Quand le Code électoral recycle injustement des écologistes en socialistes ! (?)…

Sans passer par le suffrage universel et la consultation électorale, le groupe écologiste disparait des membres participants aux travaux parlementaires de l’Assemblée Nationale.

Comment peut-on, dans une démocratie participative, réelle et quantifiée, arriver à une telle disparition, en cours de mandature et de législature, d’une telle disparition d’un groupe parlementaire ; sans être passé par une consultation électorale préalable ?… Le changement de maillot sans investiture, pourtant jamais sorti des urnes, effectué en cours de législature par l’influence du troc présidentiel, est bien l’acte du puisatier providentiel qui pompe sur les Bancs de l’Assemblée quelques têtes écologistes pour combler l’inadéquation mathématique qui pourtant aurait dû être respectée avec ce partenaire « vert » de honte ou de dégoût au final de l’amorce du bilan qui pourtant aurait dû correspondre jusqu’en 2017 aux résultats électoraux d’EELV et de l’UDE, aux centaines de milliers de voix électorales près dans les grilles des résultats affichées la nuit du 6 au 7 mai 2012.

De la magouille électorale sans les urnes ? !…

Un pas de plus vers la dictature directionnelle !… Peut-être pas de quoi déclencher une guerre civile entre Socialistes et Écologistes mais au moins de quoi ouvrir des cours martiales pour une telle prestidigitation politique en cour d’investiture alors que nulle part, dans la Constitution, ne figure, noir sur blanc que de telles transformations puissent être possibles, sans une consultation électorale préalable. Ce qui se passe actuellement entre les Écologistes et les Socialistes sur les Bancs de l’Hémicycle, dépasse non seulement l’entendement ; mais égratigne surtout le Droit électoral pris au chapitre du respect de l’électorat du parti politique pour lequel un élu a été investi et qui, selon les dires de la Constitution, devrait être censé rester sous sa bannière (étiquette ?… peut-on encore oser parler d’étiquettes à ce stade des enjeux politiques démocratiques ?), quelque soit sa fonction occupée durant sa mandature, à moins qu’il ne veuille en changer, mais alors cela suppose une démission préalable pour se retirer et préparer pour présenter sa nouvelle appartenance politique lors d’élections ultérieures…

Il semblerait que les règles élémentaires du fonctionnement démocratique, au respect du quotient électoral et du résultat des suffrages, aient été rompues entre les écologistes et les socialistes ou alors ne puissent à l’avenir qu’exister, uniquement sous conversion forcée d’EELV à « écologiste – centriste », baptisée « UDE » : Union Démocrate Écologiste !… Sans doute plus européanisante et moins « nuisible » est certainement cette naissante mouture, crierons les Socialistes-centralisés pour revendiquer l’éclosion de cette nouvelle formation parlementaire sortie du chapeau de l’illusion politique socialiste-nationaliste !… Un coup de magie incommensurable qui permet au « déguisement » de se retrouver soudainement, aux côtés des Socialistes, sans être passé devant la répartition démocratique de leurs résultats quantifiés et évalués devant l’électorat ; autrement dit, sans élections justificatives, capables de légitimer leur présence aux plus hautes fonctions de l’État, autre que le simple argument de leurs petits amis socialistes des arrangements et marchandages électoralistes. Honte à la fonction suprême ointe de l’Élysée, d’avoir favorisé de telles manipulations, devant l’aveuglement institutionnel généralisé, face aux falsifications constitutionnelles qu’on serait susceptible de découvrir en relisant le Code électoral… Par rapport aux garanties que les citoyens sont en Droit d’exiger et que les élus sont censés respecter au cours de leur investiture par rapport aux électeurs qui leurs sont confiés par le Suffrage Universel, à travers leurs voix au nom d’une formation politique ; fort coupable en est certainement, en premier lieu, le Président de la République qui n’a pu que favoriser dans l’allégresse cet épanchement écologiste dû au rognage, – à un degré moindre sans doute le Conseil Constitutionnel – qui, au contraire de l’égratigner sous de fausses apparences, ne peut en réalité que le renforcer et le solidifier dans le but de faire avancer les barrières sur les Droites comme un chasse neige composé d’un pivot central socialiste à son 1/3, accompagné de deux remparts-versants, largement capables de consolider la voute par son 1/3 écologiste et le 1/3 des Fronts de Gauche… 

Tout juste si on n’entend pas vociférer des « Ahhh… mais c’est pour faire chier Méchancon ! » que n’aurait plus qu’à répondre Emmanuelle Cosse à la jurisprudence du Conseil Constitutionnel pour être éméritement applaudie !… Ça n’enlève pas moins au déni de démocratie pratiqué par le PS depuis le 6 mai 2012, synthétisé en cette transformation des écologistes pour une mouvance écologiste spécifique au PS (l’UDE), interne au Gouvernement et à la Majorité Présidentielle, en fait ; de quoi faire pâlir les plus affutées des théories sur les vases communicants !… Le Droit des électeurs, transformé en nécessité présidentielle alors que des Bancs de l’Assemblée au Gouvernement, le lien n’est pas évident, structurellement, de  part la manière dont se sont forgées les Constitutions ; et ne peut s’enjamber qu’en bafouant une législation exploitée par le Droit électoral à des buts lucratifs de comptabilité de listes, sans jamais penser, un seul instant, à la respectabilité que devraient avoir tout élu sur ses centaines de milliers de voix de confiances accordées par les électeurs écologistes. Pour arriver à de tels résultats, nous ne manquerons pas de dénoncer de l’abus de pouvoir avec viol sur l’électorat et usurpation des règles démocratiques électorales.

Mais revenons aux 6 conversions écologistes des Bancs de l’Assemblée, transformées en « Socialistes de gouvernement » qui supposeraient dans la réalité – en lisant normalement la manipulation par méthode mathématique liée aux calculs de proportionnalité – que tout d’un coup, ces 6 conversions signifient que le Parti Socialiste est en droit d’affirmer qu’il se retrouve doté de 600 000 électeurs socialistes supplémentaires !… Ce qui est totalement erroné et falsificateur puisque les 6 conversions ne sont passées devant aucune consultation électorale effective pour pouvoir prétendre affirmer cela, ni aucun suffrage universel n’est en droit de l’affirmer, autrement que sous couvert du bien pensant socialiste de l’assemblage illusoire bricolé mais pas justifiable. Alors voilà que les Socialistes parviennent à transformer 600 000 électeurs écologistes en potentiel virtuel de voix socialistes par l’intermédiaire de 6 Députés EELV sur les 800 000 voix acquises aux Présidentielles 2012 ; relève d’une prestidigitation électorale digne des sombres heures du bolchevisme ou du Kremlin, de Poutine et de la Corée du Nord… Alors il faut bien trouver une solution, mais laquelle ?… Soit les Socialistes de la majorité présidentielle virent 6 postes (puisque ce sont 600 000 électeurs de l’écologie, pris en otage qui sont en question) à l’autre bout du gouvernement pour accueillir les « conversions socialistes » et rester dans une répartition équitable et proportionnée de postes, fidèle aux données des résultats électoraux, conformément à leur score, comme est en Droit de l’exiger la proportionnalité des quantifications réelles d’électeurs comprises dans le quotient électoral en répartition des électeurs Socialistes vers les écologistes et permettre enfin aux seconds de listes des Législatives EELV de remplacer les 6 disparus ! Soit ce seront 6 cours martiales qui prononceront un an d’inéligibilité pour escroquerie sur la fonction et les responsabilités des 6 mandatés EELV transformés en PS-UDE en question par rapport à leur électorat avec, de toutes façons, la réouverture du groupe parlementaire écologiste à l’Assemblée Nationale qui, en aucun cas, ne s’estimera jamais, légitimement, en droit de disparaître autrement que sous une telle veulerie socialiste du marchandage électoral en oubli de ses électeurs…

Pendant 4 ans, l’espace démocratique acquis dans les urnes de Droit démocratique par les écologistes n’a cessé de se faire rogner, phagocyter… Les manipulations de Députés transformés en « Majorité présidentielle » au nombre de 6, sans retour de manivelle de conversions socialistes, en Députés écologistes en retours, – ce qui aurait été logique après la COP21 – sont totalement contraires aux répartitions des proportionnalités d’électeurs, considérées selon leur quotient électoral… Au final, on retrouve un Parti Socialiste toujours au pouvoir mais plus avec les mêmes résultats électoraux, ni sur les Bancs de l’Assemblée Nationale et encore moins du côté d’une Majorité présidentielle qui pourrait presque s’enorgueillir de se retrouver maintenant avec un potentiel de 600 000 voix supplémentaires dans son gouvernement sans que cela ne puisse se déduire et se vérifier autour d’une consultation électorale préalable !… Triche, trafic de voix par l’intermédiaire d’élus dans le consentement de telles malversations ; il serait grand temps de remédier à ça !

A-t-on assisté à une usurpation du code électoral avec des Députés écolos qui ont changé de couleur en cours de législature sans s’être présentés devant une consultation électorale ?… je ne sais pas quoi en penser !… Comme ascenseur social, ce ne serait pas si mal en soi mais par rapport au respect de leurs électeurs, il y a quand même, dans cet acte, une différence inexplicable de quelques centaines de milliers de voix électorales qui s’affichent sur le tableau électoral au final… Voix fantômes ou voix volées devrait s’expliquer le PartiSocialiste devant la Haute autorité de l’État et le Conseil Constitutionnel autrement que par des « ça va mieux » !… Attention !… ce genre de basculement qui ne peut s’expliquer, encore moins se vérifier par une quantification humaine effective et réelle, soumise au suffrage universel et confronté à un résultat électoral sorti fraichement des urnes ; frise la conversion ou le rachat politique, sans le consentement des électeurs en question au préalable.

Pour remettre les pendules à l’heure, faudrait-il alors que les Socialistes restituent le groupe parlementaire « Écologiste EELV » à l’Assemblée Nationale, en transformant – pour les rendre en retours – également 6 Députés Socialistes en Écologistes (ou Communistes) ou alors, il reste la possibilité aux groupes parlementaires du Parti Socialiste de tirer au sort sur leurs Bancs de l’Hémicycle, 6 Députés de la Majorité Présidentielle et les virer purement et simplement pour que puisse être réintroduit le groupe Parlementaire écologiste EELV/ UDE par ce « remaniement » intermédiaire de rééquilibrage de la Crise gouvernementale démocratique, afin qu’il retrouve l’espace démocratique politique écologiste dont il vient d’être résorbé en sorbet sans coulis, comme dans une dictature directionnelle. Grâce à la mathématique erronée et tronquée des répartitions égalitaires imposées par le PS dès le 6 mai 2012 par ses propres vues sur le fonctionnement démocratique qui ne sont pas sans poser certaines questions de démocratie appliquée au Code Électoral en fonction des résultats obtenus, selon des proportionnalités de centaines de milliers de voix d’électeurs usurpées et grugées qu’a tenté d’effectuer le Socialisme sur les Écologistes de gouvernement dans l’abus « majoritaire », durant ces quatre années d’exercice du pouvoir, au départ ; voix de centaines de milliers d’électeurs transformées en marionnettes serviles où ils pensaient pouvoir songer puiser des voix électorales « gratis », quitte à transformer les données des résultats électoraux précédents, sans passer par une nouvelle consultation électorale ; ce qu’ils viennent de réaliser et de parfaire, sans que quiconque n’ose réagir, pas même le désormais devenu si célèbre Conseil Constitutionnel, « voix silencieuse » de l’État français, là où les Bancs de l’Assemblée et du Gouvernement ne sont certainement pas là pour réaliser et effectuer des « conversions » !

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s