Surtout ne confondez jamais un candidat CNR en France avec le candidat Podemos d’Espagne !…

« … les deux formations, Podemos fondé en 2014 et Izquierda_Unida (IU), (…), qualifient déjà d’historique leur pré-accord conclu lundi soir ».

http://www.rtbf.be/info/monde/europe/detail_legislatives-en-espagne-podemos-s-allie-avec-l-extreme-gauche?id=9293884

Podemos ?…

Ça veut dire CNR en français !

Accord politique logique puisque chez les anciens communistes espagnols, il y a 3 fois plus de voix qu’il n’en faut pour supplanter et reléguer le Parti Socialiste Ouvrier Espagnol au second rang pour enfin obtenir une majorité parlementaire avec Podemos… Des 300 000 voix nécessaires à Podemos pour obtenir une majorité, les Communistes en disposent de 900 000 !… 2/3 « restants » passeraient-ils par les urnes pour sortir devant le 1/3 Socialiste « chef de file majoritaire » habituel de la Gauche européenne ?…

Ce petit calcul électoral spécifique à la situation actuelle de l’Espagne n’est malheureusement pas transposable à la France et on aura vite compris ensuite que les rapports de force sont quelques peu différents d’un côté ou de l’autre de la frontière hispanique…

Premièrement, il serait illusoire de s’imaginer que la France puisse avec 2/3 (Écologistes + Fronts de Gauche) renverser et passer devant le 1/3 Socialiste prétendu « majoritaire » ou « chef de file ». Non !… En France la situation politique actuelle à Gauche se compose de trois forces existantes et distinctes qui se différencient ou s’accouplent selon les procédures d’usage du partage de points et d’objectifs communs : 1/3 Socialiste (+) 1/3 Écologistes (+) 1/3 Fronts de Gauche. Ce qui est peut-être difficile à comprendre en France, c’est que dans ce pays, aucun des 1/3 cités plus haut ne peut se passer des 2/3 restants pour espérer sauver une majorité électorale, surtout sur les Présidentielles à venir. Alors qu’en Espagne la situation est totalement différente et le quotient électoral des uns, nettement supérieur au nôtre ; quelles que puissent être les formes d’alliance envisageables chez-nous, elles n’arriveront qu’à réunir au minimum 1/3 dans le pire des cas mais bel et bien 12% de l’électorat total, droite et gauche confondues au regard du résultat du 1er tour des Régionales 2015… 2/3 dans le meilleur des cas selon les arrangements de différents dirigeants mais pas de quoi espérer sereinement atteindre un second tour, ni même croire pouvoir la remporter cette Présidentielle 2017 tant la masse de Droite, si imposante, prétendrait tout vouloir dévaster sur son passage pendant sa Primaire ridicule et sournoise !

Deuxièmement, autre grande différence de la France d’avec sa voisine espagnole c’est qu’actuellement ils y font tous un « complexe Podemos », cherchant à identifier ce qui chez-eux pourrait le mieux s’approcher chez-nous du modèle espagnol pour fonctionner en France à peu près de la même manière alors que la situation n’est pas du tout la même en France où la France a besoin d’une candidature au potentiel CNR et pas d’un modèle cherché ailleurs, de l’autre côté de sa frontière, qu’elle s’imaginerait pouvoir transposer dans sa politique. Bien que le modèle économique allemand soit compréhensible et peut-être utilisable dans notre économie, je ne vois pas ce que la politique modelée outre-Rhin pourrait bien nous inspirer ? !… La France a une histoire politique propre à son évolution historique et politique qui à Gauche est issue du Conseil National de la Résistance (CNR)… C’est vers cette cohérence politique et cette logique historique que la Gauche Française doit se tourner et chercher les solutions à son avenir. Au travers d’une candidature CNR capable de réunir les 3/3 autour d’un programme commun ; certainement pas dans un modèle qu’elle chercherait à imiter ou copier au risque d’anéantir toute chance de majorité par des identifications erronées ou/et des ambitions démesurées…

Pensez CNR au lieu de penser Podemos Mesdames et Messieurs les futurs candidats des prochaines élections françaises !… Remplacer Podemos, dès que cette référence vous caresse l’esprit de l’identification par « CNR », référence bien mieux appropriée à l’histoire politique de notre pays et conforme aux réalités actuelles… On ne cherche pas ailleurs ce dont on devrait pourtant déjà disposer chez-nous, notre Podemos, le candidat au potentiel CNR effectif…

Enfin, dernière particularité pour le moment qui me vient ou différenciation entre la politique possible à Gauche en Espagne et la nôtre en France c’est qu’en France, mêmes les partis politiques de la Gauche fonctionnent comme des partis de droite. Sans aller jusqu’à mettre en avant des hypothèses de « dictatures directionnelles » infondées, il semblerait quand même que de l’autre côté des Pyrénées, contrairement à ce qui n’est pas encore le cas en France, ils soient parvenus avec Podemos à surmonter ce genre de difficulté !… Si on pouvait en prendre de la graine, il ne suffirait que de semer aux quatre vents et d’oublier Mélenchon !…

Avec les Verts qui risquent d’émerger en Autriche ce 22 mai, l’Europe verra-t-elle ainsi se dessiner enfin son vrai-nouveau visage politique de demain qu’il faut oser tenter ?… Le choix écologique !…

Izquierda_Unida_Podemos

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s