Voilà où pourrait mener un Front de Gauche…

Croquer dans l’organigramme des répartitions sur les différents partis politiques du versant minoritaire de la Gauche française, une dictature directionnelle, avant d’avoir jeté le moindre bulletin de vote dans une urne…

L’effervescence des ralliements, l’engouement pour les alliances politiques actuellement en cours, à l’approche des élections Régionales ratissent les carriéristes mais fond bondir au plafond les spécialistes de la logique institutionnelle et constitutionnelle… Au niveau démocratique, pourquoi ne serait-on pas en droit de se demander pour quelle finalité, des formations politiques prétendues comme telles, militeraient pour un scrutin électoral sans que leur parti n’apparaisse en pourcentage chiffré de leurs efforts ?… C’est un peu ce qui chagrine et consterne en constatant l’effacement volontaire du Parti de Gauche et du PCF qui signent ainsi, conjointement leur arrêt de mort !

En même temps, ce Parti de Gauche, on va finir par ne plus trop savoir à quoi il correspond dans ce Front de Gauche de ces Régionales puisqu’il se soustrait avec les autres à l’évaluation chiffrée du score électoral de chacune de ses composantes (Parti de Gauche, Ensemble avec son bulletin listant l’intégralité des unités, associations qui forment ce groupe… NPA ?, EÉ ?, PCF ?)… Tout comme le PCF d’ailleurs qui file doux vers l’antre socialiste selon la configuration qu’il est en droit de choisir sur la carte électorale et qu’il ne verra pas quantifier son évaluation chiffré en pourcentage électoral, non plus !… EELV également, semblerait suivre aussi cette voie de l’inexistence politique en ne se posant pas comme résultat chiffré d’un pourcentage électoral mais dans l’évanescence autour d’un Front éphémère ou d’une majorité de l’effritement alors que ce parti a, à la fois les moyens d’envoyer un paquet d’électeurs sur le versant majoritaire du groupe présidentiel et un autre sur le versant minoritaire du regroupement « Front de Gauche », multipliant au lieu de retrancher, ajoutant et additionnant sans se diviser… Tout cela coûterait trois ou quatre fois plus  d’encre et de morceaux de papiers pour éditer tous les bulletins de vote en droit de se présenter sur une table électorale et non pas électoraliste mais au final, aussi, n’y aurait-il pas trois ou quatre fois plus d’électeurs ?

Voter massivement NPA/LCR et Lutte Ouvrière/Parti Ouvrier (PO) ou Parti Ouvrier International (POI) résoudrait rapidement la question de l’existence fantomatique de ces formations politiques devenues de plus en plus difficilement évaluables et mesurables…

Le Front de Gauche ne peut exister qu’à la condition que les formations politiques qui le rejoignent puisse chacune garder sa fraction chiffrée de son pourcentage électoral sinon ce FdG risque de faire disparaître les formations de base, à l’origine, de type communistes ou écologistes qui prétendraient toujours encore aujourd’hui l’épauler…

C’est donc aux électeurs qu’il revient de juger plus aptes les NPA et Lutte Ouvrière à s’occuper du versant minoritaire de la Gauche française plutôt que de faire confiance à des palefreniers du pouvoir !… Rappelons quand même que ces deux formations politiques fêteront dans trois ans leur 1/2 siècle d’existence militante par rapport à mai 1968… Ce serait donc justice que de leur rendre, par un vote massif, leur inégalable légitimité sur l’électoralisme rampant…

Ainsi décrypté, l’organigramme politique, au sens où devrait l’entendre la Démocratie, ne peut accepter, dans la logique de l’Ordre constitutionnel et institutionnel, qu’un parti politique présenté en liste ou en candidature individuelle fasse figure de potentiel, si au final, le pourcentage qui devait lui être attribué, n’apparaît pas… Plus incompréhensible serait encore l’attitude des Écologistes qui font déteindre leur rivalité interne sur leur positionnement aux Régionales, acceptant de dissoudre leur pourcentage dans celui du Front de Gauche alors que leur situation devrait plutôt les inciter à projeter à la fois un paquet d’électeurs sur le Versant Majoritaire de la Gauche (Les Verts) et un autre paquet d’électeurs sur le Versant Minoritaire (Europe Écologie) permettant ainsi au moins, à tous leurs électeurs de se rendre aux urnes, au lieu de voire dans ces tactiques politiciennes, en disparaître chaque fois une presque moitié, à chacun des tours de scrutins. Seraient également résolues les questions de rivalités directionnelles internes puisqu’elles seraient jaugées à chaque scrutin, définissant le majoritaire sur le minoritaire, en provenance du versant minoritaire ou majoritaire… Ce n’est pas rendre incitatif le vote démocratique si l’électeur se sent obligé de voter pour des étiquettes politiques même pas évaluées au final en pourcentage chiffré de leur score… Que ces partis jouent les anguilles, sauvent des sièges ; encore plus certain qu’ils en ratent bon nombre…

Non pas pour soustraire les électeurs mais pour additionner les voix, chaque formation politique doit obtenir un résultat évalué en pourcentage des forces électorales sur chaque versant de la gauche démocratique française… Ce qui ouvrirait la porte à un autre discours des résultats qui verrait, non pas s’affronter mais se mesurer, des formations telles que « Ensemble » avec les Radicaux du versant majoritaire, Europe Écologie en tant que minorité européenne avec les Verts « nationalistes » de gouvernement ; en un point comme en mille, faire vivre la Gauche à travers des Régionales dynamiques désenclavées des dictatures directionnelles managées vers des Présidentielles… Des « frondeurs socialistes » épauler le versant minoritaire en se positionnant aux côtés des Fronts de Gauche, pourquoi pas… Des MoDems s’assoir aux côtés des Socialistes sur le Versant majoritaire de la gauche de Gouvernement pour défendre des Régions à sauver pour s’ouvrir à la Démocratie et enterrer les droites dures, État fort tendance Giscard, visiblement trop orientées sur des anciens modèles d’extrême-droite…

La Démocratie, à Gauche, se doit d’être vécue clairement et de manière proportionnée, en pourcentage des forces issues de chaque parti politique qui la constitue et non pas dans la dilution hypothétique d’un Front de Gauche, encore plus hypothétique qui ne rassemblerait que des cadres qui détruiraient jusqu’à leur formation politique d’origine pour s’éclipser tranquillement sur des chaises directionnelles qui de musicales, qu’elles se prétendaient être, risquent néanmoins de les faire disparaître ; toujours en nous bassinant et en prétendant qu’elles souhaitent faire vivre ce versant minoritaire du Front de gauche d’une manière plus saine et intelligente, mais sans pourcentage, si ce n’est la globalisation générale de la dictature directionnelle de l’intitulé « Front de Gauche »… Évidemment, du moment que tout atterrit dans leur poche, telle les pires mafias siciliennes dans un lointain passé de la corruption que des esprits mal-intentionnés chercheraient à raviver à coups de poudres chimiques pour encore mieux manipuler les esprits et proférer des menaces de mort se transformant rapidement en assassinats de marxistes, s’ils n’acceptent toujours pas de devenir la robotique propagandiste, faisant hennir les chevaux du plaisir, de concert de Bruxelles à Strasbourg, en passant par Londres et Genève avec des lingots ou des pièces d’or ?… Aux leaders, la Démocratie pourrait bien répondre un jour : « ta gueule » !

Quoi que puissent en penser ou supposer les chefs de file du groupe socialiste (http://www.europe1.fr/politique/fusion-des-listes-aux-regionales-aubry-soppose-a-valls-2618879), à mon sens ce n’est pas du côté d’un adversaire politique qu’il faut chercher des alliances mais du côté du versant minoritaire de la Gauche française… Mais pour cela, encore faudrait-il respecter l’organigramme des partis politiques pour que chacun puisse figurer avec son étiquette sur la table des bulletins de vote dans le but de pouvoir être chiffré d’une manière quantifiable en pourcentage de leurs efforts… Les PRG, PCF, EE-LV, PG, Ensemble, NPA/LCR, PO/POI, AL/OCL ? doivent obtenir un pourcentage, qu’ils soient pour une entête et une entente « Front de Gauche » ou pas, préférant rester aux côtés de l’autonomie d’arbitre que constituera toujours Lutte Ouvrière ; se positionner clairement sur le versant minoritaire ou majoritaire de la Gauche française avant que de pérorer sur une hypothétique dictature directionnelle qui risque automatiquement de les rayer de l’existence institutionnelle avant d’être passé par les urnes, puisque n’ayant pas de pourcentage concret une fois sorti du 1er Tour. Cette absence de résultats chiffrés impliquera également automatiquement l’impossibilité de voir et d’accepter ces formations au Journal Officiel pour cause d’évanescence de leur quotient autour d’une direction infondée chimérique !… De même que risque de devenir encore plus hypothétique, ensuite, sans pourcentage, le vécu de leur politique…

10923552_1601010393454207_1977071897610495650_n

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s