« Podemos » en Espagne, c’est la victoire du travail et pas du pouvoir !

Podemos veut et peut gouverner Madrid et Barcelone avec les Socialistes

Franco est mort !… Paix en Espagne !

A la reproduction hiérarchique et bureaucratique du système a choisi l’innovation…

Le camp des Gauches en Espagne l’emportera toujours sur les armes de la calomnie ou de la violence de campagnes électorales malmenées par des actes terroristes qui ne conduiront toujours qu’à renforcer l’étalement des discours qui alimentent les Droites autoritaires… Avant d’être une victoire politique, cette reconnaissance électorale est avant tout l’aboutissement d’un travail, pas une fabrication partisane issue d’une bureaucratie venue jouer les cadres écologiques ou révolutionnaires dans les populations pour les appâter, les séduire… Non, c’est la vie, continuant son respect pour une autorité intellectuelle appartenant à l’histoire propre de l’Espagne, appelée à solidifier son poids politique qui construit ce genre de victoire, pas l’imposition de nouvelles étiquettes derrière lesquelles, il faudrait venir se ranger sans « histoire »… Peut-être aussi historiquement, plus un clin d’oeil direct avec nos amis Portugais et Italiens que Français !

La victoire, si de victoire il peut s’agir, de Podemos en Espagne est la preuve qu’une force politique déjà existante, peut très bien réfléchir et agir autrement et différemment qu’en se basant sur des termes de pouvoir… Il s’agit de la confirmation d’un travail de fond, capable aujourd’hui de faire émerger l’ensemble d’une réflexion historique et non pas le produit de personnes qui auraient claqué la porte de partis existants pour en fonder d’autres… C’est par l’histoire, des gauches existantes, issue de son passé que Madrid et Barcelone se gouverneront demain ; moins sous forme de mélenchonnades ou de mélucheries, toujours susceptibles d’enhardir les aigris, mais pas de renforcer une quelconque gauche qui aurait pu exister ou qui devrait exister. Si Podemos concrétise aujourd’hui ses aspirations, c’est bien parce qu’ils n’ont jamais cherché à combattre des pouvoirs existants mais à imposer la supériorité d’un travail basé sur d’excellentes analyses et c’est la confiance en ce travail qui resort des urnes espagnoles maintenant. C’est certainement moins le choix d’électeurs obligés de trancher entre motions des gauches disponibles qu’une confiance indissoluble aux résultats de leurs analyses appointé d’une certaine vérité historique correspondante qui placent dès lors Podemos en matrice européenne qui fait déjà grincer Obama des dents.

Malheurs à nos formations politiques qui chercheraient un petit peu trop rapidement à s’identifier aux victoires de Podemos et Siryza. De les ramener vers soi pour solidifier sa base fabriquée par un discours inspiré par des organisations historiques déjà existantes, arrachées à une vérification historique pourtant indispensable où pourrait se voir tant de défauts, n’est pas forcément le meilleur moyen pour y accéder, certainement, en France, la certitude de s’y égarer…

CombatContreLaFinance

 GuerreAuCapitalisme

4int_1946

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s