Guerre et paix au Kurdistan

Andrews14:10:2014

Perspectives pour une résolution politique de la question kurde

http://www.freedom-for-ocalan.com/francais/Ocalan-Guerre-et-paix-au-Kurdistan.pdf

«  Même si le PKK se réclamait défenseur d’idées pour la liberté, nous n’avions pas réussi à nous libérer nous même de la manière de penser des structures hiérarchiques. »  (page 29, in  Critiques principales)

« Il existe une autre contradiction majeure de la lutte du PKK pour un pouvoir politique institutionnel, qui façonna et ordonna le parti. Les structures qui acceptent les principes du pouvoir institutionnel sont en contradiction avec la démocratisation sociétale auquel le PKK affirmait adhérer. Les membres actifs de n’importe quel parti similaire ont plutôt tendance à être dirigés par leurs supérieurs que par la société, ou sont selon le cas enclin à vouloir eux-mêmes monter en grade pour diriger. Les trois grandes tendances idéologiques fondées sur la conception d’une émancipation sociale furent toutes confrontées à cette contradiction. Quand il a fallut instaurer des conceptions sociales qui dépassaient le capitalisme, ni le réel- socialisme, ni la démocratie sociale, ni les mouvements de libération nationale ne furent capables de se libérer des contraintes idéologiques du système capitaliste. Rapidement ils devinrent des piliers du système capitaliste dans leur quête du pouvoir politique institutionnel au lieu de se concentrer sur la démocratisation de la société. » (p.29, idem…)

***

« • La politique a besoin de médias indépendants. Sans quoi les structures étatiques ne pourront pas développer de sensibilité aux problèmes de démocratie, et il ne sera pas possible de démocratiser la politique. La liberté d’information n’est pas seulement un droit de l’individu. Elle implique une dimension sociétale. Les médias indépendant ont aussi toujours un mandat sociétal. Leur communication avec le public doit respecter un certain équilibre démocratique.

• Les institutions féodales telles que les tribus, les émirats de scheiks, d’aghas, et le sectarisme qui sont pour l’essentiel des reliques du Moyen âge constituent, comme les institutions des États-nations classiques, des obstacles sur le chemin de la démocratisation. Ceux-ci doivent être appelés d’urgence à se joindre au mouvement démocratique. Ces institutions parasitaires doivent être vaincues de toute urgence.

• Le droit d’accès à l’éducation dans la langue maternelle doit être garanti. Même si les autorités ne facilitent pas telle éducation, ils ne doivent pas empêcher les efforts civils qui veulent créer des institutions pour l’enseignement de la langue et de la culture kurde. Le bon fonctionnement du système de santé doit être garanti par l’État et par la société civile.

• Un modèle de société écologique est essentiellement socialiste. La mise en place d’un équilibre écologique ne pourra s’accomplir que pendant la phase transitoire où une société altérée des classes basée sur le despotisme se transformera en une société socialiste. Il serait illusoire de croire en la préservation de la nature dans un système capitaliste car ces systèmes participent largement à la dévastation écologique. Il faut réserver une place importante à la protection de la nature dans le processus de changement sociétal. » (p. 35, in Nouvelles approches stratégiques, philosophies et politiques du mouvement de libération kurde)

***

L’économie basée sur le profit n’a pas seulement causé du tord à la société, mais elle a aussi dévasté l’environnement. Une des raisons principales du déclin de la société est l’envergure de l’expansion des marchés financiers. La production artificielle de besoins, la recherche de plus en plus hasardeuse de nouveaux marchés ainsi qu’une avidité illimitée pour toujours plus de bénéfices ne font qu’accentuer durablement l’inégalité entre riches et pauvres. Elles augmentent le nombre de ceux qui vivent en dessous du seuil de pauvreté ou de ceux qui meurent de faim. L’humanité ne peut plus se maintenir avec une telle politique économique. Il s’agit donc du plus grand défi que doit relever la politique socialiste : une transformation progressive d’une société attachée au confort en une société qui produit sur la base d’une valeur d’usage ; le passage d’une production par intérêt à une production pour le partage. » (p. 36-37, in Nouvelles approches stratégiques, philosophies et politiques du mouvement de libération kurde)

***

« Notre conception de la nation démocratique n’est pas définie par des drapeaux et des frontières. (…) Cela constituerait un modèle fondé sur les Droits de l’homme et non sur la religion ou sur la race. Notre conception de la nation démocratique englobe toutes les cultures et tous les groupes ethniques. » (p. 41, in Situation actuelle et solutions possibles)

_________________________________________________________________

PKK ?

http://www.kurdishinfo.com/german-left-party-appeals-removal-pkk-ban

Ce n’est plus le PKK des années 1970… le PKK a évolué comme parti représentatif d’une politique démocratique et vise dorénavant un Cessez-le-feu illimité et non pas la guérilla que lui impose le gang jihadiste fortement influencé par des grandes puissances économiques… D’ailleurs, rien qu’à être les seuls avec les Peshmergas à combattre les jihadistes du daesh, ne suffit-il pas à rendre légitime leur prise d’arme actuelle pour conduire à la reconnaissance de leur autorité militaire parmi les armées les plus grotesques du monde ! ?

***

It is not any more the PKK of the 1970s… the PKK evolved as representative party of a democratic politics (& policy) and aims from now on at an unlimited Cease-fire and not the guerrilla warfare which imposes him the Jihadist gang strongly influenced by economic major powers… Moreover, only to be the only ones with Peshmergas to fight (dispute) the Jihadists of the daesh is enough to make legitimate their grip (taking) of current weapon to lead (drive) to the gratitude (recognition) of their military authority among the most grotesque armies of the world ! ?

***

Das ist nicht mehr der PKK der 70er Jahre… der PKK hat sich wie die einer demokratischen Politik repräsentative Partei entwickelt und ziele (und beglaubige) von jetzt an auf eine unbeschränkte Feuereinstellung und nicht die Guerilla, die ihm die Bande als jihadiste, durch wirtschaftliche Großmächte fest beeinflußt, vorschreibt… Übrigens genügt nur, die Einzigen mit Peshmergas zu sein, den jihadistes des daesh zu bekämpfen, ihre Einnahme (Steckdose) gegenwärtiger Waffe gesetzmäßig zu machen, um zur Dankbarkeit (Anerkennung) ihrer militärischen Macht unter den am meisten grotesken Armeen der Welt (oder Leute) zu führen ! ?

***

Non sono più il PKK degli anni 1970… il PKK si è evoluto come partito rappresentativo di una politica democratica e ha mirato un Cessate il fuoco illimitato d’ora in poi e non la guerriglia che gli impone il gang jihadiste fortemente influenzato dai grandi poteri economici Del resto, niente che ad essere i soli coi Peshmergas a combattere i jihadistes del daesh, non basta non a rendere legittimo loro preso di arma attuale per condurre alla riconoscenza della loro autorità militare tra gli eserciti più grotteschi del mondo ! ?

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s