Coup d’État en Turquie par invalidation des dernières élections…

Emprisonner ou détenir en garde à vue illimitée des élus politiques appartenant au versant minoritaire de la démocratie Turque avec son cinquième émergeant du cinquantième démocratique (13% du HDP) pour n’importe quel « chef d’État » aura toujours la marque symptomatique des régimes dictatoriaux et totalitaires…

Pour atteindre le 1er novembre et les nouvelles élections Législatives anticipées envisagées, sauver, sous couvert d’une phase « transitoire » par un gouvernement temporaire son pouvoir (AKP‬) par la cohabitation avec le seul parti finalement en possibilité de l’accepter et de se proposer (le HDP‬ / CHP et MHP ayant refusé), nécessite une sérieuse remise en question du partage des responsabilités…

TurquieLégislatives2015

Situation en partie dû au fait qu’‪‎Erdogan‬, en relançant le processus électoral puisqu’il n’est pas parvenu à former un gouvernement (démission de Davutoglu), et bien Erdogan n’a pas de gouvernement alors que les élections appelaient le HDP, donc il est seul maître à bord, dictateur aux pleins pouvoirs jusqu’au premier novembre au moins inclus… ce qui lui permet de faire ce qu’il veut de l’armée de Turquie, à ses ordres absolus de l’‪‎AKP‬… À ses risques et périls ensuite, d’essuyer quelques désertions dans son contingent, si il se risque trop facilement d’user de son arbitraire infondé ailleurs que chez Dieu et Allah, en multipliant son défaut à enjamber trop facilement les frontières comme si il se croyait déjà dans l’Union européenne où se rêve toujours encore l’idée qu’il n’y aurait pas de frontières…

Supprimer toute possibilité de faire fonctionner la démocratie turque sur les dernières élections simplement en les annulant par prétexte d’impossibilité de constituer une majorité et donc par conséquent un Gouvernement, histoire de continuer à faire parler les armes ; place plus Erdogan comme un dictateur, chef de daesh, que comme un pacifiste qui n’aurait pas de problème, ni de question à se poser ou d’Histoire à partager avec les Kurdes… Logiquement et d’après les sciences politiques des démocraties, si il n’y a effectivement pas de Gouvernement, pourquoi y aurait-il et resterait-il en subside, un Erdogan ? (!)…

Et aussi la résultante de son stratagème / stratégie de transformer le cinquième émergeant, (HDP 13%) appartenant au cinquantième démocratique (50/50) du versant minoritaire de la démocratie turque, en 4/5ème despotique au lendemain des dernières élections pour passer à un 9/10ème dictatorial, total et absolu, que nous connaissons aujourd’hui, suite à son « incapacité préméditée » à constituer un gouvernement alors qu’il bénéficierait largement de 36000 majorités disponibles (CHP et MHP confondus)… Mais non !… Erdogan préfère poursuivre son processus mental de guerre en dépit de tous les accords internationaux, de toutes définitions possibles concernant la distinction des agresseurs sur les agressés, violation territoriale et crimes de guerre à l’appui qui lui permettent néanmoins toujours encore de poursuivre son génocide kurde décrété par la Turquie d’Erdogan depuis ?… le premier cessez-le-feu de 1984 (qui rendait la paix disponible) et sa rupture immédiate pour la rendre indisponible… par la première armée turque aux ordres de l’AKP d’Erdogan… Fraichement et rèchemment (ré-)élu… Pour toujours et encore refuser ce cessez-le-feu inéluctable qu’il a détruit pour marquer sa venue au pouvoir, Erdogan ira-t-il jusqu’à faire des purges dans l’AKP ou se croira-t-il encore plus susceptible d’être empoisonné par le MHP ?… La solution la plus crédible d’un retour à la raison reste celle qu’Erdogan baisse les armes !

L’avenir / à venir, en dehors du flou institutionnel fomenté derrière l’impossibilité de créer une majorité gouvernementale, repousse Erdogan au retranchement de l’utilisation de la force militaire et policière dans son propre pays, en dépit des mises en garde sociales et démocratiques, des demandes du respect des cultures et des religions multiples en Turquie émises par l’opposition générale, formulées, en réponse à la situation actuelle ; tant au niveau du HDP émergeant du versant minoritaire d’une démocratie Turque qui éprouve des difficultés à trouver un fonctionnement réel entre le résultat des urnes et les voix du ciel que seul Erdogan peut entendre, que du CHP qui commence également à marquer sa désapprobation à l’égard de la méthode guerrière utilisée par Erdogan.

erdogan

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s