Yildrim s’en fait des NuitDebout (!)… Daesh se serait infiltré dans l’armée de la Turquie – au début, en Syrie et en Irak ils disaient aussi qu’ils étaient « modérés » – ; les populations alévis-bektachis et kurdes, Turcs, Arméniens, femmes, travailleurs, laïcs ne sont plus du tout en sécurité…

Police contre police civile ; armée religieuse contre l’Armée régulière en Turquie…

Pendant ce temps les autorités turques s’évitent de désarmer les fanatiques islamistes armés, n’éprouveront plus le besoin de démanteler les réseaux de daesh sur son territoire puisque les apparentés pourront lyncher au ceinturon les soldats mis en question quand ce n’est pas par décapitations qu’ils progressent ou en propulsant la peine de mort en peur ultime, feront prévaloir une police politique sur la police civile, tenteront d’édifier une armée religieuse pour supra dominer l’Armée régulière et jamais ne se posera la question d’apporter ou non une solution différente aux pouvoirs religieux et militaires, une Démocratie qui puisse tenir compte du 1/5 démocratique de l’opposition turque dont l’existence pourrait être mise en cause et en péril…

Qu’il en reste à méditer sur la définition de la Démocratie et la manière réelle dont il la conçoit par rapport à l’autre moitié de la Turquie qui n’est pas aux ordres d’Erdogan ; qu’il se soucie de nous expliquer clairement ce qu’il entend par « démocratie » à la vue du 1/5 démocratique arraché par l’opposition turque lors des dernières Législatives jouées deux fois ?… 12% d’électeurs qui disparaissent de l’échiquier politique par simple décision d’un chef politique et spirituel avouez quand même que ce n’est pas très « démocratique » !…

Plus Erdogan RT_Erdogan parviendra à rajouter des groupes à côté du PKK sur sa liste intime du terrorisme avec ceux qui veulent bien la partager avec lui, plus sa dictature autoritaire d’inspiration moderne totalisante de l’autoritarisme intégral de l’État pour sa 1/2 Turquie risque d’avoir la capacité à se répandre dans l’esprit hors du temps des pires dictatures totalitaires que ce monde a connu jusqu’ici après ce CoupDEtatTurquie
(symbiose totale du religieux et du militaire – « les flics ou les curés » aurions-nous hurlé de notre France en mai 1968)

Erdogan n’obtiendra jamais le soutien de l’intégralité de la population turque – Trop de divisions parsèment les différences entre l’AKP « maître absolu » du MHP qui voudrait être « maître » encore plus absolu d’avec le CHP qui pour ses aspirations religieuses n’en garde pas moins un sens pour la Démocratie du moindre…

Un massacre culturel et humain est en marche, supprimer 15 000 profs signifie quoi ?… qu’ils seront remplacés par des prêcheurs intégristes ?… que le niveau intellectuel mondial en Turquie risque de baisser à une vitesse vertigineuse ?…

TurquieEurop1

Tentative avortée d’un coup d’État en Turquie (?)

Les Kurdes de Turquie ont-ils raté la « nuit de l’autonomie » ?

Exactement la question qu’on aurait été en droit de se poser après ce coup d’éclat entre Istanbul et Ankara décrit comme un putsch par les uns tandis que d’autres évoquaient un « coup d’État », voire même chez certains « un coup de l’État » alors que les déclarations émises par le groupe armé de l’armée, passé à l’action dans cette nuit du vendredi 15 au samedi 16 juillet, n’auront cependant jamais rien à voir avec les descriptions engagées par les médias européens puisque eux, de leur côté, en appelèrent à destituer Erdogan devenu trop autoritaire après avoir envoyé des corps d’armée dans des missions limite suicidaires et peu justifiées autour de la frontière syrienne et dans les régions Kurdes. Eux, – contrairement aux militaires de l’AKP aux ordres d’Erdogan dont le Chef de l’état-major, à cet instant, constituait un otage de marque – évoquaient le retour à un ordre démocratique et appelaient au respect des Droits de l’Homme, le temps d’une déclaration télévisée à partir d’une grande chaine nationale dont ils s’étaient emparés pendant la nuit. Ces revendications, ainsi formulées, n’ont effectivement rien à voir avec ce qu’on connaît de l’histoire dans les messages de putschistes à coups d’État si on regarde du côté de l’Amérique du Sud mais un bémol certain serait à ajouter sous le soleil chinois et les révolutions soviétiques staliniennes ou léninistes. Quand le nombre n’y est pas les masses font défaut…

Sept heures de flottement autour desquelles se multiplièrent les prises de position condamnant ce qui aurait pu devenir une révolution armée mais qui ne fut pris que pour un putsch nationaliste avec peut-être en toile de fond, comme en Irak et en Syrie, des incursions de daesh au sein de ce groupe activiste de l’armée nationale…

Un piège ?

Assurément qu’en appelant son peuple à descendre dans les rues pour empêcher le coup d’État, Erdogan savait pertinemment qu’en occupant la rue, il pouvait créer un bouclier humain avec ses fidèles de l’AKP mais aussi une partie du CHP pour lui donner la possibilité de scénariser un retour anticipé sur ses vacances à Bodrum afin d’assurer au Monde que la véritable démocratie de son peuple, c’est lui ! Théâtral diront certains ?… Situation indécise pour les autres ; toujours est-il qu’entre temps, les rumeurs les plus folles, auront remué les quatre coins de l’Europe… D’abord considéré en fuite, dans un premier temps, Erdogan aurait demandé l’asile politique à la Diplomatie allemande qui lui l’aurait refusée… Se tournant ensuite vers l’Angleterre, la question internationale n’a pu obtenir de réponse, là où il n’y en avait de toutes façons pas à en recevoir puisque Erdogan était supposé se trouver bien au chaud dans sa maison à Istanbul… Entre temps plusieurs arrestations des militaires opposés au régime d’Erdogan, près de 3 000, des tirs dans la foule, 161 morts dont 104 putschistes abattus et plus de 1 000 blessés parmi ceux qui se sont chargés d’arrêter les quelques chars déployés en faisant obstacle avant de s’en emparer…

La raison de ne pas s’y aventurer…

Face a une telle situation, il aurait paru irrésistible que les Régions kurdes enclenchent le pas sur une telle aubaine et embrayent dans la foulée une déclaration immédiate d’autonomie anticipée par les évènements d’une nuit du pouvoir qui ne les concernait de toutes façons pas, d’où la double nécessité de s’en retirer au plus vite dans les plus brefs délais face à l’indécision qu’aurait pu prendre l’issue de la tentative de ce putsch. Les ayant déjà suffisamment écrasé jusque là, il n’aurait alors plus resté à Erdogan qu’à piétiner ce qu’il reste de Kurdes qui auraient osés s’associer à ce genre de revendication contestant le règne d’Erdogan. C’est peut-être ce qu’attendait Recep Tayyip Erdogan fort d’une armée de 700 000 soldats qui occupent la huitième position mondiale au niveau des effectifs pour s’assurer une toute puissance populaire, contestable, mais réaffirmée après plus d’un an d’une guerre interne sur les populations kurdes qui pour ne pas s’être essoufflée, à néanmoins réussi à montrer que si dans l’armée tout le monde ne semble pas d’accord avec le régime autocratique d’Ankara, rythmé par les volontés de l’AKP d’Erdogan ; certainement qu’alors aussi l’autonomie kurde pourra être revendiquée plus fortement pour voir le jour, non pas dans la nuit d’un redressement militaire où rien n’a changé mais autour de résultats électoraux qu’Erdogan n’a toujours pas compris dans leur simple lecture démocratique des derniers résultats aux Législatives jouées deux fois. Et demain que restera-t-il de cette tentative de coup d’État avorté qui dans son principe avait toujours réussi en Turquie puisque personne n’était autant descendu dans les rues jusqu’ici pour les enrayer ?… si ce n’est le renforcement répressif que se donnera le droit d’intensifier Erdogan comme bon lui semble envers ses opposants après ce qui pour un coup d’éclat annoncé, ne résulteront finalement que les copeaux d’un dictateur devenu maître absolu en un tour de main.

Bien sûr que pouvaient paraître séduisantes et alléchantes les revendications et les objectifs de cette fraction de l’armée qui espérait renverser le pouvoir en Turquie aux oreilles externes de l’Anatolie, en Europe ou ailleurs dans le Monde ; noble en était effectivement la présentation pour qui combat la corruption toujours liée à des instances de l’État qu’elle sert ; le pus entraînant restant sans doute cet appel solennel concernant le respect des Droits de l’Homme et le rétablissement d’un code administratif sur une base démocratique mais s’y jeter à corps et à cœur perdus d’avance risquait de plonger l’ensemble de la population turque dans une guerre civile, une nuit sanguinaire. Beaucoup de retenue de la part de l’autre moitié turque qui ne soutien pas autant Erdogan que cette foule acquise, descendue dans les rues d’Ankara et d’Istanbul en réponse aux appels de leur tout puissant Président-autocrate-islamiste moderne dont les cris des minarets n’ont cessé de lancer des prières toute la nuit durant, intensifiant ainsi à leur manière la dérive du fanatisme religieux poussée à son paroxysme politique…

Passé le crépuscule de la prise d’armes des rebelles, jusqu’à l’aube des arrestations groupées ; restera dans les esprits la question majeure de savoir si l’Europe, et surtout les Kurdes, peuvent encore faire confiance à Recep Tayyip Erdogan si tant est qu’un jour ils aient pu lui faire confiance, maintenant que la gangrène démocrate s’est emparée de son armée qui risque de le rendre bien plus dangereux qu’il n’y paraît ? Sous son triomphe politique, l’autre moitié de la Turquie ne risque-t-elle pas de suffoquer ?… Au demeurant, « ni putsch, ni AKP » pourrait rester le message de paix et la possibilité réelle donnée à la Démocratie de voir le jour mais on en est loin et bien qu’Erdogan s’en targue, l’intégralité de la population ne lui sera jamais entièrement acquise et peut-être que dans ses nuits, découvrira-t-il enfin que la règle élémentaire de la démocratie ondule autour d’un cinquantième démocratique définissant par des quotients électoraux la distinction entre la voute d’un flanc majoritaire de celle du versant des piliers minoritaires. Mais comme Erdogan n’a toujours pas reconnu le 1/5 démocratique acquis par le HDP ne risque-t-il pas de s’illusionner d’une majorité superficielle qu’il aurait un petit peu trop tendance à transformer rapidement en majorité totalitaire et dictatoriale ?… L’avenir n’en dira probablement rien tant sont préoccupés d’un côté les médias occidentaux, en se retirant pour mieux faire la sourde oreille, à compter sur lui pour la gestion de la question des migrants ; tandis que la partie étasunienne espère bien poursuivre avec l’appui d’Erdogan dont elle a trop besoin, sa lutte mutuelle contre l’État Islamique au Moyen-Orient.  

TurquieEurop1

Comme d’autres, il fait des promesses !…

« Ma principale promesse, c’est de changer les institutions »

http://melenchon.fr/2016/07/11/principale-promesse-cest-de-changer-institutions/

 

Jean-Luc Mélenchon c’est qui ?… Le Parti de Gauche, crédible de combien de pourcentages électoraux lors des derniers scrutins ?… Il faudrait d’abord savoir cela, l’évaluer ce potentiel politique effectif de sa formation politique en % d’électeurs avant que de vouloir lui faire confiance et tout diluer dans un Front de Gauche qui en oublie son pluriel (Fronts de Gauche)… Jean-Luc M. n’a pas claqué la porte du Parti Socialiste comme il voudrait le prétendre mais il s’est fait jeter parce qu’il était devenu trop arrogant, trop asocial !… La 6ème République, issue de 12% seulement de l’électorat, n’inspire pas plus de confiance que les 5 précédentes même si elle parait plus présentable, conviviale et fraternelle que les autres ; elle risque de se faire sabrer par la Garde républicaine de nos Institutions et de notre Constitution !…

 

D’aucun diront sans doute que le pouvoir de demain est dans une 6ème République M6Rep qui n’a certainement pas beaucoup plus à envier aux 5 précédentes bien qu’elle paraisse plus fraternelle et conviviale, voire égalitaire ; que l’ère du peuple, rien que par le mot « peuple » nous renverra toujours aux Conclusions du Tribunal de Nuremberg CTN alors que pendant ce temps là, passent toujours aussi inaperçues les 30 années d’analyses et d’études sur les sociétés offshore, les paradis fiscaux et l’évasion fiscale débutées sous la responsabilité de François-Xavier Verschave, poursuivies sous la conduite d’équipes d’ EvaJoly auxquelles participent des NPA et des Lutte Ouvrière qui pourtant définissent parfaitement les orientations que devrait engager un gouvernement responsable qui accepterait de partager le pouvoir entre un Président CNR, un 1er Ministre socialiste et un Mélenchon au Développement durable et à l’agriculture où l’accompagnera la Confédération Paysanne dans un rapport arithmétique défini par les derniers scrutins : 88/12 lors des dernières Régionales ce qui impute que sur 100 Sièges faisant office de fauteuils du pouvoir, 88 sont aux socialistes et 12 aux Fronts de gauche ; ce rapport devant être actualisé lors du 1er tour de la Présidentielle2017 dans l’addition absolue et intégrale de toutes les formations de la gauche quelque soient leur appartenance à la voute du flanc majoritaire ou aux piliers du versant minoritaire de la gauche française qui s’apprête à affronter de l’autre côté politique, 70% de droites allant du classicisme giscardien à la brutalité lepéniste !

3Stop

 

Nouvel attentat meurtrier à Istanbul : 44 morts, 239 blessés.

AttentatIstanbul

Ce nouvel attentat si il n’est toujours pas revendiqué – et ne le sera probablement pas – en dehors de rajouter à la confusion ressemble étrangement au même procédé d’attaque qu’a connue Bruxelles le 22 mars dernier… Balayage de la foule à l’arme automatique suivit de violentes explosions provoquées par les ceintures d’explosifs que portaient les kamikazes – jihadistes – terroristes. Mais le mode opératoire utilisé, toujours le même, ne laisse ni le 1er Ministre turc Binali Yildirim, ni le chef de la CIA John Brennan dans l’interrogation et le doute puisque tous deux pointent du doigt l’EI, l’État Islamique par rapport aux filières du Caucase nées de l’ex Union soviétique. Poutine confirme aussi un type de recrutement en provenance de l’Ouzbékistan et du Kirghizistan… Rapidement identifiés, les trois protagonistes sont bien Russe, Ouzbek et Kirghize. De là à soupçonner une forme de nationalisme soviétique teinté de relents d’intégrisme religieux serait peut-être rapide en besogne mais permettrait de matérialiser succinctement une problématique liée à des minorités religieuses, l’extrémisme politique y trouvant une certaine facilité pour y faire son lit. Pas habituée à revendiquer ses attentats sur le sol turc, cette cellule d’activistes, depuis la chute du Mur soviétique, serait au nombre de 5000 à 6000 aujourd’hui selon les autorités Russes à courir derrière les filières de recrutement ; un prisonnier marxiste toujours emprisonné à Imrali en contrepoint…

Passé le déplorable fait divers, on retrouve un Recep Tayyip Erdogan très énervé, en colère, limite confronté à son propre mur autoritaire et à n’en pas douter, il serait étonnant de ne pas le voir réagir à un tel affront. Comment ne restera-t-il pas inactif et quels types d’opérations pourra-t-il envisager est toute la question mais il semblerait qu’il ait déjà enclenché une demi-réponse à la frontière syrienne en abattant deux jihadistes et en arrêtant sur le sol turc 13 autres personnes dont trois ressortissants étrangers prétendument liées à daesh. Si effectivement Erdogan décide d’en avoir assez avec ce groupuscule qu’il aurait pu utiliser à des fins stratégiques en Syrie mais qui maintenant le dérange, que la pression internationale et toute la diplomatie mondiale lui ordonnent de combattre ; alors que sans doute il s’apercevra enfin que les Kurdes pourraient lui fournir de bonnes informations en ce sens (!) et qu’il était bien inutile de refouler les 12% de Parlementaires du HDP de la vie politique en Turquie. Loin de rêver virtuellement qu’avec Öcalan comme Ministre de la défense, Erdogan n’en serait pas arrivé là n’est pas si hasardeux mais que désormais l’OTAN bénéficie d’une autorisation d’Ankara pour patrouiller le long de la frontière syrienne risque ensuite de le laisser maître du jeu selon les compensations que risque d’exiger Erdogan en retours demain…

https://www.youtube.com/watch?v=ZOqv8n0CfA8