La Démocratie est une mathématique politique !

Comment, les Socialistes, par rapport aux Écologistes, ont-ils pu sombrer dans un tel dysfonctionnement démocratique sera assurément la première des questions auxquelles devront répondre ces Socialistes de François Hollande… 

Lorsque commencera le bilan du quinquennat de François Hollande pour les Socialistes, certainement qu’ils n’auront pas démérité comparé au quinquennat de Nicolas Sarkozy en terme de boniments sur la Crise, de redressement et d’équilibre… L’économie, le social, tous ces domaines spécialisés, où – nul qui n’est spécialiste ne peut rivaliser – ne poseront aucun problème pour prouver certaines améliorations. Mais qu’en est-il de la Démocratie proprement dite dans la manière et l’habitude qu’ont pris les Socialistes à lire des résultats de proportions d’électeurs à répartir démocratiquement sans les amputer de postes pourtant acquis en cours de route ?… Jusqu’à présent, à aucun moment où les Écologistes ont accepté de participer au Gouvernement, ne leur fut accordé le nombre de postes ministériels et gouvernementaux qui leur revenaient de Droit par l’acquis démocratique issu du respect qui devrait s’imposer autour d’un quotient électoral. Le 6 mai 2012 au soir, il aurait suffit aux Socialistes de ramener leur nombre d’électeurs alors chiffré à 11 millions vers celui des Écologistes « partenaires » (800 000 voix) pour obtenir le nombre de postes qu’ils devaient leur concéder par simple souci du respect de la démocratie… Et lorsqu’on divise 11 par 0,8 on obtient 13,75 correspondant bien aux 14 postes réclamés pour l’équilibre démocratique et non pas seulement 3 (Jean-Vincent Placé, Cécile Duflot et Emmanuelle Cosse) sortis de l’arbitraire excluant et non inclusif des têtes pensantes socialistes. Sur ces 14 postes, Europe Écologie / Les Verts auraient introduit les 400 000 + 200 000 du NPA et de Lutte Ouvrière en 4 + 2 postes par nécessité du « Combat contre la finance » que ces deux formations politiques ont impulsées durant les 15 ans des travaux d’études et d’analyses sur les paradis fiscaux et l’évasion fiscale dans l’équipe construite avec Eva Joly. Le « Combat contre la finance » n’appartient certainement pas à Cahuzac et à Hollande mais au choix démocratique engagé par la France à propos de l’évaporation fiscale et contre les réseaux mafieux de blanchiment… Nous aurions alors eu : 8 postes écologistes à répartir entre l’Agriculture, l’Environnement, le Logement et la Ville + 4 + 2 sur Bercy (!) qui font bien 14. Exclure de la réalité le quotient électoral qui détermine le nombre de postes qu’il faudrait concéder à ses partenaires, pourtant défini selon une règle ou une loi mathématique et non pas par décision d’un parti politique comme le fait le PS depuis toujours, ouvre la porte au doute, au scepticisme et à la méfiance. L’Écologie n’est pas un apport qu’il faudrait traiter sur le mode compensatoire des choix arbitraires où se décident en 5 minutes combien de membres d’EELV, le Parti Socialiste acceptera dans ses gouvernements, étant donné qu’un rapide calcul de quotient donne la réponse avant que les Socialistes n’aient pu réfléchir ou n’aient eu le temps d’y penser. Ils ne peuvent contourner indéfiniment un tel résultat mathématique sans risquer de faire de leur partenariat avec les écologistes la somme irréelle d’une réalité cachée. Tiens !… mais là ce sont les Socialistes qui deviennent partenaires des Écologistes et non l’inverse, tout comme les Socialistes restent partenaires avec d’autres formations politiques dans le Combat contre la finance. Comme quoi, le Parti Socialiste n’a pas le pouvoir de décision dans tout  les domaines ou si il se l’imagine, ce n’est pas sans se déroger aux sévères lois des mathématiques électorales qui fixent les quotients de répartition démocratique en proportionnalité d’électeurs. Refuser de l’appliquer serait laisser ressembler la Nation républicaine française à un Erdogan de la République de Turquie et laisser libre cours aux dictatures directionnelles. Pire encore est ce comportement qui ne parviendrait jamais à distinguer concrètement la Gauche du fonctionnement des partis droitiers. Non seulement les Socialistes ressemblent aux droitiers de part la manière dont ils fonctionnent et se comportent par élimination démocratique et exclusion idéologique – remarquez, ça limite les possibilités de débats – mais leur politique générale risque également avec le temps de s’en rapprocher.

Il serait plus logique et stable de se donner pour objectif démocratique principal de respecter, à l’unité près, le nombre de postes qui normalement devraient revenir aux partenaires des Socialistes pour rendre plus efficaces les programmes de développement, le partage de la démocratie et la confiance mutuelle politique qui pourraient en ressortir. Ensuite pourrons-nous envisager sérieusement d’être autant Écologiste que Socialiste ou Communiste dans le respect du quotient électoral de chacune de ces formations politiques.

#COP21
#ecologie #ecologistes_fr
#CecileDuflot #JVPlace #emmacosse
#PrimaireEELV #PrimairePS #Primaire2016
#Présidentielle2017

EcoloRejetLois.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s