Réprimée et méprisée qu’elle est, sans Öcalan, la Démocratie !

Après la mobilisation collective du parc ‪‎Gezi‬ à Istanbul, moment crucial où Erdogan se radicalise et nationalise son discours face aux revendications politiques démocratiques émises par les collectifs sur place (Taksim), perdant le processus de paix et l’application du cessez-le-feu en cours de route ; à ce moment précis, il fait alors promulguer par l’‪‎AKP‬ une nouvelle loi sur les manifestations qui pouvait lui permettre d’ouvrir des enquêtes et des arrestations sous prétexte de prévenir le crime mais en fait c’est d’une simple manipulation étatique dont il s’agit, destinée à réprimer la démocratie du versant minoritaire politique émergeant du ‪‎HDP‬ et des multiples autres petites formations politiques appartenant également au versant minoritaire de la ‪‎Démocratie‬ turque. Comme si « manifester » ou distribuer un tract pouvait constituer un crime (?). En réalité, il s’agissait de transférer l’autorité judiciaire vers un pouvoir administratif avec, au passage, la violation directe de la Constitution et du principe d’équilibre des pouvoirs en trame de fond, ouvrant directement sur la possibilité pour ‪‎Erdogan‬ de transformer ainsi chacune de ses opérations policières, quasiment, en véritables actes de guerre… Toutes critiques valant procès, pensant se rapprocher du pouvoir absolu, Erdogan s’en éloigne, tout comme il s’éloigne en même temps de toute possibilité de faire fonctionner la démocratie !

Ce n’est pas tant de la 2nd Guerre mondiale dont nous aimerions parler mais surtout de la base des Conclusions du Tribunal de Nuremberg formulée en Conseils aux Nations dans les messages de recommandations, de craintes et de protection des peuples sur un plan démocratique en ce qui concerne les risques qu’encourent encore bon nombre, à utiliser les notions de « race », religieuses, de nationalismes, d’extrêmes-droites (droites extrêmes) pour faire de la politique.

Ces Conseils aux Nations, Messages aux Peuples, intégralement antimilitaristes et pacifistes des Partisans de la Démocratie, émis par les Sages qui statuèrent sur les clauses de la base des Conclusions du Tribunal de Nuremberg auraient pourtant dû jalonner nos démocraties européennes de pas économiques qu’il n’y aurait pas dû franchir dans l’hyper-capitalisme, de colonialisme – impérialisme qu’il n’aurait pas fallu prolonger, de Démocraties qu’il aurait fallu défendre au lieu de les incriminer comme un Giscard qui jette de son inconscience Öcalan dans la guerre en 1972 avec ses « services secrets spéciaux » pour se faire élire deux ans plus tard et claquer le couvercle de la Démocratie européenne. Quand VGE vend ses armes pour mieux se faire élire en 1974 avant 1981, instaurant le fascisme d’État et le développement des régimes intégristes, militaires et religieux, ensuite en Afrique ; n’est pas certain, qu’à cet instant de notre histoire, toute la transparence était disponible pour en saisir le processus. Des Démocraties à fonctionnalités réduites, ainsi établies, ne rendent pas forcément l’Idée de démocratie mieux réalisable ou préservée… Öcalan combattrait presque, « dans » et « pour ce que » la France a laissé d’irrespect à la démocratie ?… Alors il faut le libérer… Au lieu de la « méprimer » la Démocratie !… Réprimée et méprisée qu’elle est, sans Öcalan, la Démocratie !…

Il en ferait presque son péché mignon de jeunesse, de la Turquie et de l’Iran, Giscard d’Estaing, avant qu’il ne déteigne sur l’Afrique, toujours à la chasse d’Öcalan !… La mort politique c’est la mort du politique !… Et la politique ?… C’est la Démocratie !… Le refus, délibéré, sous la dominance giscardienne, à l’époque, d’accepter des intellectuels orientaux de la démocratie, autre que les religieux comme aurait pourtant pu l’être Öcalan, à ce moment, aux Tables des démocraties pour une construction européenne qui aurait pu être moins intégriste vaticane et bien plus laïque, n’aura, en définitive, rien résolu des questions de Proche et Moyen Orients. Pourtant ce cercle de la démocratie occidentale, cercle auquel appartient incontestablement, à part entière, Öcalan, puisqu’il en élabore les bases respectables de la représentation démocratique des Assemblées, en droite lignée – et non en marge – de la base des Conclusions du tribunal de Nuremberg, n’aurait qu’à y gagner de s’en inspirer au lieu de laisser croupir les prisonniers politiques derrière les barreaux des dictatures. Malheureusement depuis 1970 – 1971 – 1972 – 1973, est lamentablement enrayé et bloqué par les aspirations malveillantes de la politique secrète des visions de VGE, le processus de Paix démocratique tel qu’il fut établi par les Conseils aux Nations, prolongés par le Général Öcalan et bien d’autres militants, juristes, légistes et autres qui, à force d’approximations et de subdivisions, ne feraient que s’en éloigner ou ne le comprendraient jamais par notre faute (?)… De subdivisions en subdivisions, ils espèrent toujours paradoxalement autant s’en rapprocher par ailleurs… Pourtant, dans l’intérêt de son État droitier, « État fort » faisait-il couvrir dans les médias, comme un Erdogan, avant l’heure, prématuré, conservateur et quasi intégriste, colonialiste – impérialiste de l’hyper-capitalisme qui feront toujours honte aux démocraties ; Valéry Giscard d’Estaing se sent imbu de trop de démocratie, comme si il se prenait et se croyait, à tort, le pape politique des droites européennes qu’il nous promet chrétienne et christique comme au temps béni des guerres de religion que décrit encore fort bien un Jean Teulé (!)

Suivi de près par un Raffarin – non !… pas Jean Teulé !… Giscard -, quelques temps plus tard, animant et réunissant tout cela en une seule droite européenne, populaire et dure, mono-céphale mais religieuse, à des fins électoralistes, pouvant y inclure son extrême-droite, histoire d’enfoncer le clou et de faire saliver le biberon nationaliste droitier et surtout faire reculer le socialisme européen de la gauche verte européenne qu’ils détestent tant à, jusqu’à nous faire craindre en même temps, la menace fasciste qu’ils rêvent d’à nouveau faire roder au-dessus de nos têtes, dans une sorte de commémoration ancestrale et funèbre d’où étaient toujours issues leurs prétentions aux pires craintes, ces droites.

RojavaKobanê

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s