Il leur en manque cinq, souhaitons leur que 30 au moins les rallient !

L’obtention d’un groupe parlementaire écologiste à l’Assemblée acquise en 2012 – hé oui, c’était aussi ça le « Changement de Perspectives à travers les Présidentielles 2012 » – scelle aujourd’hui de profondes dissensions qui voueraient presque l’éclatement temporaire du parti EELV depuis que Placé J-V et Cosse Emmanuelle y étaient déjà, chez les Socialistes, avant que ne les rejoignent quatre autres pour définitivement changer de couleur, choisissant le Socialisme comme unique objectif à leur carrière, l’ultime accessit de leur ambition… Vivons-nous dans une Démocratie « monothéiste » pour que le sectarisme des uns se fasse dénommer ainsi dès lors qu’il ne s’aligne plus sur les aspirations pro-gouvernementales des autres ? L’expérience avait été faite par Cécile Duflot elle-même, très vite abandonnée… Non seulement elle est renouvelée et accentuée mais maintenant elle change carrément d’étiquette et subit une conversion socialiste inattendue… Evidemment les médias s’en emparent pour qu’on puisse y lire la quasi souhaitée disparition d’écologistes contestataires du coeur de l’Hémicycle. Mais réellement, n’est-ce pas là, plutôt l’ouverture d’une porte du groupe écologiste qui envoie « un paquet » de Députés au nombre de six se convertir au socialisme d’un côté pour rejoindre politiquement la voute du flanc majoritaire ; ce qui de celui du réversible devrait démocratiquement impliquer en retour qu’y est également appelé le renouvellement d’au moins six personnes prêtes à se mettre aux côtés du Groupe Ecologiste, dans le but de maintenir, en dehors d’une possible promotion, leur temps de parole dans les Questions aux Gouvernement, leur participation dans les Commissions du Palais Bourbon mais aussi, défendre pour qu’elle ne disparaisse pas, la désormais redevenue « minorité politique » sur les bancs de l’Assemblée qui après tout, l’a sans doute toujours un peu été aux yeux des socialistes… Donc il ne peut s’agir de sanction, de diversion ou de désertion, ni de remaniement ou d’éclatement mais d’un véritable renouvellement des postes. Que six anciens Députés d’EELV s’enorgueillissent à l’idée de devenir socialiste devrait imputer à l’inverse que six fois plus se rallient aux Ecolos pour que leur groupe parlementaire ne soit pas réduit au silence aux yeux et aux oreilles de notre Démocratie… Il leur en manque cinq, souhaitons leur que 30 au moins les rallient !

François Hollande se comporterait-il avec les Ecologistes tout comme à son époque, François Mitterrand avait de l’estime pour les Communistes (mais quand même pas trop) au point de partager le pouvoir avec eux à titre moins qu’égalitaire ?… La limite de l’indécence semblerait atteinte mais aussitôt rejetée, à se demander pourquoi affaibliraient-ils, dans un premier temps, le groupe représentant EELV dans la vie parlementaire qui a pourtant si souvent épaulé ces socialistes dont on parle aujourd’hui, si ce n’est pour toujours et encore penser, tout en s’illusionnant, que le Socialisme serait le grand parti « majoritaire » de la gauche ou, autrement dit par François Hollande lui même, en matinale sur Europe1, au travers d’un exercice de style sommes toutes assez réussi mais peu convainquant ; qu’il n’y a pas d’alternative sans se situer à Droite autre que la sienne ? !… La boutade est subtile mais nous révèlerait presque qu’il n’y pas beaucoup de partis politiques dans cette prétendue gauche qui fonctionnent autrement que comme des partis droitiers alors qu’ils devraient s’en différencier, en ne tenant ni compte du cadre de leur chefferie et de leurs influences et surtout pas du compte des pourcentages de scrutins à venir, pour se tenir chacun à égalité et en face des trois forces politiques qui l’animent actuellement notre Gauche ; à savoir, 1/3 Socialiste (+) 1/3 Ecologistes (+) 1/3 Fronts de Gauche, non pas pour s’anéantir en se rivalisant mais pour fonctionner ensemble… Vouloir toujours tout ramener au seul « 1/3 socialiste » revient à égarer 2/3 restant, ce qui réduit d’autant la possibilité effective d’obtenir la majorité sur l’autre côté (camp) politique constitué par les Droites… Inversement, tout accord pouvant être obtenu du 2/3 dominant sur 1/3 restant, augmente l’illusion d’une majorité mais n’apporte pas la certitude d’obtenir la majorité politique… Seule la solution additionnelle des 3/3 et intégrale permettra à la Gauche de garder une marge de manoeuvre suffisamment large et rassembleuse qui lui permettrait de définitivement maintenir la droite à distance et pourquoi pas remporter une Présidentielle au 1er tour !

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s