J’irai pas à Paris avec toi !

Souvenirs répondant à une commande saisie au vol d’une chaine d’information permanente sur le Net (BFM, un dimanche après-midi qui plus est) qui signalait qu’on n’écrivait pas suffisamment sur les questions qui se promènent à Pigalle… La course aux étiquettes que se coltinent les prostituées, les proxénètes et les clients… Peinture littéraire ou œuvre vulgaire sur un quartier au caractère multiforme d’un monde toujours entre la nuit et le jour, un peu hors du temps ; Pigalle n’est pas qu’un haut lieu touristique mais se définit avant tout comme un lieu de vie. Le regard disgracieux qu’on peut porter sur le commerce sexuel qui agrémente les vitrines de Pigalle n’enlève rien à ce haut lieu culturel qui continue d’animer la vie artistique en lui donnant un rayonnement international. Un peu comme Pascal Quignard qui marche dans Paris où il glisse sur les souvenirs, Pigalle donne à la mémoire une vivacité incomparable qui égraine les époques.

… Si de naturelle qu’elle pût être, l’humanité en n’enlève pas moins son impudeur un peu comme à Pigalle en empruntant les escaliers de brume de la chanson de Saez…

J'irai pas à Paris avec toi !

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s