La France refuge de l’Europe, patrie de L’humain d’abord

Excellent meeting de Mélenchon à Marseille*, troisième Marche pour la VIème République après celles des Solidarités et de la Bastille, « savourez-le, savourez-le… savourez »… 50000 sur place, quasiment 20000 sur Internet ! Véritable explosion d’audience en extérieur comme en intérieur, peut-être est-ce là le candidat qui propose la politique la plus novatrice par rapport aux habitudes du système économique et social qui peine à convaincre.

 

Propulsé vers l’émergence d’une force politique sur laquelle tous ses militants savent déjà qu’ils peuvent compter ; le reste sera bien obligé de suivre ou de se soumettre à la justesse des analyses économiques et sociales dont fait état le Front de Gauche, encore stimulé par un remarquable discours de philosophie humaniste où ne s’adjoignent pas uniquement les belles paroles et les belles espérances mais aussi la théorie incontournable qui parviendra à y arriver. En penseur averti et en homme d’expérience, Jean-Luc Mélenchon tire à bâtons rompus dans les failles d’une crise « pour faire avancer la brèche désormais ouverte »… D’homme providentiel en tribun qu’il était présenté il est certainement devenu le candidat le plus intelligent. Les convictions entraînant la persuasion il a fini par gagner le respect des rédactions et s’imposer là où les favoris se gaussaient de voir J-L Mélenchon soulever des montagnes. Oh ! Certes, son ambition était plutôt du côté des luttes syndicales et des modifications économiques à prendre pour sortir de la crise mais les espérances dépassant les prévisions du prélude de départ, il est cependant parvenu, au cours de toutes ses interventions, à renvoyer ses adversaires à leurs propres illusions qu’ils espèrent que le système entretiendra encore longtemps…

 

Jamais homme politique ne fît ascension plus constante au cours d’une campagne électorale et la progression suivie dans les sondages le placerait presque en favori. Ce ne serait pas usurpé tant son discours d’aujourd’hui était complet, d’une carrure réellement internationale et fraternelle. Sans rien laisser de côté, ni oublier les difficultés, il affronte avec brio ce qui l’a toujours maintenu en tête dans le débat : une nette avance sur des Primaires socialistes qu’il avait abandonné depuis longtemps mais dont il fallait bien se faire à l’idée et l’irrésistible rapprochement pour une attirance écologique qui lui fait devancer l’avenir d’un cheveu ou d’une paire de lunettes… Pour que les choses soient claires entre les attaques menées par Mme Joly envers Mélenchon pris pour la caricature que les mauvais médias font encore de lui, il faut quand même lui signaler – tout comme on pourrait le faire pour Mme Royal et sa « voiture verte » – qu’il n’y aura pas d’avancée industrielle vers une économie verte sans que ne soient modifiés les modes de gestion du capitalisme… Autrement dit qu’il faudra qu’une politique suffisamment aboutie puisse contraindre par des lois les responsables des entreprises à effectuer les investissements nécessaires qui pourront conduire vers la reconversion industrielle qu’appellent les exigences écologiques de demain pour la préservation de l’environnement sans pour autant nécessairement licencier en contrepartie du personnel salarié pour renflouer ses capitaux.

 

La majorité solide tant espérée se dessine et les contours des orientations sont plus fermes et moins souples envers le capitalisme qui, à force d’avoir été confiné dans sa simple malléabilité sera, avec Jean-Luc Mélenchon, appelé à se mettre maintenant au service des déficits à combler et des sociétés à développer ! Avec François Hollande, tout juste arrivera-t-il à ne pas trop égratigner les grandes fortunes et à prolonger quelque peu la vie, d’un maigre temps, les plus démunis qui ont été frappés par l’austérité. La force de convaincre qui différencie chacun d’entre eux résidant dans leur capacité à changer les perspectives de l’organisation politique ; la faculté qu’a le moins bien placé des deux – mais dont l’expérience des dossiers saisis plus tôt que l’inexpérimenté présenté par un PS qui pensait ne pas renouveler les erreurs du passé -, parviendra a forcer la main du libéralisme en cavale. À choir entre deux modes distributifs autant prendre celui qui réquisitionnera au maximum pour partager avec le plus grand nombre ! Pas de populations sacrifiées aux noms d’hypothétiques crises avec le candidat du Front de Gauche Jean-Luc Mélenchon choisi par les Communistes, le Parti de Gauche, la Gauche Unitaire, la Fédération pour une Alternative Sociale et Écologique, le Parti Communiste des Ouvriers de France, République et Socialisme, Convergences et Alternatives ; que des propositions et des solutions qui permettent à tous de vivre décemment, une notion participative indispensable à ce projet de Révolution citoyenne qui s’approche et la certitude, au soir du 22 avril, qu’il faille être devant le capitalisme et son extrême droite pour leur faire face et être en mesure de ne plus être pris comme étant sous sa tutelle mais bien en position d’engager une gauche de transformation sociale capable d’aller au-delà des minimas sociaux toujours si difficiles à rehausser. Que le social entraîne l’économique et non pas le contraire ! S’il fallait attendre que l’économique stimule le social, on attendra encore longtemps ! 

 

*www.dailymotion.com/video/xq4om1_a-marseille-jean-luc-melenchon-affiche-sa-determination_news

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s