T. Piketty n’est pas qu’un économiste, c’est également un fin démocrate capable de surmonter l’électoralisme : Démocratie !

Thomas Piketty n’est pas qu’un économiste, judicieux et fort éclairé, c’est également un démocrate d’une puissance inconsidérée et incomparable qui veut obtenir une cohésion politique pour attaquer ensuite l’objectif des modifications européennes qui nous préoccupent tous. C’est ce qui apparaît à Bruxelles lorsqu’il parle de « mixité entre les Députés nationaux et Européens » et vise à pouvoir régler rapidement les rivalités internes dans les majorités présidentielles, référé aux problèmes qu’ont dû rencontrer certaines fédérations du PS qui obtenaient jusqu’ici une motion minoritaire, jugée irrecevable pour raison de majorité de la motion « nationale », qui pourtant, n’en paraissait pas moins majoritaire intellectuellement… À l’intérieur même du Parti Socialiste de Benoît Hamon, Thomas Piketty surmonte et dépasse les rivalités internes qui plombent depuis de longues années la dynamique des idées, notamment en ce qui concerne la question économique et donne une solution démocratique pour surmonter ces problèmes !… Quel génie !… Quel équilibre… Maintenant que j’y pense, ça paraissait pourtant logique…

Passées les questions de régularité du genre « autant d’hommes que de femmes » – ce qui n’est toujours pas la « mixité » qu’ambitionne Thomas Piketty, on verra bien où conduit leur prétention aux égalités sexuelles -, se posera toujours la question de savoir comment à partir d’un programme politique cohérent, on obtienne les modifications économiques exigées à l’échelle de l’Union européenne !… Ce n’est pas là que se situe l’équilibre démocratique que propose Piketty dans son intervention à Bruxelles aux côté de Benoît Hamon et Yannick Jadot mais bien sur la cohésion interne qu’il peut y avoir dans une formation politique, entre les élections Législatives pour l’Assemblée Nationale et les Européennes, qu’il faut gagner aussi !

Cela suppose et implique que lorsqu’on établit une liste pour les Législatives des bancs de l’Assemblée, soit immédiatement transposé, en indice, le dépêché bruxellois, comme cela, ils auront tout de suite leur candidat pour les élections à l’Union européenne et cela évitera les spéculations humaines inutiles et les guerres de clans… Après lorsqu’à des endroits, dans le pays où les élections sont perdues localement par une équipe politique mais que son appartenance partisane obtient une majorité nationale, cela au moins, n’empêchera plus ces délégués européens mentionnés sur les listes aux Législatives de participer quand même aux Européennes, sous la « direction » des mêmes équipes si elle sont majoritaires politiquement dans leur pays. Évitera aussi par ce fonctionnement, que des perdants locaux se fassent remplacer alors qu’ils étaient « majoritaires » et forts compétents. Obtenir le candidat aux élections européennes dès la parution des Législatives, me paraît un pas important et un lien insécable entre la politique intérieure et celle appliquée en Europe, comme le propose Thomas Piketty ; surtout lorsqu’à travers une majorité politique, on peut obtenir des modifications économiques sur l’échiquier européen et pour que la dynamique interne du parti soit préservée derrière Benoît Hamon.

EÉLV - GUE:NGL

#Hamon2017 #GrandDebat #BHBruxelles

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s