‪‬‎Öcalan‬ soumis aux impasses démocratiques de nos républiques…

Les Kurdes‬ de Turquie‬ et le parti politique du PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan) demandent la mise en place d’un cessez-le-feu illimité pour que puisse enfin s’engager la résolution du processus de paix et Erdogan ne pense qu’à instituer l’enseignement du turc ancien dans les écoles… (? ? ?)
C’est qu’avec le temps, le fourbe d’Ankara serait capable de faire croire qu’en fait la langue Kurde c’est ça, le « turc ancien » comme il avait réussi à faire croire lors d’un cessez-le-feu annoncé… je crains qu’‪‎Erdogan‬ ne parvienne jamais à dépasser le stade de la fourberie… comme à l’époque de ce CessezLeFeu‬ où il faisait croire à la société que le ‪‎PKK‬ demandait le cessez-le-feu parce qu’il était vaincu, battu, qu’il avait peur et qu’il reculait ? ? ?… méfiance et vigilance /

Qu’on se réfère au Pkk‬ ou à Abdullah Öcalan dans les médias, interviews, posts ou coms alors qu’on sait très bien qu’ils n’existent pas pour mieux maintenir les Kurdes sous des statuts militaires pour mieux les réprimer reste compréhensible dans la vision occidentale du colonialisme, voire celle de la conquête inhumaine et sanguinaire lancée par ce gang jihadiste qu’est le daesh sur des territoires leur appartenant (Irak‬‪‎Syrie‬). Et c’est bien cette répression qu’‪‎Erdogan‬ n’arrive toujours pas à abandonner, refusant de rendre le statut de ‪‎politologue‬ au(-x) leader(-s) du parti politique kurde pour pouvoir profiter de son filtre frontalier au poste de Kobanê et procéder à des arrestations quand ce ne sont pas des assassinats qu’il prémédite ; résolument campé avec son armé, procédant à des mouvements sur une zone élargie autour de ‪‎Kobanê‬ regroupant l’ensemble des trois cantons du Rojava‬ avec ‪‎Afrin‬ à l’Ouest, ‪‎Cezire‬ à l’Est… Empêchant catégoriquement les compatriotes d’arme kurdos-turcs de passer la frontière imaginaire entre la ‪‎Turquie‬ et Kobanê et allant même jusqu’à favoriser des passages de jihadistes provenant de Turquie arriver dans le Rojava pour poursuivre les assauts ; Erdogan refuse toujours toute reconnaissance historique aux Kurdes mais qui là, cette fois, ne relève plus de la Turquie mais de la Syrie en ce qui devrait concerner la territorialité‬ administrative de cette zone de peuplement kurde… Loufoque stratégie‬ puisqu’à la fois Erdogan utilise l’histoire commune de son territoire‬ avec celle des Kurdes pour la projeter dans le Rojava et poursuivre sa logique exterminatrice pouvant ensuite songer à bénéficier avec l’usure d’une appropriation militaire sur ce secteur… Mais ce n’est pas étonnant à se souvenir d’un cessez-le-feu où Erdogan faisait croire à la société turco-kurde et kurdo-turc que le PKK reculait, qu’il cherche l’armistice parce qu’il avait peur, qu’ils étaient enfin vaincus et s’estimaient battus (? !)… Mais en réalité, ce n’est même pas d’une Armistice dont la société kurde fait l’objet dans le raisonnement d’Erdogan mais d’une capitulation totale (?)… Une manière d’inverser les torts, transformant presque l’histoire des Kurdes de Turquie et du PKK en agresseur et celle de la politique Turque actuelle comme libératrice (!) Ce qui est d’une tromperie absolue puisque le PKK n’a jamais été à l’aune des agressions et qu’il n’a fait que défendre des populations kurdes qui se sont retrouvées agressées, chaque fois par des exactions dans des petits villages isolés, un peu comme celles agressées aujourd’hui par les jihadistes tout le long de la frontière syrienne… Le PKK n’est intervenu que lorsque les droits fondamentaux des individus appartenant à des minorités persécutées depuis longtemps étaient bafoués et même pas au nom d’une prétendue organisation – terroriste ou pas puisque la question ne devrait pas même pas se poser puisqu’ils se revendiquent d’autre chose – mais en tant que simple projet politique‬, ‪‎démocratique‬ et ‪‎pacifique‬ construit autour de bases égalitaires et non discriminantes, garantissant la reconnaissance et l’existence historique des ‪‎Droits‬ Kurdes et d’autres ‪‎Minorités‬ dans le concert des nations… comme le veut le ‪‎DroitInternational‬ (Chartes‬ &‪ ‎Textes‬)

Aujourd’hui la crainte que pourrait encore avoir le régime d’Erdogan sur l’existence et l’histoire des Kurdes ne peut plus se justifier comme par le passé… Des yeux et des oreilles se sont ouvertes pour appuyer le processus de paix et que cessent les procès faits à des personnalités de la société kurde (avocats, enseignants, simples militants) en Turquie. Mais qu’il se rassure donc Erdogan : Kobanê ne va pas envahir la Turquie une fois Kobanê épargné (Rojava), par contre que l’armée turque finisse par envahir Kobanê via une ligne Damas – Bagdad et qu’elle cherche à écraser par tous les moyens le Rojava pour aboutir à une Turquie élargie c’est faire fausse route puisque n’est demandé en premier qu’un Kurdistan élargi en tant que zone administrative faisant suite aux zones militaires permettant d’accéder progressivement à l’autonomie mais ne s’inscrivant pas immédiatement sous l’aspect d’un État indépendant tel que la globalité des États-nation s’obstineraient à vouloir absolument le calquer ce Kurdistan où des Kurdes se battent jusqu’à la mort pour préserver leur existence…

Des ‪‎spécialistes‬ * regrettent et déplorent qu’il n’y ait pas de leadership‬ dans cette région mais ne voient malheureusement pas que ce leadership est à chercher sur le terrain dans les mains des combattants qui s’opposent au processus de destruction mené par les gangs jihadistes dans les zones concernées et en aucun cas, ne doit et ne peut être transféré vers la Turquie… Ce leadership est Kurde et pas Turc sans quoi nous marquerions notre appartenance explicite au daesh en refusant d’accorder l’autorité qui leur revient en reconnaissance à leur prise d’arme ou tout au moins, cela reviendrait-il à graisser ou simplement soutenir de loin l’aveuglement d’Erdogan, inconsciemment ou volontairement, économiquement et socialement. Ne pas voir ce leadership Kurde acquis dans cette guerre contre daesh et ses gangs jihadistes reviendrait à s’en laver les mains pour se protéger derrière une grande puissance, turque ou plus occidentale, pour qu’ô jamais les Kurdes ne puissent décider de leur sort constitutif, de leur avenir certain. Cela est réellement impossible mais pourtant politiquement réalisable puisque la question reste toujours considérée sous l’influence des paradigmes de domination unilatérale d’accession aux filières des paradis fiscaux.

Incompréhensible était déjà au fil des semaines – des mois maintenant – la situation de l’aide humanitaire et militaire bloquée par la Turquie et l’impossibilité à faire plier le droit de passage… Aussi bien l’‪‎ONU‬ que ses Nations représentatives rapprochées ne peuvent appliquer de mots d’ordre à l’acheminement de l’aide humanitaire comme si la seule solution consistait à poursuivre la décomposition de la région. « À l’heure actuelle, le monde entier s’y pense et étudie la question. Nombreux apportent leur réponse. Le monde entier est devenu contributeur, aujourd’hui le vrai visage des Kurdes est montré tel qu’il est, sans censure de la part d’erdo… En ce qui concerne les puissances étatiques mondiales, c’est vrai que des pays comme la France devraient s’impliquer d’avantage… Par contre ‘erdo’ à été malin, il les a noyé dans tout un tas de contrats et d’arrangement divers qu’il ne peuvent plus bouger le petit doigt. Ils sont indirectement des points de la Turquie et la Turquie suit les USA en se collant au maximum à l’Europe… Affaire qui n’est pas mince, et très complexe dans sa complexité… » (Jean Gundi)

Le pire c’est que tous veulent la Paix !… les Kurdes et la majorité de la société turque… il n’est pas demandé d’autonomie ni d’indépendance en Turquie de la part des Kurdes mais la coexistence pacifique de multiples cultures liées par le droit, la tolérance, la démocratie universelle et la coexistence pacifique des groupes… les hésitations (un pas en avant pendant les élections et deux en arrière ensuite…) ne peuvent que contribuer à faire resurgir les conflits ; ça, une bonne partie de la société turque l’a compris maintenant… la même liberté pour tous dans la multiplicité des croyances pour éviter le déchirement social… Mais à mon avis, Erdogan doit avoir des lobbies religieux sous la semelle qui l’empêche d’avancer… Bon… les States n’ont plus de pognon à mettre pour faire security… espérons que ça ne finisse pas en énorme poudrière autour d’un pays appartenant à quatre nations différentes ; le Kurdistan au milieu… mais pour ça !… pour éviter ça, il faudrait que la France s’implique un peu plus humainement sur le sol Syrien (et pourquoi pas à Kobanê !) car, après tout, c’est quand même une ancienne histoire commune qui lie le sol syrien au nôtre… sans vouloir absolument chercher à refaire du colonialisme mais en adhérant humainement, politiquement et socialement – comme ça, c’est sûr que l’économique suivra – au projet démocratique de l’« administration Rojava » tel qu’il était avant le conflit armé… « Cela était possible avant parce que personne ne voulait voir ni entendre ce qui se passait à propos des Kurdes (car la cause était méconnue du grand nombre). Quand il y avait de rares oreilles qui entendaient quelques cris Kurdes, ‘erdo’ les rebouchait en disant : ce n’est rien, ne faites pas attention, c’est un problème interne lié au terrorisme j’ai la situation en main et je m’occupe… Ainsi des étrangers s’y sont intéressés et on vu de plus près mais sans dire un mot, car la complexité du problème empêchait sa compréhension. (JG) »

C’est bien pour cela que l’économie doit être dirigée par la société et non pas par des parties extérieures à cette société, issues d’une autre représentativité que celle autogestionnaire pouvant s’établir comme aux trois cantons du Rojava (Afrin à l’Ouest ; Cezire à l’Est et Kobanê au centre = Kurdistan Syrien ?)… si les autorités YPGJ installées ne se font pas dérober par des forces extérieures la direction de leur territoire…
http://www.actukurde.fr/…/…/le-contrat-social-de-rojava.html 96 articles relatifs au Contrat social

_________________________

*Dorothée Schmid, journaliste invitée par Christine Ockrent sur France Culture le 18.10.2014 pour parler de La Question Kurde dans le monde :http://www.franceculture.fr/emission-affaires-etrangeres-la…

OcalanFeuilledeRoute-Resume

‪#‎DorothéeSchmid‬ ‪#‎ChristineOckrent‬ ‪#‎FranceCulture‬ ‪#‎AffairesÉtrangères‬

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s