Oradour-sur-Glane au calendrier présidentiel

« Ringard !… Oradour-sur-Glane », lançait un marmot voulant tenir tête à son instituteur, « ringard » la guerre mondiale et ses êtres humains alignés dans des cimetières militaires… « Ringard »… Tout est devenu « ringard » dès lors qu’on se retourne en arrière sur la cruauté guerrière des Etats-Nations comme s’il fallait ne plus y penser pour mieux se préparer au pire, qu’il fallait s’attendre à bien plus de sang encore aux vues des sophistications propres aux armes chimiques et nucléaires… Ringarde alors l’Histoire et tous ses enseignements qui en découlent ?… Non, pas tout à fait… Parce que si pour se démarquer du simple lien économique, il faille faire appel à notre histoire, c’est bien pour rappeler des liens de fraternité humaine avant tout – et l’amitié franco-allemande est exemplaire à ce sujet – puisque depuis 1962, De Gaulle déjà traçait ici-même les liens qui allaient fonder de cette commémoration du massacre d’Oradour, les lignes qui allaient se transformer en tradition. Chaque Président y fait ses hommages à sa manière… Podium plein de drapeaux tricolores et de discours solennels précédemment, promenade à pieds aujourd’hui pour le Président Hollande d’aspect détendu, certainement ravi d’accueillir le Président allemand Joachim Gauck et aussi surtout de lui donner ainsi l’occasion de s’exprimer… C’est qu’il s’agirait de faire oublier la photo de la veille, rapidement supprimée du registre de l’AFP sur laquelle François Hollande, surpris dans une salle de classe entrain de lâcher un sourire forcé qui lui donnait quasiment une air patapouf, risquait de faire perdre le sérieux qu’on pouvait accorder encore jusque-là au Président français en cette rentrée houleuse qui se gonfle de contrariétés dans les conceptions politiques du Gouvernement ! Retour aux puérilités de l’enfance la veille dans une école, sérieux et recueillement des mines renfrognées d’aujourd’hui n’enlèvent rien aux difficultés que François Hollande devra affronter dans la poursuite de ses réformes dont certains membres de son gouvernement ne veulent même plus puisqu’y éclosent des dissensions, des différences de points de vues et de conceptions qui en poussent même un, Arnaud Montebourg pour ne pas le citer, à se voir en « Président sinon rien » devenant presque menaçant lorsqu’il évoque la possibilité d’abandonner la politique si son vœux n’était pas exaucé ! 

Les commémorations sont aussi un pont jeté sur l’avenir invitant à « surmonter le passé »

Au delà du protocole cérémoniel, les rencontres qu’il suscite invitent également à se préoccuper des questions climatiques… Il serait également intéressant de les voir dans l’avenir, relever les manches et s’attaquer sérieusement à la transition énergétique nécessaire pour la protection de la planète plutôt que de les entendre s’excuser, bien plus solennellement encore, de continuer à détruire l’environnement sous prétexte qu’ils prétendent poursuivre la solidification des liens économiques. Bien sûr, le rappel du massacre des habitants d’Oradour ne doit pas faire oublier les villages martyrs du présent qui répondent souvent aux exigences américaines que nous suivons en tant qu’ « alliés onufiés » qui pourraient faire tout autant d’innocentes victimes… Ça n’excuse rien mais comme toujours, il y a un moment où il faut choisir son camp vous dirons les forgerons d’un monde bi-polaire ! Se donner la main, s’embrasser et signer des livres du souvenir ou se taper sur la tronche, faire le feu, cesser le feu et signer des traités de paix ? Le conflit syrien et d’autres devaient assurément traverser les esprits outre cette promenade – pas moins de deux heures entre les ruines du village, l’église, le cimetière et le micro de la tribune du discours – sur un moment fort de notre histoire qui devrait pourtant nous donner l’assurance de ne pouvoir en commettre de pires (?)… Puissent ces journées de la mémoire aussi leur en donner un peu pour éclairer l’avenir afin de moins l’assombrir de menaces climatiques, de licenciements ou d’expulsions locatives ; voire de l’extrême politique fasciste qui cherche à se réinstaller aux quatre coins de l’Europe dont ils paraissent pourtant si impuissants à en réfréner la contagion, certes limitée mais qui cherche quand même à se répandre, bien plus dangereuse encore que toutes les autres…

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s