« Front de Gauche » ou « France insoumise » ?

Telles que s’avancent les candidatures au premier tour de la Présidentielle 2017, le Front de Gauche aujourd’hui se constitue de 5/5ème pour défendre son 50ème démocratique ; l’autre 1/50ème étant réservé à la voute du flanc majoritaire de la Gauche française qui fait sa Primaire autour du Parti Socialiste, associé à une variante écologiste de gouvernement, l’UDE ; le PRG restant probablement sur la touche, dont on en sait pas si il existe et vit toujours, Macron les a peut-être emportés ou les invite peut-être à constituer un versant « centriste ».

Ce Front de Gauche, tel qu’il fut constitué et développé, ne s’est jamais défini comme étant seulement l’émanation d’une des cinq forces qui le regroupe sur les autres… C’est le fonctionnement intégral de ces 5 forces, sans que l’une d’elles ne s’en approprient l’identification et la personnification… Alors pourquoi au bout n’y aurait-il que Mélenchon et ses « cadrions soumis » ?… Le Front de Gauche c’est 1/5ème de PCF à Pierre Laurent plutôt qu’à Chassaigne + 1/5ème du NPA de Philippe Poutou + 1/5ème de la Lutte Ouvrière de Nathalie Arthaud + 1/5ème EELV de Yannick Jadot + 1/5ème de LePG de Mélenchon avec un droit de réserve ou d’incitation pour chacune de ces 5 formations politiques sur la possibilité, ou pas, de participer, ou non, à une éventuelle addition absolue et intégrale au 1er tour pour battre les Droites ainsi qu’un autre droit de réserve, en report, de retrait ou de participation sur le 2nd tour. Par conséquent Jean-Luc Mélenchon n’est pas à considérer plus qu’un autre 5ème constitutif du Front de Gauche, au même titre que ne peut l’être son parti « Le Parti de Gauche »… Avec son « parti de Gauche » ou « Le Parti de Gauche », il doit se jauger dans les urnes au 1er tour, au même titre que le feront les autres candidats des 4/5ème autres à la dictature directionnelle qu’essaye, depuis le début, d’exercer J-L Mélenchon sur l’ensemble des Fronts de Gauche… Au même titre que les candidats Yannick Jadot, Philippe Poutou et Nathalie Arthaud le seront – avec pourquoi pas un candidat communiste – ; Jean-Luc Mélenchon sera sur la table de vote du 1er tour de la Présidentielle 2017 avec pas beaucoup de marge d’avance, si ce n’est celle qu’il effectue quant à la revendication de la spéculation directionnelle qu’il souhaiterait exercer et incarner sur l’ensemble de la Gauche dans la plus parfaite des illusions de la manipulation qui sont ses seuls outils. Et pour cause, d’où vient-il ?… Qui est-il ?… n’intéresseront que les novices ou la presse peuple à laquelle il est maintenant bien obligé de faire des galipettes tout comme il en fait aux sondages alors qu’il les décriait tant auparavant… Mais maintenant qu’il voudrait que ce soit lui, il lui faut bien les médias adéquats pour l’épauler, du moins espère-t-il y faire fureur et semer sa terreur !

J-L Mélenchon ne vaut pas plus qu’1/5ème du front de Gauche, il a sa place au même titre que les autres… Le Front de Gauche est un bon 50ème démocratique si il n’oublie personne de ses différentes formations constitutives, en cours de route… Sa règle mathématique est la suivante :

1/5 NPA + 1/5 PCF + 1/5 EELV + 1/5 Lutte Ouvrière + 1/5 Le PG

=

le Front de Gauche

Pour que le 50ème démocratique de ce Front de Gauche qu’il est censé défendre, soit le mieux renforcé et pour qu’il perde le moins d’électeurs possible dans sa définition, chacune de ses 5 composantes devraient être présentes et visibles sur la table de vote du 1er tour de la Présidentielle 2017, non pas les 4 dans la poche d’un seul dans l’esprit de nombreux électeurs ; sans quoi, nous risquerions tous de concéder inconsciemment un avantage certain à la voute majoritaire du PS… Un Front de Gauche dans les seules mains de Mélenchon, nous faisant croire que les autres sont avec lui, n’a pour avantage que de ramener le taux d’accroissement de toute la Gauche près du zéro absolu et d’annihiler ainsi la présence de tous ; et la voute du flanc majoritaire socialiste, ainsi qu’à la fois les remparts du versant minoritaire de la gauche française se retrouveront toujours pénalisés, bloqués et handicapés par son unique présence du seul fait de sa soustraction usuelle qui rejette l’addition nécessaire au départ… Puisqu’il faut nécessairement un candidat, il devrait presqu’être anonyme et être « Le Front de Gauche » pour lequel s’additionneront toutes les composantes politiques de formations censées le positionner sur la ligne commune d’un cinquantième démocratique.

Bien entendu, l’addition n’est pas immuable et les réticences resteront nombreuses mais l’accolade est modulable ; l’accolade qui rend possible l’existence d’un Front de Gauche de toutes les formations politiques qui le constituent et qui, en aucun cas, ne saurait se dissoudre dans une notion de « France Insoumise », plus proche d’une forme de mafia politique que d’une aspiration démocratique réelle ou potentiellement révolutionnaire qui, jusqu’ici, n’a fait que développer et préparer une dictature directionnelle sur chacune des 4 autres formations politiques du 50ème démocratique constitutif du versant des piliers du rempart minoritaire de la Gauche Française, affaiblis à chaque scrutin par l’impalpable entité « mélenchon ».

Graduellement, le Front de Gauche aurait dû s’engouffrer dans la brèche ouverte par Cécile Duflot aux côtés du « groupe Parlementaire écologiste » au lieu de se concentrer sur la future présidentielle pendant 4 ans et de faire le silencieux sur les Régionales ; attitude qui prédispose l’électeur à penser que ceux-là ont raté la « Démocratie » quatre années durant. Mais qu’est-ce qu’il était ce Front de Gauche à son départ, lorsqu’il fut fondé à partir de l’ancienne LCR, du Nouveau Parti Anticapitaliste (l’actuel NPA), des personnes d’EELV, du PCF et de la Lutte Ouvrière intéressées par ce projet auquel est venu s’adjoindre « LePG de Mélenchon » dans le but d’aboutir par les scrutins à l’addition de chacune des composantes sans pour autant que le nom d’une personne soit mis dessus… L’électeur lorsqu’il vote, il veut bien voter pour le FdG mais aussi pour son parti fondateur de ce FdG mais certainement pas pour le Mélenchon qui le transforme en « France insoumise »… C’est comme « le » Parti de gauche, c’est marqué sur l’étiquette !… on le sait qu’on est des partis de Gauche (le PCF, le NPA, les EELV et la Lutte Ouvrière), pas besoin de le préciser dans la formulation si ce n’est pour espérer l’emporter sur le reste… Alors il aurait mieux fait de s’appeler « un parti de gauche » !… 1/1 égale zéro, donc inutile ou alors c’est le paradigme mathématique des Pinochet, Salazar ?… C’est d’une confusion démocratique déconcertante et la fausse route assurée pour ce cinquantième démocratique que pourrait encore constituer le Front de Gauche si il acceptait d’y défendre le nom de tous (Philippe Poutou, Yannick Jadot, Nathalie Arthaud, PCF ?) en y intégrant bien sûr celui de Mélenchon après avoir pris connaissance, au même titre que les autres, de sa quantification dans les urnes par le parti qu’il représente et au nom duquel il se présente aux côtés des autres pour le FdG qui les additionne clairement et par fraction… Rien n’avait été décidé ou voté, n’a pas manqué de préciser Pierre Laurent, une dernière fois lors du CNPCF, en ce qui concerne la candidature de J-L Mélenchon et Noël Mamère n’a pas encore décidé si il voterait effectivement pour lui. Pierre Laurent avait bien raison de mentionner cela, même si il s’orienterait éventuellement vers la dynamique indéniable de Mélenchon. Mais à supposer qu’il l’emporterait Mélenchon, que ferait-il alors des 5 autres formations politiques des Fronts de Gauche si ce n’est les snober avec ses cadres spéciaux « LePG », étrangement formés en cinq minutes ou six mois pour faire taire EELV, NPA, PCF et Lutte Ouvrière, dès lors ramenées au rôle de simples délégués d’une France insoumise dans la manche et aux ordres de Mélenchon, toujours persuadé que ce serait « pour nous » tout ce travail jamais accompli…

Le Front de Gauche pour le premier tour de la Présidentielle 2017 a donc un cinquantième démocratique à défendre autour de 5 formations politiques (EELV, PCF, NPA, Lutte Ouvrière, lePG) qui pourraient bien atteindre ensembles dans l’addition respective les 5% requis pour remboursement de campagne et de les diviser ensuite en 1/5 + 1/5 + 1/5 + 1/5 + 1/5 et non pas se les foutre dans la poche de Mélenchon de son « LePG », devenu le prince héritier indigne d’un FdG qui oserait se prétendre plus militant que les autres, se posant comme la dynamique du moment ou le revendicateur absolu d’une extrême-gauche qui n’a d’extrême que les ressemblances qu’il chercherait à tirer avec l’autre côté politique qu’est la Droite. 

Reprenons alors l’idée de Front de Gauche là où Mélenchon nous a toujours empêché d’y accéder… À savoir, cette hypothèse « Front de Gauche » à vérifier, évaluer pour enfin finir par l’institutionnaliser définitivement de manière ocncrète auprès du Conseil Constitutionnel qui la validera en une addition intégrale des partis politiques qui l’activent, l’animent et le forment, au même titre égalitaire pour chacun par un bulletin de vote multiple qui s’appellerait effectivement Front de Gauche supposant le 5ème écologiste + le 5ème communiste + le 5ème NPA + le 5ème Lutte Ouvrière + un 5ème du Le Parti de Gauche où chaque électeur votera pour sa formation politique respective pour « FdG additionnel » et non pas au mode de la méchanconesque soustraction du vide démocratique… Du peu de connaissance que nous puissions avoir sur des notions de démocratie absolue et intégrale, devrait impliquer que du point de vue du Front de Gauche, chacun des « 5 », porte-parole des 5 formations politiques de départ devraient pouvoir occuper le poste ensemble et non pas l’un des 5 (le Mélenchon) qui prétendra toujours l’occuper à la place des quatre autres…

Aucuns des électeurs, mis à part probablement ceux du « Le parti de gauche », n’ont à se jeter ainsi dans les bras de Mélenchon, presque aveuglément, un peu la tête dans le guidon… Ce n’est ni le style du NPA ou de la Lutte Ouvrière, du PCF ou d’EELV, ni celui de nombreux électeurs qui tiennent à garder vivante leur formation politique mais qui pourtant souhaitent TOUS la possibilité d’un « Front de Gauche », à existence réelle, dans une égale répartition des forces politiques qui l’animent bien mieux que dans la bouche unique de Mélenchon et de son dernier né « Le Parti de Gauche » qui n’ont vraiment rien d’exceptionnels à apporter à l’assemblage de la configuration. Oui, des Partis politiques bien plus anciens et aux expériences bien plus longues qui ont une existence politique affirmée dans le temps, forceront Mélenchon à se mettre à égalité dans l’addition avec les autres portes-paroles fraternels ; ce que ne pourra jamais représenter l’éphémère Mélenchon, sa France insoumise radicalisée qui ne voudrait voire l’État qu’à travers lui et sa 6ème baliverne…

CnrPortrait

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s