Les Kurdes, pourtant les premiers à prendre les armes contre daesh, sont à nouveau menacés.

ErdogKurd

Erdogan s’enfonce de plus en plus avec l’utilisation de la censure derrière son vrai visage qui est de s’opposer à toute forme de démocratie susceptible d’égratigner son pouvoir (manifestations, censure médiatique, réseaux sociaux)… aucun entretient avec les 80 Députés HDP au préalable ?… Erdogan décide seul maintenant qu’il est accepté dans la CoalitionInternationale et en profite (avec ou pas le consentement international) pour reprendre sa guerre avec les Kurde – Kurdistan

Un peu gourmand de chercher à taper sur deux fronts en même temps… la Syrie oui, l’Irak non !… tiens ?… mais c’est donc en Irak qu’est allée la France, se cacher derrière les Peshmergas !… Un peu plus silencieuse sur la Syrie… est-elle d’accord avec Erdogan de pilonner des zones irakiennes qu’elle est censée défendre ?

Le privilège accordé à la Turquie de l’AKP d’Erdogan de participer maintenant à la Coalition Internationale afin de bombarder les positions du daesh n’aurait jamais dû l’être… Longtemps refusé aux Turcs de part la crainte tant redoutée d’utiliser cette situation pour profiter de chercher, à tous prix, par la même occasion, de régler à sa mesure la suppression du PKK et des militants Kurdes ; l’ultime risque se profile à nouveau dans l’avenir kurde et menace la démocratie en Turquie… Ce n’est pas qu’en Syrie que les F-16 turcs ont frappé, aussi dans l’Irak du Nord dans une zone depuis longtemps acquise au PKK…

Ce n’est pas pour me mêler du « domaine réservé des États » mais connaissant la double problématique qui lie la Turquie à l’État Islamique et à la question du Kurdistan, la participation longtemps refoulée passe à une exécution bien plus cruelle… C’est peut-être ainsi que toutes nos écoles et instituts de géopolitique et de relations internationales, plus ou moins « privés » ont dû peser de tout leur poids pour augmenter la marge de manoeuvre de la Turquie en Syrie permettant inversement d’affaiblir également au passage la sécurité des Kurdes… sans qu’aucun « officiel » ne bronche…

D’où l’incompréhension et l’aberration d’avoir laissé pourrir la situation de ‎Kobanê tout l’été dernier… bien sûre la lenteur « protocolaire » pour que « coalition » se réunisse… le temps pour la ‎France de « choisir » de se positionner et d’aider l’‎Irak, région déjà protégée par des ‎Peshmergas, plutôt que la ‎Syrie… il aurait été quand même plus logique, aux vues des désaffections militaires sur le territoire syrien, d’aller s’y joindre au lieu de se protéger derrière la force militaire ‎Peshmerga déjà existante… peu importe que le choix ait été dicté par ‎Erdogan ou par des avions de chasse cloués au sol, peu sûr dans la chaleur du désert et le sable des tempêtes, le résultat expliquant comment devenir une petite nation est là !

Entre daesh et les Kurdes, il y a Erdogan !

SuruçÉlysée

Après le communiqué du Président Hollande à Erdogan à la suite de l’attentat de Suruç, on aurait été en droit de s’attendre à plus de retenue de l’armée turque envers les Kurdes. Tout le contraire se produit, à croire qu’Erdogan en fait des cauchemars de ces condoléances, que ça lui embrouille ses prières !… Heureusement que pris de cours par le feu de l’actualité, Nicolas ‪‎Sarkozy‬ ne s’est pas senti obligé d’y glisser également son communiqué… et si jamais il en émettait un ?… Qu’en serait-il ?… Un remerciement à Erdogan pour avoir maté la rébellion ?… Habitué a s’exprimer sur chaque attentat,Sarkozy ne l’ouvre toujours pas, il reste muet ?… Pourquoi il n’émettrait pas son plébiscite cet intégriste de la finance comme il a fait sur tous les autres attentats depuis janvier, allant même jusqu’à essayer de devancer F. Hollande dans les communiqués de désolation ?… Est-il si condescendant vis-à-vis d’Erdogan pour qu’il reste ainsi figé dans un tel silence quant à l’attentat de Suruç ?… Aurait-il été au courant, prévenu d’avance comme tout ce qu’il magouille à l’instant ?

En tous cas, un grand « bravo » à François Hollande qui donne ici une leçon pédagogique de diplomatie et de géopolitique car quoi de plus judicieux que de confronter par la politique extérieure (celle de la France avec la Turquie) les incohérences de la politique intérieure turque, voire toutes les ambiguïtés qui subsistent autour de la question ‪‎Kurde‬ et les implications du pouvoir de l’AKP d’Erdogan avec les soutiens à l’EI… Mais la carrure d’un grand président au rayonnement international serait quand même de rappeler Erdogan au respect de la démocratie qui implique la reconnaissance des dernières élections Législatives turques et non pas d’envisager d’interdire le HDP qui y a arraché son 1/5ème démocratique face au 4/5ème despotique d’Erdogan qui transforme sa participation à la Coalition en un règlement de compte avec les Kurdes… Un président au rayonnement international demanderait également que soit reconnue l’autorité militaire acquise par les unités de défense des populations durant les combats contre daesh à Kobanê et empêcherait Erdogan d’attaquer les vainqueurs de ces combats pour prendre leur place…

Bien sûr aussi qu’il est plus facile d’émettre de sincères condoléances après des attentats plutôt que de les prévenir et plus urgent encore – et facile sans doute -, de faire respecter le Droit des peuples à disposer d’eux-mêmes que de marquer, de sa peine, l’horrible massacre…

KurdOCL'

_____________

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s