(Quand à l’époque) Israël et Palestine se regardaient dans le blanc des yeux de l’Onu…

Stupeur étrange et moment de consternation lorsque les caméras de BFM TV montrent le banc des trois représentants israéliens qui siègent à l’Onu se regarder, jouer avec une oreillette de leur casque traducteur, se passer des feuillets de main à main et surtout entrain de ne pas applaudir alors que la standing ovation bat son plein. Certainement qu’ils (deux hommes et une femme) applaudirent au début, quelques cap-clap tout au plus puis ils ont dû trouver cela fatigant, usurpé ou tout simplement exagéré mais toujours est-il qu’on es voit distinctement ne pas applaudir comme si ils marquaient là un surprenant penchant à tourner le dos à l’Histoire voyant s’évaporer le temps d’un discours le projets expansionnistes de leurs promoteurs immobiliers. Ce n’est pas qu’une question de cadastre (1) la résolution du problème israélo-palestinien mais bien une clause historique qui jusqu’ici n’avait encore pue se résoudre… Le sera-t-elle ? Sans doute jamais ou que très peu à en croire l’inflexibilité du président de la République française ! ? C’est honteux cette marque d’un particularisme français extendu à l’échelle européenne qui vient rompre l’unanimité de l’hémicycle qui accueillait l’Assemblée plénière ravie de se voire confier enfin le dossier de l’avenir de la Palestine à l’étude avec en priorité la création d’un État palestinien. La Palestine n’est pas encore « membre » à part entière tout au plus lui est accordée le statut d’interlocuteur-auditeur « libre » et ce serait étonnant de voir le Gabon ou la Bosnie inverser les espoirs des « hésitants »… S’y oppose catégoriquement l’Allemagne pour des raisons historiques liées aux relations qu’elle aurait entretenues avec un de ces deux États à l’origine du conflit israélo-palestinien elle et n’osera jamais critiquer Israël nous rapporte l’éminent rédacteur en chef de la Revue Internationale et stratégique et spécialiste du moyen-orient à l’IRIS Didier Billion (2) ! Bon et bien alors d’après ce principe l’Allemagne ne devrait pas non plus avoir de relations critiques ni avec la France et encore moins avec les États-Unis ceux-ci n’ayant pas le même calibre économique ? ! Aïe, là ça fait mal parce qu’il serait temps d’avancer dans l’histoire tout comme a su le faire le couple franco-allemand car pour consolider l’avenir il faut savoir agir fraternellement et passer au-delà des blocages que pourraient entretenir deux nations apparemment hostiles. Les Allemands tout comme les Français renvoient la problématique aux négociations et craignent une impasse au cas où la Palestine serait acceptées comme membre avec cette majorité de 9 voies qui lui est nécessaire.

 

Si l’Onu refuse de sécuriser l’État palestinien en rejetant sa demande d’État membre des Nations Unies… si l’Onu se désengage de ce rôle mondial qu’elle est appelée à jouer alors il ne serait pas étonnant de voir la Turquie d’une part – elle aussi victime d’un rejet onusien, estimée pas prête – mais également l’Iran intervenir auprès des Palestiniens et là ça deviendra plus dangereux. Remettre à l’ordre du jour les négociations qui sont toujours longues ouvre grandes les portes aux possibilités d’actes terroristes (Hamas) ou de provocations de la population palestinienne (jets de pierres auxquels Tsahal répond par des tirs cinglants ) tandis que si la Palestine étai acceptée à l’Onu les négociations iraient de soit, seraient intrinsèques aux relations internationales pacifiées entre ces deux pays et permettrait à l’État palestinien de maintenir avec le Hamas un climat de cessez-le-feu souvent obtenu même du temps de Yasser Arafat. Le maintient de ce cessez-le-feu est nécessaire pour faire avancer la reconnaissance mutuelle de deux nations impliquées dans un conflit qui n’a que trop duré. Au pire se risquerait une guerre civile entre les militants du Hamas et leur pouvoir politique que représente actuellement Mahmoud Abbas dont le discours estimé trop mou les laisse sans espoir à moins qu’ils ne comprennent le sens démocratique qui pourrait leur être proposé par l’acceptation de la Palestine comme membre de la Cour des nations… unies !

 

Dusse-t-il en passer par l’étape intermédiaire qui rendrait la Palestine « État observateur » mais pour observer quoi ? La lenteur et le ralentissement de la reconnaissance des territoires palestiniens comme un État politique qui continuera de favoriser des actes de violence isolés ? Un peu comme le Batasuna au Pays basque qui reconnaît une « avancée politique » par rapport aux problèmes qui le concerne et à des degrés moindres (3) je pense que le Hamas attendra et fera taire sa lutte armée pour que cette naissance de relations diplomatiques – et non pas la reconnaissance quémandée d’un État palestinien ayant la reconnaissance onusienne qui pourrait rendre les armes et non pas seulement les poser – risquerait alors sans doutes malheureusement de faire couler encore beaucoup de sang ou pas messieurs les stratèges qui finalement n’y comprenez pas grand chose à ce que vivent ensembles sur le terrain des palestiniens et des israéliens qui s’aiment et se parlent sans que l’Onu ne l’ait décrétée au préalable.

 

Plus sérieusement espérons quand même que le passage à l’Onu de Mahmoud Abbas d’un côté prouve que l’État palestinien est prêt et qu’il n’est plus à construire et fera croitre de l’autre un courant politique modéré comme l’est le shinouï parce qu’avec le shinouï – changement quand c’est traduit – à la Knesset, c’est évident que les choses seraient plus simple mais hélas en politique ce n’est pas toujours la simplicité qui est de rigueur !

 

____________________________________________________

note 1 : – les Israéliens n’ont qu’à construire en hauteur comme à Dubaï au lieu de coloniser des territoires qui ne leur appartiennent pas et de flinguer du palestinien…
– oui mais même si ils construisaient en hauteur, la hauteur du mur serait-elle conséquente ( on est à 5 – 8 ou 12 mètres actuellement selon les implantations)… et puis n’aurait-ils pas peur d’être les cibles de lances pierres imaginaires….

note 2 : http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/09/20/palestine-la-france-peine-a-prendre-position_1575129_3218.html

note 3 : http://www.courrierinternational.com/article/2010/10/18/le-chef-de-batasuna-rend-les-armes

http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/02/07/batasuna-forme-un-nouveau-parti-rejetant-la-violence-de-l-eta_1476205_3214.html

http://info.france2.fr/europe/batasuna-rejette-la-violence-de-l-eta-67242427.html

Publicités

Une réflexion sur “(Quand à l’époque) Israël et Palestine se regardaient dans le blanc des yeux de l’Onu…

  1. Pingback: Israël refuse tout dialogue avec le Hamas… L’Algérie peut l’y forcer ! | laurentgantner

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s