Valérie Pécresse veut « nettoyer » l’Ump tandis que Bernard Debré voudrait y couper les « branches mortes »

Bernard Debré aurait parlé de « branches mortes » mais V. Pécresse carrément de nettoyage… terme redevenu « populaire » avec celui qu’elle rejette aujourd’hui, N. Sarkozy, lors de sa visite éparse dans une cité où monsieur baygon voulait utiliser jusqu’au karcher pour rassurer les habitants et lancer sa politique de purification urbaine un peu comme d’autres parlaient de purification ethnique à une autre époque si pour plus sanglante qu’elle était, n’en était pas moins la synthétisation du pouvoir de droites réunies en une seule par sa même extrême… Enlever des « branches mortes » ou « nettoyer » alors que l’arbre est pourri jusqu’aux racines, je ne vois pas vraiment la différence si ce n’est que leur expression relève d’une honte inégalée !

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s